Le mépris insondable du microcosme parisien à l’égard du reste du monde

Les chiffres covidiens en France passent par des rapports simples ce jour : Sur 100 000 personnes contaminées hospitalisées et en EHPAD, un quart sont décédées, un quart sont actuellement hospitalisées, une moitié sont sorties de l’hôpital encore debout, mais peut-être pas sans séquelles.

Le traitement mis en place par le gouvernement français guidé par son « Conseil scientifique » est donc efficace dans 75 % des cas. Mais les médecins généralistes parlent de nombreux décès à domicile, probablement liés au Covid19, évalués vers 10000, et alors on se rapproche de 66% d’efficacité. Un tiers crève.

De son coté, l’institut Méditerranée Infection pratique un traitement dont les derniers résultats sur 3955 personnes contaminées par le virus sont de 99,7 % de guérisons avec peu d’hospitalisations.

Malgré ce résultat remarquable, supérieur à tout ce que l’on voit habituellement dans les études pharmacologiques, il n’y a pas de jour où nous n’entendons pas aux informations un professeur de médecine ou un ministre qui affirment qu’il n’existe toujours pas de traitement médicamenteux de l’infection au Covid 19. La note du Conseil scientifique Covid 19 du 20 avril 2020 mentionne ceci : « 2. Les médicaments. Il n’y a actuellement pas de médicament efficace contre le COVID-19. Une fois disponible, un médicament plus ou moins actif pourra jouer un rôle déterminant de la limitation de l’impact de l’épidémie (i) en évitant l’évolution des cas bénins vers des formes graves nécessitant une hospitalisation et (ii) en diminuant rapidement la charge virale, certains traitements anti-viraux permettant également de diminuer la contagiosité des cas. « 

La volonté de nos gouvernants et de leur conseil de faire déconsidérer les travaux et propositions de traitement du Pr Raoult n’a pas de base scientifique. Comment des profs d’université peuvent accepter de se rendre aussi ridicules auprès de leurs pairs et du public informé. Ils sont forcément contraints de dire ces bêtises. Il faut se poser la question de savoir pourquoi. On a déjà parlé de leur ego quelque peu handicapant et susceptible d’être fâcheusement irrité par un Marseillais un peu trop brillant. Mais il est aussi possible que, comme les tests, les masques, les respirateurs, etc… nous sommes aussi en défaut d’hydroxychloroquine. Les quelques réserves ont été récupérées par l’armée et sûrement la haute fonction publique. Et comme pour le reste, l’administration française a fait commande après tous les autres pays, et comme pour le reste, les citoyens français disposeront du traitement après la bataille.

La visite de Macron auprès de Raoult était donc juste un acte de communication, confirmé par le fait que lui aussi a dit à la suite qu’il n’y avait toujours pas de traitement prouvé.

Alors, que se passe-t-il dans les cerveaux dérangés de nos irresponsables gouvernementaux ? Cherchent-ils à cacher la série invraisemblable de ratages dans la gestion de cette crise sanitaire ? On peine à trouver des arguments pour penser qu’ils ne sont pas indifférents au décès prématuré de dizaines de milliers de français. C’est même peut-être une stratégie pour améliorer la situation des caisses de retraite. Cette crise aura été l’occasion de constater le niveau terrifiant de mépris dont ils font preuve à l’égard du peuple.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

9 réflexions au sujet de « Le mépris insondable du microcosme parisien à l’égard du reste du monde »

  1. Tant va la cruche à l’eau.,,

    
    
    
    
    
     https://lecourrierdesstrateges.fr/2020/05/06/comment-la-justice-allemande-vient-de-dynamiter-lunion-europeenne-et-ses-faux-semblants/

    Et voilà, la mèche est allumée…!

    Le gamin Macron va-t- il se saisir, du retrait de la banque centrale allemande de la BCE si l’ultimatum n’est pas respecté, pour nous expliquer « qu’il part en guerre » (encore!) et surtout nous préciser avec quelles munitions ?…mais il est vrai que ces détails ne le préoccupent guère comme on a pu le constater dans la gestion des stocks de masques et de Tests !

    Bref, et en substance Macron, combien de divisions ?

    Va-il anticiper et sortir de l’Euro, option non prévue dans le texte fondateur !?
    Ou alors, banco ! il met en branle une option secondaire bien sentie qui va tous les mettre sur le cul :« sortir de l’Union européenne » …en résumé, son programme progressiste originel fondateur de LAREM, n’est-ce pas ?

    Ce sont les dirigeants allemands qui vont être contents !…
    Tellement heureux de constater que Macron défend leurs intérêts, tout en coupant l’herbe sous les pieds d’une partie de +en+ grande de leur opinion publique et des landers qui, oubliant bien sûr le coût de la réunification en partie pris en charge par la solidarité des pays associés de l’UE, ne veulent vraiment plus être pris en otage par les démagogues du Sud.

    Bref, le spectacle commence et une question ouverte : qui , qui va payer les conneries de notre classe politique ?

    Le gros temps se lève mais nos yeux ne sont toujours pas ouverts !

    Cela dit, la souveraineté ne se divise pas même si le gamin Macron n’en sait strictement rien (!) puisqu’il prétend nous enseigner la souveraineté de l’Europe -sic-

    Ainsi la Justice allemande, encore indépendante dans un pays qui a retrouvé sa pleine souveraineté, et contrairement à nos institutions nationales Conseil Constitutionnel- Cour Cassation & Conseil d’Etat qui vivent couchées depuis 20 ans devant les diktats de la CJE et de la CEDH, vient d’infliger un sérieux camouflet à la CJE (voir lien supra)

    Comme le relève pertinemment
    Mme Anne-Marie Le Pourhiet Professeur de droit public et constitutionnaliste éminente,
    avec une publication d’actualité criante sur le thème : De la souveraineté dans le contexte européen

    « Le paradoxe veut que ce soit de l’aristocratique Cour constitutionnelle allemande que soit venue la piqûre de rappel sur ce que signifie la souveraineté démocratique ».

    Manifestement le petit élève Macron n’a pas assisté à la leçon, à moins que tel un Jupiter devenu psychopathe, il prépare les conditions pour parachever la mise en place d’une dictature…souveraine !

    Le professeur poursuit sa lecture expliquée:

    La Cour constitutionnelle de Karlsruhe affirme ainsi, dans sa décision du 30 juin 2009 sur le traité de Lisbonne :
    « Depuis que le principe de la souveraineté populaire l’a emporté en Europe, seuls les peuples des États membres peuvent disposer de leur pouvoir constituant respectif et de la souveraineté de l’État.

    Sans la volonté des peuples déclarée explicitement, les organes élus ne sont pas habilités à créer dans leurs espaces constitutionnels étatiques un nouveau sujet source de légitimité ou à délégitimer les sujets existants ».

    L’affirmation contenue à l’article 4 du traité de Lisbonne selon laquelle L’Union respecte l’égalité des États membres devant les traités ainsi que leur identité nationale, inhérente à leurs structures fondamentales politiques et constitutionnelles ne suffit pas à camoufler la remise en cause tout à la fois du modèle westphalien de souveraineté de l’État et du modèle démocratique de souveraineté dans l’État.

  2. La stratégie pour alléger les caisses de retraites, il faut y aller fort.
    Vous avons 17,2 millions de retraités et 24.895 décès soit un allègement de 0,14 % ou encore 439.600.000 EUR par rapport aux 314 Mrds EUR de retraites versées

  3. Le professeur Raoult dans une récente interview sur BMF TV a donné la clef, toute bête.
    Les politiques ne gouvernent rien, ne décident rien.
    Nous sommes gouvernés par leurs cabinets, des fonctionnaires irresponsables, donc incapables de décider, qui ronronnent quand tout va bien et paniquent en cas de difficulté.
    Ils ont cru tenir la solution à leur faillite globale en faisant porter le chapeau à la pandémie, ils n’ont créé qu’une panique qu’ils ne savent plus maîtriser.
    C’est un échec total pour cette caste au pouvoir.
    L’inquiétude c’est l’avenir, la sortie, quand un peuple est gagné par la panique tout est possible, hélas.

    1. C’est le qualificatif que le Pr Raoult a utilisé dans cet interview que l’on peut retenir : “inouï”.

      Le comportement, les actes et les décisions prises au sein des ministères sont “inouïes”.

      Ça reste poli. Mais cela traduit bien le caractère incroyable et incompréhensible de ce qui se passe dans les allées et les recoins cachés du pouvoir.

    2. Les autorités sanitaires, bien aidés par les professeurs et les chercheurs souvent consultants pour certains gros fabricants américains dont GILEAD, savent très bien ce qu’ils font en ne reconnaissant pas l’intérêt du traitement du professeur mais en essayant de le pilonner en le prescrivant pour les formes graves au lieu de le recommander dès le début . Ils se sont tous ligués contre le professeur pour lui faire payer sa victoire contre la ministre de Santé, ses conseillers et l’INSERM. Le professeur a fait annulé par le premier ministre, un décret de la ministre, Agnès Buzyn, en 2018, qui voulait mettre fin à l’indépendance des IHU et les placer sous la tutelle de l’INSERM dont le directeur, Yves Levy, était son mari. Dans la foulée, par représailles, l’INSERM et le CNRS envoyaient une mission d’audit à l’IHU de Marseille et enlevé l’accréditation de laboratoire de recherche à l’IHU. Pas un représentant des autorités de santé à l’inauguration ensuite du nouvel IHU (160 millions d’investissement), le plus moderne d’Europe. Aujourd’hui, c’est la belle qui est joué par les autorités de santé, les instituts de recherche et les professeurs inféodés au pouvoir et aux labos, au détriment de la santé des patients. Une campagne pour le Remdevisir est actuellement développée dans les médias alors que ceux – ci nous avouent que le médicament a un faible impact sur la mortalité et sans nous parler de ses effets indésirables? Macron le soir du Congrès de Versailles du 8 juillet 2018, n’a – t – il pas mangé en tête à tête, sans conseiller, avec le DOLDER, club des 25 dirigeants les plus importants de l’industrie pharmaceutique? Le 9 juillet au soir, certains ont été reçus à l’Elysée dans la plus grande confidentialité. Il souhaite aussi voir le discrédit du professeur RAOULT. Mais, manifestement, le professeur a déjà gagner la bataille de l’opinion publique.

      1. Témoignage très pertinent. Nous assistons à l’évidence à une guerre d’influence à enjeux financiers qui risque de se terminer par une guerre civile, tellement la population est gagnée par l’écoeurement.

  4.  “Le public ne cherche pas à comprendre , il demande à croire”
    Louis Ferdinand Céline

    J’ajoute que trop de gens préfèrent donner raison à leur peur plutôt que vie à leur raison.

    Le pays de Descartes est bien loin…

    En France sous le “régime Macron”, nous avons droit à la double peine :
    La disparition des libertés publiques pour l’immense majorité des citoyens

    Le maintien des zones de non-droit au bénéfice des racailles bien connues des ministres de la police et de la justice

    Pour ma part, j’ai, encore grâce à des circonvolutions pariétales pas totalement amidonnées, la lucidité de penser que la conclusion de ce papier doit être sérieusement prise en considération
    « Alors, que se passe-t-il dans les cerveaux dérangés de nos irresponsables gouvernementaux ? Cherchent-ils à cacher la série invraisemblable de ratages dans la gestion de cette crise sanitaire ? On peine à trouver des arguments pour penser qu’ils ne sont pas indifférents au décès prématuré de dizaines de milliers de français. C’est même peut-être une stratégie pour améliorer la situation des caisses de retraite. Cette crise aura été l’occasion de constater le niveau terrifiant de mépris dont ils font preuve à l’égard du peuple ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *