Les motivations de Macron

Comme nous tous, je constate cette situation incroyable dans laquelle nous sommes projetés, où toutes nos libertés fondamentales, y compris celle de travailler, sont bafouées… pour notre bien.

Et je me demande : “Mais quelles sont les motivations de Macron ?”. J’ai beaucoup de mal avec cette question.

Tout de suite, au risque de contrarier certains lecteurs qui auront la bonté de me le pardonner, j’élimine le complot mondial auquel je ne crois absolument pas. Il faut être naïf pour imaginer que des entrepreneurs, même puissants et riches – surtout puissants et riches –, pourraient s’allier pour quoi que ce soit. Encore plus pour croire que le pouvoir économique et le pouvoir politique pourraient s’allier autrement que ponctuellement, alors qu’ils sont en confrontation absolue depuis des millénaires. Tout les oppose, particulièrement l’exercice du pouvoir.

J’élimine aussi la bêtise. Il n’est pas raisonnable d’imaginer que Macron et les hauts fonctionnaires qui l’entourent soient idiots.

Il me reste deux pistes.

L’incompétence

L’intelligence n’est pas fatalement accompagnée de la compétence dans l’action. Ou du moins ce n’est pas la même intelligence qui est sollicitée pour penser ou pour agir.

Il est des personnes qui, y compris par période ou en fonction des évènements, sont parfaitement capables d’échafauder des plans complexes, mais totalement incapables de les faire coïncider avec la réalité, qui sont paralysées par la réalité.

Je me demande si Macron et la bande d’énarques qui le cornaque ne sont pas ainsi faits. Il aurait déclaré la guerre, mais ne saurait pas la faire. Il ne serait pas le premier dans ce cas.

Cela expliquerait l’amateurisme apparent des décisions de l’Elysée, sa dépendance à des conseils ou commissions, les virages à 180° que nous vivons presque journellement, en direct.

Si c’est le cas, ce garçon va être durablement touché par cette expérience. Soit il va l’assumer et trouver une solution pour s’éloigner du pouvoir. Soit il va entrer dans le déni et, croyant pouvoir cacher ses faiblesses, il deviendra de plus en plus autoritaire quand la difficulté sera passée, croyant alors exprimer, mais inutilement, l’esprit de décision qui lui aura manqué.

En clair, il n’a pas fini de nous emmerder, de nous restreindre. Il faudra bien alors s’en débarrasser. Dans la même eau du bain que les fonctionnaires, enfin plutôt leur statut. Pas question de viser les hommes.

Le calcul

La marge de manœuvre est limitée pour accuser le calcul. On a beaucoup de peine à l’imaginer de la part de Macron, avec pour but la mise en place d’un tel bordel.

Il est très rare que l’on calcule avec pour objectif d’être incohérent, ridicule, exposé à des responsabilités, à des procédures.

Si calcul il y avait ce ne pourrait être que par opportunisme, pour dévier l’obus qui lui arrive en pleine poire. Rien de plus, et surtout pas pour inventer cette situation, dont je suis sûr il se passerait volontiers.

L’hypothèse plausible serait que Macron profiterait de cette zoonose mondiale pour dissimuler son échec économique. Il amplifierait artificiellement les conséquences de la pandémie pour précipiter une faillite dont alors il ne porterait plus directement la responsabilité.

N’oublions pas qu’il a conquis le pouvoir en mettant en avant son passé de gestionnaire et en prétendant qu’il allait redonner du tonus à l’économie du pays.

Or, il s’est fracassé sur la caste des fonctionnaires qui n’a pas voulu céder un pouce de terrain, pour qui la solidarité est un simple discours destiné à masquer sa voracité, les avantages qu’elle s’est procurée et qu’elle facture aux autres.

Il ne court pas un grand risque, l’Europe ne peut pas se permettre de voir la chienlit dépasser un certain stade dans un de ses pays membres. Les fonctionnaires français ne sont pas très bien vus par l’Europe.

Donc, s’il met à genou le pays, les forces économiques en cours de ruine qui vont se lever, voire se révolter, sous le coup de leur anéantissement, ne pourront pas dépasser un certain seuil de révolte.

Il peut espérer que nos voisins – et amis – viendront à sa rescousse en demandant que le statut ruineux des fonctionnaires soit aboli en condition à leur aide.

Si c’est ça, je trouve la combine malsaine et largement dangereuse.

Il aurait mieux fait d’avoir le courage d’affronter le problème du statut des fonctionnaires qui paralyse et ruine la France. Car, une fois qu’il se sera mis en totale faiblesse, il ne peut pas savoir ce que feront les sauveurs qu’il imagine. Ils pourraient tout aussi bien décider de nous manger tout crus. Pas cool.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (9 votes, moyenne : 4,89 sur 5)
Loading...

8 réflexions au sujet de « Les motivations de Macron »

  1. Le commentaire de Mareva doit être rapproché de l’analyse du psychiatre italien d’avril 2017
    Certes choquante pour une opinion publique française , il est opportun de mesurer sa pertinence à l’exercice du pouvoir depuis bientôt 36 mois par le gamin que 17% du corps électoral ( le 1 et tout de la présidentielle) ont logé à l’Elysée.

    Je ne ferai pas ici le catalogue de tous les événements, chacun peut, muni de circonvolutions pariétales non amidonnées, opérer cet exercice et de préférence par chronologie ( de son intronisation à sa gestion dictatoriale et erratique de la crise sanitaire qui précède la catastrophe sociale, économique et financière, en passant par « Je suis votre Chef en juillet 2017, l’épisode Ben Allah et les Gilets Jaunes ) pour vérifier que rien ne manque à la présentation de la pathologie

    Si cela intéresse on peut se rapporter à l’interview mais également à sa transcription littérale publiés sur la toile
    Nous ne sommes qu’au début d’un épisode bien traumatique qui s’inscrit dans une histoire bien…française

  2. Et que penser d’une motivation d’ordre ‘psy’ du Président à exercer une autorité parentale sur nous pour compenser le fait qu’il n’ait pas (encore) de progéniture à lui ?

    Souvenez vous de son langage, lors du grand débat national…qui a couté un pognon de dingue!…lors de ses réunions avec nos ‘maires’ (et non ‘mères’), eh les enfants…

    Si c’est le cas comme vous le dites si bien ‘ il n’a pas fini de nous emmerder, de nous restreindre’

    Il n ‘y a rien de plus entravant dans la vie qu’un parent qui refuse de couper le cordon ombilical ;),

    Si vous ne croyez pas au complot ‘mondial’ qui me semble à moi aussi une théorie farfelue dans le sens ou elle impliquerait l’existence d’une parfaite cohésion et organisation entre hommes de pouvoir peu enclins à partager leur domination

    Que penser du complot de l’oligarchie (dont le Président fait partie) contre le peuple français tel que décrit par les sociologues PINÇON – CHARLOT ? cela se rapproche plus de la réalité, non ?

  3. Cher Henri un rappel pour ceux qui nous dirigent avec Bercy c’est relativement simple. Ils utilisent la loi des 80-20 de Pareto. C’est à dire qu’il faut à nos gouvernants privilégier 20% des citoyens, des entreprises, de l’économie pour asservir les 80% restants. Et cela fonctionne depuis deux siècles avec la démonstration de Pareto mais depuis + de 5 siècles avant que Pareto vienne confirmer le raisonnement..

    1. « Et pour éviter la mutinerie des 80%, on les gavent d’aide sociales ; d’ailleur le maire d’une banlieue difficile de st denis, n’aurait-il pas dit: « que les conditions de confinements lié à la pandémie, ne permettent plus à ses populations, de vivre des petits boulots au noir, des activité lié à la délinquance et à la petite criminalité… », faut donc les aider, car le trafic de stupéfiant, fait vivre énormément de famille, y compris la délinquances, le transport vers l’étranger, de matériel et de liquidité, qui peuvent plus partir…  »

  4. Il y a une autre hypothèse qui m’a l’air très plausible.
    Selon certains, qui semblent bien informés, il y aurait de graves dissensions entre Macron et Philippe (dont les jours sont comptés) et Macron, qui constitutionnellement ne risque rien, se heurte à la volonté de la haute administration (en ce compris tous les ministres et Philippe) de se protéger de toute action en justice pour ses mensonges, ses errements, son incapacité à fournir des matériels de protection.
    Surtout qu’il y a déjà un collectif de 600 médecins qui veut engager des procès en responsabilité pour mise en danger (bien réelle) de leur vie.
    Les familles des morts dans les EHPAD vont agir aussi…
    Alors, ils ont décidé de prendre des demi-mesures complexes qui n’apportent aucune solution autre que de se couvrir …
    Evidemment, complexifier un problème pour noyer un problème gênant est une solution bien dans les méthodes de la haute administration française qui reste, en l’état, indéboulonnable et maître de la réalité du pouvoir.
    Autrement dit, entre leurs intérêts et l’intérêt du pays (qui est en train de couler) ils ont choisi … leurs intérêts !
    Macron serait très mécontent et se serait épanché auprès de plusieurs journalistes.
    Peut-être aura-t-on des échos ?

    1. Ce collectif de médecins est appuyée par une pétition qui a recueilli plus de 800 000 signatures. Je ne comprends pas bien en quoi prendre des demi mesures permet de complexifier le problème et de se dédouanner de toute responsabilité. Le parlement parle déjà d’une enquête donc, le gouvernement devra bien se justifier de son manque de réactivité car c’est lui, à mon avis, qui est responsables des approvisionnements, de la gestion du domaine de la santé, … et non le président.

      1. Au lieu de déconfiner, on déconfine à moitié en faisant croire qu’on prend toutes les précautions …
        On noie le tout dans un magmat de mesures en tout genre et le tour est joué !

  5. le déconfinement c’est comme les classe sociales

    le lundi c’est pour les Bentley
    le mardi ..les Ferrari et lambo
    mercredi ….on souffle
    le jeudi c’est pour les porschiste

    et les Renault et Peugeot ..restent chez elles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *