Le petit Macron s’inquiète : “la France ne doit pas être le pays de la délation”.

Il a encore une fois non seulement tout faux, mais en plus il se moque de nous… à moins que ce ne soit de lui.

Nul ne peut réfuter sa force de travail, c’est une bête de concours à forte mémoire. En revanche en ce qui concerne son intelligence pure, il est permis de douter.

Il n’a pas pu ignorer en étudiant l’histoire de notre pays le terrible constat des dégâts occasionnés par la délation, dont le français moyen est un ardent partisan.

Les grandes violences qui agitèrent la France au cours des siècles sont systématiquement précédées d’intenses périodes de délation, la dernière en date n’était pas piquée des vers, même si d’aucuns ont encore le culot de nos jours de la justifier, éventuellement en la déplaçant géographiquement.

Le moteur de la délation c’est la jalousie, un défaut particulièrement abondant en ce pays, capable d’occulter la réalité au profit de croyances aveugles et destructrices justifiant la délation.

Fille de l’église, la France avait érigé en dogme la délation religieuse, puis elle a inventé la délation communiste, aujourd’hui elle se pose en championne de la délation égalitariste, écologique, etc…

Mais revenons à Macron.

Il se veut le champion de deux axes politiques dont les moteurs sont exclusivement la croyance, donc la délation qui va inévitablement avec.

Je veux parler de l’indécente fiscalité égalitariste et de l’écologie oppressive.

Le ministère des finances

Sous le règne du jeune Macron, ce ministère particulièrement indigne, car chargé de piller les français sans raison objectivement valable autre qu’un clientélisme politique indécent, se trouve dans l’obligation d’installer la terreur pour arriver à ses fins.

Voici donc ceux qui étaient les dépositaires de notre confiance devenus, par la force de la loi de Bercy, les délateurs de nos vies privées. Je veux parler des avocats, des banquiers, des notaires, des experts-comptables, demain sans doute des médecins. Je tiens à votre disposition le manuel du parfait petit délateur édité par la chambre nationale des notaires, un cauchemar.

Comme ce n’était pas suffisant, tout un chacun, moyennant prime, peut à loisir dénoncer son voisin.

Ça sent le soufre. Honneur à celui qui dénonce, malheur à la victime. Ici, sur ce blog, nous en connaissons un rayon.

Il ne faut pas perdre de vue que la particularité de la délation est de déboucher inévitablement sur les poursuites et la condamnation par allégation, le déni de justice, et in fine la destruction du lien social que la délation prétend renforcer.

Tout cela est particulièrement éclatant avec Bercy qui dévore économiquement le pays en se faisant passer pour son chef d’orchestre économique.

En ce domaine le double discours du petit Macron est particulièrement stupéfiant. D’un côté il parle de croissance, de confiance, de maîtrise des dépenses de l’Etat, de l’autre, dans les faits, il intensifie la délation et ses ravages, sans s’apercevoir qu’il va lui-même en faire les frais de façon incontournable.

Car la délation une fois en route dévore tout, y compris ses initiateurs.

Posez- donc la question à De Rugy et à son épouse qui, avant de faire les frais du processus, ont conquis leur statut par la délation. L’un en écologie, l’autre par la presse à scandale.

Le ministère de l’écologie

A ce jour, en dehors de déclarations pompeuses et de formules mathématiques douteuses qui prétendent savoir, nul ne connait vraiment les conséquences de l’influence de l’homme sur son environnement.

Seront-elles maléfiques ou bénéfiques à terme ? Pas de réponse à cette question.

Qu’à cela ne tienne. Il suffit de prendre appui sur les salissures par incivilité pour démontrer le pire à venir et participer avec enthousiasme au pire immédiat.

Le pire à venir étant notre mort inéluctable par étouffement et manque d’eau, tout en devant subir la montée des océans.

Le pire immédiat s’étale aux yeux de tous sans que personne n’y trouve à redire sauf s’il est touché directement.

Jean Louis Butré et sa Fédération Environnement Durable, qui luttent avec acharnement contre les éoliennes brassant plus de pots-de-vin que d’air et faisant plus de dégâts à l’environnement que d’électricité, apporteraient s’il le fallait la preuve de l’acceptation du pire dans le cadre des croyances.

Résultats, non seulement nos paysages sont massacrés par la religion écologique, mais nos villes et nos routes sont devenues des pièges grossiers supposés nous remettre dans le droit chemin en nous gâchant journellement la vie pour notre bien.

Chacun évidemment dénonçant son voisin comme n’étant pas suffisamment écolo, Macron plus que tout autre.

Les plus grands dénonciateurs, les papes du sujet, comme tous les papes sont évidemment les moins croyants, ceux qui observent le moins les lois stupides qu’ils nous imposent, cher de Rugy et cher Macron vous nous prenez pour des cons… vous avez peut-être raison ?

Quoique… si j’étais vous je serais plus prudent. Sait-on jamais ? Un éclair national de lucidité et vous pourriez vous retrouver cul par-dessus tête.

Bien à vous. H. Dumas

 

 

 

 

 

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (11 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « Le petit Macron s’inquiète : “la France ne doit pas être le pays de la délation”. »

  1. Il faut plus de courage de dire ce que tu penses que de te taire et Si vous me dites , j’ai confiance en la justice française , c’est que vous avez beaucoup d’humour . Il n’y a pas le pouvoir , mais l’abus de pouvoir !
    Les politiques du passé disaient que la terre était Platte et ils emprisonnaient ceux qui disaient qu’elle était ronde , rien n’a changé encore, mais espérons. En France le fascisme et la dictature sont sournois , l’injustice est un métier. Tant que l’on ouvre pas une huitre l’on croit que c’est un caillou. Mais Monter c’est SURMONTER !

    Association Morpheus Ethica , , Le Combat judiciaire de Richard ARMENANTE cliquez pour lire la suite =
    http://www.morpheus-ethica.com/richard-armenante-marseille/?fbclid=IwAR3vOmSyeHjcxWOIHN_VY6VbwiTJX7ZltXtKrlAhVeoBqLNUIGrPYVzeIf0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *