La perversion des normes « écologiques »

La planète est en danger, il faut sauver la planète, il y a une urgence climatique …

Vous connaissez tous ces arguments répétés à satiété, à longueur de journées.

La voiture, formidable instrument de liberté, est devenue l’ennemi à abattre, au moins chez certaines personnes, alors qu’est venu se greffer le scandale des moteurs truqués principalement par le groupe VW.

On s’est alors aperçu :

  • Que le moteur diesel polluait énormément, surtout les plus anciens.
  • Que les normes d’homologation des véhicules quant aux émissions polluantes et aux consommations étaient complètement fausses … ce que tout le monde savait déjà !

On a donc engagé, au niveau européen et français, une lutte implacable contre la voiture qui se retrouve pratiquement interdite dans les villes. Les motorisations diesel sont vouées aux gémonies et l’avenir ne s’écrit qu’en électrique…

On a décidé aussi de réformer les normes d’homologation des voitures en passant à la norme NEDC puis à la norme WLTP censée être plus réaliste.

L’effet principal de ces nouvelles normes a été surtout une véritable envolée de la fiscalité dite écologique.

L’objectif principal des constructeurs est désormais d’arriver à vendre des voitures dans un contexte défavorable en vantant les vertus écologiques réelles ou imaginaires de leurs véhicules et notamment leur faible consommation de carburant.

En ce qui concerne les voitures électriques, c’est plus difficile car aucun ne dépasse en condition normale d’utilisation 400 km d’autonomie (seul Tesla y arrive) mais l’Etat s’est mêlé de la partie en se chargeant de fausser le marché par le biais de la pénalisation des voitures à moteur thermique et la subvention des voitures électriques.

Il faut aussi essayer de passer sous le radar de la fiscalité écologique, le fameux malus qui peut atteindre désormais 20.000 € !

Peut-on considérer que l’objectif visé par nos fonctionnaires est atteint ?

C’était sans compter avec la faculté d’adaptation des constructeurs et de leur recherche constante de contournement des règles qui leur sont imposées.

J’utilise à titre personnel une Renault Scénic II dci de 2005 qui compte 220.000 km et consomme entre 5 et 6 litres de gazole aux 100.

Elle est aujourd’hui considérée, par nos normateurs, comme une horreur écologique car elle présente le double handicap d’être trop vieille et d’être un diesel.

Alors, pourquoi ne pas changer de voiture et pourquoi ne pas acheter, au hasard, une Volvo xc 40 t5 qui présente tous les critères requis ?

C’est un véhicule hybride rechargeable conçu pour une « utilisation quotidienne zéro émission » homologué selon le cycle WLTP.

J’évoquerai rapidement ses caractéristiques techniques :

Elle est vendue avec un petit moteur 3 cylindres à essence turbo 1.5 l développant 180 ch et une batterie autorisant officiellement 30 à 40 km d’autonomie avec un moteur électrique de 82 ch.

La consommation annoncée est de 2,2 l/100 et, bien entendu, avec des émissions de CO2  de 47 à 51 g/km, elle ne subit aucun malus.

Ça, ce sont les éléments favorables qui font dire au journal que c’est « un bon élève ».

En est-on si sûr ?

Confronté à la réalité de la vie de tous les jours, le tableau est nettement moins réjouissant …

Le véhicule est très lourd : 1.800 kg.

Le mode électrique seul s’avère en fait extrêmement réduit car l’autonomie annoncée de 40 km (qui est déjà en soi extrêmement faible) tombe à 30 km sur un parcours un peu roulant et à 20 km sur une voie rapide et sans pouvoir dépasser le 120 km/h.

A condition d’habiter à moins de 15 km de son lieu de travail, l’autonomie ne sera évidemment pas suffisante. Il faudra donc systématiquement passer en mode thermique essence.

Et là, le tableau se gâte franchement car la consommation d’essence s’envole à 8-9 litres/100 !

Et, le pire, c’est que si vous voulez recharger la batterie en roulant, la consommation, mesurée, explose littéralement à 12-15 l/100 !

Visiblement, le petit moteur à essence a du mal à entrainer la bête (très lourde) et pour un moteur à essence, beaucoup plus que pour un moteur diesel, le poids est l’ennemi !

En outre, la recharge de la petite batterie entraine une consommation totalement prohibitive qui n’est nullement rapportée dans le test WLTP !

Evidemment, il vous reste la possibilité de recharger cette voiture chez vous mais il faudra compter une bonne nuit (9 heures minimum) sur une prise domestique qui peut être ramenée à 2 h sur une Wallbox vendue par Volvo.

Dernier détail et non des moindres : le prix de vente oscille entre 50 et 60.000 € car Volvo est une marque premium comme BMW et Audi.

Alors, je vous pose la question :

Voyez-vous un avantage à acheter cette voiture, somme toute très chère, pour une consommation d’essence, en condition normale d’utilisation, qui s’établit de très élevée à complètement délirante ?

Autrement dit, qui respecte le plus la planète : moi avec ma Scénic diesel qui consomme 5 à 6 l/100 ou le bobo qui va craquer pour ce XC40 T5 hybride rechargeable dont la consommation réelle s’établit entre 8 et 15 l/100 ?

L’acheteur non averti va évidemment se rendre rapidement compte qu’il s’est fait piéger et tenter de revendre la voiture en omettant bien sûr d’attirer l’attention du candidat sur sa consommation très exagérée.

En outre, qui va acheter une voiture pour faire 15 km pour aller travailler (le banlieusard qui travaille à Paris fait forcément plus de 30 km par jour) ?

Où est l’économie alors que l’économie de carburant annoncée est en fait purement théorique ?

Où est l’écologie ?

Qui a dit que les nouvelles normales WLTP étaient plus réalistes que les anciennes ?

Pour le reste, si c’est juste pour rouler en ville à 30 km/h, un vélo suffit !

J’hésite entre farce et escroquerie …

On en arrive à la question inévitable : Quel est l’intérêt pour un constructeur de fabriquer ce genre de véhicule qui a surtout toutes les caractéristiques d’une véritable caricature de ce qu’il ne faut pas faire … si ce n’est pour échapper aux monstrueuses amendes écologiques que l’Union Européenne a prévu d’appliquer en cas de dépassement des quantités de Co2 ?

En outre, on peut se poser la question de la fiabilité du groupe motopropulseur car le petit moteur à essence, très sollicité, développe la puissance assez incroyable de 120 ch/litre.

En fait, alors que je n’ai strictement rien contre la Volvo, cette voiture est la démonstration éclatante que les constructeurs contournent toujours des règles imbéciles en produisant des véhicules qui n’ont qu’un lointain rapport avec la réalité imposée ; et que plus les normes à respecter sont sévères, plus le décalage entre la théorie et la réalité est important !

Ultime précision : la Belgique vient de se rendre compte que ce type de véhicule exploitait une faille de la règlementation en présentant comme respectueux de l’environnement un véhicule qui ne l’était pas !

Elle vient donc d’augmenter lourdement la fiscalité sur ces hybrides rechargeables !

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : La reproduction de cet article n’est autorisée qu’à la condition de le rependre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

 

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

6 réflexions au sujet de « La perversion des normes « écologiques » »

  1. “La réponse à la grogne des citoyens doit passer par la valorisation de solutions basées sur l’innovation, les économies de gestions à réaliser et non par le traditionnel ‘nouvelles taxes’ et arrosages de subventions fiscales. Le temps long doit primer sur les solutions de court terme”

    1. Je reviendrai prochainement sur la question des taxes …
      Le pire est à venir

      En ce qui concerne la voiture : on anticipe une chute du marché à la chinoise : -80% en mars !

      Ca va saigner !

  2. La mode est aux moteurs 3 cylindres parce qu’un cylindre en moins par rapport à quatre permet une diminution des frottements et des pertes de rendement dues aux segments tout en conservant une puissance acceptable pour des dimensions données. Seul problème, un moteur à nombre de cylindres impairs et en particulier un 3 cylindres est très très mal équilibré. N’escomptez pas dépasser 150000 km sans soucis avec ce type de moulin, il vaut 100 fois mieux du point de vue longévité un bicylindre à plat toussotant comme il existait sur les 2CV.

    Le moteur 3 cylindres n’est qu’un pis-aller trouvé par les ingénieurs pour répondre à des normes irréalistes. un moteur thermique produira toujours une certaine quantité de CO2 proportionnelle à la quantité d’hydrocarbures qu’il brûle et le rendement ne peut pas être amélioré au delà d’un certain pourcentage, les lois de la thermodynamiques sont en cause et comme toutes lois de la nature, elles ne peuvent pas être abrogées par les “zotezotorités”.

    1. Oui, c’est ce qu’on appelle le dowsizing

      Petits moteurs, gros turbocompresseur, puissance au litre énorme et fiabilité très douteuse (Renault a beaucoup de problèmes avec ses moteurs Tce ! – la segmentation lache et les moteurs consomment beaucoup d’huile, ce qui va tout à fait dans le sens de l’écologie, avant de casser).

      Ces problèmes peuvent néanmoins être résolus.

      Il faut se rappeler les premières VW Golf GTD (turbo Diesel) des années 1980 – la calotte des pistons fondait !

      1. Oui il est toujours possible d’améliorer la durabilité des moteurs par une amélioration de la qualité des alliages, du dimensionnement et de la forme des pièces mais il n’empêche qu’un moteur à 3 cylindres est et sera toujours mal équilibré et tournera moins rond qu’un quatre cylindres en ligne.

        1. Equilibrage : c’est surtout le bruit du moteur qui est inhabituel sur une voiture.

          Beaucoup de motos utilisent des 3 cyl sans problèmes de fiabilité. (Triumph, Yamaha, MV Agusta …)

          Les explosions sont calées tous les 120°

          Mais, c’est sur, ça ne vaut pas un 6 cyl !

          Les problèmes de fiabilité viennent surtout du downsizing et de la puissance au litre très exagérée (on est dans des puissances de moteurs de compétition d’il y a 30 ou 40 ans).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *