Il y a bien deux sortes de français

Il ne se passe pas un jour sans que notre presse nationale m’épate.

Ainsi, le plus sérieusement du monde, le journal, qui se fait — peut-être abusivement – appeler lui-même “Le Monde”, publie le billet de Monsieur Jean-Philippe Derosier, un universitaire de haut vol, qui se demande : si la justice ne serait pas par hasard aux ordres.Alors là, Permettez-moi de conseiller à M. Derosier de sortir de sa bibliothèque et d’aller voir un peu dans les prétoires.

Surtout qu’il ne commence pas par les Tribunaux Administratifs, le choc serait trop violent pour lui. Il risquerait direct l’infarctus. Parce qu’en terme de justice aux ordres : le TA c’est la Rolls.

Déjà, il pourrait aller au pénal voir les affaires qui engagent le fisc, ou encore une collectivité locale dans le cadre de l’urbanisme.

Je peux le conseiller, le diriger avec bonheur, lui permettre d’assister à des audiences où le fisc matraque et harcèle des contribuables jusqu’à la maladie puis la mort, sans raison, et où le Tribunal n’y voit rien à redire, où le parquet enfonce le pauvre justiciable déjà en dessous de sa ligne de flottaison.

Ou encore des audiences où de pauvres “sous-hommes judiciaires” ayant construit un méchant cabanon sont explosés pendant que les collectivités réalisent des boulevards entiers sans autorisation.

Car en France il y a deux catégories de français.

Les hommes, ceux qui font de la politique ou sont fonctionnaires, voire les deux

Pour eux rien n’est trop beau, aucune protection n’est suffisante, tout pet de travers déclenche une “loi rempart” pour les défendre. Ils sont si faibles que l’Etat, c’est-à-dire eux-mêmes, les protège de tout. Du chaud, du froid, de la faim, des angoisses, de la perte d’emploi, de la maladie, de l’avenir. Pour eux le paradis doit être sur terre. Le législateur y veille.

Tous nous devons respecter ces hommes, ils sont le peuple en marche, qui connait la vérité en tout et ne se prive pas de la décréter.

Les sous-hommes, qui s’occupent d’économie, d’industrie, de production, qui tentent de se démerder seul pour ne pas peser sur les autres. Ceux qui ouvrent commerces ou entreprises, qui prennent des risques et qui ont le culot de gagner un peu d’argent, sans avoir envie spécialement de le refiler à ceux qui ne savent que le dépenser.

Ceux là on les traite de fraudeurs fiscaux en puissance, de libéraux, voire de néo-libéraux.

Ces sous-hommes peuvent crever à l’envie, périr d’angoisses liées aux risques pris, faiblir face à la haine des hommes, et bien qu’ils crèvent.

La compassion n’est pas pour eux.

Mais, les choses vont peut-être changer… la fameuse jurisprudence.

Et oui, la notion de harcèlement professionnel voit le jour.

Bien sûr, pour l’instant, elle ne concerne que les hommes, pas les sous-hommes.

Mais bon, une fois cette étape franchie, la route est devant nous.

Qui nous empêchera, nous les sous-hommes, de lancer des actions au pénal, non plus pour concussion, délit que les magistrat nuls en math sont incapables de comprendre, mais pour harcèlement fiscal dont les traces sont si évidentes, si faciles à produire.

Attendons avec gourmandise le verdict concernant les hommes, et ensuite faisons en sorte de le voir adapté aux sous-hommes que nous sommes.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (11 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

5 réflexions au sujet de « Il y a bien deux sortes de français »

  1. Si vous me dites , j’ai confiance en la justice française , c’est que vous avez beaucoup d’humour . Il n’y a pas le pouvoir , mais l’abus de pouvoir !
    Les politiques du passé disaient que la terre était Platte et ils emprisonnaient ceux qui disaient qu’elle était ronde , rien n’a changé encore, mais espérons. En France le fascisme et la dictature sont sournois , l’injustice est un métier. Tant que l’on ouvre pas une huitre l’on croit que c’est un caillou. Mais Monter c’est SURMONTER !
    En France pour être chef d’entreprise il faut donc être foldingue , mais il n’y a qu’un fou qui peut le faire.”La corruption corrompt tout, c’est une gangrène”

    En effet , Bernard Tapie a utilisé les mêmes méthodes que l’ETAT et ses fonctionnaires. C’est en fait la démonstration maffieuse de l’ETAT Français. Mais en réalité Bernard TAPIE sur ADIDAS a raison.

    La corruption dans les administration ou les entreprises d’ETAT est une religion. La rédaction – BFMTV – mardi 9 juillet 2019 Corruption chez EDF: les sanctions sont tombées, marchés truqués mis en place par un cadre d’EDF
    Jusqu’à cinq ans de prison ferme ont été requis lundi devant le tribunal de Nanterre contre une quarantaine de prévenus, poursuivis pour la plupart pour avoir participé à un vaste système de corruption et de marchés truqués mis en place par un cadre d’EDF.
    Contre un autre acheteur d’EDF, poursuivi lui aussi pour corruption passive, le ministère public a requis deux ans de prison dont un avec sursis et 40.000 euros d’amende.
    L’accusation a par ailleurs demandé jusqu’à deux ans de prison ferme contre deux intermédiaires ayant permis de faire fonctionner à plein le “pacte de corruption”.
    La corruption corrompt tout, c’est une gangrène”
    Des entreprises se sont portées parties civiles.
    Les plaidoiries de la défense sont attendues mardi et doivent durer jusqu’à jeudi.

  2. Regardez BERNARD TAPIE, l’arbitrage, qui en règle de droit ne pourrait en aucun cas être remis en cause, annulé par un tribunal. Pourtant l’arbitrage, chacun choisis ses juges, et logiquement, chacun devrait réfuter l’autre, laissant au seul juge le choix des magistrats, bref; arbitrage annulé pour fraude, et la les juges disent qu’il n’y a pas eu fraude? Ce que je suis sur d’ailleurs, sa seul fraude est celle d’avoir voulu leurs piquer le pouvoir, (un peu comme dsk…) ce serait bien que vous fassiez un article sur cette affaire, car vous avez les mots qu’il faut, que l’on soit ou non d’accord… n’oublions pas que nous sommes des gaulois réfractaires , qui se croisent tout les matins sur les quais de gare… lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *