Zap du Net

Une selection d’articles choisis sur le net par E. Bolling

Plaidoyer en faveur de l’évasion fiscale Par Guillaume Maquinay.

Evasion fiscale : si l’État est incapable d’équilibrer ses comptes et gérer ses deniers, pourquoi devrions-nous participer au gâchis national et entretenir un appareil d’État qui continue à dépenser sans compter ?
On entend dans les médias ce refrain à l’envi : l’évasion fiscale représenterait un manque à gagner pour la France de 200 milliards d’euros par an. Ce montant, repris par de nombreux politiques est alors interprété comme un détournement, voire un vol organisé. Le martèlement opéré sur la population est sans appel : il faut absolument faire la chasse à l’évasion fiscale, que justice soit faite !

Tout d’abord méfions nous des chiffres ronds et des grandes statistiques, surtout lorsqu’ils sont repris par des populistes (j’entends par là les mouvements d’extrême gauche et d’extrême droite) et tentons d’y voir plus clair sur l’évasion fiscale en France. C’est un terme extrêmement vaste qu’il est nécessaire de séparer en plusieurs catégories.

Les niches fiscales sont assimilées à de la défiscalisation sur les revenus individuels ou les patrimoines, et sont présentées comme un manque à gagner conséquent pour l’état (52 milliards). Les gros titres (d’une presse engagée) rappellent les combines dont usent les riches pour devenir encore plus riches et se soustraire à l’impôt. Or il existe une multitude de niches fiscales, certaines étant parfois difficiles à justifier. Ainsi on apprendra avec surprise que les journalistes eux-mêmes bénéficient d’un abattement fiscal de leur impôt sur le revenu, par conséquent ils sont la propre cible de ce qu’ils dénoncent. Idem pour les politiques. Ne dit-on pas que charité bien ordonnée commence par soi-même ?

RATIONALISER SES CHOIX
La réalité sur les niches fiscales est que l’individu va rationaliser ses choix vers ceux qui sont économiquement les plus avantageux, peu importe ses convictions politiques. Dès lors chacun essaie de tirer le maximum d’avantages des lois, des aides, des déductions qui s’offrent à lui.

On ne parle pas beaucoup des niches sociales, qui sont pourtant de la couverture fiscale et dont le caractère abusif est beaucoup moins dénoncé car politiquement et socialement incorrect. Qui ose vraiment s’attaquer à la fraude à la Sécurité sociale ? On tend aussi à comparer fraude fiscale et sociale alors qu’ils sont éloignés : la fraude fiscale vise à se soustraire en tout ou partie à l’imposition, alors que la fraude à la Sécurité sociale vise à s’approprier des aides et des revenus de manière illégale (ce qui est plus grave).

Le second constat qui vient à l’esprit est que si l’on parle de paradis fiscal c’est que lexicalement on doit pouvoir lui opposer son contraire, c’est-à-dire un enfer fiscal. Cherchez du regard, vous y êtes probablement : la France est un enfer fiscal. Vouloir échapper à l’enfer est bien naturel. Plutôt que de s’interroger sur les véritables raisons de la fuite, on préfère dénoncer le procédé.

LE PARADIS FISCAL RÊVÉ
Dans l’esprit de nos concitoyens, cet argent fuit dans un paradis et dort sur un compte bancaire à l’abri des regards et des impôts. C’est grossièrement l’image du riche qui dort sur ses lingots. Or cet argent pour peu qu’il soit sur un compte est déjà réinvesti et injecté dans la masse monétaire ; en effet le montant affiché sur votre compte de dépôt représente seulement le droit que la banque vous octroie de disposer de cette partie de ses fonds propres.

En d’autres termes, l’argent ne dort jamais et celui de l’évasion fiscale travaille aussi, crée des emplois dans le secteur du luxe, de l’industrie, du bâtiment, sert de venture capital, génère des services bancaires, produit indirectement des impôts etc. ET est rapatrié sous diverses formes dans son pays d’origine. Pour avoir travaillé dans les fonds d’investissements situés dans des paradis fiscaux, je peux vous l’affirmer, le circuit forme bien une boucle.

Troisième constat, on est en droit de s’interroger sur l’appropriation abusive qui est faite de la création de richesse en France. Le système d’imposition moyenâgeux vise à faire confisquer par l’État (le grand seigneur) une partie des revenus redistribuée sous une forme qui nous échappe d’un point de vue démocratique, vu que le contribuable n’a aucune décision sur l’allocation qui est faite de ses impôts.

Pis, Milton Friedman avait montré qu’une partie non négligeable de la redistribution des revenus de l’imposition était avant tout d’ordre politique (notamment les aides en tout genre de type HLM, pensions, minimas sociaux, allocations etc) c’est-à-dire qu’elles visaient à « acheter » des voix et donc à maintenir en place la caste politique au détriment du bon usage de ces impôts. C’est encore plus flagrant à un échelon local.

S’évader fiscalement reviendrait à faire de la résistance contre ce système de démagogie fiscale.

Côté libéral l’évasion fiscale pose un problème moral : la fuite des revenus de l’imposition fait peser sur les contribuables lambda une charge plus importante que ceux qui arrivent à s’exiler, c’est donc un procédé injuste. Si l’on pousse la réflexion plus loin, il y a cependant à parier que les individus qui s’exilent fiscalement ne bénéficient pas d’aides, ou en tout cas qu’ils donnent bien plus que ce qu’ils ne reçoivent. La situation inverse – bénéficier de nombreuses aides et s’exiler fiscalement est, elle, proprement immorale, c’est vers ce cas de figure qu’il faut sanctionner.

Le deuxième problème est la liberté de circulation des capitaux contre la loi en vigueur : dans la grande majorité surtout lorsqu’elles concernent des entreprises, ces fuites fiscales sont légales, même si elles ne sont pas morales.

Si l’État est incapable d’équilibrer ses comptes et gérer ses deniers, pourquoi devrions-nous participer au gâchis national et entretenir un appareil d’État qui lui continue à vivre dans une folie dépensière tout en maintenant un train de vie somptueux ?

Dans le prochain volet je propose de vous parler des vilaines entreprises qui décident de ne pas payer leurs impôts en France.

 

Sur le Web:  https://www.contrepoints.org/2018/05/26/316755-plaidoyer-en-faveur-de-levasion-fiscale

Une irrépressible envie de fiscal

L’été approche et avec lui, cette période intéressante pendant laquelle, alors que les citoyens, les syndicalistes et les contribuables sont partis se dorer la pilule, le gouvernement va tenter de faire passer toutes les petites saloperies, les petits coups tordus, les petites lois assassines que les Français découvriront, effarés, à leur retour.

Alors que l’année passée, le gouvernement fraîchement nommé entendait toiletter vigoureusement le Code du travail (avec finalement un résultat pour le moins pastel) et l’année encore précédente, on sentait surtout un gros désir de sociétal, les options promettent d’être un peu plus étroites cette année.

Il faut dire que, malgré la flamboyante reprise (mais si) et la baisse palpable et durable du chômage (mais si), l’argent ne rentre pas aussi bien et autant que prévu dans les caisses de l’État qui, ne l’oubliez pas, a un très gros appétit.

Ici, point n’est besoin de s’étendre sur les petits dérapages budgétaires des uns ou des autres et soyons magnanimes : il est par exemple difficile pour nos députés d’être à la fois hyper-pointus dans leurs textes de lois, généralement si bien ficelés, et au top sur la gestion des finances de leur Assemblée. Compte tenu du rythme de galérien auquel ils sont astreints pour réformer la France « dans des proportions jamais vues » (puisqu’ils vous le disent), il était inévitable que le budget de fonctionnement de l’Assemblée dérape de 20 millions d’euros (une broutille), qui seront épongés en tapant dans la « réserve » (qui reste, quoi qu’on puisse dire, les poches du contribuables puisque c’est de là que l’argent provient toujours).

Et si l’on ne se penche donc pas trop sur les petites sorties de routes ici ou là, il reste néanmoins quelques soucis de trésorerie plus généraux à régler.

Eh oui : malgré toute cette flamboyance en pack de douze et ce spectaculaire en shrink-wrap, il faudra bien continuer à ne pas entretenir les routes départementales trouées, y disposer de jolis panneaux « 80 » tout neufs acoquinés à de tout nouveaux radars mobiles, à ne pas renouveler les matériels antédiluviens de l’armée, à distribuer des prébendes et de l’argent frais aux myriades d’associations lucratives sans but qui tètent vigoureusement aux généreuses mamelles républicaines, à produire de la culture française comme on débite de la saucisse industrielle et à éponger les dettes de toutes ces entreprises publiques, para-publiques, EPIC et colégram autres dont le service au public se résume essentiellement à une longue suite d’emmerdes gluantes.

Or, tout ça voyez-vous, ça coûte un fric fou !

Et dernièrement, il a circulé plusieurs informations cocasses qui pourraient introduire une insolente dose d’optimisme chez les Français. Il importe donc de remettre un peu les pendules à l’heure.

D’une part, le prélèvement à la source est toujours d’actualité.

Non, l’idée complètement idiote de Hollande et sa brochette de clowns à roulettes n’a pas été abandonnée et, pire encore alors que Macron avait toute latitude pour envoyer tout ce projet stupide aux oubliettes, le gouvernement actuel a continué sur la même lancée.

Certes, l’aspect désopilant des explications et des tentatives de camouflage qui entourent le projet n’échappera à personne. D’un tweet à l’autre, le comique de répétition s’installe même avec réjouissance.

Amélie de Montchalin

@AdeMontchalin

« L’objectif du prélèvement à la source c’est que le travail paye : désormais un euro gagné est un euro gagné et on n’aura plus besoin d’épargner pour payer ses impôts » @Europe1

Cependant, les dégâts que causeront immanquablement les dizaines de milliers de ratés et les erreurs sur les centaines de milliers de cas particuliers ingérables ne pourront probablement pas être versés au crédit du gouvernement ou de son budget. On peut d’ores et déjà s’attendre à de nouveaux moments de panique budgétaire dans les mois qui suivront la mise en place de l’usine à gaz.

D’autre part, si certains naïfs croyaient bêtement que la taxe d’habitation allait disparaître, ils en seront pour leurs frais.

Je l’avais largement expliqué dans un précédent billet et comme prévu, alors que cet impôt s’éteint doucement, une surtaxe s’éveille. De surcroît, foin de s’éteindre, il est déjà question de remettre en cause la fameuse (fumeuse ?) disparition : c’est bien joli de supprimer cette taxe d’habitation, mais ce serait sans compter sur Super-Bruno, le héros de la Justice Sociale en lycra moulant qui se chargera de rappeler que pour ceux qui ont aussi une habitation secondaire, ce serait vraiment trop injuste qu’ils en soient subitement exonérés : ♩ l’égalité en droit pour tous ♫, sauf les riches ♬, faut pas déconner ♪.

La suppression oui, mais pour tout le monde, non.

Il faut dire que cette suppression pourrait entraîner un manque-à-gagner™ de plus de 24 milliards d’euros. Et par les temps qui courent, avec 24 milliards d’euros, on peut en financer, des radars routiers pour ralentir les voitures, des avions qui ne volent pas et des trains qui ne roulent plus !

Malheureusement, même avec ces petits milliards ici ou là, ces petits arrangements ne suffiront pas pour aider à conserver le train de vie de l’État : miracle des miracles, les dirigeants commencent à comprendre que l’augmentation d’impôts tous azimuts ne peut plus être une réponse à tous leurs désirs humides de projets pharaoniques, de réformes minimales sur fond de communication luxueuse et de conservation des prébendes et autres fromages gras de la République.

Oui, vous l’avez compris : à côté du volet « recette » qu’ils s’emploient pourtant à conserver obèse, ils s’attaquent miraculeusement au volet « dépense ».

C’est d’ailleurs saisie d’un effroi d’ampleur biblique que la presse subventionnée nous relate cette nouveauté et commence l’exténuante description de ce qui pourrait advenir si jamais cette pente infâme était poursuivie : « le musée des horreurs » (ces mesures que personne ne veut prendre – sans blague !) vient de rouvrir et ce seraient certaines prestations sociales qui en feraient les frais…

Eh oui : il semble qu’après 50 années d’ouverture des vannes à argent public, après un demi-siècle de distributions tous azimuts, après des décennies à acheter une paix sociale en donnant à Paul l’argent pris de force à Pierre puis à ponctionner Paul pour en redonner une petite part à Pierre pour mieux le taxer ensuite, après des années à éparpiller de la richesse produite aux quatre vents des lubies sociales, politiques et économiques à la mode du moment, il soit arrivé ce moment tant redouté où l’argent gratuit des autres devient si difficile à trouver qu’il faille enfin réduire la voilure, fermer quelques robinets, assécher quelques sprinklers et couper quelques petits tuyaux d’arrosage.

Ouf. Il était temps, pourrait-on croire.

Hélas.

Parallèlement, tout indique que l’esprit français, énarque même, de nos politiciens n’a, malheureusement, pas bougé d’un iota.

À la complète incertitude fiscale qui se dessine encore une fois, tant au niveau des entreprises qui vont devoir composer avec le prélèvement à la source et les nouvelles lignes (et les polices de caractère plus épaisses) sur les feuilles de paie, qu’au niveau des particuliers qui ne sauront pas avant un moment s’ils vont devoir payer ou non cette taxe d’habitation qui a disparu mais oui mais non mais peut-être, il faut ajouter cette compulsion invraisemblable de nos dirigeants à vouloir absolument régenter, réguler et foutre les doigts de l’État partout où ils le peuvent et où il n’a rien à faire :

Edouard Philippe

@EPhilippePM

Dans le code civil, nous allons introduire noir sur blanc la considération des enjeux sociétaux et environnementaux dans la définition de l’entreprise.

Oui : pendant que les entreprises et les particuliers vont se débattre dans un océan d’emmerdes administratives supplémentaires, le gouvernement par la voix de son Premier ministre semble fermement décidé à en ajouter une couche.

Oui, ce pays est foutu. Mais ce qui ruinera définitivement le pays n’est pas, comme on pourrait le penser, ses syndicats fossiles, son administration pléthorique ou la mentalité de rond-de-cuir gauchiste qui a maintenant diffusé partout dans la société française, non. Ce qui ruinera définitivement le pays, ce seront ses politiciens qui, n’arrêtant pas d’ajouter du malheur au malheur, des lois aux lois et de changer de pied pour danser, finiront par rendre toute initiative impossible.

Immobile, le pays pétrifié sera enfin pacifié de l’intérieur.

Sur le Web:   http://h16free.com/2018/05/21/61009-une-irrepressible-envie-de-fiscal

Réduire la dépense publique : des pays l’ont fait ! Par Yves Buchsenschutz,

Contrairement à ce que l’on pourrait croire et comme nous allons le montrer, il est extrêmement simple de réduire la dépense publique.

On sait aujourd’hui par les études de l’iFRAP que le taux de prélèvements sur le secteur marchand est de 70% de la richesse produite, et que le nombre de fonctionnaires par habitant en France est parmi les plus élevés d’Europe. Ainsi en France le secteur public distribue gratuitement ou quasiment à la population [1] un certain nombre de biens, de prestations et de services qui sont de fait financés par des prélèvements soit sur les entreprises, soit sur les contribuables de toutes sortes, sous forme d’impôts, de taxes ou de cotisations. Le résultat global est une asphyxie progressive des entreprises qui perdent chaque jour en compétitivité (en particulier sur le plan international) et un exil perlé des contribuables les plus importants, lesquels sont également les investisseurs créateurs d’entreprises potentiels.

Cet effet de ciseaux, augmentation continue des dépenses publiques, diminution des contributions potentielles des entreprises et des assujettis, devrait aboutir logiquement à une paralysie globale du système. Tous les pays du monde, au moins ceux de l’OCDE, ont compris cette mécanique et ont appris à maîtriser ce glissement depuis le pic de « welfare state » de 1995 et la crise de 2008, sauf la France. [2]

Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est comment en sortir ? Tous les pays, la Suède ex-champion du monde du secteur public avant la France y compris, ont résolu le problème en figeant strictement les dépenses dans un univers en croissance. Cela signifiait des recettes supplémentaires à dépense constante, donc progressivement une baisse du poids relatif de l’Etat. Le Royaume-Uni et le Canada, eux, ont agi à la fois sur la croissance des recettes et la baisse des dépenses en valeur absolue, c’est-à-dire ont dégagé l’État d’un certain nombre de domaines. Ainsi la France devrait elle aussi amorcer la pompe : a minima geler les dépenses ! et injecter de l’espoir et de la confiance.

Que pouvons-nous observer depuis l’entrée en fonction de notre président il y a un an ? Une attitude et un climat délibérément optimistes, lesquels ont eu un effet psychologique positif sur les créateurs de richesse et les entreprises. La transformation de l’ISF en IFI, ainsi que l’instauration d’un taux unique de 30% sur les plus-values et les dividendes ont crédibilisé cette volonté d’avancer. L’accumulation des autres projets de réformes a également donné l’impression que quelque chose avait changé. Mais l’effort de la France semble s’arrêter là.

En effet, entre les projets et la réalisation finale, l’écart s’est le plus souvent révélé béant. Un seul exemple : Notre-Dame des Landes ! Que l’État français se contente en définitive de la vague signature de trois barbus et deux égéries pour leur faire cadeau, non seulement d’un projet d’aéroport à 1 milliard d’euros, mais au bout du compte également de la propriété d’un domaine public, voire pire, expropriés à d’autres citoyens, peut rendre perplexe sur notre interprétation de la notion d’égalité et de démocratie.

Et de ce point de vue, les Français voudraient voir des résultats plutôt que des explications.

Ceci sans compter un certain nombre de dossiers plus ou moins discrets qui donnent l’impression de vouloir reprendre d’une main ce que l’on a donné de l’autre : nous rangeons volontiers dans cette catégorie :
 l’augmentation des taxes sur l’essence ; 
 la nouvelle limitation à 80 kilomètres/heure ;
 le prélèvement à la source « délégué » aux entreprises ;
 les déclarations, payantes, de l’actionnaire majoritaire dans une entreprise ;
 l’augmentation des PV ;
 l’augmentation non compensée de la CSG pour les retraités ; 
 la taxe d’habitation des résidences secondaires ;
 la visite de sécurité renforcée des véhicules ;
 etc.

Ce n’est certainement pas comme cela qu’on va y arriver !

Pour résoudre une crise des ciseaux de ce type il n’y a pas trente-six solutions : la première mesure à prendre et au demeurant la plus puissante est d’améliorer les recettes à pression fiscale constante… c’est possible. L’entreprise (et le contribuable investisseur) se mettront davantage en marche s’ils constatent que la machine à prélever est stoppée. De plus, si l’État veut que les entreprises prélèvent l’impôt à sa place, alors il doit compenser cette prestation effectuée par les entreprises. Concrètement, cela veut dire améliorer leur financement, mais aussi les accompagner dans l’innovation, le développement, l’amélioration des marges, et l’exportation. L’augmentation des recettes fiscales viendra, naturellement, du développement de l’activité des entreprises. [3]

De l’autre côté, il faut, à défaut de les faire baisser, au minimum bloquer totalement en euros courants la croissance des dépenses. Si l’inflation est de 1,5% par exemple, il faut, a minima, demander à chaque responsable de budget public de faire un effort de productivité du même montant pour obtenir une production identique avec un peu moins d’argent ou de moyens l’année suivante. Et ceci pendant plusieurs années de suite. L’objectif standard d’un consultant qui arrive dans une société qui n’a pas été examinée depuis longtemps, est une augmentation de productivité d’environ 20% ! Par ailleurs, dans les sociétés normalement gérées, l’effort de productivité annuel demandé à l’organisation globale est le plus souvent fixé aux alentours de 3%. La réserve de progrès accumulée par le fonctionnement public, faute d’efforts, de remise en cause et surtout de concurrence, n’a aucune raison d’être différente.

Une autre fuite, plus subtile, est à tarir : l’État ne cesse de légiférer et de décréter, ce qui se traduit en général par de nouvelles contraintes financières ou règlementaires sur les entreprises ou sur les contribuables. Arrêtons cela, ou alors exigeons que toute nouvelle disposition soit compensée par une baisse des contraintes par ailleurs. [4] L’enfer est pavé de bonnes intentions.

L’amélioration du niveau de vie de chacun vient d’abord de la croissance continue de la productivité : si les agents publics ne sont pas capables ou refusent de faire leur part de cette remise en cause permanente, dérangeante il est vrai, alors il faut envisager sérieusement d’exclure ces agents du bénéfice de l’amélioration du niveau de vie ! Monsieur Macron devrait rouler en carrosse. [5]


[1Et ceci très largement : la mairie de Paris annonce sans vergogne que 85 % des Parisiens sont éligibles à une aide au logement, mais ne le savent pas !

[2A ce sujet, lire l’article d’Olivier Maurice paru le 21 avril dans Contrepoints « la France est un pays socialiste : la preuve par les chiffres »

[3Cela a déjà été constaté sur la fin 2017.

[4Cette disposition en principe existe déjà mais il faudrait la faire fonctionner réellement, voire la compléter.

[5Toute ressemblance avec la position de Monsieur Martinez, responsable de la CGT-SNCF serait purement fortuite.

Sur le Web:   https://entrepreneurs-pour-la-france.org/Edito/article/Reduire-la-depense-publique-des-pays-l-ont-fait

Le match France-Allemagne : ça s’aggrave ! PAR JEAN NOUAILHAC

En matière de compétitivité, de déficits et de dettes, l’écart continue de se creuser entre les deux pays voisins. Et, en plus, le pire vient d’arriver.

Le match France-Allemagne tourne de plus en plus à l'avantage de nos voisins...
Le match France-Allemagne tourne de plus en plus à l’avantage de nos voisins…

Il s’est passé beaucoup de choses durant la semaine écoulée avec ses deux ponts : usant à plein du système ubuesque des RTT, les Français se sont reposés, tandis que leur président s’est efforcé de convaincre en Allemagne une chancelière réticente, du haut de sa tour d’ivoire, à distribuer à ses voisins des étages inférieurs, dits du « Club Med », les surplus de son économie. Il s’est même permis, l’insolent, de critiquer, en public et en sa présence, son « fétichisme perpétuel pour les excédents budgétaires et commerciaux ». Une séquence inattendue dont le côté cocasse n’a échappé à personne en Europe. Le coq gaulois cherchant à donner des leçons de générosité et de bonne gestion au berger allemand, c’était d’évidence un peu osé !

Le prélèvement à la source, stade suprême de l’oppression fiscale par Erwan Le Noan

Dans un pays où les dépenses publiques atteignent le niveau record de 53,9 % du PIB en 2017, il est remarquable que cette ponction massive de richesse par les collectivités publiques se passe sans heurt. Cette capacité à porter atteinte au droit de propriété, de façon semi-consentie, illustre l’efficacité de l’administration qui a su développer les instruments pour collecter efficacement l’argent dont elle souhaite disposer. Dernière invention en date : le prélèvement à la source.

D’après Gérald Darmanin, il s’agirait d’ « une vraie simplification ». Le ministre du budget ajoute : « tout le monde y gagne ». Il aurait dû ajouter : « surtout l’Etat ».

Pour les services fiscaux, les avantages sont évidents. L’argent rentrera plus rapidement, plus facilement. L’Etat réalisera des économies (mais aucun poste ne sera supprimé…). Demain, il pourra même faire varier les taux sans que le contribuable ne s’en aperçoive trop !

Agents de l’administration fiscale. Pour le contribuable, justement, c’est une autre histoire. D’abord, il verra sa feuille de paie baisser. Ensuite, il n’échappera pas à la contrainte de la déclaration de revenus. Enfin, dès lors qu’il bénéficie d’une exonération (don, services à la personne…), il se trouvera visiblement dans la situation de devoir payer à taux plein pour n’être remboursé que de longs mois plus tard.

Quant aux entreprises, les voici transformées en agents de l’administration fiscale : demain, ce sont elles qui devront prélever l’impôt de leurs salariés et répondre aux multiples questions légitimes qu’ils auront face à ce mécanisme complexe.

Avec le prélèvement à la source, la société est mise au service de l’administration : c’est un extraordinaire outil d’externalisation de la complexité sur les contribuables. Une démocratie moderne devrait être inversée, l’Etat fonctionnant comme une plateforme de services, dont la vitrine simple et fluide cache un dédale de démarches compliquées, au service des citoyens.

L’Etat contemporain s’est mué en une extraordinaire machinerie dont le but est de prélever efficacement le maximum de ressources sur la société

Régression de la sphère privée. Le prélèvement à la source est ensuite une nouvelle illustration de la façon dont l’Etat fiscal marque un recul lent et inexorable de la liberté. En premier lieu, à travers une régression de la sphère privée. Lorsqu’on lui présenta le projet d’impôt sur le revenu, au tournant du XXe siècle, le Parlement s’offusqua : aller chercher dans les revenus des contribuables était une intolérable atteinte à leur intimité ! Aujourd’hui, les salariés verront leur taux d’imposition généralement révélé à leur employeur, dévoilant des informations jusque-là inconnues de lui. Quant à l’Etat, il continue de collecter, centraliser et accumuler toujours plus de données sur les citoyens…

En second lieu, à travers une progression du contrôle social, au nom de l’efficacité. Les exemples abondent : pourquoi faire la chasse aux particuliers qui partagent occasionnellement leur voiture ou leur logement, si ce n’est pour mieux les taxer ? Est-ce un hasard si, lorsqu’il pense régulation des GAFA, Bruno Le Maire ne parle que de la façon dont il pourra les taxer plus ? Le prélèvement à la source s’inscrit dans cette logique : l’Etat contemporain s’est mué en une extraordinaire machinerie dont le but est de prélever efficacement le maximum de ressources sur la société, sans qu’il soit certain que les prestations fournies en contrepartie soient réellement à la hauteur…Un seul chiffre pour l’illustrer : le taux de chômage des jeunes est supérieur à 15 % depuis 1982 (sauf un trimestre en 1989).

Sur le web   https://www.lopinion.fr/edition/economie/prelevement-a-source-stade-supreme-l-oppression-fiscale-erwan-noan-149450