L’amande amère

Tous les entrepreneurs le savent, et désormais aussi, beaucoup de particuliers : la France est le pays de la pression fiscale.

Mais ce qui se sait moins, c’est que cette pression prend aussi des voies plus détournées.

Je viens d’en faire l’expérience personnelle, à l’occasion d’une faute très grave, je le reconnais publiquement, que j’ai commise l’autre jour. Et puisque cette très grave infraction m’a valu une contravention, autant reprendre les mots de l’administration pour décrire mon péché : « stationnement très gênant sur un emplacement réservé aux véhicules portant une carte de stationnement pour personnes handicapées ».

Prendre une place réservée aux personnes handicapées, quelle honte n’est-ce pas ?

Maintenant, voyons les faits.

L’heure : aucun doute, elle est notée sur la contravention, 19 h 28.

Pas plus de doute sur le lieu : 76, rue du château des rentiers, Paris.

Il faisait nuit, donc. Il pleuvait. Le 76 de la rue du château des rentiers donne sur une supérette. J’avais à y récupérer un sac de courses, qui m’attendait à la caisse.

Le temps d’aller et de revenir, mes feux de détresse en action, et ma porte laissée ouverte. Si quelque handicapé par un hasard extraordinaire s’était trouvé passant par là, il aurait eu au plus à m’attendre un peu moins de trois minutes ! D’ailleurs, il n’aurait pas eu besoin de m’attendre du tout : deux autres places pour handicapés, vides, moins de 10 m devant moi, lui tendaient les bras, ainsi que deux places de livraison, disponibles à cette heure tardive.

Aucun handicapé à m’attendre, chargé de mes paquets, mais une voiture de police, arrêtée à ma hauteur. À l’intérieur, trois ou quatre agents, manifestement jeunes gens au mieux de leur forme physique, n’ont manifestement pas quitté leur siège confortable. Ce qui sottement, m’a rassuré ! Je ne savais pas encore, qu’en France, on pouvait verbaliser, sans même mettre pied-à-terre…

Et j’ai pensé : « bien sûr, ils ne me verbalisent pas, ils voient bien que je ne suis plus tout jeune, et qu’aujourd’hui, freiné par une mauvaise sciatique, je peine à avancer… »

Non, j’avais rêvé. Aucune humanité à attendre du côté de ces messieurs. Ils chassaient, passe un pigeon, ils tirent.

Ah, j’oubliais : le montant de ma punition ! 135 € ! Ce qui vous met tout de même la minute à 45 €…

Ce que je trouve le plus insupportable, ce n’est pas le montant disproportionné de l’amende, mais la dose de moraline dont prétend s’entourer ce qui n’est qu’une taxe ou un impôt le plus.

Je me consolerais peut-être, si je pouvais penser que tout l’argent qu’on me prend permet d’équilibrer les comptes publics, en l’occurrence ceux de la Ville de Paris. Mais ce n’est même pas le cas ! Ce qu’ils nous prennent ne leur suffit pas, il faut en plus qu’ils nous endettent, lourdement ! Voilà pourquoi j’ai l’amande amère…

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

11 réflexions au sujet de « L’amande amère »

  1. En ce qui concerne l’amende amère, j’ai fait une bonne récolte dernièrement (AMR reçu !)!

    J’ai, je le reconnais, commis une faute d’une gravité extrême dont je n’aurai pas assez de ma vie pour me repentir.

    Il y’a quelques années, gros riche que je suis, j’ai acheté un appartement en résidence secondaire en Espagne (déjà, quelle honte, dans un pseudo-pays comme la france, avec un petit f)

    Bien évidemment, afin de pouvoir régler les factures y afférent, j’ai ouvert dans ce pays un compte bancaire (voyez-vous donc, un compte offshore ! Espèce de Cahuzac, va !)

    Bon contribuable (enfin, je le croyais !), je déclare comme la loi m’y oblige l’ouverture de ce compte au fisc.

    Mais voilà ! le fisc (et l’état (avec un petit e) en général) est à la limite de la sénilité (quand cela l’arrange) : il ne suffit pas de déclarer l’ouverture d’un tel compte, mais il faut le faire TOUS LES ANS !

    Bon, moi, quand on me dit une chose une fois, je n’ai pas besoin qu’on me le répète sans cesse… L’état, le fisc, si !

    Bref, en ne re-déclarant pas chaque année ce compte, je suis tombé, je l’avoue dans le piège ! 1500,00 euros d’amende par année non déclarée (même si aucune fraude ou optimisation fiscale n’a eu lieue ou envisagée) !

    Et non, je n’ai évidemment commis aucune fraude (j’ai d’ailleurs subit un ESFP ayant débouché sur aucune rectification d’imposition… cela a dû les ennuyer, enfin, bon…)

    Résultat, une note salée pour une amende amère : 6000,00 euros !

    Alors, chers contribuable, n’oubliez pas de bien déclarer, CHAQUE ANNEE, vos comptes à l’étranger (UE y compris, même si l’échange de donnée entre pays est en place !) !

    Et pensez-y, vos cartes bancaires “en ligne” du type “N26”, font partis des compte à l’étranger ! Méfiez-vous !

    PS : Rien que N26 revendique plus de 800.000 clients français…Combien pensent (savent ?) déclarer leur compte chaque année ? 1% ? a 1500 euros/an/compte, voyez le pactole pour l’état !

      1. Non, cela ne concerne que les résident fiscaux français, encore heureux !
        Il ne manquerait plus que Bercy fasse sa loi auprès de résidents étranger ayant de comptes non-français !

  2. N’empêche qu’ayant moi même cette fameuse carte, et limitant au maximum mes déplacements en voiture, et quant je dois faire de long parcours, ex. Hôpital à 100kms, mon fils conduit, mais quant vous devez allé à la pharmacie et que la seul place handicapé est squatté, que vous devez garer la voiture du coup à 1 kms, car vous pouvez pas vous permettre de vous garer en double file, vous comprenez votre douleur, le problème n’est pas tant la marche qui ne me fais pas peur, mais la difficulté à sortir du véhicule, quant on peut pas ouvrir en grand les portières. Par contre reconnaissons qu’il y a plus d’handicapés en ville qu’à l’hôpital, ou là il y n’y a quasi aucunes places prévu pour les handicapés, voir même pire certains hôpitaux de lyon, leurs parkings sont payant. à ce demander s’il faudrait pas prendre un Vsl.
    Pour répondre à votre légitime message, je me demande une chose, pensez-vous que si cette place n’avait pas été « handicapé », elle aurait été libre?
    Il parait d’ailleurs que ces places seraient gratuite, mais j’ai jamais tenté le diable, et je paye ma place. (C’est moins cher que de faire une réclamation, et moins stressant)Lol

  3. Cher Michel
    Effectivement quel non respect de la loi : s’arrêter ( et non stationner) sur un emplacement réservé aux personnes à mobilité réduite est une faute inexcusable et propice à la vindicte administrative… pardon fiscale
    Mais bon , mettez vous à la place de nos représentants de l’ordre. Vous voyez la cacophonie étatique sur le port du voile, sur les règles incompréhensibles et contradicatoires, sur les louvoiements des gouvernants se refilant la patate chaude, sur les lâchetés de nos dirigeants ou élus non dénuées d’arrières pensées électorales.
    Aller verbaliser ces non respects de la loi est un parcours du combattant, avec des risques importants sur leur avenir, en cas de dérapage médiatique, d’être contredit pas la hiérarchie, laquelle au mieux désavouera les “initiatives non appropriées” de ses fonctionnaires.
    Pourquoi prendre des risques.
    Par expérience et consignes, on laisse tomber, on va faire un tour au supermarché et voir s’il y a pas moyen de bien se faire voir sans trop de risque.
    Là dans votre cas, la loi est claire et sans ambages. Aucune association (subventionnée par l’état ) ne vous viendra en aide. Aucun pourfendeur de l’ordre moral ou intellectuel en mal de reconnaissance se fera votre porte parole.
    Bien au contraire : enfin un sujet sur lequel il y a concensus, tout le monde est d’accord pour dire que la loi est pas respectée et qu’il est juste de sanctionner ( et donc de payer).
    Nous vivons des temps formidables.
    Mais j’déconne.

    1. Rassurez-vous, je ne demande ni aide, ni compassion de personne. Je témoigne, c’est tout. Et puis, comme disent certains marins, “je retourne dans la brume”…

  4. faites comme beaucoup de parisien.
    –>une pale photocopie de recto d ancienne carte handicapée

    Et si cela ne suffit pas affublez vous d’un léger voile, ca marche a tous les coups

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *