Les hommes de pouvoir et l’effet Cantillon

Richard Cantillon était un économiste franco-irlandais et un homme d’affaires du 18°s qui a compris comment fonctionnait la circulation de l’argent et le mécanisme de l’inflation.

Cela lui a permis de littéralement massacrer le système mis en place par John Law sous la régence (de Louis XV alors mineur) puisqu’il a été l’un des rares financiers à faire un bénéfice alors que le système de billets de banque convertibles en or et gagés sur la compagnie française pour le commerce des Indes orientales a fait une magistrale faillite !

Sa renommée repose une étude intitulée « essai sur la nature du commerce en général » dans laquelle il a su théoriser ce que l’on appelle désormais « l’effet Cantillon » ; effet selon lequel une injection de monnaie dans l’économie exerce un effet progressif et différencié sur les prix au fur et à mesure que la monnaie se propage par les échanges à partir du point où elle a été injectée.

En fait, il a mis évidence que la monnaie n’avait pas la même valeur pour tout le monde selon le point selon lequel on se situait par rapport au moment où la monnaie était injectée dans le circuit économique !

Il a en effet découvert que ceux qui bénéficiaient essentiellement de l’émission monétaire étaient avant tout les personnes les plus proches du pouvoir et de la création monétaire elle-même et que, fatalement, ceux qui en étaient les plus éloignés n’en étaient que les plus petits bénéficiaires quand ils n’en sont pas carrément les victimes.

Pour mieux visualiser le phénomène, il faut imaginer un ensemble de cercles concentriques dans lequel, plus on se rapproche du centre, plus on se rapproche du moment de la création monétaire ; les cercles les plus éloignés étant ceux où l’on en est le plus éloigné.

Cela a l’air simple et logique et pourtant ce phénomène est totalement ignoré par la population.

Pour simplifier, quand la monnaie circule et qu’elle s’éloigne du centre, elle perd un peu de sa valeur à chaque transaction …

Si vous bénéficiez de la monnaie à une valeur de 100 alors que l’utilisateur final bénéficie de cette même monnaie à une valeur de 50, cela signifie que l’inflation a doublé les prix mais que le premier utilisateur ne perd pas de pouvoir d’achat tandis que le dernier en perd 50% !

L’explication tient au fait que plus l’argent circule, plus il s’éloigne du pouvoir créateur et plus il perd de sa valeur par le biais de l’inflation qui n’est pas un phénomène d’augmentation des prix mais un phénomène de dévalorisation de la monnaie. Il faut toujours plus d’argent pour acheter la même chose.

Cela signifie que lorsque vous êtes à l’origine de la création de la monnaie, vous en êtes le premier utilisateur et l’entier bénéficiaire pour son montant nominal. Vous pouvez même en être le grand gagnant si l’inflation est d’un montant inférieur mais si vous êtes le dernier utilisateur vous pouvez vous retrouver avec une monnaie dévaluée ne compensant pas la hausse des prix car vos revenus progressent moins vite que l’inflation.

Ce phénomène, en période de forte inflation, permet donc d’expliquer la paupérisation des populations qui ne sont pas dans les premiers cercles du pouvoir.

Cela permet de comprendre que les gens qui dirigent un pays, ainsi que ceux qui sont proches du pouvoir, n’ont jamais peur des mesures qu’ils vont prendre concernant la monnaie ou la fiscalité parce qu’ils savent que, si la monnaie se dévalue de 50%, ils compenseront la perte en résultant en doublant leurs émoluments basés sur la taxation des autres. Ils peuvent donc, quoiqu’il arrive, invariablement conserver leur train de vie d’avant ; compte non tenu des nombreux avantages en nature dont ils peuvent aussi bénéficier.

Bien évidemment, les salariés du privé, les professions libérales et les entrepreneurs n’entrent pas dans ce schéma et subissent une perte de revenus !

Fort de ce constat, et une fois que l’on a assimilé cette situation, on peut facilement déterminer qui sont les profiteurs d’un système et qui en sont les victimes.

Cela permet aussi de comprendre pourquoi, avec néanmoins toujours un certain étonnement, des acteurs de cinéma très bien payés, tel Vincent Lindon ou Juliette Binoche (qu’on aime bien par ailleurs), qui ne connaissent probablement pas « l’effet Cantillon » et n’ont sûrement pas conscience d’en profiter, se font complaisamment les vecteurs d’idées moralisatrices, collectivistes, voire communistes et spoliatrices.

Situés dans les premiers cercles du pouvoir, ils savent qu’ils vont bénéficier des subventions dont le cinéma français est largement abreuvé. A vrai dire, sans ces subventions payées par vos impôts, la production cinématographique française chuterait de 90% !

Si la monnaie perd 50% de sa valeur, les subventions seront doublées et leurs cachets suivront le même schéma puisqu’en France, la culture fait partie des secteurs privilégiés du système technocratique dans le cadre d’un mécanisme de complaisance qu’on est bien obligé d’appeler économie de connivence !

La France « bénéficie » d’un ministère de la culture dont le but principal est évidemment de favoriser les acteurs et gens du spectacle dans le cadre d’une économie totalement subventionnée ! Aux USA il n’y a pas de ministère de ce type ; le milieu du cinéma, notamment, fonctionne donc, assez bien d’ailleurs, selon des principes différents.

Pour mémoire, le budget du ministère de la culture est 3,4 Md€ et celui de la justice est de 8 Md € alors qu’il m’apparaît évident que la justice, qui fait partie des missions régaliennes de l’Etat (et dont on sait que son budget est très largement insuffisant), est nécessairement bien plus importante que la culture ; même si en France on parle d’exception culturelle française avec l’objectif de protéger un système basé sur la rente de situation !

Dans le cadre d’un échange de bons procédés, les gens du spectacle soutiennent le pouvoir en échange de « quelques» avantages matériels et E Macron a fait sien le message selon lequel « la culture serait en état d’urgence » et a ordonné la prolongation des droits des intermittents du spectacle d’une année alors même que leur régime ultra favorable est lourdement déficitaire (un milliard €) puisqu’il leur suffit de justifier de seulement 507 h travaillées pour en bénéficier !

En fait d’urgence, elle ne concerne réellement que le milieu du spectacle qui craint une diminution de ses revenus du fait du ralentissement économique et de la fermerture des salles et annulations des festivals …

Il s’agit donc d’une urgence essentiellement narcissique et totalement égoïste !

Ces gens du spectacle sont donc ce que j’appelle « des communistes en bas de soie » car il est tellement plus facile de promouvoir le collectivisme et la spoliation quand on en est au minimum à l’abri de toute difficulté matérielle ; voire même quand on est le profiteur direct d’un système !

Autrement dit, quand on a des rémunérations à 6, voire à 7 chiffres qui émanent pour l’essentiel de la spoliation fiscale par biais des subventions, il est plus facile de voir les choses avec un certain détachement.

A l’opposé, le petit artisan situé au fin fond de la France profonde (Creuse, Corrèze ou même Lozère) est la principale victime de cet effet Cantillon car il ne percevra l’argent émis qu’en toute fin de circuit économique, lorsque l’argent collecté par une entreprise aura été versé en tant que salaire à ses employés et que ceux-ci, après avoir payé toutes leurs charges fixes, pourront enfin se payer ce que fabrique l’artisan !

Evidemment, au nombre de ces collectivistes bénéficiaires de l’effet Cantillon, on trouve aussi les membres de la haute fonction publique pour une double raison :

-d’une part, la collectivisation et la socialisation du système étatique leur permet de justifier leur propre existence qui, bien souvent, ne correspond à aucune utilité réelle ; notamment économique,

-d’autre part, proches, s’il en est, du pouvoir, ils sont assurés de voir leurs émoluments progresser au rythme de l’inflation ou de la dévalorisation de la monnaie ; ce qui n’est évidemment pas le cas de l’employé du privé dont les revenus sont soumis à des contraintes économiques et notamment aux bénéfices réalisés par son employeur !

L’effet Cantillon est au centre des circuits économiques !

Vous savez maintenant pourquoi.

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : La reproduction de cet article n’est autorisée qu’à la condition de le rependre en totalité, d’en rappeler l’auteur et le site originel de publication.

 

 

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 réflexions au sujet de « Les hommes de pouvoir et l’effet Cantillon »

  1. Je crois donc qu’il est intéressant pour ces pouvoirs politiques de gauche et de droite d’avoir une situation de peur qui permet ces abus afin de maitriser les esclaves du secteur privé. Certains moins avertis, comprendrons plus-tard pourquoi les soit disant dysfonctionnements, erreurs, mensonges ont un but caché.
    « Il y a toujours deux histoires en france, l’une que l’on enseigne dans les médias par les politiques et qui ment, l’autre que l’on tait parce qu’elle recèle l’inavouable »

    Pour être le plus proche il faut faire parti des 20% privilégiés, proche du pouvoir et utile pour le pouvoir pour taper sur les 80%. Pour ceux qui nous dirigent ils utilisent la loi des 80-20 de Pareto. C’est à dire qu’il faut à nos gouvernants privilégier 20% des citoyens, des entreprises, de l’économie pour asservir les 80% restants. Et cela fonctionne depuis deux siècles avec la démonstration de Pareto mais depuis + de 5 siècles avant que Pareto vienne confirmer le raisonnement..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *