La France sera-t-elle un jour mise au banc des nations pour avoir inventer le communisme ?

En 1793, après douze siècles de servitude les français commettent le régicide. Du même coup, ils plantent la graine du communisme qui va ravager la planète, faire des millions de morts, et aujourd’hui emporter probablement sous peu l’Occident.

Lorsque les historiens du monde auront à se pencher sur les faits, voici ce qu’ils découvriront.

Soumission et délation

Pendant les douze siècles de la royauté les français apprirent la délation. C’est devenu pour eux un élément naturel. Face à la royauté, pouvoir absolu de droit divin, la survie passe par la soumission. La preuve de la soumission est la délation.

Cette preuve rapportée, le pouvoir est enclin à récompenser.

Le cycle infernal est en route. C’est la mort du vivre ensemble, c’est le règne du vivre pour l’autorité absolue. Il n’y a pas de place pour l’individu, pour l’être unique qu’il est pourtant.

Une prise de conscience intellectuelle de cette situation au XVIIIème siècle fut appelée le “siècle des lumières”. Ses penseurs avaient acquis la certitude que la liberté de connaître et de posséder était le seul rempart à la servitude qu’impliquait la royauté.

Ainsi naquit la révolution qui prônait la connaissance et la propriété privée, mais qui accidentellement coupa la tête du roi.

La disparition du Roi entraina un vide qui depuis tente de se combler.

De cette date fatale à aujourd’hui, il n’est pas un homme de l’Etat français qui ne se prenne pour un roi potentiel. Ils en adoptent tous la mentalité, les attributs, les vices.

Ce faisant, la population accepte, voire revendique, sa soumission à ce roi putatif. La délation reste son outil de survie. La responsabilité personnelle n’a pas cours.

Les anglais, qui ont eu la sagesse de faire aussi leur révolution mais en gardant leur roi, en tirent des avantages évidents. Leurs hommes de l’Etat ne peuvent pas espérer autre chose que servir leurs concitoyens, la place de roi est prise. Pour le roi potiche anglais la mission n’est pas une sinécure mais un sacrifice que, par exemple, Lady Di n’a pas pu assumer. Il n’est pas facile probablement de n’être rien qu’un pion sans aucun pouvoir, qui occupe une place uniquement pour que personne ne puisse en rêver et en abuser. Chapeau à la royauté anglaise de le faire avec autant d’élégance.

Le communisme

La soumission et la délation sont les deux moteurs du communisme. Elles sont les outils qui permettent le passage de l’utopie à la folle réalité. Les conditions nécessaires et suffisantes pour que des hommes acceptent d’échanger leur liberté, leur vie, contre une fausse irresponsabilité.

Sur la voie tracée par Rousseau, Mercier, Saint-Simon, Charles Fourier sont les premiers utopistes de la pensée communiste qui absorbe l’individu dans le groupe et brule tout ce qui pourrait lui rappeler qu’il est un et unique.

Cette utopie correspond parfaitement au caractère que 12 siècles de pouvoir absolu ont façonné pour les français, que la disparition soudaine et violente du roi laisse intact, que les prétendants à sa succession intellectuelle vont utiliser à outrance, encore de nos jours.

La soumission et la délation empoisonnent toujours la vie commune des français faisant vivre cycliquement des utopies telles que le socialisme — version dormante du virus communiste –, ou le Lepénisme version active du même virus.

Le ravage mondial

Marx se recommandait de nos premiers rêveurs socialistes, Lénine se recommandait de lui, Pol Pot et les autres également.

Tous ces acteurs assassins ont puisé en France les justificatifs intellectuels de leurs exactions. La responsabilité morale de la France sera inévitablement un jour recherchée par l’histoire.

La royauté n’a pas eu le temps, ni le droit, de permettre à la France de faire son deuil du pouvoir absolu et de ses conséquences : la soumission et la délation.

L’aurait-elle fait ? Nous ne le saurons jamais, alors autant croire que oui, c’est plus agréable.

Tout cela est si vrai que même lors de la décolonisation la France a semé les mêmes virus dans les pays décolonisés, qui peinent à s’en débarrasser.

L’importance de la France.

Hélas oui, la France est importante, cette erreur de l’histoire, la décapitation du Roi à une courte majorité, a institutionnalisé la soumission et la délation au point d’en faire l’ossature d’utopies qui se sont répandues à travers le monde et ont semé la mort et la désolation sur leur passage.

Les remèdes pour guérir, qui supposeraient le respect individuel, la responsabilité de chacun pour ses actes, la liberté individuelle et la propriété privée, le respect de la liberté des autres, ne sont au programme d’aucun de nos futurs rois républicains, tous ardents zélotes de la soumission et de la délation.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « La France sera-t-elle un jour mise au banc des nations pour avoir inventer le communisme ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *