Nous avons côtoyé l’abject, le crime, et il ne reste aucun témoin….

Si vous n’avez pas été touché personnellement, il va vous falloir faire un petit effort de mémoire pour revoir la situation telle qu’elle était en Mars de cette année.

Il y a donc déjà quatre long mois, qui ont permis à l’oubli de faire son œuvre. Quelle capacité d’oubli !!!

En Mars donc, lorsqu’une personne ayant des signes cliniques de Coronavirus se présentait à l’hôpital, elle était renvoyée chez elle, alors qu’elle était une bombe à fragmentation virale.

N’étaient accueillis que les personnes au stade terminal ou très avancé, nul n’avait le droit de soigner les autres : les contagieux non agonisants qui répandaient leur virus.

Je résume :

La Sécurité Sociale, ce système que le monde entier nous envie, aux prétentions inversement proportionnelles à son coût illimité, qui vous interdit de vous assurer librement, qui prétend gérer des soins égalitaires, a non seulement échoué à soigner la population, mais aussi à tout simplement la protéger. Elle l’a au contraire exposée.

Cerise sur le gâteau, l’ensemble de cette filière défaillante se voit récompenser en promotion et argent divers…. Alors qu’elle aurait dû être sanctionnée durement, même au prix de l’injustice pour ceux qui se sont défoncés tardivement, car ils auraient dû signaler les dysfonctionnements avant, ils le pouvaient parfaitement.

Peut-on imaginer pire abjection, pire mensonge, pire crime, pire propagande, si l’on exclut évidemment Bercy qui fait tous les jours beaucoup plus fort…. en exécutions sommaires.

Qu’espérer de ce pays où les hommes de l’Etat sont choisis pour leur capacité à mentir, à faire croire à chacun que la liberté est une vue de l’esprit synonyme d’inégalité, que la responsabilité est une prétention pour un l’homme ordinaire et doit être réservée à l’élite décrétée par l’Education et la Cooptation Nationales, que l’épanouissement individuel est une tare sociale qui ne peut se développer qu’au détriment d’autrui, qu’économiser pour se protéger des aléas de la vie est une incivilité, que fermer sa gueule et consommer de la merde à condition qu’elle soit bio et française est l’unique destin possible.

Où sont passés les milliers de témoins, tous ces refoulés de l’hôpital et leur cohorte de contaminés ?

Demain, 14 Juillet, ce sera la fête nationale de la lâcheté, du mensonge, de la propagande.

Qui se lèvera pour dénoncer et condamner, où seront les fameux lanceurs d’alerte…

Dans cette guerre perdue, le soldat inconnu est parfaitement connu, mais il est aussi invisible.

Comme le fait très justement remarquer Michel Gorgel dans son billet, la croyance apporte le pire.

Les curés ont généré la pédophilie en faisant croire que leur fonction pouvait être asexuée. Nos hommes de l’Etat nous entraînent vers une mort certaine en nous faisant croire que l’égalité de résultat est possible, qu’ils en sont les garants, alors que seule l’égalité de moyens est envisageable. Encore faut-il être capable de la mettre en œuvre, et rien ne prouve qu’elle soit réellement bénéfique.

Le génocide sanitaire de Mars 2020 ne restera pas dans les mémoires. Il a bien eu lieu, mais la croyance le refuse.

Notre société a définitivement choisi l’irresponsabilité, l’égalitarisme, le rejet du progrès, la honte de l’homme, la vénération de la nature incluant les virus et autres gracieusetés.

Les soixante-huitards sur le tard finissent comme ils ont commencé, dans la chienlit.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (12 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

7 réflexions au sujet de « Nous avons côtoyé l’abject, le crime, et il ne reste aucun témoin…. »

  1. Pourquoi parler de pédophilie dans cet article ? Et y associer les prêtres ? 94% des pédophiles sont des gens mariés selon les statistiques…

    1. Je ne connais pas le ratio et je ne conteste pas votre chiffre.
      L’église catholique est de mon point de vue responsable de la soumission des français que ceux-ci partagent avec les italiens et les espagnols.
      Le livre Sodoma de Frédéric Martel apporte l’éclairage nécessaire â la compréhension des résultats de la domination par le mensonge, et des dégâts de la croyance en la vertu des dominants.
      Je précise que dans mon esprit cela ne concerne que l’église en aucun cas l’idée de Dieu, qui doit évidemment être respectée comme partie intégrale de l’humanité et laissée au choix de chacun.

        1. J’aurais dû dire “des églises” mais le mot est incorrect pour tous les autres asservissements ou abus de croyances, pourtant à mettre dans le même sac.

  2. pédophilie : plus encore que les curés, à l’éducation nationale y en aurait-il ?
    D’autres corporations : le sport et certaines associations de découvertes . . . les “pauvres” curés sont battus à plate couture, non ?

  3. « Le langage politique est destiné à rendre vraisemblables les mensonges, respectables les meurtres et à donner l’apparence de la solidité, à ce qui n’est que du vent. » George Orwell

  4. Sans oublier non plus la célébration des massacres de la révolution . . .
    abjection, mensonge, crime, propagande, exécutions sommaires.
    fête nationale de la lâcheté, du mensonge, de la propagande. . . .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *