Les prédateurs commencent à se planquer

Ça chauffe.

Un ami lecteur — dont le pseudo est lol-lol — attire notre attention sur le décret n° 2020-1306 du 28/10/2020.

Stupéfaction. Ce qui naguère, il n’y a pas si longtemps, nous avait été vendu comme un progrès essentiel : la transparence nominative, qui obligeait les fonctionnaires à signer de leur nom toute décision prise par eux, s’avère intenable pour Bercy tant les décisions de ses agents soulèvent de graves réactions d’injustice, dont les dits fonctionnaires s’inquiètent des conséquences possibles pour eux.

En termes plus crus : ces salauds chient dans leur froc.

On les comprend.

Tout comme la pieuvre mafia ne peut pas agir au grand jour, la pieuvre des officiants de Bercy au service du Dieu-État est tenue de se planquer dans les grands fonds, ne laissant apparaître que ses tentacules prédatrices.

Elle image ce refrain mis dans nos têtes :

“Entendez-vous dans les campagnes

Mugir ces féroces soldats Juda

Ils viennent jusque dans vos bras,

Egorger Éponger vos fils sous, vos compagnes votre épargne “.

Voilà un texte, dont la musique entêtante est adaptée à la situation.

Ce racket a deux visages.

Le pillage direct

Il s’agit des ATD injustifiés, des redressements fiscaux indignes, des expropriations dolosives, de toutes ces contraintes injustes qui se traduisent par une entrave à notre vie ou par le pillage de nos biens.

Ces actes, qui nous sont adressés personnellement, à notre nom et à notre adresse, seront à l’avenir signés par un numéro. Les tortionnaires avancent dorénavant masqués. Mais, ils avancent toujours.

Il ne leur vient pas l’idée qu’ils pourraient modifier leur comportement pour attirer la sympathie plutôt que la haine. Ben non, puisque c’est d’elle qu’ils tirent leur jouissance, comme tout tortionnaire.

Rappelez-vous, au confessionnal, les curés sont planqués derrière des grilles…

Le pillage indirect

Qui pour l’instant restera signé de ses auteurs. Il consiste à éditer un maquis de lois qui vous ficellent, dont eux s’affranchissent, au besoin à l’aide de jugements de complaisance rendus par une justice qui leur est acquise.

A ce propos, j’ai un exemple croustillant à vous exposer.

Figurez-vous que les lois sur l’urbanisme sont d’une complexité qui dépasse largement les capacités intellectuelles des fonctionnaires et élus de la ville de La Rochelle.

Ne les accusons pas aveuglement, c’est le cas dans la majeure partie des villes en France.

C’est ainsi que le maire de La Rochelle, Jean François Fountaine, a déposé, en tant que président de la communauté d’agglomération de La Rochelle, une déclaration préalable de travaux… qu’il a été contraint de se refuser en tant que maire.

L’architecte des bâtiments de France lui a opposé des textes de loi qu’il ne connaissait sans doute pas.

Par ailleurs, le projet en question avait été occulté à l’occasion d’une enquête publique contestée ayant eu lieu récemment sur le site, ce qui le rend doublement illégal.

Vous vous dites : “avec de telles casseroles il n’aura jamais l’autorisation qu’il convoite.”

Vous avez tout faux. Il fera son projet exactement comme prévu et si quelqu’un “porte le pet”, le tribunal administratif couvrira Fountaine et condamnera lourdement l’imprudent.

Ainsi va la vie dans cette société asservie par les officiants du Dieu-État agissant en toute impunité, maintenant anonymement pour ceux de Bercy.

La population, majoritairement croyante, en redemande et, pour faire bonne mesure, à l’inverse, elle souhaite majoritairement lever l’anonymat sur le net…

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (11 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

4 réflexions au sujet de « Les prédateurs commencent à se planquer »

  1. La marmite France voit sa température monter de façon incontrôlée……et quand la limite sera dépassée l’explosion devenue inévitable sera libératrice…du moins peut-on l’espérer.
    Mais il est fort probable que nous subirons alors des pressions de toutes sortes….pour nous ranger sous la bannière du plus fort….reste à savoir qui ce sera .
    Et c’est la, que réside l’incertitude…dite glorieuse dans certains rares cas …seulement!
    Faute d’avoir tardé à prendre les mesures “sanitaires” qui s’imposaient…nous subirons une “pandémie politique” dont nous ne pourrons maitriser l’évolution….sans dégâts concomitants!
    Le mot “jamais,” tant utilisé dans les discours, aura dès lors perdu définitivement sa signification, et discrédité de fait ceux qui l’auront utilisé.
    Ironie de l’histoire..La Roche Tarpéienne est encore de nos jours toujours aussi proche du Capitole.
    Et de se poser alors la, question …
    Quelles seront les couleurs du temps …de demain. ?
    Une question délicate à laquelle même les plus douées des grenouilles, en tout genre,, et nous n’en manquons pas…ne peuvent apporter de réponse.
    Une inconnue que nos mathématiciens auront également bien du mal a résoudre sans doute.

  2. Des administrations françaises sans contrôle et contre-pouvoir sont soumises de plus en plus à la médiocrité des hommes. Ce qui ne se contrôle pas ne progresse pas. La France depuis quelques décennies est une suite de mensonges sur lesquels beaucoup trop de citoyens sont d’accord et cela rend son redressement impossible . Comment peut-on être fier de ce pays qui a perdu le goût de l’absolu ou la médiocrité règne em maître.

    Albert Einstein disait :
    – Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui les regardent sans rien faire.
    – On ne règle pas les problèmes avec ceux qui les ont créés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *