Isabelle DESPLANCHES, la bravache.

Je suis de bonne humeur aujourd’hui, capable de sourire de ma misère profonde.

Comme chacun le sait le fisc me tue, à petit feu, depuis vingt ans maintenant. C’est formidable, je vise la canonisation fiscale.

Le premier redressement, le géniteur des suivants — de plus en plus autistes et difformes, des gnomes fiscaux — le premier donc est un échec pour la maison “Bercylienne”, cette abominable bâtisse hantée par les revenants de tous les meurtres fiscaux qui y ont été commis, où aucune personne honnête ne peut vivre sans étouffer et être prise de vertiges épouvantables.

Ce premier redressement se termina en échec pour les bourreaux, sans que j’en sois dédommagé. Je ne vais pas tarder à engager une procédure pour régler les comptes à ce sujet.

Cependant, La Cour d’Appel de Montpellier, dans sa grande bonté, m’a octroyé 3.000€ au titre de l’article 700, c’est à dire pour les frais de justice.

Je me suis empressé de dire à mon avocate, qui a travaillé pour moi sans honoraire, de toucher ces 3.000€, que le fisc paraissait impatient de verser, me relançant systématiquement —  ce que, je ne vous cache pas, je trouve louche –.

Et bien figurez-vous que cela n’a pas été possible. Isabelle Desplanches, dans sa grande rigueur formaliste, celle avec laquelle elle tue sans émotion les “fraudeurs fiscaux”, n’a pas voulu lui donner les 3.000 balles, elle a demandé que je fasse une lettre.

“Maître,

Si M DUMAS souhaite que les frais irrépétibles vous soient directement versés, il doit en faire la demande par courrier, daté et signé de sa part, adressé à :

DDFIP HERAULT
Division des Affaires Juridiques
à l’attention de Mme DESPLANCHES

Centre Administratif Chaptal
BP 70001
34953 MONTPELLIER CEDEX 2

Je vous prie d’agréer, Maître, mes respectueuses salutations.”

Je l’ai faite :

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (10 votes, moyenne : 4,60 sur 5)
Loading...

7 réflexions au sujet de « Isabelle DESPLANCHES, la bravache. »

  1. Quel truculent billet vous nous livrez là, M.DUMAS.

    J ‘ai lu et relu avec délectation 🙂

    Je serais étonnée qu’il soit compris de BERCY.

    Peut être que cette agent(e) tenait absolument à ce que vous acceptiez son ‘obole’ ou que dans un éclair ‘furtif’ de lucidité,

    elle aura pensé qu’elle y était allée un peu fort avec vous et qu’après tant d’années de bataille vous les méritiez, allez savoir!

    Cela fait plaisir en tout cas de vous savoir en guoguette !

  2. Beau discours de planqué qui critique ceux qui sont au front en leur donnant des pseudos conseils qui ne servent à rien.
    Attaquez, attaquez disait le planqué assis au chaud derrière son bureau.

    “J’ai eu envie de vous aider , mais vous êtes en fait inactifs et surtout vous ne les gênez pas”…: A mourir de rire!

    “Si ce blog pouvait être vraiment une sources de témoignages VINDICATIFS ”
    Et vous que faites vous? Montrez nous votre agressivité à l’encontre de Bercy. Que du beau blabla…

  3. Humour savoureux qui malheureusement ne sera pas compris donc ne sera pas apprécié des tortionnaires de Bercy.
    S’ils avaient de l’humour, ils ne feraient pas ce métier de fossoyeur “assermenté”.

  4. Vous devriez terminer vos courriers face à cette administration avec la formule de Me Dupont-Moretti, que vous trouverez dans son opuscule : “Bête noire”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *