Délires gouvernementaux (les Shadocks sont de retour)

M Bruno Le Maire, qui a fait l’ENA, ne semble n’avoir aucune notion d’économie. C’est très grave puisqu’il est ministre de l’économie ; quoique je pense, pour ma part, que l’économie se porterait beaucoup mieux sans l’intervention du gouvernement, et qu’un ministre de l’économie est parfaitement inutile.

M Bruno Le Maire, ce ministre qui veut réformer le capitalisme, ne peut s’empêcher de venir papillonner devant des médias complaisants pour raconter des inepties totalement déconnectées des réalités, prendre des mesures aberrantes et s’étonner ensuite publiquement de leurs conséquences.

Nous avons, en la personne de Bruno Le Maire, un véritable champion. Voyez plutôt :

Comment mettre en difficulté le secteur du BTP

Le gouvernement a décidé de supprimer progressivement l’ « avantage fiscal » accordé au GNR (gazole non routier) utilisé par les entreprises du BTP. Le but est de récupérer 1 milliard € de taxes pour financer les réductions d’impôts consenties aux particuliers (suppression de la hausse de la CSG). Il n’ y a d’ailleurs aucune justification écologique utilisable car, si les engins de chantier ne sont pas écologiques, il n’existe aucun matériel de substitution.

Ainsi donc, l’Etat fonctionnaire, plutôt que de réduire ses dépenses, continue sa dérive budgétaire et a décidé de taxer l’outil de travail des entreprises du BTP . Et un gros engin de chantier ne consomme pas comme une Twingo !

Les entreprises du secteur ont donc décidé de bloquer des dépôts pétroliers car elles essaient de se défendre devant la prédation fiscale ; surtout qu’en France, le pouvoir n’écoute ses interlocuteurs que lorsqu’il y a une menace de blocage du pays.

Evidemment, l’instabilité chronique des règles fiscales va continuer ses ravages et aura des conséquences qui sont totalement prévisibles. On fera le compte, dans quelques mois, des entreprises qui auront disparu et des salariés qui auront perdu leur emploi grâce au gouvernement !

Qui a dit que ce gouvernement allait tout faire pour redresser la compétitivité des entreprises ?

Les rétorsions américaines sur les exportations françaises

Bruno Le Maire n’avait pas pu résister au désir narcissique de venir plastronner devant la presse lorsque avait été mise en place la taxe GAFA.

La France avait bien essayé d’entraîner à sa suite les autres pays de l’Union Européenne ; sans succès ! Et elle n’a pas voulu entendre les objections qui lui ont été fournies à cette occasion.

Elle a donc décidé de faire cavalier seul ; l’objectif étant de récupérer, par le biais d’une taxe de 3% sur le CA des GAFA, environ 500 millions € par an qui seront payés en fait par … le consommateur français puisque c’est toujours l’utilisateur qui paie la taxe sur l’usage d’un produit ou d’un service !

Cette taxe a donc été soutenue par une opinion publique ignorante et manipulée à qui on a présenté les GAFA comme les abominables représentants du capitalisme américain ultra libéral et prédateur mais dont on … ne peut pas se passer !

Evidemment, c’était sans compter avec la réaction de D Trump qui a décidé de dégainer son arme favorite : le droit de douane à l’importation !

Il a donc décidé de taxer à 100% pour 2,4 milliards US$ d’importations françaises ciblées (vins, alcools, fromages et sacs à main).

Ainsi donc, pour que le gouvernement puisse gagner 500 millions (au mieux), les entreprises françaises vont subir 2.4 milliards de taxes sur leurs exportations vers les USA !

C’est évidemment un succès … retentissant pour l’Etat fonctionnaire français et son illustre représentant Bruno Le Maire !

Tout déconfit, celui-ci vient de se rendre compte que sa petite politique fiscale se retourne contre nous et va mettre en difficulté les producteurs français. Il n’a évidemment pas d’explication à fournir et se contente d’appeler désormais les autres membres de l’Union Européenne à la rescousse comme si ceux-ci étaient responsables, d’une quelconque manière, des seuls agissements français !

Visiblement, Bruno Le Maire a des difficultés à assumer ses « erreurs » et n’a désormais d’autre ressource que de faire passer la France pour la victime des odieux agissements américains !

Ce qu’il n’a visiblement pas compris, c’est que, si la France a bien été une grande puissance, c’était avant la première guerre mondiale. Elle n’est plus désormais qu’un petit pays qui n’est évidemment pas de taille à lutter avec l’empire américain !

Il faut juste être un petit haut fonctionnaire français pour l’ignorer !

La destruction de l’industrie automobile

Après des décennies d’incitation à acheter des véhicules diesel, le gouvernement a opéré une volte face complète et décidé brutalement, mais en faisant un gros clin d’œil à la secte écologiste, de tout faire pour en dissuader l’achat.

Les constructeurs français ont donc été sommés de redéployer leur outil de production vers les moteurs à essence qui sont … plus émetteurs de CO2 puisqu’ils consomment au moins 30% de plus qu’un moteur diesel.

Et, comme si cela ne suffisait pas, le gouvernement a décidé, par le biais du bonus/malus, de pénaliser les moteurs thermiques et de favoriser les voitures électriques ; sans aucune justification écologique puisque l’on sait que la construction d’une voiture de ce type pollue au moins deux fois plus qu’une voiture thermique (à cause de la batterie).

Or, l’outil industriel, quand on produit des millions de voitures et des millions de moteurs, est extrêmement difficile à redéployer rapidement au gré des … lubies des fonctionnaires.

Il ne s’est agi ni plus ni moins, pour le gouvernement, que d’une manière de forcer la main des constructeurs pour les faire fabriquer des véhicules électriques; alors que les constructeurs ne croient pas à la filière électrique ; ce n’est pour eux qu’un marché de niche à faible diffusion et ils ne modifient donc leur outil industriel que sous la contrainte.

Carlos Tavarès, PDG de PSA avait pourtant bien prévenu de l’inéluctable évolution de la situation en évoquant sans ambiguïté les « mirages de la voiture électrique ». Mais, évidemment, en France, quand un industriel parle à des technocrates, il n’est …ni écouté ni entendu !

Le pire est que l’on sait de manière certaine que le marché de la voiture électrique n’existe QUE parce qu’il est subventionné et la Chine vient d’en donner la preuve. Les ventes de véhicules électriques s’y sont écroulées de 34% lorsque la prime fiscale à l’achat a été divisée par deux en passant de 6.600€ à 3.300€.

En France, la prime fiscale reste de 6.000 € sous une nouvelle condition à compter de 2020 : que le prix de la voiture ne dépasse pas 60.000 € ; ce qui est pleinement satisfaisant lorsque l’on sait que le prix moyen d’une voiture achetée par le consommateur français s’établit à 20.000 € !

Imperturbable, le gouvernement a décidé, si j’ose dire, d’accélérer … Un nouveau barème du bonus/malus va être mis en place et il s’apparente à un véritable massacre fiscal dont les conséquences sont totalement prévisibles ; surtout qu’il va y avoir un premier barème à compter du 1er janvier 2020 et un second barème à compter du 1er mars 2020. La confusion la plus totale règne désormais sur le secteur !

Il faut être lucide, le massacre de l’industrie automobile ne fait que commencer !

Les conséquences de ces « politiques » ne vont pas tarder à se faire sentir surtout que le marché mondial de l’automobile est en chute du fait du ralentissement économique mondial et des nouvelles normes. Le ralentissement du marché chinois, la baisse de dynamisme du marché américain après 8 ans d’expansion très rapide dopée par un crédit gratuit ou presque, ont fini par toucher l‘industrie européenne depuis la fin de l’année dernière.

Les constructeurs sont confrontés à un phénomène qui n’est pas un cycle économique normal puisqu’ils font face à une rupture technologique qui va coûter des centaines de milliards ; tout en étant menacés, au niveau européen, de payer des milliards de pénalités si leur gamme émet trop de CO2.

Le reploiement industriel forcé du fait de l’obligation qui leur est faite d’abandonner, à terme, le véhicule thermique alors que la voiture électrique n’a nullement fait la preuve de sa capacité à le remplacer, va coûter une fortune.

Voyant se profiler la catastrophe, ils n’ont pas manqué d’évoquer la situation auprès du gouvernement.

Bruno Le Maire y est donc allé de sa déclaration au mieux inutile et au pire provocatrice : « Oui, 2020 sera compliquée, mais l’industrie automobile française peut passer la tempête et surtout en sortir renforcée. Nous pouvons gagner cette bataille ». Visiblement, Bruno Le Maire se prend pour un acteur du secteur ; lui, l’archétype du haut fonctionnaire qui n’a jamais rien fait, qui n’a jamais travaillé dans l’industrie et qui n’a déclaré, dans l’inventaire de son patrimoine, aucune action ou part d’entreprise.

Bruno Le Maire a aussi déclaré, devant un parterre médusé, trop poli pour réagir violemment, d’équipementiers (qui vendent aux allemands), qu’il allait déplafonner le montant du malus, pourtant déjà fixé au montant complètement délirant de 12.500 €, pour … « aider » la filière !?!

Oui, car, dans l’esprit de Bruno Le Maire, le déplafonnement du malus a pour but d’aider les sous-traitants ; c’est à dire qu’il entend aider l’industrie automobile en augmentant la fiscalité qui lui est applicable.

Son argument est imparable : “Je veux taxer la pollution”… tout en soulignant, histoire de rassurer son auditoire, que le déplafonnement ne va toucher quasiment aucun véhicule fabriqué en France. Ce faisant, il oublie que si les constructeurs allemands ne vendent plus, les équipementiers ne pourront plus leur vendre leur production !

L’Etat fonctionnaire met donc en place un système complètement fou de prédation fiscale sur les voitures neuves compensé par des subventions aux constructeurs et sous-traitants.

D’un côté, on vous tabasse fiscalement lors de l’achat et de l’utilisation d’un véhicule, ce qui met le secteur industriel en difficulté et d’un autre côté, pour sauvegarder ce même secteur, on va aider les entreprises mises en difficulté en leur distribuant des subventions !

Il n’y a aucune logique économique là-dedans ; il s’agit juste d’une ineptie, d’un délire de fonctionnaire, d’une pompe à Shadocks fiscale avec tous les effets prévisibles compte non tenu du fait qu’il y a tout lieu de penser que les aides seront distribuées par préférences aux copains ou aux plus soumis … ce qui faussera encore un peu plus le marché.

Daimler, Audi et BMW ont d’ores et déjà prévu au total la suppression de 25.000 emplois ; ce qui n’a fait qu’attirer les commentaires narquois des français à propos de la fragilité du modèle productif industriel allemand basé sur l’exportation de voitures alors que le notre, basé sur les aides sociales financées par l’emprunt, est évidemment beaucoup …efficace !

Quand on connaît la puissance industrielle et financières de ces groupes industriels et que l’on apprend qu’ils prennent ce type de mesures, il y a lieu de se poser quelques questions ; mais apparemment ce n’est pas le cas de Bruno Le Maire !

Les constructeurs français n’ont pour l’instant rien annoncé mais la catastrophe sociale se profile dans les mêmes proportions (on parle de 15.000 emplois) et ce sera … exclusivement de la faute du gouvernement !

En outre, quand le pouvoir administratif détermine la nature de la production industrielle, oriente le comportement des consommateurs en les contraignant à certains achats et intervient directement sur l’économie par le biais du financement, cela s’appelle du socialisme soviétique !

Au-delà de l’imposture et de l’hypocrisie, ce qui est terrible avec ces politiciens fonctionnaires, c’est qu’ils n’ont de cesse de mettre des obstacles en travers des entreprises, de les mettre en difficulté pour se présenter ensuite comme leurs sauveurs.

Et tout ça dans quel but ?

La France ne « pèse » que 1% de la production de CO2. Contraindre l’industrie et les français à faire des efforts extrêmement coûteux pour gagner 0.05% d’émissions d’ici 10 ans et imposer des voitures électriques hors de prix aux batteries non recyclables est une véritable hérésie qui n’aboutira qu’à la fermeture de nos dernières usines et à la perte de dizaines de milliers d’emplois.

Car, ce que n’ont pas vu Bruno Le Maire et ses collègues, c’est que les constructeurs sont désormais suffisamment internationalisés pour échapper à terme à ces contraintes. S’ils constatent qu’il n’est plus possible de produire en France, ils fermeront les usines et se redéploieront dans des pays moins idéologiquement dérangés ! Il ne faut pas oublier que de 3,6 millions de véhicules en 2004, la production automobile devrait chuter à 2,2 millions en 2019 et à 1,7 million l’année prochaine. En termes d’emplois directs, hors intérim, l’industrie n’occupe plus que 185 000 postes contre 300 000 en 2006 et probablement beaucoup moins dans quelques années.

Enfin, les fonds de soutien qui vont être créés par le gouvernement vont être jugés illégaux par Bruxelles parce qu’ils vont avoir pour effet de fausser la concurrence !

Et le pire, c’est que Bruno Le Maire espère que tout ça va fonctionner et qu’avec 50 millions € de subventions, il va sauver le secteur. Dans son inconscience, il espère même que les constructeurs vont relocaliser leur production en France en pratiquant explicitement toutefois un chantage fiscal car, oh surprise, les deux véhicules les plus vendus en France, la Clio et la 208, ne sont d’ores et déjà plus produits en France !

Nous assistons au naufrage de cette « élite », de ces hauts fonctionnaires ultra étatistes inconscients, spécialistes de l’impôt compulsif dont Bruno Le Maire est le plus « illustre » représentant.

Le plus grave c’est qu’elle nous entraîne avec elle dans ses dérives complètement folles !

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : la reproduction du présent article n’est autorisée qu’à la condition de le reprendre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

7 réflexions au sujet de « Délires gouvernementaux (les Shadocks sont de retour) »

  1. Questions que je me pose : pourquoi les constructeurs automobiles et en particulier allemands se laissent-ils faire ? Idem pour les pétroliers ? Idem pour le syndicat IG Metal d’ailleurs ? Quand on dispose d’une telle puissance industrielle et financière, il n’est quand même pas difficile de se débarrasser de quelques guignols. Carlos Ghosn en prison, ce serait un avertissement aux autres patrons de l’automobile ?

    1. Bonne question !

      plusieurs réponses !

      – les industriels ne font pas de politique et ne sont pas outillés pour faire de la comm’,
      – ils ont peur du pouvoir de nuisance des politiques et des fonctionnaires, et notamment de l’exploitation de l’opinion publique
      – ils se pensent plus malins que les politiques et fonctionnaires et pensent pouvoir s’en tirer du fait de leurs liens et relations dans les cabinets ministériels,
      – ils craignent, s’ils s’opposent, de ne pas percevoir les aides promises (j’en parle à mots couverts dans l’article). En France, il existe une forte tendance au capitalisme de connivence entre les grandes entreprises et l’administration.

      Pour prendre l’exemple du MEDEF, j’ai toujours été stupéfait par leur aptitude malsaine à entrer dans les jeux de comm’ du pouvoir alors qu’ils savent que les mesures prises sont mauvaises.

  2. Bercy est le 1er responsable des taxes, impôts et de la situation économique ! L’affrontement est donc inévitable entre les citoyens du secteur privé et Bercy car on ne peut pas discuter avec Bercy .
    La décision des taxes vient de Bercy , c’est évident tant leur pouvoir est puissant , digne de la «mafia» Bercy a tellement de pouvoir qu’il ne réfléchit plus. Il n’y a pas de contre-pouvoir politique . Pour Bercy donc réfléchir n’est pas nécessaire , c’est pour cela que Bercy peut agir hâtivement et prend de mauvaises décisions .
    Il faudrait avoir une vision globale à intégrer . La France est le pays où il y a le plus de taxes au monde , les prélèvements dépassent en 2018 les 1000 milliards d’€ par an et la dette française est de + de 2200 milliard d’€ qui augmente chaque année. L’irruption du volcan France est pour bientôt, comme Pompéi, la France sera enseveli par une dette !

  3. L’équipe gouvernementale actuelle est atteinte de tellement de maladies neurologiques que si elles étaient soignées le déficit de la sécu doublerait en l’espace de la fin de la présente législature, alors que faire ? abréger leurs souffrance ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *