Voyons, voyons…

Fils d’ancien paysan, petit-fils de paysan, j’ai toute ma vie pratiqué l’économie de foirail. C’est-à-dire : ma vache te plait, combien tu donnes, le prix me va, on tape dans la main, on va boire un coup, en sortant, tu prends la vache, je prends le fric. C’est simple, clair, sans problème.

Les courbes, les bilans prévisionnels ou d’exercice, tout cela m’a toujours paru équivoque. Par contre, payer ce que l’on doit, ne pas dépenser plus que ce que l’on a, éviter au maximum le crédit, ne prendre comme bénéfice qu’une partie de ce que l’on a fait gagner aux autres, mais toute cette partie, je sais faire. Si ce n’était le fisc, sa violence et ses vols, tout irait bien.

Par contre, jusqu’à aujourd’hui, je ne comprenais rien à l’économie mondiale.

Tout à coup, je comprends tout, en fait le monde se met à l’heure de l’économie de foirail. Les cigales se noient dans la bouse de vache.

Explication :

Mettons que 20 à 30 copains russes ont 50 milliards à Chypre. Les cigales à tête d’œuf (espèce en voie d’invasion en Europe) qui ont pompé, avec leurs potes, le fric des banques chypriotes, piquent 10 à 15% du fric des copains russes.

Les russes, s’ils pratiquent l’économie de foirail, virent  immédiatement leur fric à Hong Kong. Manque 50 milliards.

Si ça se trouve, les cigales ont promis de couvrir les banques chypriotes, qui les ont dépannés avec les 15% de leurs clients.

Alors, les cigales vont payer 50 milliards pour les 5 qu’elles ont piqués, pas bon.

Ou alors, elles n’ont rien garanti du tout, mais dans ce cas les banques chypriotes, elles, n’ont pas les 50 milliards que les copains russes ont virés, pas bon non plus.

Mais au fait, c’est vrai, on nous l’a dit, la bande de copain russes c’était des gangsters, leur fric n’est pas propre, sauf évidemment les 15% que les cigales viennent de blanchir.

C’est drôle, je le sens pas ce coup. J’ai l’impression que tout le monde va s’apercevoir que les cigales n’ont plus un rond, ce que justement elles voulaient absolument cacher. Encore pas bon. Ca fait désordre.

Je m’inquiète peut-être pour rien. L’économie, c’est sans doute beaucoup plus sophistiqué qu’au foirail, on ne se tape jamais dans la main, y a pas de vache, on se tire plutôt dans le dos et on se paye de vent…. de vache ?

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Votez pour cet article)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *