Il faut être deux pour donner la vie, on est seul pour mourir.

Ce constat pose la problématique qui empoisonne notre société : quelle part accorder à l’individu ? Quelle part accorder au groupe ?

La société idéale est celle qui trouve l’équilibre entre ces deux tendances : le pouvoir du groupe, le pouvoir de l’individu. Ou, comment concilier les deux.

Comme pour tout, le souhait est issu de la résultante entre les contraintes et les aspirations. Quant à la réalité, elle doit énormément au hasard. Donc, trois paramètres.

Dans le détail.

Les guerres, par exemple, sont des décisions de groupes qui ne trouvant plus les moyens de concilier leurs intérêts achèvent leur désaccord dans la violence. Mais, pour finir, il ne reste toujours que deux hommes face à face, celui qui arme le fusil et celui qui reçoit la balle.

L’abus

La mystification consiste à ne présenter les faits que de façon statistique, donc globale en dissimulant la réalité individuelle.

C’est le collectivisme, la technocratie, l’usurpation du pouvoir par les hommes de l’Etat.

Cela n’est possible que parce que, du plus profond des âges, l’homme a toujours eu le besoin ponctuel du groupe. Sans lequel il ne peut soulever des poids physiques ou moraux au-dessus de ses capacités individuelles. Or, c’est en soulevant ces poids qu’il est devenu “l’humanité”, largement au-dessus de tous les autres systèmes vivants.

Mais, en le ramenant individuellement au niveau de l’objet du groupe, les hommes de l’Etat inversent, à leur strict profit personnel, l’ordre des choses.

Alors que la nécessité de l’intervention du groupe au service de l’individu ne peut être qu’un souhait ponctuel d’individus réunis, les hommes de l’Etat s’octroient le droit de soumettre l’individu au service d’un groupe qui dans leur esprit devient pérenne.

Mais, cette pérennité n’existant pas dans la réalité, ils sont obligés de l’inculquer par la croyance, laquelle prend racine dans la peur.

Conclusion

Les hommes de l’Etat, uniquement guidés par leur amour immodéré du pouvoir, instillent une peur sur laquelle ils vont greffer une croyance, à partir de celle-ci ils vont justifier une prééminence du groupe sur l’individu. In fine, ils se déclarent, ou se font déclarer, les chefs du groupe. Le tour est joué. C’est toujours la même représentation qui nous est servie.

L’individu est broyé. Il ne peut s’en sortir qu’en reproduisant le même modèle à partir d’une nouvelle croyance, c’est désespérant….

Internet est-il l’outil qui va ouvrir les yeux aux individualités et amener l’harmonie entre eux et le groupe ???

Une petite prière — vers qui vous voulez — ne sera pas de trop….

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

6 réflexions au sujet de « Il faut être deux pour donner la vie, on est seul pour mourir. »

  1. Les mensonges de ces gens là qui les répètent par dizaines de milliers y compris à eux-mêmes finissent par devenir des vérités à leurs yeux ( propaganda, Goebbels)

  2. A voir le développement du bobo communiste, qui bientôt n’hésiteras plus à se montrer sous son vrai jour, qui mettent la cause sur l’entreprise, l’épargnant, « le riche », sur les dividendes (ils ont pas attendu le corona. ) en oubliant sur leurs technocratie, leurs volonté d’asservir, leurs « corruptions », leurs administrations pléthoriques qui fait la part belle, a l’incompétence, à l’irresponsabilité, au détriment de professionnels qui aujourd’hui font défauts à tout les étages…, n’es-ce pas aux administrations de prévoir toutes les logistics possible? La seul chose qui les intéressent, c’est la spoliation de tous… en maintenant leurs mensonges …

  3. un corona- levier pour embrigader le monde
    un etf de la peur
    un Vix de la débilité

    pas besoin .. les médias et les politique ( qui souvent sont macques ) s’en chargent déjà ce sont les archimerdes du 21éme siècle 🙂

  4. Un groupe peut s’unir sur un point de rencontre, par exemple soulevé un arbre comme vous le dites. Il faut donc trouver le point de rencontre qui peut unir une masse suffisante pour effectuer un changement de société. Allez au boulot pour trouver et s’organiser sur ce point et se rassembler !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *