Le ciel va bien nous tomber sur la tête !

Le ciel va bien nous tomber sur la tête !

Quel vertigineux retour vers le passé ! Nous voilà rendus à l’état de Gaulois craignant que le ciel leur tombe sur la tête. En réalité, les Français d’aujourd’hui ne craignent pas cette chute du ciel, ils en sont sûrs. Et comment ne pas l’être ? Avant l’irruption du coronavirus, les dépenses publiques s’établissaient à 57 % du Pib, ce qui était déjà insurmontable dans un monde concurrentiel. Nous voilà à 65 %, et ce n’est qu’un début. Car face à la débâcle de l’économie, il n’y a que deux solutions : tout remettre à plat ou continuer à dépenser. C’est la deuxième solution qu’a choisie M. Macron. Du coup, comme tout le monde comprend qu’on ne peut durablement dépenser de l’argent emprunté, les Français savent qu’on va inéluctablement à la catastrophe. Le ciel va bien nous tomber sur la tête.

Que se passe-t-il quand un Etat fait faillite ? Ses engagements financiers envers les citoyens ne sont pas tenus. Et quand ces engagements sont nombreux, la société est bouleversée. Elle doit se réorganiser complètement. Cela prend du temps, souvent beaucoup de temps. Et c’est d’autant plus difficile que la population est âgée. La France compte 16 millions de retraités : comment vont-ils faire face à la fin du versement de leurs pensions, ou au mieux à sa réduction drastique ?

La France compte aussi 6 millions de fonctionnaires. Que vont-ils devenir quand l’Etat ne pourra plus les payer ? Quant à ceux d’entre eux qui sont employés au maintien de l’ordre, même si le caractère essentiel de leur mission leur vaut un traitement de faveur, ils iront certainement chercher meilleure fortune ailleurs si l’occasion s’en présente.

Et l’on peut poursuivre l’examen de la situation jusqu’aux extrémités de la société. Personne ne peut être épargné dans un tremblement de terre aussi puissant.

Alors que faire ? Il n’y a qu’une solution : produire, alors que jusqu’alors on n’avait pensé qu’à consommer. Mais pour produire, il faut cesser de taxer follement les outils de production et l’argent qu’ils rapportent. On va donc devoir ramener la redistribution au strict minimum. Ce qui aura pour conséquence que chacun va devoir produire. Et nous voilà ramenés à l’économie de guerre.

Par chance, l’ampleur de la catastrophe va rendre le redressement plus rapide, car le peuple tout entier va devoir se mettre à l’ouvrage. Et l’on sait les miracles qu’un peuple uni peut accomplir.

Il y a 65 millions d’années, un immense astéroïde et un déchaînement du volcanisme ont anéanti les dinosaures et donné leur chance aux mammifères. Aujourd’hui, une épidémie banale mais gérée de façon inconsidérée par l’Etat anéantit tous les gigantesques monuments sociaux qui faisaient la gloire du « modèle français ». Et donne leur chance aux entreprenants. Ils vont évidemment prendre en main le pays, et ce ne sera que le prolongement de leur activité productrice. En somme, on va revenir au seul modèle qui ait vraiment marché depuis qu’homo sapiens est apparu il y a deux millions d’années : le règne des actifs.

Il n’est pas étonnant que ce soit en France que se déroule ces évènements qui vont retentir jusqu’au bout de la planète. Car c’est en France que la Terreur a pris naissance et a répandu sur le monde ses horreurs. Lénine et bien d’autres n’avaient en tête que la Terreur, et des dizaines de millions d’être humains en sont morts. Nous avons envers eux le devoir de  payer les premiers pour le mal que nous avons engendré.

J’étais pour ma part certain que de tels événements de produiraient, et qu’un être minuscule aurait raison des prétentions de notre Etat. Quand j’ai publié « La révolution des termites » en 1990, certains y ont vu une fable philosophique. J’ai apprécié le compliment, mais il s’agissait d’un programme politique. Il s’accomplit aujourd’hui, après bien des années d’attente occupées à combattre le Minotaure. Celui-ci va devoir désormais renoncer à sa ration de chair fraiche.

Le grand tort de l’homme est de croire ses œuvres éternelles. L’histoire de notre planète nous dit le contraire. Un dirigeant politique avisé devrait toujours s’en souvenir !

Claude Reichman

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (9 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

4 réflexions au sujet de « Le ciel va bien nous tomber sur la tête ! »

  1. Merci aux Polonais et aux Hongrois de refuser la relance européenne à coups de centaines de milliards. Cela va obliger notre ENArchie pourrie a ne plus croire au Père Noël. Sentant leur système de prédation tourner au vinaigre, ont-ils réduit leurs salaires immérités, ou bien transféré encore plus de fric dans les paradis fiscaux pour attendre des jours meilleurs ?

  2. Je pense comme vous! Mais lorsqu’on voit ce que pense pas mal de gens sur Facebook et le Net en général la dictature verte communiste a de beaux jours devant elle. Et comme, les États peuvent imprimer de l’argent comme bon leur semble. On n’est pas prêt de voir ce système s’écrouler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *