Esclaves de la croyance facho-communiste.

Il ne s’agit pas ici de dénoncer un quelconque complot, de lancer des accusations aux personnes, mais tout simplement d’essayer de comprendre comment cette croyance s’est installée, nous envahit, nous détruit.

Le phénomène est d’autant plus fort qu’il résulte de deux croyances qui se sont mises en synergie, ce qui est assez rare, les croyances ayant naturellement tendance à être incompatibles, chacune hégémonique, donc à se neutraliser.

La première croyance : le communisme

Au 19ème siècle Marx émettait l’idée que l’industrie — nouvelle économie — alors propriété exclusive de l’aristocratie agricole éclairée, des bourgeois ou des banquiers, des possesseurs du capital, était une injustice. Il militait pour que l’outil de production appartienne aux travailleurs, à ceux qui pensait-il apportaient la plus-value, qui alors étaient fort mal traités. Cela avait du sens.

Mais Marx se trompait profondément sur la prédominance du capital dans l’économie, qui n’y est qu’un outil même s’il s’avère indispensable. Il passait ainsi à côté de l’essentiel, des vrais moteurs de l’économie qui sont le risque et l’innovation.

Ceux qui ont tenté de mettre en œuvre les hypothèses de Karl Marx se sont fracassés du fait de ces erreurs de base.

Les autres, les capitalistes libéraux, ont abouti à des sociétés où nul n’est empêché de créer des structures de production collectives, elles sont même fiscalement favorisées. Pourtant les candidats ne se bousculent pas au portillon.

Les mutuelles ne sont que façade, j’ai la connaissance des Assemblées Générales de la MACIF où pas un délégué ne peut emmètre la moindre critique, où tout marche à la baguette, pas collectif pour un sou. Les hommes aiment les honneurs pas le risque, les dirigeants de la MACIF distribuent des honneurs pas des responsabilités qu’ils se réservent jalousement.

Par ailleurs Marx n’était pas fondamentalement hostile à la propriété, il avait simplement une autre idée des propriétaires et pensait que selon les propriétaires la propriété ne crée pas la même société, il rêvait par ce transfert d’une société meilleure. Là aussi il se trompait, lourdement, ce fut pire.

Quoiqu’il en soit, le communisme façon Marx a disparu, mais il a laissé un fantasme tueur, l’idée d’égalité.

Pas l’égalité universelle, légitime, intellectuelle, de tout homme par rapport aux autres hommes indépendamment des hiérarchies sociales, mais l’égalité bassement matérielle ramenée aux mêmes biens pour tous. Donc du vol du possédant pour donner au démuni.

Ce qu’il est convenu d’appeler l’égalitarisme, qui génère la mendicité armée, et finalement l’inutilité du risque et de l’innovation donc la mort de l’économie.

L’égalitarisme, fils du communisme, est une croyance aujourd’hui enracinée, malheur à celui qui n’y croit pas.

La deuxième croyance : l’Etat

L’Etat cette abstraction dont souvent je me moque, au risque de passer pour un anarchiste que je ne suis pas.

L’Etat se définit d’abord par des frontières, prisons relativement récentes et contraire à toute animalité, à toute vie.

A l’intérieur de ces frontières nous dit-on les occupants s’organisent comme ils le désirent. Alors là je demande à voir.

Il parait que la meilleure solution d’organisation consiste à donner le pouvoir à une majorité et le droit qui va avec d’exploiter les minorités.  Les hommes aiment ce système, chacun pensant que ses amis ayant aujourd’hui ou demain la majorité il peut ou pourra largement se servir sur le dos des minorités. Pas très ragoutant tout ça.

En fait le principal attrait de l’Etat est qu’il possède exclusivement la force, puisque lui seul possède les armes.

Comme chacun pense y trouver son compte pour les raisons avancées plus haut, l’Etat est sacralisé, sa force idéalisée.

C’est ici que la dimension fasciste de la pensée se précise : “Tout pour l’Etat, tout par l’Etat, rien en dehors de l’Etat” est une devise très actuelle, c’est celle du fascisme.

Ce repli vers l’Etat, ramené jusqu’au clocher local, est source de potentialité de pouvoir, d’ordre au profit du plus fort que chacun croit être, tandis que le monde, l’infini, ne sont que risque et inconnu.

Les synergies

L’égalitarisme qui a besoin d’armes pour déposséder les possédants, qui ne sont évidemment pas d’accord, croit se trouver en bonne situation à l’intérieur de frontières qu’il imagine complices.

Alors que la réduction du territoire n’a pour effet que d’exacerber les tensions, de mettre en exergue les exactions.

Les deux croyances ont déjà par le passé souvent marché de concert, cela c’est toujours mal fini, sans exception.

Le pire est que ceux qui croient bénéficier du concept seront aussi à terme les esclaves à venir du système qu’ils mettent en place, qui comme toute croyance irraisonnée ne peut que dérailler.

Les esclaves du facho-communisme c’est nous aujourd’hui, se seront ses zélateurs demain.

Bon premier Mai.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

7 réflexions au sujet de « Esclaves de la croyance facho-communiste. »

  1. Bonjour il faut changer de gouvernance bientot les choses avancent sortir
    Du système quitter l Europe lutter contre l évasion fiscale récupérer
    Tout ce que les francais paient pour l Europe se dégager de la dette Qui en réalité n existe pas mais obligent les francais à payer toujours plus lutter contre les injustices fiscales sociales aider les gilets jaunes dans les assemblées délibératives
    Voter çe que vous voulez aux européennes mais faites obstacle à Macron ét sa tete de liste l’oiseau qui est malhonnête de mauvaise foi Qui avait oublié qu elle était à sc po avec les ultra droite gud ils mentent sur tout sur l intrusion à la
    Salpetriere ils ne savent pas quoi inventer pour pouvoir mentir et accuser le
    Peuple de france les gilets jaunes marins lepen dupont signant salvini castaner nunez comme macron sont des menteurs pour Notre Dame meme chose le
    Projet etait prêt vente du parvis a unibail pour faire une galerie marchande?! C e sont des destructeurs de notre civilisation destructeurs de notre identité francaise destructeur de la religion catholique tout à l avenant le projet de ND dans les paroles de macron on La rebâtira bien plus belle encore ?! Avec des pyramides partout?! On perçoit La une volonté de nous tuer de nous détruire et de nous amener à la misère ?! De quel front diminue t on les retraites alors que nous avons cotisé pour toucher çe sue nous devrions toucher? Indexation après la sousindexation en 2021 voire en 2022 ? Ca laisse le temps de faire crever les vieux comme ça il récupérera nos retraites?! Bémol s il est envier La?! Il est avec sa clique ignoble c est un dictateur malade mental dangereux comme dit le dr segatori il ne fait rien pour éviter les maladies agriculteurs enfants maformes
    Non Monsanto a raison c est effrayant c est digne de ce qui s est passé lors de la
    2 e guerre mondiale il veut apparemment nous faire revivre les mêmes carences
    Alimentaires et autres l autisme les paralysies des enfants en fauteuil roulant comme aux us c est un monstre qui prépare le nouvel ordre mondial ét la réduction de la population comme définie par les rothchild et comme tous ces
    Fachos criminels je vous dis il y aura un 2 e Nuremberg car c est trop vraiment
    Trop pour noyer nation? ! A bientot

  2. Ce n’est pas de réformes que la France a besoin c’est d’une révolution.
    La France est actuellement piloté par 5.000 énarques qui n’auront pas disparu si l’école est dissoute et remplacée, si elle est remplacée elle reproduira les mêmes enseignements par les mêmes enseignants pour les mêmes formés. Songez donc que chaque année ce sont 170 nouveaux énarques qui sortent de l’école et qui doivent 10 ans à l’état qui leur à payé leurs études…
    Ce pilotage depuis 1945, nous a valu les syndicats financés par nos impôts https://www.lci.fr/societe/combien-les-syndicats-touchent-ils-vraiment-dargent-public-1513719.html ou rapport Perruchot, les associations subventionnées pour environ 40 milliards €, etc….
    Qui autorise à subventionner la presse, les syndicats, les associations (40 Mrds euros), les 387 comités Théodule encore appelées « commissions et instances consultatives et délibératives » etc. avec mes impôts ? Il est absolument nécessaire de pouvoir contrôler l’emploi de mes impôts autrement qu’avec la représentativité parlementaire au service du pouvoir en place mais pas de à celui du peuple.
    C’est bien d’une révolution dont il s’agit. Les Gilets jaunes en seront-ils à l’origine ?

  3. Dans ce pays on fait toujours croire qu’il y a un trésor caché sous l’Elysées ou encore qu’il est possible de vivre des flux (dividendes, coupons, intérêts, loyers) et des stocks (patrimoines) des “riches” mais ce qu’il faut savoir c’est qu’un riche ne vit pas de son capital=patrimoine=stock sinon il dilapide son avoir et se ruine. Il vit donc de son flux et là la surprise ne tardera pas car selon l’INSEE dans son rapport file:///D:/PAYS/France/Statistique%20publique%20-%20site/redistribution%20INSEE%20-%20FPORSOC18.pdf
    Page 182 : « Pour mesurer l’impact des prélèvements directs et des prestations sociales sur la répartition des richesses, le revenu des ménages est comparé avant et après redistribution monétaire. En 2017, avant redistribution monétaire, le niveau de vie moyen des 20 % de personnes les plus aisées est de 56 130 euros par an et par unité de consommation (UC). Il est 8,4 fois supérieur au niveau de vie moyen des 20 % de personnes les plus modestes : 6 720 euros par an. Après redistribution, ce rapport est de 3,9 : le niveau de vie moyen des 20 % de personnes les plus modestes a augmenté de 72 % et celui des 20 % les plus aisées a diminué de 20 %. La réduction des écarts est encore plus grande aux extrémités de la distribution des revenus : les 10 % de personnes les plus pauvres disposent d’un niveau de vie moyen avant redistribution de l’ordre de 3 260 euros par an, contre 73 160 euros pour les 10 % les plus aisées, soit 22,4 fois plus. Après redistribution, ce rapport passe à 5,6. » pour le reste tous les prélèvements prenant leur source dans les créations de biens et services sont intégrés dans les prix de revient donc payés par l’ensemble des consommateurs.
    Ces 10 % les plus riches représentent une population de 3.788.918 contribuables dont le revenu fiscal est de 288.564.000.000 €, si l’on divise par le nombre total de foyers fiscaux cela représente 7.616 € la première année de confiscation car ensuite ces spoliés ne travaillant plus, leurs flux se tarissent. Retour à la case départ ? Non retour à l’extrême pauvreté et à la déception, car ceux qui prônent l’égalitarisme n’ont jamais travaillé pour créer ces flux.
    Pourquoi aucun gouvernement soit disant libéral, de droite ou autre ne le dit ? Tout simplement parce qu’il est socialiste ou pire

  4. « Tout pour l’Etat, tout par l’Etat, rien en dehors de l’Etat » est une devise très actuelle, c’est celle du fascisme. Fascisme avec ses crimes légalisés.
    Mais imaginons que l’Etat nous “représente”réellement, par le biais de ceux que nous payons à cet effet et qui sont désignés par la Constitution comme “nos représentants ! Ainsi, l’Etat est nous.
    Et comment alors le fascisme serait-il possible de soi contre soi ?

    1. Bonjour,
      Ceux qui sont élus représentent effectivement ceux qui ont voté pour eux, mais pas l’Etat.
      Au mieux l’Etat pourrait être un effort commun d’actes et de pensées dans le but de réaliser un objectif inaccessible individuellement, une sorte “d’état collectif”.
      Impossible à imaginer global et régi par une majorité en opposition avec une minorité, mais uniquement ponctuel et unanime.
      Toute autre hypothèse n’est qu’une croyance destinée à abuser la population au profit des “hommes de l’Etat”.
      Bien à vous.

  5. Une réflexion sur la logique de l’ETAT Français en particulier:
    – ceux qui travaillent beaucoup commettent beaucoup d’erreurs.
    – ceux qui travaillent moins commettent moins d’erreurs
    – ceux qui ne travaillent pas ne commettent pas d’erreurs,
    – ceux qui ne commettent pas d’erreurs montent en grade.
    La France , une réalité qui fait peur , une culture de l’ambition et pas du talent.

    Mais une personne qui n’a jamais commis d’erreur n’a jamais tenté d’innover.

    1. Un formaté par le système ne peut concevoir d’innover puisqu’il tire son salaire d’obéir. Pour désobéir au système, il faut des convictions qui se forgent généralement à l’observation des injustices qui, répétées, constituent des crimes. Voir EICHMANN à Jérusalem : il n’a jamais tué un Juif ! il a seulement organisé la déportation vers la mort de 4 millions d’entre eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *