Français, on vous a trompés !

Pendant longtemps, les français ont cru qu’ils habitaient un grand pays, fondateur des droits de l’homme, qui avait apporté la lumière au monde, un pays libre avec une démocratie exemplaire.

On leur a expliqué pendant des dizaines d’années qu’ils avaient droit à des services publics hors pairs, à  la meilleure sécurité sociale, au meilleur système hospitalier, au meilleur système de retraites et au meilleur système d’enseignement ! On leur a aussi expliqué que l’Etat, qui était un vrai stratège, était là pour les protéger !

Et, pendant longtemps, les français ont cru à ce discours enchanteur. Avec l’accident fortuit du Covid, le mythe vient d’exploser et ils viennent de comprendre :

-Que les fameux services publics que le monde nous envie sont couteux et inefficaces, et que, bien souvent, les autres pays font mieux pour moins cher !

-Que l’hôpital est en pleine décrépitude,

-Que la sécurité sociale fonctionne sans notion de cout, qu’elle est abondamment fraudée avec la complicité des organismes gestionnaires, qu’elle est très couteuse et qu’il n’est pas possible de faire de comparaison ni de s’assurer ailleurs puisqu’il s’agit d’un monopole,

-Que, dans certaines régions (rurales) il devient très difficile de trouver un médecin généraliste, un dentiste, … signe évident qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas !

-Que l’enseignement n’enseigne plus rien avec une baisse dramatique du niveau des élèves,

-Que le système des retraites par répartition est au bord de l’implosion et qu’il va encore falloir le réformer pour le « sauver » ; évidemment au prix du sacrifice des retraités !

-Que la France, pays de l’égalitarisme forcené, génère des inégalités flagrantes ; en particulier entre salariés du secteur public et ceux du privé,

-Que la France est le pays des monopoles : (sécurité sociale, SNCF, EDF) mais que tout ça fonctionne très mal tout en coutant extrêmement cher notamment parce que la collectivité doit payer des avantages « spéciaux » à toute une catégorie de personnels (SNCF, EDF, RATP) !

Et finalement, ils se rendent compte la seule stratégie réellement mise en place a été le siphonnage de leurs revenus par toujours plus d’impôts dans un double but :

-d’une part, pour déverser des aides en tous genres sur une partie de la population la rendant, par clientélisme, totalement dépendante des services de l’Etat ;

-et d’autre part pour couvrir des désastres industriels (Crédit Lyonnais, SNCF, Areva, Plan Calcul, air France, …) dont le bilan se chiffre en centaines de milliards de pertes !

Et finalement, ces français constatent que « plus ça va … moins ça va » ; c’est à dire que la dégradation est permanente  alors que, parallèlement, les demandes d’aides auprès des restos du cœur sont en hausse de 30%, signe d’une violente paupérisation de la population !

Une administration qui perd le contrôle

On le constate avec l’épidémie, mais celle-ci n’est qu’un révélateur des problèmes accumulés, l’Etat fonctionnaire a cru qu’il pourrait maitriser la situation de la seule façon qu’il connaisse c’est à dire … en prenant toujours plus de mesures contraignantes, certaines totalement infantilisantes, dont les effets sont surtout catastrophiques pour l’économie sans vraiment avoir eu d’effet sur la propagation de l’épidémie !

En fait, au-delà de ce constat et depuis sa prise de contrôle, dans les années 70, l’Etat fonctionnaire est confronté à une dérive des couts qu’il n’a jamais pu enrayer et qui a provoqué une dérive de la fiscalité et des prélèvements obligatoires, bien supérieure à l’inflation ; dérive qui n’a eu pour résultat essentiel que de rendre le pays de moins en moins compétitif avec, pour effet induit, de détruire les entreprises et les emplois…

La dérive de l’Etat et des comptes publics n’est donc surtout pas un hasard et elle s’est accélérée ces dernières années puisque la dette publique est passée de 2.000 à 2.200 et désormais à 2.700 Md € sans aucun espoir d’amélioration à quelque échéance que ce soit !

Comment expliquer ce phénomène ?

Il n’y a qu’une seule explication : on a trompé les français qui ne demandaient qu’à croire ce qu’on leur racontait et les auteurs de cette tromperie sont ceux qui bénéficient du système mis en place ; autrement dit cette caste de la haute fonction publique (7.000 personnes environ), issue pour l’essentiel de l’ENA, qui a mis en coupe réglée le pays à son profit.

Elle a imposé ses normes, ses règles tatillonnes, ses directives, fixé les impôts au maximum de l’Union Européenne ; à tel point que les entreprises ne s’en sont pas remises ou ont délocalisé pour échapper à l’enfer fiscal français !

La France est devenue le premier pays exportateur mondial de riches qui … fuient leur pays pour échapper à la spoliation car, si vous ne faites pas partie de cette nomenklatura, votre sort est réglé : c’est celui de la victime totémisée qui devra payer pour expier ses fautes !

Mais, bien entendu, face à cette dégradation, le complexe politico-administratif avait ses explications qui ont été répétées pendant des années et ont été relayées servilement par des médias grassement subventionnés : « S’il y avait des chômeurs et des déficits c’était à cause des riches, des employeurs, des entrepreneurs, des fraudeurs fiscaux, des paradis fiscaux, de la mondialisation, de l’€ ou même de l’Allemagne et désormais des GAFAM ».

Cette propagande a aussi permis de faire croire aux français qu’on pouvait s’enrichir en spoliant les autres parce que les riches étaient tous des voleurs, des fraudeurs fiscaux et que seuls les honorables, modestes et honnêtes membres de la haute fonction publique étaient dignes de leur considération car eux non font pas de bénéfices, ils sont au service des français !

Exciter la population en stigmatisant les autres est un exercice pratiqué abondamment par les hommes de pouvoir de l’Etat fonctionnaire car c’est une manière très commode d’éluder leurs responsabilités.

Parallèlement, l’Etat fonctionnaire a eu recours, de manière systématique, à une novlangue (George Orwell – 1984) devenue la norme de la technocratie bureaucratique.

On nous parle de ministère de la transformation et de la fonction publique alors qu’il n’y a rien de plus immobile qu’une fonction publique qui impose toujours ses règles et agit dans un cadre non concurrentiel, non soumis au marché !

Nous avons un ministère des solidarités et de la santé parce que la solidarité est devenue le maitre mot de la spoliation ; ce qui veut dire que si vous n’acceptez pas la spoliation vous n’êtes pas un bon français parce que vous n’êtes pas solidaire ! Même le président Macron nous expliqué, au mépris des dispositions constitutionnelles, que nous ne sommes plus libres mais seulement solidaires ; ce qui constitue, à tout le moins, l’aveu freudien de l’enchainement de la population par des règles toujours plus contraignantes !

Malheureusement, lorsqu’on retourne l’argument vis-à-vis de la caste au pouvoir on a du mal, au-delà des nombreux privilèges qu’elle s’est auto-attribuée, à voir une quelconque solidarité de sa part !

Nous avons un ministère de l’économie des finances et de la relance alors que c’est l’administration fiscale, par ses prélèvements excessifs, qui bloque le pays ; étant précisé par ailleurs que tout prélèvement fiscal, par nature, va forcément à l’encontre de toute relance puisqu’il s’agit d’un prélèvement sur la richesse produite et qui ne sera pas réinvesti dans l’économie !

Nous avons un ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales alors que certains départements sont en train de devenir de véritables déserts.

Et finalement, quelle réalité ?

L’Etat fonctionnaire édicte des lois inutiles à un rythme de plus en plus rapide (lois sur la sécurité globale, sur le séparatisme, sur l’écocide) justifiant une intervention permanente dans tous les domaines alors que ses employés n’ont aucune compétence dans bien de ces domaines et que les missions régaliennes sont mal assumées.

C’est dans la fonction publique que les salaires sont les plus élevés, que c’est encore dans la fonction publique qu’on travaille le moins, mais que c’est encore dans la fonction publique qu’on part le plus tôt en retraite avec les meilleures pensions ! Or, la fonction publique ne produit rien à part des normes et des contraintes  et son action ne va jamais que dans un seul sens : toujours plus de contraintes !

La fiscalité initialement conçue comme un moyen de financement des actions de l’Etat a dérivé vers un impôt idéologique et une spoliation fiscale au mépris des principes fondateurs de 1789 !

Lors du confinement, seuls les fonctionnaires pouvaient rester chez eux tout en étant payés de l’intégralité de leur salaire ; inégalité flagrante et d’autant plus flagrante que ces salaires sont prélevés sur les impôts payés par les autres !

La haute fonction publique a été en mesure de littéralement truquer les dernières élections présidentielles en faisant tout pour discréditer le candidat de la droite par le biais d’un raid judiciaire dans le but de promouvoir son poulain ; un jeune haut fonctionnaire de 40 ans sans expérience politique, sans mandat mais apte à défendre au mieux ses intérêts !

Au-delà d’un travestissement constant de la vérité, la France est en train de glisser lentement mais surement dans tous les classements internationaux que ce soit pour la richesse, l’industrie, le PIB, l’éducation, l’attraction fiscale …. Car atteindre le summum de la fiscalité ne conduit finalement … qu’à la pauvreté car on sait très bien que l’impôt n’enrichit pas celui qui le paie !

Quelles conclusions ?

Tout simplement que la haute fonction publique a fait, ces dernières décennies, sa propre auto promotion, aux frais des français (puisque ce sont eux qui paient pour tous ces plantureux avantages), en faisant croire à un mythe !

Ce mythe vient de tomber parce que les français, du moins une partie d’entre eux, constatent que l’administration, loin de les protéger, les contraint à l’inaction, au chômage et à la faillite ; surtout que, bien souvent, les aides promises à grand renfort de communication … n’arrivent pas !

C’est juste la faillite d’un système collectiviste qui ne dit pas son nom et qui prépare les gens à un futur rationnement sur tous les plans (électricité, de déplacement, des pensions de retraite, du travail, des revenus …) ; l’’incohérence de l’action gouvernementale ayant atteint son apogée lorsqu’on nous annonce de futures coupures d’électricité en janvier ou février parce que F Hollande et E Macron, pour complaire à des écolos décroissants, ont décidé de fermer la centrale Fessenheim qui fonctionnait parfaitement, afin de miser sur des énergies dites renouvelables qui ne sont ni stables ni abondantes mais très couteuses

La faillite du toujours plus d’Etat !

Pour l’instant l’Etat fonctionnaire et sa nomenklatura, qui ont failli à peu près dans tous les domaines, tentent de garder le contrôle en augmentant toujours plus leur emprise sur la société en multipliant les effets d’annonce, malheureusement non suivis d’effet, tout en prenant toujours plus de textes liberticides et en instillant la peur de la population afin de la rendre plus réceptive leurs ordres.

Interdiction de filmer les forces de l’ordre, interdiction de réunion, de se déplacer, d’aller dans les magasins (fermés), de l’école à la maison …

Néanmoins, dans son immense mansuétude autocratique, le président va nous autoriser à acheter le sapin et à passer noël en famille (mais papy et mamie devront rester dans la cuisine pendant que le reste de la famille sera dans le salon) … parce qu’il faut bien relâcher un peu la pression sur une population qui commence à en avoir assez !

L’élite n’a aucune vision d’avenir et se contente de gérer au jour le jour en n’osant pas dire la vérité à la population parce que ce serait revenir sur 30 ans de mensonges ; cette même élite terrorisée par une mise en cause de sa responsabilité pénale et qui n’attend plus qu’une chose : le vaccin qui la sauvera de la vindicte populaire !

Néanmoins, il ne faut pas se faire d’illusions. Même les pires régimes communistes des pays de l’est et malgré les fortes contraintes imposées aux populations, ont fini par s’écrouler provoquant, dans un mouvement général, l’élimination des anciennes élites !

Or, la situation ressemble étrangement à celle qui prévalait avant la révolution française avec une classe sociale qui vit sur le dos des autres tout en ne produisant rien mais qui impose ses règles pour son plus grand bénéfice.

Il faut être lucide, ce type de situation ne saurait prospérer bien longtemps …

On peut interpréter ce discrédit comme une déception des français qui attendent trop du président mais aussi et surtout comme le constat qu’en France, le président n’est pas le représentant des français comme on a essayé de le faire croire, mais juste le mandataire d’une caste au pouvoir qui se goinfre, et cela se voit !

L’administration n’est finalement qu’un boulet dont la taille ne fait que grossir d’année en année et la morale de l’histoire est que l’Etat et les hommes de l’Etat ne sont que des prédateurs que l’on peut comparer au berger, gardien de moutons, qui ne protège ses animaux du loup que pour pouvoir mieux en profiter que ce soit pour leur laine ou pour leur viande !

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : la reproduction de cet article n’est autorisée qu’à la condition de le reprendre en totalité, d’un rappeler l’auteur et le site originel de publication.

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (12 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

6 réflexions au sujet de « Français, on vous a trompés ! »

  1. Bravo M Philos, on ne peut être plus pertinent dans l’analyse de la situation. On attend avec un mélange d’espoir et d’inquiétude l’effondrement du système pour que la république ressuscite.

  2. Nous avons le meilleur système de protection sociale au monde et aussi les centrales nucléaires les plus sûres au monde et même s’il venait à arriver un extrêmement improbable accident les plus hautes autorités ont tout prévu puisqu’il y a des masques en papier pour toute la population.

  3. Vous vous trompez, l’Etat produit de la dette, énormément de dette.

    – Sachant qu’il n’y a pas de caisse de retraite pour les fonctionnaires hormis celle par capitalisation

    – sachant que les pensions de retraite des fonctionnaires sont prévues annuellement avec le budget

    – Sachant qu’il y a six millions de fonctionnaires (dix fois plus qu’il y en eut jamais en URSS)

    – Sachant que la carrière d’un fonctionnaire coute 3, 5 millions d’euros

    Faites le calcul : il y a douze zéros après les chiffres.

    Et qui paie tout ça ? Du Con tribuable.

  4. Le mot République en France que certains utilisent à tout bout de champ;
    La Ripoublique serait préférable !
    La France depuis quelques décennies est une suite de mensonges sur lesquels beaucoup trop de citoyens sont d’accord et cela rend son redressement impossible ou très , très difficile. La France est maintenant un pandémonium et ce n’est pas un euphémisme.
    « Plus une société se détourne de la vérité, plus elle déteste ceux qui la disent. » George Orwell
    La France a cruellement un déficit culturel et que disait Jean Rostand à ce sujet : Qu’est-ce que la culture ? cliquez pour lire la suite :
    https://developpement-mental-semantique.com/la-culture-en-france-cest-ce-qui-manque-le-plus-en-france/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *