Hervé BRABANT : L’Exécuteur

Lors de deux billets précédents, j’ai eu l’occasion d’expliquer mon incrédulité face aux agissements de M. Hervé Brabant pour me ruiner et encaisser plus d’un million d’€, qu’il sait parfaitement indus.

Parmi les commentaires de soutien, Mareva disait ceci “Quant à M.  BRABANT, la question que l’on peut se poser est celle-ci : Au stade où il intervient (en bout de chaîne), a-t-il vraiment le pouvoir de faire quelque chose ?”

La question avait du sens.

C’est vrai que le fisc sait tout de nous et que nous savons bien peu de lui et de ceux qui le représente. Alors j’ai cherché. Et j’ai trouvé.

Hervé Brabant commence sa vie professionnelle comme comptable dans un camping des Vosges de 1986 à 1988.

Puis, virage, en 1989 il est caissier stagiaire à la perception de Corcieux. C’est là sans doute qu’il attrape le virus du pillage fiscal déguisé en lutte contre la fraude fiscale, puisque la suite est pour lui une ascension fulgurante dans le système anticonstitutionnel du contrôle fiscal français.

En 1994, il passe un an à l’Ecole nationale du Trésor Public, puis enchaîne l’escalade.

Percepteur, Chargé de mission, Inspecteur principal, l’ensemble avec probablement un zèle enthousiaste et remarqué puisqu’il se retrouve chef de Pôle à la Direction Générale de la Comptabilité Publique en 2004.

Dix ans ont passé, sa ceinture de scalps doit être bien étoffée, pensée émue pour les victimes…

En 2007 il est Inspecteur-adjoint des Finances, carrément à l’IGF, où si ça se trouve il côtoie Martino.

En 2009 il est conseiller technique au cabinet du ministre, la Ministre est Christine Lagarde. Fulgurant, non ?

De Janvier 2011 à Février 2014 il est secrétaire général de L’AGRASC

Un mot sur l’AGRASC.

C’est l’officine nationale qui vend les biens saisis des trafiquants de drogue et autres malfrats fortunés — mais pas ceux des Ministres ou hauts fonctionnaires issus de la connivence, dommage –…

Arrêtons-nous sur ce qui est remarquable

Ce sont les paroles du député Eric Ciotti lors d’un rapport sur l’AGRASC devant l’Assemblée Nationale le 4 Décembre 2019.

Monsieur Ciotti explique que la prison, la privation de liberté, est moins violente, moins grave, que la privation des biens, des possessions…

C’est-à-dire qu’enfermer un homme est moins grave que lui prendre ses biens.

Que donc, quand Bercy nous prélève un impôt injuste, spoliateur, Bercy commet la plus grave des atteintes à la personnalité. C’est ce que nous nous tuons à répéter à longueur de blog.

J’incite M. Ciotti à lire notre blog et à venir y exprimer ses conclusions, que nous partageons.

Pour l’AGRASC un gros bémol. Notre administration — et ses sous-fifres nos élus — souhaite en faire un outil à financer la justice. Or, sauf à imaginer que la délinquance ait atteint des sommets improbables, il faudra bien saisir tout et n’importe quoi sous peu, ne serait-ce que pour payer les frais de fonctionnement de la boutique AGRASC, dont les ambitions affichées ne vont pas manquer d’être dispendieuses.

Alors n’oubliez pas que dépasser la vitesse de 50 km/h – sur une avenue limitée à 30 km/h, vide et large, cela ne fait que 80 km/h – vous met dans la case des voitures saisissables, idem pour la qualification si répandue de “fraudeur fiscal” où votre patrimoine peut être saisi et vendu à l’encan, avant même que vous soyez jugé….

Cela dit, on imagine la joie d’Hervé BRABANT assis sur ce sommet de la saisie et de la vente forcée.

Mais ce n’est pas tout.

Pendant trois ans, de 2014 à 2017, il va être adjoint du directeur de la Direction Nationale d’Enquêtes Fiscales.

En 2017, il arrive en Charente-Maritime, ne me faites pas dire qu’il vient pour exécuter Henri Dumas, ce serait ridicule.

Il vient probablement dans l’antichambre de sa prochaine nomination comme Directeur Départemental des Services Fiscaux.

Il en a fait du chemin le petit comptable du camping vosgien.

Et pourtant, pas de grande école, pas d’ENA, donc pas de réseau, rien que de la performance et du dévouement, probablement.

Comme ces hommes de troupe qui finissent général au poids des ennemis abattus.

Là est donc la réponse à la question de MAREVA.

BRABANT est le plus armé qui soit pour savoir parfaitement que ce que me réclame les Services Fiscaux est irréel, n’est qu’une suite d’abus liés à l’esprit de corps visant à me tuer pour venger le contrôle et le redressement frauduleux de la succession de ma mère, que j’ai dénoncé jusqu’au bout pendant vingt ans, que j’ai gagné.

BRABANT était le mieux placé pour introduire la raison dans cette affaire et faire apparaître la vérité.

Je l’ai appelé ce matin. Surpris il a répondu. Il était en réunion. Nous avons convenu que je le rappelle dans la journée. Il m’a aussitôt mis en correspondant bloqué, dirigé directement sur sa messagerie.

En plus d’un bourreau sans vergogne, d’un opportuniste sans scrupule, c’est un lâche.

Nous avons encore de nombreuses années à nous rencontrer au pénal, d’ici là la France aura peut-être éradiqué cette engeance fiscale qui la dépouille et met son peuple en esclavage.

Enfin, nous verrons bien.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (13 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

4 réflexions au sujet de « Hervé BRABANT : L’Exécuteur »

  1. Un article particulièrement brillant – bravo ! Cela démontre que les agents du fisc savent parfaitement ce qu’ils font et que certains doivent leur ascension fulgurante à une œuvre de dépouillement menée avec un zèle vengeur (le type qui commence tout en bas de l’échelle et se tape les “riches” avec délectation) – malheureusement lui arrivé en haut et avec de bons émoluments susceptibles d’intéresser son corps d’administration, ne sera jamais tondu par les copains – les requins ne se bouffent pas entre eux

  2. SOS avocat.

    Bonjour.
    Je suis à la recherche d’un conseiller juridique, d’un avocat ou, d’un cabinet d’avocat en pays de la Loire.
    Pour résumer j’ai commencé ma carrière en 1978 et suis devenu en 1992 “cotorep” puis Mdph tout en ayant malgré tout une carrière, aux forceps, en France mais aussi 15 ans comme travailleur frontalier suisse.
    J’ai donc sollicité une retraite anticipée qui m’est refusée, de mon point de vue, en dépit d’égalité…
    Bref, j’ai besoin de contester ! Mais seul c’est plié d’avance.
    Contactez moi par mail SVP.
    Merci

  3. La France n’a jamais été un pays qui rassemble le peuple du secteur privé, être français n’a aucun sens pour le secteur privé qui est au service des administrations. Seuls les fonctionnaires sont français les autres sont des esclaves remplaçables, c’est ainsi depuis des siècles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *