La Rochelle violentée, La Rochelle défigurée

Par le quadruple effet d’une technocratie ploutocrate et prétentieuse, d’une magistrature indigne et partisane, d’affairistes cupides et corporatistes, d’un maire ignorant, suffisant, caractériel et sans vergogne, La Rochelle est massacrée.

La Rochelle vit de plein fouet le danger d’élus surpuissants, surexposés et surprotégés. Elle n’est pas la seule.

Cette dérive de la démocratie qui donne un pouvoir sans partage aux élus locaux ne peux vivre que dans le cas de l’élection à la magistrature municipale de surhommes pétris de qualités.

Il faudrait qu’ils soient compétents en tout, décideurs mais à l’écoute, autoritaires mais justes et tolérants, spectaculaires mais modestes et économes, plein de compassion pour les faibles mais enthousiastes pour les forts, à l’écoute de tous mais conscients que la majorité des quémandeurs ne se soucie que de ses intérêts personnels, qu’ils récompensent le mérite et se méfient des réseaux, qu’ils soient surs d’eux mais discrets, qu’ils puissent faire le tri entre les légitimités de façade et les vraies.

Tant de choses qui amènent ceux qui les possèdent à refuser net la démagogie, le mensonge, l’apparence, la connivence, la facilité, la frime, et finalement le pouvoir. Tout ce qui permet d’être élu….

Malheureusement, la plupart du temps, les élus se croient investis d’une mission de berger d’un troupeau de moutons que seraient leurs électeurs, en oubliant que le berger ne fait qu’exploiter ses moutons qui finissent inévitablement à l’abattoir.

Les élus ordinaires, comme celui qui est en place à La Rochelle, demandent la soumission de leurs électeurs prétendant être investis quasi divinement, alors qu’ils devraient être les révélateurs des forces vives de la cité, des individualités si nombreuses, si différentes, toutes importantes.

Contrairement au retournement intellectuel spectaculaire d’un Macron aux abois et de ses récentes affirmations lourdement intéressées, les élus locaux ne sont pas l’avenir de la France mais les fossoyeurs de ce pays.

La cause en est structurelle, Montesquieu et le partage des pouvoirs n’est plus qu’un souvenir lointain dans les démocraties locales, c’est tout le problème.

En attendant, La Rochelle, comme les autres villes de France, ne peut qu’espérer sortir l’homme exceptionnel, providentiel, du chapeau des élections du mois prochain. Les rochelais l’ont-ils sous la main ?  Sauront-ils le hisser à leur tête ? C’est difficile à dire, mais c’est possible, l’un des candidats répond à ces critères.

Une seule chose est certaine, si les rochelais n’ont pas cette lucidité et ce sursaut, cette ville est foutue.

Le massacre actuel de la ville

Ici comme ailleurs, la plupart des candidats à l’élection n’ont pas conscience de la généralité de leur mission, de sa modestie.

Au contraire, ils ne pensent qu’à une chose : marquer leur passage dans l’histoire locale en personnalisant la construction et l’urbanisme. Tous se rêvent en Le Corbusier, en Haussmann.

Il est peu probable que ces deux icônes aient pu être élus…. Trop individualistes.

Les contraintes collectivistes qui obligent les élus locaux ne leur permettent pas la réalisation de grands projets, la révélation des fortes individualités nécessaires à ces projets. Les élus locaux sont les réceptacles des frustrations, des jalousies, des utopies, de leurs électeurs, sans lesquels ils ne sont pas élus.

La Rochelle est la caricature de cette situation générale.

La ville a mis à sa tête aux dernières élections municipales, à la suite d’une intrigue particulièrement malsaine, un homme à la prétention illimitée, à l’imagination inversement proportionnelle, otage de son administration et de ses appartenances aux réseaux.

Les élus rochelais, qu’il sait terroriser, ont voté un plan d’urbanisme au forceps. Au point que le journal local s’est fendu d’un article le soulignant et précisant que, face à leur incompétence du sujet, l’administration locale va mettre en place des cours d’usage de ce plan d’urbanisme…. Qu’ils ont quand même voté.

Effectivement, ce plan d’urbanisme est un massacre. Des écologistes religieux et obscurantistes, des élus périphériques égoïstes, des réseaux corporatistes, ont accouché d’un monstre administratif.

Ce plan d’urbanisme massacre l’environnement, déplace les modestes en périphérie, entasse les riches en centre-ville, défigure le cœur historique, que du bonheur… Il ne prévoit aucun grand projet d’avenir.

A marche forcée, couvert par l’administration locale et préfectorale, par la justice administrative, le maire actuel, alors qu’il sera évidemment remis en question dans un mois, pousse ses ridicules chantiers pour mettre la ville devant le fait accompli.

Préfet et justice administrative tentent de détruire ceux qui se lèvent contre cette méthode liée à la personnalité obtuse et têtue du maire actuel.

Evidemment, toujours aussi imprudent, désireux d’absolu, je fais partie des victimes.

La situation

Un projet de marais, avec toutes les nuisances induites, graves, moustiques et maladies, est porté par le maire et ses alliés écologistes primaires en centre-ville.

Dans son délire dictatorial, le maire a lancé avec ses services techniques ce projet, alors qu’il n’en n’a pas la compétence, qu’elle est attribuée par statuts et arrêté préfectoral à l’agglomération.

Ce fait, qui rend les autorisations délivrées par l’administration nulles pour non-compétence, a été signalé par mes soins à la Préfecture et au Tribunal Administratif de Poitiers.

En pièce jointe, LIEN, l’incroyable ordonnance signée d’un magistrat du Tribunal administratif de Poitiers.

Alors que le maire de La Rochelle vient de faire voter un transfert de compétence, de toute urgence, pour la maîtrise d’ouvrage de son chantier, apportant par là la preuve qu’il ne l’avait pas pour la maîtrise d’œuvre à partir de laquelle il s’est octroyé l’autorisation d’aménager, le Tribunal Administratif de Poitiers saisi a été pris la main dans le sac de la partialité.

Alors que ce transfert de compétence, cette preuve, est une novation qui justifiait l’information du Tribunal Administratif, acculé, non seulement le Tribunal, contre toute réalité, persiste et signe en affirmant que, même dans un domaine où il n’est pas compétent le maire peut toujours se délivrer un permis de construire ou d’aménager, mais de plus le magistrat signataire se permet d’exposer carrément sa partialité :

” La présente requête en référé est la quatrième demande de suspension introduite par l’association des propriétaires des Cottes-Mailles et de Varaize et la société Dumas Henri Participation contre le même permis d’aménager. Elle comporte le même moyen unique que celui invoqué dans les précédentes instances, dont l’une a déjà donné lieu au prononcé d’une amande pour recours abusif. Ainsi, la requête présente un caractère abusif. Compte tenue de la persistance des requérantes à introduire des requêtes abusives et des perturbations que ce comportement inacceptable provoque dans le fonctionnement du service public de la justice, ce qui a notamment pour effet de retarder le jugement d’autres requêtes introduites légitimement, il y a lieu d’infliger à chacune des requérantes une manade de 10.000 €”

Et voilà, si vous vous vous opposez à un maire qui se délivre une autorisation, pour laquelle il n’a pas la compétence, qu’il s’est délivré contre l’avis négatif du commissaire enquêteur à l’issue de l’enquête publique précédant l’autorisation, si vous insistez au fur et à mesure que le scandale se développe et apparaît au grand jour, vous êtes illégitime.

Pour vous faire fermer “votre gueule”, la justice vous en colle pour 20.000 €.

Nous sommes en France. CQFD.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (9 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

4 réflexions au sujet de « La Rochelle violentée, La Rochelle défigurée »

  1. La réalité de ce pays “LA FRANCE” nous choque, les juges, les politiques font en sorte qu’elle devienne acceptable, mais en plus ils essaient de bâillonner celui, ou ceux qui en dénoncent l’absurdité, l’injustice ou l’horreur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *