Voler pour donner n’est pas voler

« Voler pour donner n’est pas voler » est, en quelque sorte, le 11ème commandement sur lequel repose l’égalitarisme, c’est-à-dire la société française.

La mise en œuvre de ce commandement en a généré récemment un nouveau, le 12ème : « Dans la semaine tu travailleras comme un âne, pour des clopinettes qu’on te volera, le Samedi tu casseras tout ».

Ainsi vont les croyances et leurs commandements, de mal en pis.

Tout cela débouche sur des perspectives confondantes, que personne ne peut croire, que tout le monde colporte.

Par exemple : « L’Etat, qui je le rappelle n’existe pas, devrait augmenter tous les revenus, alors qu’il n’a que la maîtrise de ceux des fonctionnaires, toutes les retraites, alors que les caisses de retraite monopolistiques sont autonomes, mais il devrait aussi baisser les taxes sur le fuel et, plus globalement, tous les impôts. »

N’est-ce pas un peu incohérent ?

Mais non, cela ne concerne que les gens normaux que nous sommes censés être, donc c’est normal. Il reste les riches qui vont payer l’addition, donc pas de problème.

Vu sous cet angle, effectivement, c’est différent.

Notre commandement devient : « voler les riches pour donner aux pauvres n’est pas voler ». Ça a plus de gueule. C’est Robin des Bois.

Plus sérieusement, à terme, c’est l’éradication des riches. Un pays sans riche est un pays pauvre. La plupart du temps ce type de pays a concomitamment une diaspora riche ailleurs. C’est-à-dire que les individus capables d’être riches partent s’enrichir ailleurs.

Est-ce bien le but poursuivit par les Gilets Jaunes ? Que leurs enfants entreprenants partent entreprendre ailleurs, les laissant dans leur misère égalitariste ?

Je n’en suis pas si sûr. Je pense plutôt qu’il s’agit d’un foutage de gueule, colporté par une minorité simplette, mais pas que… aussi par une caste au pouvoir championne de la désinformation visant à protéger ses privilèges, son pouvoir.

L’objectif étant de discréditer les Gilets Jaunes en flattant le plus grand nombre de français possible qui remarque évidemment l’incohérence de ces contradictions, se croit soudain très intelligent de cette découverte, au-dessus du panier, ramenant du même coup dans leur esprit les pauvres Gilets Jaunes au rang de la débilité politique.

Pour le reste, n’entrons pas une nouvelle fois dans la nécessité de capitaliser, personne n’y adhère, alors que c’est le moteur de tous les progrès. Y compris naturellement celui de l’économie qui, rappelons-le, est globalement utile à tous, surtout aux pauvres qui vivent mieux dans une nation riche que dans une nation misérable. Mais bon… passons.

Revenons à l’essentiel.

Comment les Gilets Jaunes du départ, qui se sont révoltés pour secouer le joug de leur esclavage fiscal, vont-ils pouvoir reprendre le pouvoir de leur propre révolte ?

Rappelons que la taxation du mazout pour les voitures Diésel est la goutte d’eau qui a fait déborder le ras-le-bol fiscal, dont le maximum était depuis longtemps dépassé.

La furie fiscale de Bercy — dont Macron est un éminent initié — a non seulement ruiné les forces économiques de ce pays, mais a généré la connivence et son cortège de malversations, de faveurs et, cerise sur le gâteau, in fine une zone de non droit fiscal dans laquelle chacun peut se perdre et être détruit à tout instant.

Souhaitons que les Gilets Jaunes reprennent leurs esprits, cessent de batifoler en compagnie de revendicateurs déviants, faisant illusion par le nombre mais dangereux par leur manque de fiabilité et par leur discours inaudible.

Espérons que les Gilets Jaunes se concentrent sur la ruine et la destruction définitive de Bercy et de sa pensée malsaine.

Que la jalousie, moteur de Bercy, soit abolie, que nous payions tous l’impôt par rapport à nos moyens et uniquement pour les besoins régaliens de l’Etat.

Que nous vivions tous en bonne intelligence, occupés à faire bien ce que nous aimons, y compris les hommes d’affaires et leur capital qu’ils investissent naturellement pour le bonheur de tous, si on ne leur pique pas avant.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (9 votes, moyenne : 4,78 sur 5)
Loading...

5 réflexions au sujet de « Voler pour donner n’est pas voler »

  1. Aujourd’hui, notre Président reçoit la JET politique Française… Il est à noter qu’il n’a pas daigné recevoir un seul « Gilet Jaune »… Cherchez l’erreur.
    Quant au « RACKET FISCAL », il n’en supprimera rien, on verra ce soir, si tant est qu’on ne zappe pas avant la fin.
    Quant à ce Samedi dernier, le constat est que nous sommes rentré dans un état policier. Attention à ce que vous avez dans votre véhicule. Une hachette, une tronçonneuse, un masque, un casque, un gilet jaune (obligatoire), et vous êtes classé dans la catégorie des casseurs, (attention à tous les forestiers)… garde à vue, puis fiché… C’est une véritable rafle qui a pour but de dissuader et empêcher les citoyens de manifester.
    Voila le résultat.
    Pendant ce temps, les « médias » se gargarisent avec des pseudos experts, des politiques (pourtant rejetés par les GJ), des pseudos gilets jaunes (triés sur le volet), et des journaleux, et tout ceci dans le seul but de discréditer le mouvement.
    Mais rien n’est résolu, et ce n’est pas demain encore que des solutions seront trouvées.
    Quand on est dans le pétrin, on se fait rouler dans la farine, mais cette fois … espérons encore.
    VIVE LA FRANCE LIBRE

  2. quand de pauvres sont assez cons pour aller voir joueurs de foots payés 200 millions d’€ et acheter leur produits dérivés a des prix stratosphériques et que du haut des gradins le riche  » le politicien » et les apparatchiks les regardent a partir des loges avec de cocktails a la mains ..
    Les ludi est le terme employé pour désigner les jeux publics à Rome: spectacles théâtraux, épreuves sportives et concours. Ces jeux se déroulaient lors des fêtes en l’honneur des dieux; ils furent institués pour gagner leur bienveillance ou pour détourner leur colère.
    tout les ingrédient sont la !
    sous vos yeux
    + de 2000 interpellation
    une rafle nouvelle génération
    avec les gaulois contre les rétiaires

    –> que vont t’ils obtenir ??? «  »des miettes » » car généralement les combats étaient entrecoupés de pauses pendant lesquelles le public recevait des victuailles (en général des pains entiers, d’où l’expression « du pain et des jeux! ») en assistant à des spectacles de clowns, d’équilibristes ou d’animaux savants.

    franchement , avec tous les medias sur les plateaux qui ne cessent de faire intervenir 24/24 des pseudos expert ..des soit disant représentants de gilets jaunes ca ressemble vraiment a un diner de cons !

    ave CESAR macron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *