Y a-t-il un intérêt à sortir de l’€ et à revenir au Franc français ? (3 articles – PREMIERE PARTIE)

Je vous propose une série de 3 articles sur ce sujet complexe et finalement très politique.

Pour en alléger la lecture, j’ai scindé l’article en deux parties qui aborderont les différents aspects de la question et je finirai par une évocation de la Grèce car ce pays a été confronté à la question du retour à la Drachme mais n’a pas choisi cette solution.

Les élections approchent et les démagogues de tous poils ne vont pas tarder à se déchaîner pour capter l’attention … et les voix des foules !

Dans la mesure où l’on sait que la France se trouve dans une ornière économique, certains candidats vont, comme à l’habitude, avant l’échéance de mai 2017, se lancer dans des promesses qui ne coûtent rien, promesses surtout qui permettront de résoudre tous les problèmes sans efforts !

Leur « stratégie » est déjà connue : Elle consistera à exploiter le mécontentement populaire et à désigner un responsable à la situation avant de proposer la solution miraculeuse.

L’un des thèmes récurrents est d’attaquer l’Europe et la monnaie unique et de prôner une sortie de l’€ pour revenir au bon vieux Franc (FF) notamment parce que, en vrac : l’€ est surévalué, c’est la monnaie de l’Allemagne, c’est l’instrument de son expansion économique et de sa domination hégémonique et que, pour toutes ces « bonnes raisons », elle est inadaptée à notre pays !

De fait, avec la montée des difficultés, nombre de français estiment que « c’était mieux avant » ; aidés dans leurs pensées par des mouvements populistes et souverainistes de tous poils qui semblent désormais prendre une certaine ampleur dans le paysage européen.

En particulier, le Front National  (FN) rejette l’€ et préconise de revenir au FF dans le but, explique-t-il, de procéder à une dévaluation dite « compétitive » qui permettrait de relancer l’activité économique et de résoudre le problème du chômage.

Il apparaît donc légitime d’examiner la question, surtout que le FN, désormais présenté comme le premier parti de France, est quasi assuré que son candidat sera présent au deuxième tour de l’élection présidentielle de mai prochain (une victoire étant même envisageable).

De surcroît, la monnaie étant l’émanation de la souveraineté d’un pays et l’instrument de sa politique économique, on peut effectivement penser qu’un retour à une monnaie nationale pourrait nous permettre de retrouver des marges de manœuvres et de redresser la situation.

Cette question s’est posée au moment de la crise grecque, elle se pose désormais aussi à propos de l’Italie ; la sortie de l’€ étant par ailleurs présentée comme LA solution pour apurer une dette publique énorme et devenue quasi ingérable !

LES MOTIVATIONS D’UN ABANDON DE L’€

En préambule il faut rappeler qu’il existe des monnaies fortes et des monnaies faibles ; les monnaies fortes étant celles qui sont acceptées dans les échanges internationaux.

Dans l’ordre, ces monnaies sont le dollar, la livre GB, la Deutsche Mark (DM) avant l’€, l’€, le yen, le Yuan ou renminbi chinois (mais pour lui c’est très récent). Le FF, depuis 1914, n’a plus jamais fait partie du club des monnaies fortes.

De ce fait, tout pays disposant d’une monnaie faible devra, s’il veut financer des acquisitions à l’étranger, acheter au préalable une monnaie forte (le plus souvent des dollars) en quantité suffisante. En gros, ce sont les réserves de change.

Avant la création de l’€, l’ensemble des monnaies fluctuaient entre elles en permanence ; ces variations dites « taux de change flottants » obligeant les entreprises européennes à acquérir au préalable ces fameuses monnaies fortes acceptées sur le marché international. (C’est une question de confiance).

Pour donner une idée de la variation de ces taux de change, il est facile de se rappeler que la Deutsche Mark, lors que sa création en 1949 valait 0.49 FF et qu’elle valait 4 FF en 2001 au moment du passage à l’€ ; c’est-à-dire qu’en 50 ans le FF a « dérapé » de 90% par rapport à la DM (ce qui ferait plutôt dire aux mauvaises langues que le FF n’a pas flotté mais plutôt coulé !).

Cette fluctuation des monnaies européennes explique les raisons de la création de l’€.

Ces « complexités monétaires » gênant considérablement le développement des échanges au sein de l’Europe et la volonté de créer un grand marché européen a amené à la libéralisation du marché des changes et à la création du système monétaire européen (SME) qui limitait la variation des taux de change entre les monnaies au sein de l’Europe.

Cela impliquait aussi la nécessité d’adopter des politiques économiques et monétaires convergentes et c’est la raison pour laquelle, à partir des années 1990, la France s’est clairement orientée vers une politique du FF fort arrimé à la DM.

A ces considérations purement économiques se sont greffées des considérations politiques car, avec la chute du rideau de fer et de l’empire soviétique, les dirigeants français, dans les années 90, ont eu peur d’un recentrage de l’Allemagne vers l’est de l’Europe et ont souhaité (presque imposé) la création de l’€ en figeant les parités monétaires.

Or, il n’est un secret pour personne que les comptes et résultats économiques respectifs de la France et de l’Allemagne sont, à ce jour, très différents !

Alors qu’entre 1995 et 2000, la France faisait jeu égal avec l’Allemagne au niveau des coûts de production et de la compétitivité, la comparaison n’a cessé depuis de se dégrader en notre défaveur !

L’Allemagne, qui de surcroît a dû absorber l’Allemagne de l’Est, a fait l’effort de contenir ses dépenses publiques, a limité le nombre de ses fonctionnaires (nous avons deux fois plus de fonctionnaires rapporté au nombre d’habitants), a préféré réduire les coûts du travail plutôt qu’entretenir des cohortes de chômeurs à la charge de la collectivité, a assoupli son marché du travail, a tout fait pour maintenir son industrie au niveau d’excellence qui est la sienne, a compensé ses coûts élevés par une montée en gamme des produits manufacturés, a compris que son industrie était sa richesse à condition que ses entreprises puissent exporter … en gros un ensemble de mesures dont il faudrait être particulièrement de mauvaise foi pour nier qu’elles ont été bénéfiques !

Malheureusement, la France a fait … exactement le contraire et le résultat de cette dérive est que tous ses comptes sont dans le rouge, qu’elle fait figure désormais de mauvais élève, voire de cancre  alors que tous les comptes de l’Allemagne sont dans le vert, qu’elle est la locomotive économique de l’Europe, sa caution financière !

Pour achever la comparaison, les prélèvements fiscaux et sociaux sont bien plus lourds en France qu’en Allemagne ; sans que les français puissent prétendre à un bénéfice de cette situation … bien au contraire !

Pour achever la comparaison, le commerce extérieur allemand est excédentaire de 200 milliards d’€ par an tandis que celui de la France est déficitaire de 70 milliards d’€ !

Or si les deux pays ont la même monnaie, il apparaît curieux que l’un s’en tire bien et l’autre mal et cela laisse à penser que nos difficultés ne résultent pas seulement d’un simple problème de monnaie !

Les causes de la dévaluation :

La dévaluation a pour cause principale une distorsion entre la valeur de la monnaie et les coûts de production des entreprises ; ce qui a pour effet de rendre les produits fabriqués localement non compétitifs sur le marché international.

Cela signifie qu’ils sont trop chers et … ne se vendent pas ou mal, que les entreprises ont des marges de profit insuffisantes, qu’elles périclitent, que les usines ferment et que le chômage augmente !

En général, le signe le plus évident d’une telle situation est le déséquilibre de la balance du commerce extérieur (entrées et sorties de marchandises) et de la bakance des paiements (entrées et sorties de devises).

On va donc tenter de jouer sur les parités monétaires afin de restaurer une compétitivité économique.

Evidemment, ce type de problème se pose essentiellement dans le cadre d’une économie ouverte au monde extérieur avec des échanges internationaux ; ce que l’on appelle mondialisation !

En effet, en économie de type fermé (Corée du nord – Cuba) la monnaie n’a qu’une valeur artificielle pour ne pas dire arbitraire ; les quelques échanges internationaux étant en général libellés en dollars ou réalisés au moyen d’un système de troc. La monnaie nationale n’est alors même pas convertible et la compétitivité est une notion toute relative car les gens n’ont que peu ou pas accès (souvent en devises étrangères de type dollar) aux biens importés !

La situation actuelle et les obstacles à la dévaluation monétaire :

En raison du fait que la France fait partie de la zone €, aucune dévaluation par modification des parités monétaires n’est possible puisque tous les états membres ont la même monnaie et que, de surcroît, la monnaie unique relève de l’autorité de la seule Banque Centrale Européenne (BCE) de Frankfurt, indépendamment des états membres qui n’ont aucune autorité sur la BCE.

Le statut indépendant de la BCE résulte de la volonté allemande d’empêcher les manipulations monétaires des états.

En l’état actuel des choses, un pays membre de la zone € qui voudrait restaurer sa compétitivité ne peut donc procéder qu’à une dévaluation dite « interne » par le biais de la réduction des coûts de production (ce qu’on appelle une dévaluation compétitivité/coûts).

Cela ne peut se faire qu’en recourant à des programmes d’austérité ; la dévaluation étant opérée par la réduction des coûts réels de production c’est à dire essentiellement par la réduction des salaires directs et des charges sociales qu’on transfère sur la TVA qui est alors dite « TVA sociale » ; le but étant de faire payer les charges sociales devenues impôts par tous les produits y compris ceux importés !

Seulement, cette hypothèse est clairement considérée comme inenvisageable par les politiciens en particulier parce qu’elle serait à la fois trop douloureuse et surtout très impopulaire.

En effet, expliquer aux français que l’on va, au moyen de programmes d’austérité forcément très impopulaires, réduire leurs salaires, leurs pensions, leurs retraites, leurs allocations relève de la gageure et … du suicide politique surtout quand on a expliqué pendant 30 ans à ces mêmes français que l’Etat peut tout et est là pour les protéger !

On a encore dans les mémoires l’aphorisme présidentiel selon lequel « ça ne coûte rien puisque c’est l’Etat qui paie » !

Au contraire, la dévaluation par diminution de la valeur de la monnaie aurait l’avantage d’être moins douloureuse et surtout … de ne pas avoir d’effet immédiat et visible sur la feuille de paie !

Seulement, pour cela, il faut sortir de la zone € et retourner à la monnaie nationale pour pouvoir dévaluer le FF !

Les options disponibles en cas de sortie de la zone € :

On a compris que le but de la sortie de l’€ et du retour au FF est clairement de provoquer ensuite une dévaluation du FF ; cette dévaluation dite « compétitive » devant permettre d’obtenir une réduction globale, proportionnelle au taux de la dévaluation, des coûts réels afin de réduire les coûts de fabrication des produits français et de les rendre plus compétitifs.

Ce faisant, on s’oriente vers une dévaluation par diminution de la valeur de la monnaie nationale par rapport aux autres monnaies. (Dévaluation compétitivité/prix).

En pareil cas de figure, on peut penser que les autorités politiques et financières de la France provoqueront un échange de monnaie à raison de 1 FF pour 1€ ; étant entendu qu’ensuite on appliquera un taux de dévaluation.

Ces mêmes autorités pourraient décider, plus ou moins arbitrairement, d’un taux entre 10 à 30% ; ce qui signifie que le FF perdrait d’un coup 10 à 30% de sa valeur par rapport à toutes les autres monnaies.

Mais elles pourraient décider aussi de retourner à la parité qui existait avant la création de l’€ à savoir de 7 FF pour un € (en 2002 c’était 1 € pour 6.55957 F) ; ce qui représente une dévaluation de 70% en nominal. Dès lors, pour chaque € détenu, tout un chacun se trouverait crédité de 7 FF et le FF ne vaudrait alors plus que 0.14 € !

Les effets escomptés :

On espère de la dévaluation un double effet à savoir qu’elle va :

  • d’une part renchérir les prix des marchandises importées qui, devenus plus chers, seront moins achetés ; donc moins importés et remplacés par des produits locaux ;
  • d’autre part que la baisse des prix des produits exportés permettra d’en augmenter les volumes d’exportation; ce qui est principe bénéfique pour les entreprises et l’emploi.

Seulement, ces calculs se heurtent à 3 données qu’il ne faut pas perdre de vue :

  • la hausse des prix des produits importés interviendra … sauf si les entreprises étrangères acceptent de diminuer leurs marges pour conserver leurs parts de marché et sauf si les pays étrangers ne s’engagent pas eux mêmes dans une guerre des monnaies en dévaluant à leur tour pour diminuer le prix de leurs exportations !
  • cette hausse des prix est censée avantager les produits locaux par rapport aux produits plus chers … sauf si les produits importés ne sont pas fabriqués localement !
  • toute limitation autoritaire des importations, notamment par le biais de droits de douane et de fermeture des frontières entraînera nécessairement une riposte identique de la part des pays exportateurs ; spécialement lorsque nous sommes dans une économie mondialisée aux échanges ouverts !

L’augmentation du prix des produits importés portera principalement, de manière inévitable, sur les matières premières (minerais, énergie) dont on ne dispose pas mais aussi sur certains produits manufacturés ; que ce soit des biens d’investissement ou des biens de consommation.

Concernant ces derniers, on peut citer, sans que cette liste soit exhaustive, les berlines allemandes, les télés à écran plat, les ordinateurs, appareils photos, caméras, smart phones, produits ménagers tels que machines à laver, et les pièces détachées pour tous ces biens …

Cette liste n’est pas choisie par hasard, car AUCUN de ces produits n’est fabriqué en France !

En effet, 75% des produits manufacturés vendus en France sont fabriqués à l’étranger, or on ne peut pas empêcher les français de continuer à les  acheter ; ce qui va d’autant plus déséquilibrer la balance commerciale et amoindrir, voire même annuler les bénéfices présupposés de la dévaluation !

Ce point pose ainsi le problème de la disponibilité locale de produits de remplacement à un coût relativement similaire et rend l’opération de dévaluation beaucoup plus aléatoire !

Or, concernant les berlines allemandes, il n’y a pas d’équivalent local et on ne possède plus la technologie pour fabriquer les autres ; sans compter qu’on n’ose imaginer pouvoir les faire fabriquer à un coût compétitif en France car il faudrait alors que l’ouvrier français puisse travailler au même coût que l’ouvrier chinois !

Dès lors, on comprend vite que la dévaluation est particulièrement adaptée pour un pays à l’économie fortement exportatrice comme la Chine dans la mesure où l’effet inflationniste du surcoût des importations est moins sensible et que les gains dus aux exportations supplémentaires l’emportent nettement sur les pertes dues aux renchérissement des importations. Et la Chine ne se prive pas de recourir à la dévaluation pour doper ses exportations et augmenter ses parts de marché !

Par contre, pour un pays fortement importateur (comme la France dont la balance commerciale est obstinément déficitaire), le bénéfice de la dévaluation n’apparaît pas finalement être aussi évident que prévu car on se trouve vite confronté essentiellement à un effet inflationniste immédiat, plus ou moins incontrôlable ; surtout quand, comme c’est le cas pour nous, nous avons eu la légèreté d’abandonner notre industrie qui ne représente plus que 10 à 12% du PIB !

Dès lors, sauf à vouloir et organiser une diminution autoritaire et massive du montant des importations et partant de la consommation (ce qui aura aussi un effet induit sur les recettes fiscales de l’Etat puisque la diminution de la consommation entraîne nécessairement une diminution des recettes de TVA lesquelles sont le premier poste de recettes de l’Etat), laquelle diminution provoquera des représailles de la part des autres pays, toute opération de dévaluation doit être précédée d’une démarche prospective préalable afin de déterminer et calculer les avantages et coûts pouvant résulter de l’opération.

Cela signifie clairement qu’il convient d’être particulièrement dubitatif quand aux effets présupposés bénéfiques de la dévaluation car on s’aperçoit vite qu’une sortie de l’€ suivie d’une dévaluation aurait toute une série d’effets induits dont il faut mesurer au préalable  l’importance ; ce qui n’est pas toujours facile !

 

A propos PHILOS

Né en 1958, titulaire d’un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis un ancien avocat fiscaliste et partage ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, très à cheval sur les libertés individuelles, j’ai un ennemi : l’étatisme rampant qui détruit le tissus économique et social.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

4 réflexions au sujet de « Y a-t-il un intérêt à sortir de l’€ et à revenir au Franc français ? (3 articles – PREMIERE PARTIE) »

  1. bonsoir
    je n ai pas votre formation ni les éléments économiques pour vous répondre,
    en revanche ,vous ne nous parlez pas de l arnaque que constitue la création monétaire, dans les mains des banques privées, ce qui explique, que ce ne sont plus les politiques qui dirigent, mais les banquiers, qui mettent en place les politiques ,et que la dette ,et les intérêts n existeraient pas, si l état avait gardé son pouvoir régalien de créer la monnaie . je ne vous parlerai pas de l enrichissement odieux des uns entraînant le chômage des autres !!

    1. Bonjour Keribin
      Attendez la suite …
      Le texte est long et complexe.
      Ce point est abordé (part 2)
      Néanmoins, n’oubliez jamais que la dette de l’Etat c’est l’Etat qui la contracte, avec la complicité active des politiciens (voir mon volet sur la Grèce part 3)
      pas les banques !
      Autrement dit, pour qu’il y ait un prêteur … il faut qu’il y ait un emprunteur et de ce côté on n’a pas molli depuis 40 ans … si je puis dire !
      Bien cordialement

  2. et bien moi , je vous mon billet que ca ne changera pas d’ un kopeck !
    « du moins pour les riches qui sont déjà exilés  » sous des cieux plus CLEMENTS…
    et on ne compte plus combien de politiques & bobos & stars du spectacle ont trouvé le climat « fiscal » attrayant, liquidité a gogo (aide BCE) on ne s’embrasse pas avec la TVA qui est moins chère que chez nous et une carte bancaire quasi inexistante ca facilite les paiements !! .
    comme en France sans les impôts
    comme en corse ( sans les corses)
    comme a l’ile de ré ( sans le cadastre )
    et comme chypre sans la banqueroute …
    je suis ..je suis … la Grèce !

    notez que je n’ai pas a vous vendre mes salades mais ..
    La gloire du savant est dans ses livres, celle du marchand est dans son coffre-fort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *