« J’assume » la nouvelle formule magique des fonctionnaires.

Définition d’assumer :Prendre ses responsabilités.

Que signifie « prendre ses responsabilités » pour un fonctionnaire, petit ou haut? Cela ne veut absolument rien dire.
C’est du bourrage de mou.
Cela coupe court à tout début de polémique puisque le politique « assume ».
C’est le joker imparable et tous s’en servent à qui mieux mieux.
Assumer en langage fonctionnaire n’a pas la même signification que dans le privé ou même chez vous, là, l’erreur se paye cash !

Il nous a dit :J’assume…
Ah, si vous assumez, alors c’est bon…
Mais au fait vous assumez quoi, Monsieur (madame) le politique ?
Vous reconnaissez votre erreur et vous allez démissionner ?
Pas du tout, je ne reconnais rien mais j’assume ce que vous pensez être ma mauvaise décision.
Ah, d’accord et ?
Et rien!

Voilà comment nos politiques fonctionnaires assument leurs erreurs.
Assumer pour eux est juste un élément de langage politicien qui n’engage à rien et qui doit servir à enfumer le citoyen lambda et à le rassurer.

Tu vois , dit-il à sa femme, il a plusieurs milliers de morts au compteur mais il assume, alors je lui garde ma confiance. Continuez Monsieur le ministre puisque vous assumez.

Personne ne s’excuse car s’excuser c’est s’accuser d’une erreur, et ça ce n’est pas pensable
Si cela va plus loin, on criera au complot. C’est pas mal aussi le complot.

Je m’en tape le coquillard et « Circulez il n’y à rien à voir » titre du film de Patrice Leconte (1983) s’est transformé au fil des ans en « j’assume »

C’est devenu le verbe préféré de notre gouvernement, le chef de l’état en tête.
On le met à toutes les sauces.
Il bat des record de popularité depuis le Covid 19, il est vrai que l’on n’avait jamais eu une telle succession d’erreurs qui se sont avérées mortelles à la cadence d’une mitrailleuse Gatling.
Cela a assumé dans tous les coins.

Ils sont responsables de centaines de morts, mais on ne peut rien leur reprocher puisqu’ils assument.
Ils auraient pu ne pas assumer.

Quelle chance d’avoir des dirigeants aussi responsables, non ?
Merci pour les masques. Et le reste.

PS : n’oubliez pas que statutairement un fonctionnaire n’est pas responsable.

Bolling Emmanuel

A propos Bolling Emmanuel

Emmanuel Bolling a été condamné le 12 janvier 2016 par jugement contradictoire à l'égard d'Anne Béot, inspectrice des impôts de Paris 18eme et partie civile. Emmanuel Bolling a été relaxé du chef de diffamation publique. Il a été reconnu coupable du chef d'injure publique envers fonctionnaire publique pour son article du 15 décembre 2014 sur le site témoignagefiscal.com intitulé "certain de leur impunité, rien n'arrête les agents du fisc". Il a été condamné à verser à Madame Anne Beot 500€. Emmanuel Bolling était un des créateurs et des dirigeants de la Discothèque LA LOCOMOTIVE à Paris. Ouverte fin 1986, décédée asphyxiée par le fisc fin 2009(RIP). Elle subira en huit ans trois contrôles fiscaux. 1992, 1996, 2000. E.Bolling contestera le deuxième (1996). Cette contestation justifiée entraînera immédiatement de la part de Bercy une série sans fin de saisies diverses étranglant son entreprise pour finir par la ruiner. Relaxée de l’accusation de « dissimulation de recettes » par le tribunal correctionnel de Paris en 2002, le fisc n’en continuera pas moins à poursuivre LA LOCOMOTIVE et ses dirigeants de son acharnement, pour les mêmes motifs, comme si de rien n'était... En 2014, après 18 ans de procédure, de procès et d’appels (gagnés ou perdus) dont la liste serait des plus ennuyeuse, E.Bolling et ses associés, ruinés, se battent toujours pour que l’on reconnaisse ce redressement pour ce qu’il est : un abus fiscal caractérisé. Il a initié deux nouvelles procédures devant le T.A.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

5 réflexions au sujet de « « J’assume » la nouvelle formule magique des fonctionnaires. »

  1. Tout cela ressemble de plus en plus à l’affaire du sang contaminé, où l’on a découvert que l’équipe du (Dr) Michel Garretta avait sciemment continué à délivrer du sang pour transfusion contenant du virus VIH actif. 1500 morts. Mais il s’était “déresponsabilisé” en adressant à sa tutelle un courrier précisant le risque. Le courrier a du errer entre secrétaires et photocopieuses, sous-secrétaires et sous-ministres. Dans le scandale, le fonctionnement des institutions avaient très bien été défini par Georgina Dufoix: “Le 4 Novembre 1991, Georgina Dufoix déclare sur TF1: Je me sens profondément responsable ; pour autant, je ne me sens pas coupable, parce que vraiment, à l’époque, on a pris des décisions dans un certain contexte, qui étaient pour nous des décisions qui nous paraissaient justes.
    “Justes”, pour un fonctionnaire, ou un ministre, signifie qu’il ne s’est pas assez renseigné, qu’il a été mal conseillé, qu’il n’a pas été capable de peser les arguments, par exemple combien de morts pour quelles économies, et bien d’autres facteurs s’entrechoquant dans les méandres de cerveaux mal organisés.

    Mais avec le Covid19, nous en sommes à environ 15000 morts qui auraient pu être évités si les (ir)responsables politiques français avaient appliqué les conseils du meilleur infectiologue mondial. Et nous entendons toujours à la radio et sur la télé les mêmes conseils : “si vous avez des symptômes modérés, restez chez vous; si vous avez du mal à respirer, appellez le 15, vous serez hospitalisés”. C’est-à-dire trop tard pour un traitement efficace.

    On peut prévoir des procédures judiciaires au moins équivalentes à l’affaire Garretta.

    1. François Gros, Claude Weisselberg, Edmond Hervé et Louis Schweitzer étaient aussi largement impliqués dans l’affaire du sang contaminé, il n’y a pas que Fabius, Dufoix et Garretta.

  2. en attendant
    avec un sinistre de l’extérieur ancien joueur de poker qui antes le quidam
    et un monarque menteur comme un arracheur dedans qui blinde l’hôpital

    Si le premier joueur mise, et que tout le monde paye, le tour de mise est terminé. Le miseur initial a déjà eu l’opportunité d’agir, et n’a plus à agir à nouveau sur ce tour de mise.
    Si le premier joueur mise, le second joueur relance, et que le joueur restant suit, le miseur initial doit maintenant choisir son action à faire dans cette nouvelle situation. Il peut suivre, ou sur-relancer. S’il paye, le tour de mise est terminé. S’il choisit de sur-relancer, tout le monde à la table aura alors à nouveau un choix à faire.
    Notez que dans certaines variantes (en Limit notamment), le nombre de relances successives peut-être limité à un certain nombre (“capé”).

    faut pas s’étonner que philippe qui n’a + la main fasse une relance sur le COIT19

    qui va ramasser quand on sera au tapis !!! 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *