Le dur échec des algorithmes

Dans son ouvrage “Le cygne noir”, Nassim Nicholas Taleb expose très clairement la survenance du cygne noir qu’il définit comme l’imprévisible devenant réel, générant la ruine de l’inutile prétention des prévisions mathématiques, quel que soit le modèle d’algorithme utilisé.

Le coronavirus est le cygne noir absolu. Il explose toutes les prévisions mathématiques.

Or la prévision est l’arme du pouvoir.

Dans les tribus primitives le sorcier est plus influant que le chef, dans nos sociétés le prévisionniste est plus important que l’élu.

Notre société vit sous la coupe des mathématiciens, ces théoriciens de l’algorithme qui entrent dans des formules — dont la crédibilité est directement liée à la complexité et au nombre de paramètres – notre vie d’aujourd’hui pour prévoir celle de demain.

Ils ont éradiqué le bon sens, la sagesse, la prudence et surtout l’humilité. Ils ont mis au panthéon de nos sociétés leur vanité.

Ils ont terrassé l’imagination, cette forme de l’émotivité qui permet à quelques-uns de subodorer l’avenir à partir des émotions du présent. Ils ont fait passer pour une fumisterie, voire un défaut, cette qualité de vision fondamentale, qui a fait dire au Général de Gaulle : “La France a perdu une bataille, mais la France n’a pas perdu la guerre” alors que mathématiquement la défaite était largement consommée, ce que constatait objectivement le Maréchal Pétain.

Les hommes aiment à la folie les prévisionnistes, c’est humain. Mais l’inverse est aussi vrai, ils peuvent les haïr à la folie lorsqu’ils se trompent.

C’est en cela que la place du sorcier n’est pas particulièrement enviée dans les sociétés primitives où la violence a souvent libre court.

Pour se protéger, le sorcier ou les prévisionnistes profitent de leur situation pour distiller la peur en même temps que leurs prévisions. Ils inquiètent pour faire peur, ils anticipent sur leurs incertitudes, font en sorte que dans leurs messages la peur soit plus importante que la prévision, de telle sorte que ce soit elle qui prime lors du bilan final.

La prévision ne s’accomplit pas ? Il reste la peur ancrée dans les esprits. Nous observons tous les jours cette attitude chez les écologistes qui cherchent à s’emparer du pouvoir par la prédiction apocalyptique.

Si les pouvoirs en place tentent de contrôler l’information c’est pour que les prévisions qu’ils élaborent pour justifier leur pouvoir soient plus fines que toutes les autres, car mathématique ou émotive la prévision est toujours une émanation du présent.

Alors que reste-t-il aujourd’hui, après le cygne noir, des prévisions de ceux qui sont au pouvoir, chez nous ou ailleurs ?

Pas grand-chose il faut bien le reconnaître.

En premier : la durée de vie.

Il y a peu l’homme caressait l’idée de devenir éternel. Tout un foin très récent a secoué la France, il concernait la retraite et notamment les contraintes liées au vieillissement augmenté de la population. On peut dire que le coronavirus modifie significativement les algorithmes et le nombre de places disponibles dans les EHPAD.

En second : la densification

La règle est le regroupement de la multitude que ce soit dans son nid, son activité ou ses déplacements. Les consignes des gouvernants sont l’entassement dans l’habitat, au travail et dans les transports collectifs, au motif réel du coût, au motif simulé de la solidarité.

Or, tout comme virus ou bactéries déciment les élevages de poulets en batterie, de saumons en élevage, le coronavirus décime l’être humain mis en batterie par les hommes de l’Etat.

Comme le poulet de Bresse l’homme a besoin d’un espace vital personnel important pour vivre, n’en déplaise aux écolos et à leur gourou Anne Hidalgo.

En troisième : la disparition programmée des élites actuelles

L’interview d’Emmanuel Macron dans le point du 15 et 17 Avril est pathétique.

“Le président de la République, dans un étonnant costume trois pièces en flanelle, est, de fatigue, affalé dans un fauteuil en cuir noir, face à la porte-fenêtre de son bureau qui donne sur les jardins”

L’homme est effondré, son système prévisionnel a explosé, il se sent impuissant et inutile, illégitime. Il ne sait pas penser autrement, l’avenir pour lui n’est que mathématique, l’émotion, l’imaginaire, il ne connait pas, ce n’est pas son éducation scolaire.

“Il craint un choc post-traumatique, qui pourrait se manifester à la sortie du confinement et peut-être même un déchaînement des passions”

Evidemment, il voit bien que sa sorcellerie va exploser, que le pouvoir lié lui échappe, que la haine va suivre la crédulité.

Le mal empire, son équilibre intellectuel est si fragilisé qu’il perd le sens des réalités, il oublie l’objectivité de Louis XIV constatant : “L’Etat c’est moi”, il est dans la confusion.

” Il se trouve que j’ai toujours cru en l’État, indique-t-il. Certains me le reprochent d’ailleurs beaucoup. On voit aujourd’hui l’État dans ce qu’il a de plus fort, et on le voit aussi dans certaines de ses faiblesses.”

Il ne peut ignorer à la place qu’il occupe qu’il n’y a pas d’Etat, qu’il n’y a que des hommes de l’Etat, dont il est le chef.

Ici, il nous dit qu’il a toujours eu confiance en lui — ce dont nous ne doutons pas – mais que ce n’est plus le cas et qu’il sait que tout le monde le perçoit, ce qui est vrai aussi.

Effectivement les chances qu’il soit emporté sont réelles. Il accumule les erreurs. Son salut ne pourrait passer que par la vérité, avouer la supercherie de la notion d’Etat, redonner la liberté aux individus et organiser ensuite une lutte collective contre le signe noir, au terme de laquelle chacun, cette liberté reconquise, pourra s’épanouir.

Il ne prend pas ce chemin. Trop vaniteux sans doute.

En quatrième : la mort de l’économie actuelle

N’en parlons pas. C’est à la fois la grande perdante et la grande responsable.

C’est son interprétation erronée du fait de la cupidité des hommes de l’Etat qui n’a pas permis d’organiser une réponse à ce cygne noir répertorié, sa compromission dans l’égalitarisme et dans la corruption qui ne vont pas lui permettre de rebondir.

Ce sera la grande perdante qui va permettre à la misère de s’installer durablement, et aux libertés de disparaître pour longtemps.

La patronne de la BCE, Mme Lagarde, nous présente le vélo comme un progrès, alors qu’il s’agit du moyen de déplacement des sociétés en état d’extrême pauvreté, c’est tout dire.

PS : Dans la vidéo je m’explique sur le billet Johnny Hallyday mal compris.

Bien à vous.  H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

12 réflexions au sujet de « Le dur échec des algorithmes »

  1. Concernant l’attestation dérogatoire et le respect du confinement, d’après une enquête du 25 mars du Canard Enchaîné, Laurent NUNEZ, l’adjoint de Castaner, qui avait déclaré qu’il n’y avait pas de pénurie de masques, que les policiers étaient capables de détecter les personnes susceptibles d’avoir le COVID-19, dans une visioconférence avec les Préfets, leur a recommandé que faire cesser les rassemblements et les fermetures des commerces dans les quartiers sensibles ne faisaient pas partie des priorités, ce qui n’est pas le cas ailleurs bien évidemment.

  2. c’est digne de la filmographie des douze sal*pard)s

    Et la consolante est particulièrement douce pour Yves Levy : à ce poste, le médecin de 61 ans touchera pendant cinq ans une somme fixe garantie de 1.558 euros brut mensuels, à laquelle s’ajoutera une part variable pouvant atteindre quelque 4.583 euros brut mensuels en fonction du nombre de réunions auxquelles il participera, selon un arrêté du 27 février 2018. Soit jusqu’à plus de 6.100 euros tous les mois. Ajoutez à cela que ce professeur d’université pourra par ailleurs continuer son activité professionnelle de médecin et d’enseignant, s’il le souhaite. La belle vie !
    Médecin promu conseiller juridique du gouvernement
    Yves Levy obtient ainsi un poste très convoité, puisque le quota de conseillers d’Etat non-juristes s’élève à douze maximum. Parmi les heureux élus, on compte aujourd’hui deux préfets, quatre énarques, un avocat d’affaires, deux ingénieurs, un militaire et un universitaire en sciences de l’éducation. A cette place, le médecin est invité à exercer des “fonctions consultatives” pour le Conseil d’Etat, c’est-à-dire conseiller juridique du gouvernement. Concrètement, les conseillers d’Etat réunis en formation consultative livrent une appréciation sur la conformité de chaque projet de loi de l’exécutif au droit de l’Union européenne et à la Constitution française. Voilà comment un ponte de la médecine s’improvise cador du droit. Après la nomination de l’écrivain Philippe Besson en tant que consul à Los Angeles, les méchantes langues y verront un nouveau poste attribué par copinage.

  3. ils nous tous auraient TOUS mentis ?
    depuis caseneuve puis par le mari de la buze …jusqu’à…
    C’est le premier laboratoire P4 en Asie. Depuis lors, la Chine est équipée de toutes les installations matérielles nécessaires pour étudier et utiliser les agents pathogènes forts. Au moment de la visite d’état du président français Emmanuel Macron en Chine en janvier 2018, le lab P4 de Wuhan est entré officiellement en service.

    En janvier 2018, à l’occasion de la visite d’État du président français Emmanuel Macron en Chine, les deux chefs d’État ont signé des accords sur la coopération bilatérale entre les deux pays et ont publié une déclaration commune, indiquant : « la Chine et la France conduiront des recherches de pointe conjointes sur les maladies infectieuses et émergentes, en s’appuyant sur le laboratoire P4 de Wuhan ». Le domaine médical et sanitaire constitue une partie très importante de la coopération bilatérale entre les deux pays.
    Yuan Zhiming, membre du Comité national de la CCPPC et directeur du laboratoire P4 de Wuhan, a fait des études en France. Il a toujours fait preuve d’initiative dans la coopération médicale et sanitaire sino-française, précisant : « La coopération sino-française doit atteindre un niveau plus élevé et la Chine doit construire une communauté de destin pour la santé humanitaire à travers une coopération internationale. »

    le gouvernement chinois a démarré à un moment stratégique la construction du laboratoire P4, en 2003, à cause du SARS. Il est allé en France en compagnie de Chen Zhu, ancien directeur adjoint de l’Académie des sciences de Chine, pour établir une coopération avec la France en matière de prévention et de contrôle des épidémies, mais aussi plus particulièrement pour la construction du laboratoire P4.
    Selon les niveaux de contamination et de dangerosité, les laboratoires P4 bénéficient du plus haut niveau de protection et sont consacrés aux études des épidémies les plus dangereuses avec de grandes installations spécifiques, par exemple, le virus Ebola ne peut être examiné que dans un laboratoire P4.
    Le lab P4 de Wuhan a été construit conjointement par l’Académie des sciences de Chine et la municipalité de Wuhan. En se référant aux standards internationaux sur la construction de laboratoires de biosécurité de haut niveau et aux normes chinoises dans ce domaine, et grâce à l’introduction de technologies et d’équipements du lab P4 de Lyon, la Chine a finalement achevé la conception du lab P4 de Wuhan avec l’aide de la France. C’est la plus importante coopération sino-française dans le secteur médical. « Lors de la coopération, le partenaire français nous a imposé de nombreuses limites, parce qu’il possédait des techniques plus avancées, et il a cherché à obtenir d’autres avantages de cette coopération »,

    « En 2017, l’ancien premier ministre français Bernard Cazeneuve a visité le laboratoire P4 de Wuhan lors de sa visite en Chine. Il a déclaré que dans les cinq années suivantes, la France investirait chaque année un million d’euros pour soutenir les recherches des scientifiques chinois et français du lab P4. Cela signifie que la coopération sino-française est déjà devenue une coopération réciproque », es hauts dirigeants de la Chine et de la France ont souligné à maintes reprises que la coopération dans le domaine de l’épidémiologie était stratégique. « Actuellement, nous avons déjà fini la construction du lab P4 de Wuhan, destiné à jouer un rôle important dans la prévention et le contrôle des épidémies, et à apporter sa contribution non seulement à la Chine et la France, mais aussi à la sécurité mondiale en matière de santé publique », a expliqué le scientifique. Le point clé du fonctionnement efficace et sécuritaire du lab P4 de Wuhan est la transparence et l’ouverture.
    a souligné ensuite : « Avec l’explosion des épidémies SARS et Ebola, on peut constater que les épidémies impactent non seulement un pays, mais la sécurité sanitaire du monde entier. La lutte contre les épidémies n’a pas de frontière

    http://www.brujitafr.fr/2020/03/le-mari-d-agnes-buzyn-ex-directeur-du-projet-biologique-a-wuhan.html

    je comprends mieux le recadrage..le jeux de chaise musicale et le pantouflage 🙂

  4. Pour ceux qui nous dirigent ils utilisent la loi des 80-20 de Pareto. C’est à dire qu’il faut à nos gouvernants privilégier 20% des citoyens, des entreprises, de l’économie pour asservir les 80% restants. Et cela fonctionne depuis deux siècles.

  5. Qu’entendez -vous par :

    “Il craint un choc post-traumatique, qui pourrait se manifester à la sortie du confinement et peut-être même un déchaînement des passions”

    J’ai été interpellée par une une ‘fliquette’ à 50 mètres de chez moi sans la fameuse attestation dérogatoire ….

    Je prenais l’air, me dégourdissais les jambes et n’ai pas vu l’utilité de rentrer dans le rang.

    Après avoir pris mes coordonnées, mon adresse ainsi que ma date et mon lieu de naissance, la ‘fliquette’ en voiture accompagnée de 2 collègues (c’est plus sur)

    me demande si je reconnais l’infraction : c’est alors qu’avec un aplomb qui me surprend moi-même, je lui réponds ‘NON’

    Elle demande alors si je veux bien signer son ‘truc’ en papier et c’est avec la même aisance et sans complexe que je lui répond ‘NON’

    Elle me rétorque avant de disparaître, ‘la prochaine fois ce sera plus cher’.

    Et moi de poursuivre mon chemin, riant ‘sous cape’ en me disant plus cher que 0, cela fera toujours 0…je suis insolvable 🙂 et en ALD

    Je suis ressortie une demi heure après toujours sans attestation pour aller chercher du pain, le cœur léger …pour moi il s’est rien passé

    Cette tranche de vie est sans doute une illustration de ce choc post-traumatique qui fait qu’aujourd’hui la peur a changé de camps.

    Rien à foutre de leur autorité auto proclamée ! Même pas peur…

    P.S : Précision croustillante, il y a de cela un an, dans mon quartier ou l’on prétend protéger le citoyen avec les impôts qu’il paye, 2 individus se sont fait égorgés
    suite à un contentieux lié à une affaire de drogue.

    1. Des petits malins m’ont confié se promener avec deux attestations de déplacement : une à gauche, une à droite, l’une pour la première heure et l’autre pour la deuxième.

      Le tout c’est évidemment de ne pas être vu par le même policier à deux heures d’intervalle !

      D’autres sont sans arrêt dans le besoin de faire des courses …

      Toutes ces contraintes sont ridicules et facilement contournables …

    2. Les agents des forces de répression vous contrôlent, vous demandent votre attestation, votre carte d’identité, ils s’approchent trop près de vous, ils tripotent bien avec leurs gants sales tous vos documents au lieu de les regarder à distance et comme ils ont déjà contrôlé moultes personnes avant vous de la même façon peu hygiénique et avec le même zèle imbécile, il suffit qu’une de ces personnes soit porteuse du coronavirus pour que vous risquiez de l’être vous aussi.

      Refusez qu’ils vous approchent, qu’ils vous touchent, qu’ils touchent à vos papiers, refusez la contravention potentiellement porteuse du virus qu’ils vous remettent et s’ils insistent, déposez plainte contre eux pour mise en danger de la vie d’autrui et même potentielle tentative d’administration de substance nuisible susceptible d’entraîner une atteinte à l’intégrité physique ou psychique, c’est du même ordre que le SIDA.

      Ce que je dis là ressemble à une aimable plaisanterie, une boutade et c’est en fait une chance que le COVID 19 ne soit dangereux que pour les personnes à la santé fragile, mais admettriez vous qu’un médecin, un dentiste, une infirmière vous examinent avec des gants qui ont déjà servi à examiner un autre patient ? Non, parce que ce n’est pas propre. Dès lors pourquoi admettre d’être la victime d’un éventuel agent contaminateur en uniforme ?

      VADE RETRO FLICUS !

  6. “La patronne de la BCE, Mme Lagarde, nous présente le vélo comme un progrès, alors qu’il s’agit du moyen de déplacement des sociétés en état d’extrême pauvreté, c’est tout dire.”

    Extrême pauvreté pas toujours, les Pays-Bas sont loin d’être pauvres et le vélo y est la règle même chez les gens à gros revenus mais il est vrai que l’automobiliste y est très fortement taxé et la mentalité n’est pas celle de la France où il faut absolument paraître dans une grosse voiture bien souvent payée à crédit parce qu’on n’en a pas les moyens.

    1. C’est surtout un plat pays.
      Montmartre en vélo n’est pas à la portée de tout le monde….
      Les voitures aux Pays-Bas et en Allemagne sont plutôt plus volumineuses et puissantes qu’en France.
      Le vélo ne peut pas concerner plus de 15% de la population, sauf dans les pays pauvres où il est le seul moyen de déplacement possible.

      1. Certes le pays est plat mais le climat y est bien plus frais et pluvieux que dans certaines régions de France tout aussi plates telles que les Landes ou la Charente que vous connaissez bien ; un Hollandais, un Belge même s’il possède une grosse voiture n’aura pas l’idée de l’utiliser pour déposer une lettre à la poste ou chercher son pain à un kilomètre de chez lui et si vous vous rendez en Suisse par exemple vous verrez bien qu’en tant que piéton les automobilistes s’arrêtent systématiquement pour vous laisser traverser les rues aux passages protégés mais je vous déconseille l’expérience dans le Bordelais à moins que vous ne soyez suicidaire. Cela n’est donc pas qu’économique mais aussi culturel.

  7. De 1940 à 1945 le gouvernement, composé d’élus de droite et de gauche, de Vichy dirigé par Pétain, a profité de la situation pour imposer des lois qui ont réduit la liberté et augmenté le contrôle des citoyens en particulier du secteur privé et ces lois sont toujours en vigueurs. La situation actuelle permet de créer donc de nouveau des lois qui donneront encore plus de pouvoir à cet ETAT donc Bercy pour asservir encore les citoyens du secteur privé.
    Je crois donc qu’il est intéressant pour ces pouvoirs politiques de gauche et de droite d’avoir une situation de peur qui permet ces abus afin de maitriser les esclaves du secteur privé. Vous comprendrez plus-tard pourquoi les soit disant dysfonctionnements, erreurs, mensonges ont un but caché.
    « Il y a toujours deux histoires en france, l’une que l’on enseigne dans les médias par les politiques et qui ment, l’autre que l’on tait parce qu’elle recèle l’inavouable »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *