Le temps du recueillement est revenu

Du 19 Septembre 2013 à la fin de Septembre 2014, tous les deuxièmes Jeudi du mois, je suis allé me recueillir devant Bercy, seul ou presque.

Je n’allais ni manifester ni contester, j’avais alors déjà largement dépassé l’état de révolte, j’étais anéanti. Je le suis toujours.

Ce recueillement me paraissait essentiel, j’allais faire le deuil de mes économies, du fruit de 40 ans de travail honnête et intense.

J’allais me souvenir des risques que j’avais pris toute ma vie, de la passion que j’avais mis à créer mes entreprises, de mes engagements citoyens auprès d’associations, de ce que globalement j’avais essayé d’être pour moi et pour les autres sur cette terre.

Mon chagrin lié à mon infortune était directement issu des activités immorales de Bercy, c’est là et nulle part ailleurs que j’avais vu disparaître mes biens péniblement acquis.

Je trouvais légitime de venir me recueillir sur les lieux du drame, comme on le fait pour une bataille perdue ou face à la disparition d’un être cher.

Loin de moi était l’idée de manifester mon indignation dans la rue, non je ne voulais que me recueillir, un droit légitime et sacré de mémoire, de prière évidemment athée.

Je n’imaginais pas une foule elle aussi ruinée par Bercy se recueillant avec moi, arborant de très discrets signes où l’on aurait pu lire “Je suis Dumas” signifiant que le mal était généralisé, d’ailleurs ce ne fut pas le cas.

Cependant je fus déçu de ne pas partager mon silence, mes pensées.

J’étais alors arrivé à la conclusion que notre pays ne pourrait pas se rétablir économiquement tant que le contrôle fiscal resterait une zone de non droit.

Tout comme la liberté ne pouvait pas jaillir de la révolution tant que les lettres de cachet séviraient.

La délinquance y compris fiscale doit être traquée, mais il y a des formes à respecter sans lesquelles la traque des délinquants se transforme rapidement en totalitarisme aveugle et non maîtrisable, en terreur.

Les règles à observer sont simples, l’enquêteur ne peut pas émettre la sanction, celle-ci passe par un juge libre lors d’une audience publique, jusqu’à cette audience l’accusé est considéré comme innocent, à cette audience il doit pouvoir se défendre loyalement.

Ce n’est pas du tout comme cela que fonctionnent les contrôles fiscaux, d’où la terreur fiscale que connait notre pays et que chacun de nous est obligé de supporter.

Terreur qui ne permet pas d’apprécier le poids de l’impôt pour ceux qui le décident par manque de retour des terrorisés, qui la ferment tétanisés par la peur.

En Septembre 2014, lorsque j’ai arrêté de me recueillir à Bercy, j’ai conclu que j’étais sans doute le seul à avoir été ruiné par Bercy, à ne plus pouvoir payer mes charges, à avoir été projeté dans la misère injustement, à ne rien comprendre à cette société déboussolée où la crapulerie est récompensée, où la rigueur et la générosité sont ridiculisées.

Depuis je suppose que la machine Bercy a fonctionné à pleins tuyaux, qu’elle s’apprête à fonctionner encore plus fort, que le massacre est et va être terrible, si j’en juge par le bazar que je vois.

Cette idée me catastrophe, m’émeut car j’en connais les conséquences, me donne de nouveau envie de me recueillir face à toute cette horreur.

J’ai donc décidé de reprendre mes séances de prière devant Bercy :

TOUS LES QUATRIÈMES JEUDI DU MOIS, LE 24 EN JANVIER, DE 15H à 16H

Il ne s’agit pas d’une manifestation, mais vous pouvez venir prier avec moi en pensant au passé et en réfléchissant à l’avenir.

Bien à vous.     H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 4,50 sur 5)
Loading...

8 réflexions au sujet de « Le temps du recueillement est revenu »

  1. Notre fiscalité est tellement “performante” que les africains , trop souvent considérés comme attardés en matière de progrès de toutes sortes, ont conservé le système fiscal français mis en place lors de la colonisation ..ça ne date pas d’hier..
    Quand j’y suis allé en 1972 y faire un séjour professionnel…j’ai retrouvé l’ancien code des impôts français et aussi le prélèvement à la source soit plus de 47 ans avant que nous fassions la même chose…et j’ai constaté que les contrôles n’avaient rien à voir avec ceux effectués en France….c’était un autre monde.
    La refonte de ce fameux code des impôts devient inévitable …mais la réforme des esprits des fonctionnaires chargés de l’appliquer est plus urgente. encore ….Je crois même que les “anciens de Bercy” devront être mis à la retraite
    anticipée …avant de bâtir un système plus humain et surtout plus juste… qu’ils ne pourraient évidemment pas comprendre et encore moins supporter.
    A Clermont Ferrand il faudra également inculquer aux élèves contrôleurs que le contribuable n’est pas systématiquement un fraudeur qui s’ignore… que leur pouvoir n’est pas de droit divin…et que la loi est faite pour tous , eux y compris!
    Il est sans doute inutile d’attendre quoi que ce soit du gouvernement actuel en ce domaine, sauf l’accentuation de la répression fiscale…sous couvert de justice. sociale….la charge de la preuve étant inversée en plus pour faciliter le hold-up de Bercy.
    Reste la seule alternative possible créer une nouvelle société..et définir de nouvelles règles tenant compte des erreurs passées..dans le domaine fiscal mais pas seulement…ce qui suppose réformer les esprits…et donc ce qui revient à dire retrouver le simple bon sens largement perdu de vue. au fil du temps.
    Quel téméraire ,j’allais dire suicidaire, osera proposer de s’engager dans cette voie?
    Trouvera t’il le soutien nécessaire d’une large majorité tant les nombreux et puissants intérêts corporatistes règnent en maîtres.?
    Dans quel délai peut avoir lieu cette révolution. salutaire ?
    Dieu seul le sait…
    Chacun devra donc d’interroger le sien…et prier en conséquence.

  2. Cher henri,
    Je n’avais pas saisis votre combat, je vous lis depuis des années, et j’avais pas compris. Bien sur j’avais saisis qu’un personnage « certainement important » vous a massacré. Un jaloux, un élus, un syndicaliste…
    Je viens de lire votre livre, « je hais le fisc », je me rends compte qu’il date de 2004. Je viens de le terminer, c’est d’ailleur la première fois que je lis en entier un livre, depuis fort longtemps…, et je vous en remercie
    Il est certain que je comprends mieux; et que j’avais bien compris que quelqu’un de « puissant », s’en est pris à vous. J’avais pas saisis que c’était votre associé. Un associé qui a chercher à vous déposéder. Et je crois qu’il y es arrivé.
    Je ne comprends pas qu’un contrôle puisse avoir lieux ailleur qu’au siège sociale de la-dite entreprise, tant bien ce siège se situe à des centaines de km.
    Le problème est la mise en place de tribunaux d’exception, les « prud’hommEs », « tribunal de commerce », les « services fiscaux », eux sont encore à part. Ils n’ont de compte à rendre à personne. Ils sont pas là pour dire « la vérité ». Mais pour demander des comptes. A nous de defendre leurs demande. Dans mon cas j’ai été controlé chaque année depuis 1998, sans que cela ai eu vos conséquences. J’ai compris que si on peut leurs apporter les preuves du contraires de ce qu’ils affirment, ils sont sufisemment « correct », pour reconnaitre leurs « erreurs », volontaire ou non qu’importe. Dans votre cas je crois que vous leurs avez déclarer la guerre, penssant etre dans votre droit, eux s’en moque, comme les élus, les syndicats, ils se moquent de votre famille, que vous vous soyez investit, que vous ayez sué sang et eau pour y arriver. Ils se moquent du montant des impots , taxes, charges , du nombre de bonhomme que vous faites bosser, des richesses que vous créer. Ils s’en moquent. Et vous avez cru , je crois que d’etre dans le bon droit, vous garantit le droit…
    Je suis passé aussi par toutes vos étapes, cela à commencer par une demande de remboursement de TVA, pour une entreprise créé…, maintenant je suis totalement transparent. Donc plus de soucis…, enfin je crois…,
    Aujourd’hui je pense que le danger vient des prud’homme et des tribunaux de commerces, plus que le fisc.
    Je me dis qu’ils ont la vie avec eux, nous on a notre vie et rien d’autre.
    Il ne sert à rien de se battre, à rien de les insulter , c’est comme ça, et les gilets jaunes ne vont rien changer, tout ce qu’ils veulent, c’est encore plus d’impôt, de taxes et de charges, tant que c’est les autres qui les payeront; ils sont tous pour plus d’équité sociale , tant que c’est eux qui en profiterons;
    Dans ma carrière, j’ai voulu batir, obstruction des élus. Fronde des syndicats dit « représentatifs », 1 en particulier, j’ai voulu me développer, blocage des services départementaux, j’ai créé des dizaines d’emplois, attaque de la presse, la maladie m’a rattrapé, donc en sursis…., mais maintenant je m’en fous de ces gens, on pourras jamais les raisonner; je pense qu’ils font leurs job, et nous devons nous défendre.
    Voilà

  3. Cher Henri, il en faut de l’humour dans ce pays !
    Dans le passé lointain il y avait plusieurs Dieux , de la Mer Poséidon, de la vigne Bacus , de l’Enfer Vulcain etc, et maintenant il y a Bercy Dieu du déclin français.

    Bercy est le 1er responsable des taxes, impôts et de la situation économique ! L’affrontement est inévitable entre les citoyens du secteur privé et Bercy car on ne peut pas discuter avec Bercy .

    La décision des taxes vient de Dieu Bercy , c’est évident tant le pouvoir de ce Dieu est puissant , digne du Dieu de la «mafia» Dieu Bercy a tellement de pouvoir qu’il ne réfléchit plus. Il n’y a pas de contre-pouvoir politique à ce Dieu. Pour Dieu Bercy donc réfléchir n’est pas nécessaire , c’est pour cela que Dieu Bercy peut agir hâtivement et prend de mauvaises décisions .
    Demandons à Dieu père de Jésus qui commande Dieu Bercy tout puissant de prendre pitié des citoyens. Prions !

  4. J’ai refait une analyse attentive.
    En janvier 2019, nous avons maintenant 252 lignes fiscales (impôts, taxe, redevances,…) en France.
    Ce n’est plus une pression fiscale, mais véritablement un véritable “RACKET” fiscal, mis en place en bande organisé, … à Bercy.
    “Vous payez ou on vous prend tout!”. (C’est violent, mais c’est la réalité).

    Les questions que je me pose sont les suivantes:

    Les voyous sont-ils les Gilets Jaunes ou ceux qui les rackettent et organisent le racket fiscal?

    N’avez-vous pas l’impression que nous faisons gruger depuis des années?

    Croyez-vous que le mouvement des Gilets Jaunes va s’arrêter sans une modification complète de ce système fiscal pourri?

    1. Je ne sais pas.
      Par contre je sais que le foyer du mal est la zone de non droit des contrôles fiscaux et les mensonges qu’elle permet.
      le lien du vivre ensemble est la justice.
      La justice fiscale n’existe pas.

  5. Il serait vraiment très agréable de venir discuter et prier avec vous, mais le lieu ne s’y prête pas. Alors faut-il le faire ailleurs ou trouver une autre manière de faire la même chose? Les ronds points ont permis cette magie du partage des rencontres physiques qu’ils font tout pour empêcher en culpabilisant les victimes afin qu’elles se cachent et se terrent.
    Est-il possible d’obtenir des listes de victimes? ou de tenter de les recréer, par département par exemple?

    1. Je vous rassure l’esplanade de Bercy est un peu fraîche l’hiver mais vaste et propice au recueillement silencieux et réfléchi, j’y ai passé 13 Jeudis.
      Sur la place adjacente il est un café où le Viandox est délicieux.
      A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *