Il y a deux discours politiques possibles

Le premier :

“Je vais vous aider à vous débrouiller.”

Le deuxième :

“Ne vous inquiétez pas je m’occupe de tout.”

J’exclus le troisième, pourtant assez répandu :

“Vous fermez vos gueules et vous faites ce que l’on vous dit, sinon c’est la tôle”, qu’évidemment je réprouve.

Nous ne sommes pas très bien placés pour en juger, distance, méconnaissance du biotope, manque d’information, mais j’avais l’impression que, sous son côté fantasque, Trump faisait partie de la première catégorie. Qui aurait ma sympathie, bien sûr. Mais en revanche le personnage me déstabilise. Sa brusquerie, sa violence, les stupéfiants virages de ses trajectoires, ses enthousiasmes, ses paranos, tout cela éveillait ma suspicion, bien que j’aie rencontré dans mes affaires des personnages de ce type, assez couramment.

Donc, pour résumer, je n’ai pas adhéré à Trump. Est-ce que je le regrette ? Objectivement pas encore.

Mais, ce qui arrive en suivant m’inquiète énormément.

Il est clair que la bande à Obama, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, est du deuxième type. Voir l’Amérique se soumettre à la légendaire escroquerie politique du “ne vous inquiétez pas je m’occupe de tout” me tétanise. Cela renverse ma vision de ce pays.

Il est évident que la formule est un mensonge, avoir pour base un mensonge entraine fatalement à d’autres mensonges, puis au mensonge général comme méthode de gouvernance. Qu’attendre de ce processus ? Que dire de son décalage ?

La population entre au Capitole. N’est-ce pas chez elle ? Bon, elle rentre un peu précipitamment et n’est pas trop bien habillée, soit. Mais est-ce suffisant pour pousser ces cris d’orfraie ? Il me semble avoir vu ailleurs des manifestations bien plus musclées qui n’ont pas fait l’objet d’un tel rejet international, d’une telle stigmatisation. De quoi ont peur ceux qui crient si fort ?

J’ai ma petite idée, parce que pour une fois nous sommes en avance sur les Etats-Unis. Nous le “ne vous inquiétez pas on s’occupe de vous” on connait, on en est même à la suite logique “fermez vos gueules faites ce qu’on vous dit”, la tôle c’est pour bientôt, ça ne va pas tarder, on le voit venir. Nos magistrats sont prêts.

“Je vais vous aider à vous débrouiller” est la hantise des bureaucrates. Non seulement celui qui se débrouille leur échappe, mais sa liberté leur complique la vie. Il est plus facile de diriger mille personnes qui marchent au pas, que les mêmes se baladant librement dans la nature.

Il faudrait expliquer aux américains, avant qu’ils soient amenés à le vivre, que confier sa vie à la bureaucratie est la meilleure façon de la perdre. Pour tout le monde, sans exception.

Dans ce genre de société, où l’on s’occupe de tout pour vous, les forts, dont j’étais, peuvent croire qu’ils sont capables de tirer la charrette et que les faibles en profitent. Enfin, c’est ce qui leur est vendu. Après tout pourquoi pas.

Puis vient le temps où les faibles ne sont pas contents, manifestent violemment leur mécontentement, on leur répond qu’ils veulent toujours plus, les forts acquiescent.

Puis les forts vieillissent, c’est mon cas, à leur tour ils deviennent faibles.

Et là, ils prennent conscience de l’escroquerie.

Ceux qui “s’occupent de tout pour vous” sont des escrocs. Les faibles le paient de leur vie. En réalité les faibles de naissance sont escroqués dès le début de leur vie par ce type d’individus, alors que peut-être il aurait été possible de les aider à se débrouiller.

Leur révolte perpétuelle est légitime puisque ce qui leur a été promis n’existe pas.

Je suppose que la virulence des “scandalisés par la foule pacifique qui s’est répandue chez elle, au Capitole”, tient au fait que cette foule leur parait trop lucide, peut-être difficile à berner demain si elle ne se couche pas dès aujourd’hui.

Ceux qui faiblissent à la fin de leur vie et finissent en EHPAD peuvent témoigner de l’escroquerie dont ils sont les victimes, enfin uniquement les survivants évidemment. On devait “s’occuper de tout pour eux”, ils sont vieux, impuissants, on les achève, dur, dur…

Je n’ai aucune sympathie pour tous ces prometteurs de pacotille, qui prennent tout en charge, mais uniquement dans le discourt, pas dans les faits.

Je soupçonne le Biden d’être de ceux-là.

Nous verrons, et rapidement sans doute.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (14 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

7 réflexions au sujet de « Il y a deux discours politiques possibles »

  1. Aux US, il n’y a pas si longtemps, le deuxième livre le plus lu après la Bible était le roman d’Ayn Rand ( Atlas Shrugged ou La Grève en français).

    Il semble que la lecture de ce roman ( qui devrait être obligatoire ou au moins largement conseillée) a très notablement baissé dans nos sociétés occidentales, alors qu’il apporte un éclairage très pertinent sur nos problèmes du moments et sur les solutions que nous devrions appliquer. Malheureusement, avec un ministre économiste diplômé en Lettres Classiques, et complètement inculte dans le domaine qu’il prétend diriger, c’est mal barré!

    1. Excellent ouvrage qu’Atlas Shrugged. Il devrait être lu et disserté dans les écoles mais ceux qui oseraient deviendraient des parias voir seraient decapités.
      Instruire nos enfants et leurs parents relève de l’insubordination puisque nous avons les maîtres à penser que nous avons démocratiquement élus
      N’oubliez jamais qu’ils font de la politique car ils ne savent rien faire d’autre.
      Ce qui m’inquiète c’est le Forum de Davos et le livre de Klaus Schwab «  le great resert

  2. Dans les temps anciens, les “dominants”, quand cela commençait à chauffer dans leur territoire, trouvaient toujours un prétexte à la con pour envoyer “leurs dominés” à la guerre, histoire de purger l’abcès. Aujourd’hui que les dominants ne peuvent plus se sentir à l’abri, et que la population largement augmentée et mieux informée devient moins tolérante sur les frasques des dominants, les risques de guerre sont plus au niveau civil qu’international. L’exportation des problèmes sociaux devient difficile et les comparaisons entre pays se font facilement, ce qui met en évidence la qualité des gouvernants. Eh bien, on n’est pas gâtés !

  3. Soyez tranquilles, on s’occupe de tout: c’est un peu plus cher mais la qualité maximale ça se paye, vous n’aurez absolument rien de mieux ailleurs, même et surtout ce serait bien plus cher.

  4. Le cas TRUMP nous démontre que la démocratie Américaine comme celle de la France sont de basse intensité, le fascisme rampant des soit disant démocrates est terrifiant. En 1940 l’on a pu voir en France que 95% des français étaient OK avec les Allemands donc les NAZIS par leur silence.

    1. C’est aussi mon point de vue mais les gens sont insensibles à cela puisqu’ils veulent des vacances, des retraites financées par l’argent des riches. Les autres sont là pour payer leurs rêves ils auront bientôt le revenu universel en 2022 après un test grandeur nature en 2020
      Bonne soirée à tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *