L’heure des comptes arrive

Qui pourrait croire qu’il n’y aura pas de comptes à rendre ? L’incertitude n’est pas là.

La vraie question est : comment les comptes vont-ils être rendus ? Qui va payer ? Les fautifs ou les victimes ?

Il faut d’abord prendre conscience du fait que les auteurs du cataclysme qui nous attend sous peu ne sont peut-être pas ceux que nous désignons.

Né en 1944, j’ai probablement été profondément marqué par la guerre, en réalité surtout par la catastrophe psychologique collective qui l’a accompagnée, puisque j’en suis issu.

La curiosité sur le sujet m’a amené à lire beaucoup d’ouvrages sur Hitler. J’en suis arrivé à la conclusion que cet homme était un débile plus que léger, pas loin d’être profond. Ceux qu’il avait choisis — ou subis — pour l’entourer étaient du même tonneau.

Donc, en toute logique, ce n’est pas un débile qui a pu manœuvrer l’Allemagne et les allemands, et si ce n’est pas cela c’est donc l’inverse.

Et oui, je crois finalement que ce sont les allemands qui ont fabriqué Hitler. Disons qu’ils l’ont couillonné, qu’il a payé de sa vie sa stupidité, sa vanité, qui l’ont amené à se mettre au service d’un peuple pris de folie, de prétention mal venue.

En effet, je ne crois pas à la manipulation de l’opinion publique; je crois que, à l’exact inverse, ceux qui se pensent les manipulateurs de la masse sont en réalité manipulés par elle.

Cela me parait être une simple résultante de la force des corps, la masse est toujours plus forte que l’unité, s’impose à elle, un point c’est tout. — L’exception type c’est Lénine, mais dans ce cas pas de manipulation, juste des fusils, de la violence absolue et constante, sans jamais d’adhésion, c’est différent –.

Cet angle de vision modifie profondément l’idée de demain et de la remise des comptes.

D’abord de quoi sera fait demain.

Tout bêtement de la faillite de la France. Nulle personne, nul groupe, ne peut durablement dépenser plus qu’il ne gagne, boulotter son capital, sans faire faillite, c’est à dire sans se retrouver démuni, ruiné, sans le sou.

Il n’y a aucune hypothèse à opposer à ce fait d’une grande simplicité, quelle que soit la complexité apparente de la comptabilité du défaillant.

Aujourd’hui il est possible d’affirmer que l’état de faillite des français est pour demain, c’est-à-dire pour 2021.

Je prends donc pour base de ma réflexion que c’est la masse des français qui a généré la faillite et non les “hommes de l’Etat” qui ne sont que des poupées désarticulées entre les mains de la masse. Rassurez-vous je m’inclus à la masse, je ne me dérobe pas.

Pourquoi et comment la masse des français s’est-elle transformée en un groupe irresponsable et prodigue ?

Probablement un problème éducatif spontané, débuté vers les années 1960, au moment où les collaborateurs de la guerre reprenaient de l’épaisseur. Les résistants ou proclamés tels étant alors repus de vengeance et de profits, peu enclins à se battre encore.

La pensée du collabo de base : du profit sans risque, du gain sans travail, de la soumission grassement rémunérée, est devenue la pensée éducative majoritaire. D’abord dans les familles.

Puis elle a gagné, petit à petit, tout le système, tant la fortune faite et la puissance acquise par le gain de la guerre permettaient toutes les insouciances.

C’est ainsi que l’élite a été transformée par la masse, elle s’est mise au service de cet idéal, si l’on peut qualifier ainsi ce type de comportement.

Donc, ce n’est pas l’ENA qui nous impose sa pensée, mais nous qui avons généré l’ENA et sa pensée.

Cette hypothèse change l’angle de vue.

S’acharner sur l’élite ne sert à rien, le mal est en profondeur. Débusquer les responsables est impossible tant ils sont nous tous.

La solution est donc d’abord conceptuelle, puis éducative, sans qu’il soit possible d’imaginer que la facture des dégâts pourra être présentée à tel ou tel responsable politique, qui ne sont que nos projections.

Nous devons changer nos projections, et cela n’est pas possible autrement que par des prises de conscience personnelles.

Donc, il n’y a pas de solution.

Que faut-il à l’opinion publique pour qu’elle ouvre les yeux ? Pour qu’elle s’interroge sur l’idée de capital, sur la nécessité de ne pas saborder l’économie par des prélèvements inconsidérés ?

Personne ne le sait. Au contraire, il semble qu’elle ne souhaite en aucun cas ouvrir les yeux, qu’elle se cherche quelques mensonges pour continuer sa dérive.

L’environnement, fol orgueil qui ne résiste pas à l’observation de l’univers ; le bien des animaux, qui eux n’envisagent pas de réciprocité ; le mélange outrancier des genres et des pensées ; l’abandon de la raison au profit des croyances ; toutes ces choses qui permettent à la masse de ne pas affronter la réalité.

Mais la réalité est là, toujours, rien ne la plie.

La distorsion entre elle et nous est telle que l’instabilité créée ne peut finir que par une immense explosion.

C’est le moment de serrer les fesses.

Bien à vous. H. Dumas

 

PS: pour sourire

Que penser du haut conseil scientifique, composé de hautes personnalités scientifiques, qui après une journée de profondes réflexions aboutit à la conclusion qu’il y aura peut-être une troisième vague de la pandémie ou… peut-être pas !!!

Quand on n’a rien à dire, comme le disait Coluche, on ferme sa gueule.

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « L’heure des comptes arrive »

  1. Un homme politique arrive au pouvoir de deux manières
    – il le prend par la force
    – il le prend par délégation
    Le petit marquis, quoique élu par défaut, a été envoyé à l’Elysée par plus de 20 millions de personnes. Certains le regrettent et arborent du jaune, d’autres se cachent de honte, d’autres pensent qu’il est meilleur que Marie Lapine et qu’il faudra revoter pour lui en 2022 s’il est présent à la votation.

    Et pourtant, ces gens l’ont vu à l’oeuvre pendant 5 ans. C’est Macron qui a conseillé Culbuto d’augmenter les impôts de 100 milliards et cela a généré un million de chômeurs en plus, dépassant ainsi le nombre de chômeurs américain avec 5 fois moins d’habitants.

  2. En fait Cher Henri il faut se souvenir de la courbe ABC, il suffit de 20% pour faire bouger les 80%, mais les 20% de privilégiés qui ont dirigé la France depuis 1970 ont mis ce pays en déclin et contaminé les 80%.
    Donc la faillite de la France se fera si les pays européens qui soutiennent la France, le décident comme ils l’ont fait pour la Grèce.
    D’ailleurs Les Dirigeants politiques Français soutenaient la Grèce et pour cause!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *