Il est temps que le législateur mette de l’ordre dans la chanson française

Tout le monde perçoit la dérive de la chanson française, tout particulièrement le Rap dont on peut objectivement se demander s’il s’agit bien de chanson et de français.

Les députés, à la demande du Premier Ministre, lui-même sollicité par le collectif de la chanson française de l’ENA, se sont emparés du sujet.

La loi BAF — pour Brassens, Aznavour, Ferré, Brel ayant été exclu en raison de ses origines belges et parce que deux B dans le sigle étaient déconseillés par la société communicante en charge de la présentation publique de la loi — est en première lecture à l’Assemblée Nationale.

L’article 2 de la loi en préparation prévoit la création d’un diplôme de parolier-compositeur, délivré au terme de quatre ans d’études dans une section à créer de l’ENA.

Seuls les paroliers-compositeurs diplômés pourront produire et chanter des chansons qui devront être crées exclusivement par eux.

L’article 3 parle de l’ordre des paroliers-compositeurs qui sera créé et auquel tous les paroliers-compositeurs devront être affiliés.

L’article 4 évoque les règles de composition des paroles de toute chanson. Les parolier-compositeurs devront s’assurer, avant toute création, de la compatibilité de leur projet avec le bonheur affectif et écologique des futurs auditeurs. Pour cela des équations sémantiques seront mises à leur disposition.

Un énorme travail à été réalisé sur ce point par l’ENA.

Les mots de chaque sujet évocable ont été classés en fonction d’un coefficient d’utilisation et de ressenti populaire.

Des équations, à partir de ces classements, sont proposées en rapport avec le sujet choisi par le parolier-compositeur, qui peut jouer avec ces équations, dans la limite des acceptations par l’ordre.

L’article 5 traite des sanctions en cas d’inobservation de la loi. Plus sévères pour celui qui divulguera une chanson non conforme à la loi, elles touchent aussi ceux qui les reprendront publiquement, qu’ils soient professionnels ou amateurs.

Les sanctions vont de l’amende à la prison ferme pour les cas les plus graves.

Un sondage Le Figaro-Mediapart indique que 75% des français sont favorables à la loi en préparation.

Le haut conseil scientifique du COVID saisi a donné son accord au projet.

C’est une étape importante pour la paix et le bonheur dans notre pays a déclarée l’épouse du Président de la république à Télérama très en pointe sur ce projet de loi.

Le Président de La République l’évoquera à l’occasion de son discours de fin d’année. Il insistera sur la volonté de son gouvernement d’éviter, à travers cette loi juste et progressiste, les demandes d’instauration d’une censure, qu’il qualifie de passéiste.

Voilà une sacrée bonne nouvelle, bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (9 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

4 réflexions au sujet de « Il est temps que le législateur mette de l’ordre dans la chanson française »

  1. Henri,

    C’est plutôt un billet du 1er avril … quoique par les temps qui courent on se demande bien si la réalité ne dépasse pas la fiction !

    Néanmoins, ce que tu décris là est exactement le système soviétique avec ses artistes et auteurs dûment “autorisés et agréés” par le pouvoir.

    Les artistes bénéficiant de cet agrément ont d’ailleurs fait preuve de beaucoup de talent … dans la bassesse pour mériter cette reconnaissance …. susceptible d’être révoquée à tout instant !

    Amitiés

  2. Tous mes compliments, cher Henri, pour vous être fait le porteur de cette magnifique nouvelle. Je comprends pourquoi Jean-Loup Dabadie est mort : il savait qu’il n’aurait jamais assez de talent pour ce nouveau monde. A propos, que dit Pablo Casals du premier ministre ? Ils sont de Prades tous les deux. Ah que c’est beau, un monde d’artistes !

  3. L(histoire de France avec humour car en France “Bercy s’introduit chez nous, il cherchent notre ‘argent et nous cherchons aussi avec lui”.

    -Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu hais. (Francis Blanche)

    -“Parlement”… mot étrange formé de “parler” et “mentir”. (Pierre Desproges).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *