Quand un haut fonctionnaire fait de la politique …

« Bridgestone a fermé la porte, Bridgestone quitte le site de Béthune, le scénario qui visait à maintenir une activité de production de pneus pilotée par Bridgestone a été refermé. Mais nous serons là aux côtés des salariés pour trouver les meilleures solutions, nous allons nous battre pour que ce site reste industriel”,

Voilà des mots bien forts pour fixer une situation et ce sont ceux de la ministre de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher du jeudi 12 novembre. Ils consacrent la version d’une direction de Bridgestone qui a fermé la porte au scénario alternatif proposé par le gouvernement pour sauver son usine de Béthune qui emploie 863 personnes.

Encore une fois, c’est la version du patron bandit, du prédateur sans scrupules, du capitaliste internationaliste, apatride et sans morale !

Conclusion qui s’impose : Quand une (haut) fonctionnaire fait de la politique, dont le seul brevet de compétence est d’être énarque, elle ment effrontément ou, au mieux, elle parle pour ne rien dire ; c’est à dire que soit c’est une grande manipulatrice soit c’est une imbécile !

Car, ce qu’elle vient d’affirmer  est faux mais bien évidemment il n’y a personne pour le lui dire et rétablir la vérité et surtout pas les syndicats enfermés dans leur dialectique marxiste ni les élus locaux qui cherchent surtout à sauvegarder leurs mandats en faisant croire qu’ils défendent les intérêts des salariés qui sont aussi leurs administrés !

La vérité est très simple et se résume à peu de choses : le site Bridgestone de Béthune n’est pas rentable. Or, une entreprise n’est pas un organisme philanthropique !

On mesure donc à leur juste valeur les déclarations d’une certaine presse qui va même jusqu’à pousser la complaisance en affirmant que « Bridgestone rejette l’offre du gouvernement » comme si continuer à perdre beaucoup d’argent sur un site industriel était une offre généreuse du gouvernement !

C’est très clairement expliqué dans cet article par le représentant de l’entreprise en Europe dont on peut rappeler les grandes lignes :

« Béthune est la moins performante de nos usines européennes et elle est confrontée aux surcapacités de production en Europe en raison de l’augmentation de parts de marché de fabricants de pneus à bas prix »

« L’usine allait continuer à perdre de l’argent. Enfin, le scénario du cabinet d’audit Accenture choisi par le gouvernement prévoyait de réduire la capacité de production à 3 millions d’unités, ce qui n’est pas pérenne pour Bridgestone au moment où nos concurrents accroissent leurs capacités pour atteindre de 10 à 20 millions d’unités. Notre industrie lourde a besoin d’économies d’échelle, et cela nous empêchait d’être compétitifs. »

« Si on parle de pneus pour automobiles, on ne parle en réalité que de cinq usines Bridgestone en Europe. Béthune est l’usine la moins performante de toutes. Elle produit les plus gros volumes en petit diamètre de pneus. Or, ce segment est en baisse. Ce sont les ventes de pneus de grands diamètres qui augmentent, en raison notamment du succès des SUV.»

« Il n’y a pas de solution miracle. On ne peut pas se battre sur les prix face à des importations de produits à bas coût. Le Conseil d’analyse économique dit, dans un rapport sur l’automobile, qu’il faudrait baisser en France les coûts de 20 %. »

« Pour notre activité à Béthune, il y a clairement un problème de compétitivité. Je le répète : sur chaque pneu produit sur le site, Bridgestone perd de l’argent. »

« De nombreux groupes industriels ferment leurs sites de production en France en raison de problèmes de productivité ou d’écart de compétitivité. Bridgestone n’est donc pas le seul. La surcapacité de production est un phénomène courant aujourd’hui. Les marques à bas coût sont passées en l’espace de quelques années de 5 % à 25 % du marché. Cela impacte toute la filière. »

Car, qu’est-ce qu’un pneu à part un objet rond et noir situé aux quatre coins d’une voiture pour lui permettre de rouler ?

C’est un produit très important car il conditionne la tenue de route de la voiture mais il est mal valorisé et le consommateur, devant l’envolée des couts d’entretien de sa voiture, tend à rogner sur tout ce qu’il peut pour limiter des dépenses devenues très lourdes pour ne pas dire exorbitantes.

Cela veut dire que l’automobiliste achète des pneus les moins chers possibles ; même si c’est au dépend de la qualité et de sa sécurité et aujourd’hui le pneu à bas cout est chinois !

En outre, à coups répétés de taxes et contraintes en tous genres, nos ministres et hauts fonctionnaires font tout pour dégouter les gens d’acheter des voitures ; sans en tirer aucune conclusion à savoir que le marché évolue, pour ne pas dire qu’il se dégrade franchement, et que l’industriel doit adapter son outil ; c’est pour lui  une question de survie !

Evidemment, Mme Pannier Runacher ne peut pas le comprendre, elle qui a fait toute sa jeune carrière en tant que salariée de la fonction publique payée par les impôts extorqués aux autres !

Et la situation de Béthune se reproduit à Hambach avec le site de production des Smart qui déménage en Chine ; là aussi pour cause de couts de production non compétitifs. Et encore, le richissime groupe Daimler Benz (Mercedes) a-t-il les moyens de patienter et de trouver un repreneur pour le site.

Et finalement c’est toute la filière automobile qui est concernée. On parle déjà de 60.000 à 100.000 emplois perdus à plus ou moins brève échéance dans un secteur qui en a déjà perdu plusieurs centaines de milliers depuis vingt ans !

Il faut être lucide : On ne peut pas matraquer impunément tout un secteur économique sans qu’il n’y ait à un moment à un autre des conséquences. Il faut être un haut fonctionnaire totalement déconnecté des réalités économiques pour le croire !

Évidemment, c’est un drame pour tous les salariés de ce site qui vont perdre leur emploi ainsi que pour leurs familles mais il faut quand même situer précisément les responsabilités.

Alors bien sûr Mme Pannier Runacher n’est pas personnellement responsable de la situation mais elle oublie de rappeler le principal ; à savoir que c’est sa caste professionnelle qui, de mauvaises décisions en contraintes abusives, ont amené un pays comme la France à perdre en 30 ans la moitié de son industrie, qui se délocalise, parce que les couts de production sont trop élevés et que les produits fabriqués, dans un environnement concurrentiel, ne sont pas compétitifs.

Et ce n’est pas en subventionnant le site comme prétendait le faire la ministre qu’on changera quoique ce soit !

Le problème de la France est bien connu : une administration tentaculaire, couteuse et inefficace, trop de gens payés à ne rien faire, un système social couteux mais en pleine décrépitude ; le tout provoquant une surimposition des entreprises et un manque flagrant de compétitivité !

Evidemment, proférer une telle vérité est inconcevable pour nos hauts fonctionnaires lancés en politique qui évoluent dans un système artificiel et protégé et qui ne connaissent absolument rien au monde de l’industrie, au management d’entreprise, à la concurrence des marchés !

Et, c’est bien le drame de la France mais aussi le déshonneur de nos dirigeants !

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : la reproduction de cet article n’est autorisée qu’à la condition de le reprendre en totalité, d’un rappeler l’auteur et le site originel de publication.

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (11 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

5 réflexions au sujet de « Quand un haut fonctionnaire fait de la politique … »

  1. La France va finir comme l’URSS : nourrie par les importations : de voitures, de produits agricoles qu’il faudra payer au prix fort mais avec quel argent ? Mystère.

    Pas un instant, il arrive au cerveau des fonctionnaires qu’une entreprise qui verse 62 % de son chiffres d’affaires à L’Etat ne peut pas dégager des marges suffisantes pour se développer sans passer par les emprunts.

  2. Un rappel de la triste réalité française, car je sais que l’administration fiscale lira cet article=
    – La chute de l’agriculture française et ce n’est pas fini (France2 12 janvier 2018), « Historiquement, la France était la grande puissance agricole européenne […], aujourd’hui elle a rétrogradé en 5e place ». cliquez pour écouter la suite : https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/video-l-angle-eco-la-chute-de-l-agriculture-francaise_2548377.html et sur Facebook = https://www.facebook.com/france2/videos/10156996423347598/UzpfSTk1NzUwOTQ3NTk3OlZLOjEwMTU2OTk2NDIzMzQ3NTk4/

    – « L’abandon de notre industrie se poursuit avec un cynisme inqualifiable » cliquez pour lire la suite= https://www.entreprendre.fr/labandon-de-notre-industrie-se-poursuit-avec-un-cynisme-inqualifiable/

  3. Et l’hémorragie n’est pas finie, jusqu’à l’exsanguination totale . . . et après ?
    Après, ce sont les fonctionnaires qui vont inventer, produire, vendre . . . en rêve ?
    On ne peut pas transformer des cigales qui gaspillent, rient, chantent et dansent en fourmis laborieuses et économes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *