La liberté n’est ni une convention, ni un droit.

La liberté est strictement individuelle, toujours acquise sur le dos des autres.

La condition humaine, animale, est une dépendance totale, abyssale, à la nature. Tout dans la nature nous est défavorable. Nous sommes l’espèce la plus fragile, et pourtant…

Nous n’accédons à la liberté, c’est-à-dire à un peu moins de dépendance par rapport à la nature, qu’en installant des écrans entre elle et nous.

Initialement ces écrans étaient tout simplement d’autres hommes : les esclaves.

Ceux qui vantent la liberté des sociétés grecques ou romaines, confondent philosophie et liberté. Ils oublient que les philosophes qu’ils admirent raisonnaient à l’abri du bouclier de l’esclavage qui les protégeait de la nature brute.

Les progrès de la science — liés à l’étrange cerveau humain — ont trouvé d’autres boucliers face à la violence de la nature permettant par exemple de se nourrir, de se déplacer sans risque, de se chauffer ou de se protéger de la chaleur, des maladies, des autres.

Beaucoup ont pu se sentir libres. Était-ce un sentiment réaliste ?

Non, toujours une masse d’homme a payé de sa soumission la liberté des autres.

Le progrès industriel et les libertés conquises par ses initiateurs l’ont été sur le travail des ouvriers et sur le vol plus ou moins admis des matières premières.

Puis vint les progrès du commerce, de l’échange, mondial et accessible à tous, qui a lui aussi permis l’accès à des libertés pour ses opérateurs mais conditionné à l’esclavage des consommateurs et de ceux qui reçoivent les déchets.

Régulièrement les esclaves se révoltent, ils refusent leur rôle difficile de bouclier face à la nature brute, qui protège la liberté de certains. Ils veulent être libres, ils croient benoitement que la liberté est simplement une question de convention.

Evidemment personne ne leur explique que sans eux il n’est pas de liberté pour les autres, que leur liberté ne pourra exister que lorsqu’ils trouveront quelqu’un prenant leur place, si possible sans en avoir conscience.

Aujourd’hui

Les hommes libres sont les bureaucrates

Ils sont une conséquence de la révolte des esclaves de l’industrie, ils sont nés, en leur état actuel, de la croyance communiste liée à cette révolte.

Ils ont exercé leur liberté — illimitée, sans acceptation d’opposition — dans les régimes communistes, créant des millions d’esclaves à leur service.

Ils ont dû composer dans les régimes libéraux et commerciaux, parce que l’activité commerciale a une résilience extraordinaire qui lui permet d’affronter tous les vents contraires. Mais là aussi ils ont réussi à s’imposer.

La bureaucratie a étendu ses tentacules sur le monde, elle impose normes et obligations qui mettent en position d’esclaves les autres hommes.

Le comble étant que dans nos sociétés — dites par erreur libres — les esclaves de la bureaucratie prétendent l’être librement, parce qu’ils ont l’impression de décider de leur sort. Mais être libre ce n’est pas simplement décider, c’est aussi et surtout ne pas subir, décider de subir n’est pas un acte de liberté. Peut-être, sous certaines conditions, un acte de courage…

Le monde entier subit les dictats de la bureaucratie mondiale.

C’est à la lumière de ces réflexions qu’il faut lire la chienlit actuelle des Etats-Unis.

La bureaucratie des Etats-Unis est puissante, le monde de l’économie y est aussi très puissant. Chacun souhaite que l’autre soit l’écran protecteur, l’esclave qui garantit sa liberté.

Tout deux lâchent des coups qui fâchent, jusqu’où iront-ils ?

J’accepte l’idée que l’on puisse m’accuser de mélanger pouvoir et liberté. Effectivement, je revendique cette confusion. Il n’est pas de liberté sans pouvoir, et le pouvoir est le moteur de la liberté.

C’est l’éthique qui seule permet la recherche d’un équilibre raisonnable, s’il peut exister.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 4,75 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « La liberté n’est ni une convention, ni un droit. »

  1. ‘La liberté est strictement individuelle, toujours acquise sur le dos des autres’.

    Qu’entendez-vous par liberté ?

    Est-ce faire ce qu’on veut quand on veut en obéissant à ses pulsions, ce qui à mon sens mène à n’importe quoi et surtout à l’esclavage.

    Selon moi, la liberté c’est s’autoriser à mettre en œuvre ses aspirations profondes, lorsque nous sommes libérés de nos illusions et que nous portons sur nous -même et le monde un regard juste, lorsque notre attitude et nos comportements sont le fruits de nos choix et non de réactions automatiques dictées par des visions erronées et des angoisses inconscientes.

    Qu’en pensez-vous ?

    ‘Il n’est pas de liberté sans pouvoir’.

    Là encore, j’ai du mal à suivre cette assertion.

    Si je comprends bien, la bureaucratie et/ ou ses représentants, via la force de l’inertie qu’elle exercerait sciemment ou non sur le peuple aurait le pouvoir ?

    Jusque là je suis…

    En revanche, associer pouvoir et liberté, j’adhère moins à cette idée

    J’ai jamais eu l’impression en observant ceux qui détenaient le pouvoir qu’ils étaient libres

    1. La liberté est l’absence de dépendance, dont chacun fait ce qu’il veut.
      L’exact inverse de l’esclavage.
      Le pouvoir absolu est la liberté absolue, et c’est bien là qu’est le problème.
      Rajoutons qu’il y a la liberté factuelle et la liberté ressentie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *