Un avenir bien sombre pour l’automobile

C’est décidé, le moteur diesel sera interdit (les constructeurs le proposent d’ailleurs de moins en moins voire plus du tout !) et le moteur thermique à essence sera bientôt inutilisable du fait d’une taxe de 20.000 € qui va faire que votre voiture neuve à 20.000€ va vous couter 40.000€ !

Et, c’est décidé, cette taxe va passer ensuite à 30.000 puis à 40.000 € !

Qui peut se permettre, à part une élite disposant de revenus confortables, de payer de but en blanc 20.000€ (et bientôt 40.000€) de taxes pour avoir le droit d’user d’un bien qui vous appartient parce que vous l’avez acheté et payé !

L’alternative sera le véhicule électrique dont on sait qu’il est cher. Là encore, qui peut se permettre de dépenser 50.000€ pour une telle acquisition ? Surement pas un salarié qui gagne 1.500€ ou même 1.700€ par mois (moyenne du salaire français) !

Les constructeurs contournent pour l’instant la taxe par le biais de l’utilisation de subterfuges technologiques pour consommer moins mais ce ne sont que des subterfuges technologiques ; autrement dit des complications technologiques, destinées essentiellement à permettre un passage vis-à-vis des normes qui leur sont imposées.

Bien évidemment, ces complications ont un cout immédiat qu’il faut payer lors de l’acquisition mais aussi décalé parce ces systèmes compliqués vont tomber en panne ; sauf à changer de voiture tous les 2 ou 3 ans ce qui ramène encore une fois à une question d’un cout insupportable pour la majorité de la population !

Car, en fait, la transition écologique provoque surtout une augmentation des prix (le prix moyen d’une voiture passe dans les faits de 20.000€ à 40.000€) avec pour conséquence de fermer le marché aux clients qui n’ont pas les moyens de suivre l’évolution/explosion des prix !

Oh, bien entendu, l’Etat fonctionnaire essaie de masquer cette augmentation par des primes, qui ne sont pas autre chose que des subterfuges, dont le premier effet est de faire payer une partie du prix de votre nouvelle voiture par … les impôts du voisin !

Seulement, cette dissimulation du prix réel trouvera sa fin lorsque l’Etat, à bout de ressources, devra y renoncer…

Il n’est donc pas difficile de deviner que le marché de l’auto va progressivement se contracter avec pour effet de provoquer la fermeture d’entreprises (garages, concessions) et la délocalisation de constructeurs qui n’auront pas d’autre choix pour survivre !

Fatalement, il en résultera des pertes d’emplois mais aussi des pertes de recettes fiscales pour l’Etat sur les ventes de voitures neuves et sur les ventes de carburant !

Au niveau européen, Bruxelles a malgré tout décidé d’enfoncer le clou avec de futures normes Euro7 dont on dit qu’elles seront pratiquement inatteignables par les constructeurs !

Car c’est bien là le problème : vous avez d’un côté des constructeurs qui produisent des richesses au prix d’investissements très lourds et de l’autre des fonctionnaires qui produisent des normes au prix d’une frénésie technocratique et idéologique !

Le problème est que l’accélération des normes est telle que les constructeurs ne peuvent absolument pas suivre une telle évolution parce que les investissements sont trop lourds et ne peuvent pas être rentabilisés sur des périodes aussi courtes !

Ce n’est pas autre chose que l’on constate avec la fusion PSA-FIAT Chrysler ; laquelle traduit l’incapacité des grands groupes industriels auto à faire face aux investissements imposés par une transition énergétique qui ne correspond à aucune nécessité et relève essentiellement d’une idéologie malthusienne …

Les constructeurs n’ont donc pas d’autre solution que de se regrouper pour mutualiser les dépenses ; sans que l’on puisse savoir si cette stratégie sera payante ou pas !

Concernant PSA, il ne serait pas étonnant qu’il se casse les dents sur sa proie, si tant est qu’on puisse dire qui est la proie dans cette opération, alors que des groupes tels que Daimler Benz (Mercedes), beaucoup plus riches, s’y sont déjà cassé les dents et dans des périodes beaucoup plus fastes !

Néanmoins, il faut être conscient que cette fusion n’est probablement que la première d’une longue série car il faut s’attendre à d’autres regroupements industriels de ce type pour … les mêmes raisons !

Car, autant prendre conscience, dès à présent, que l’avenir de ces grands groupes est derrière eux parce qu’entre l’épidémie de Covid qui a provoqué la fermeture des usines et des concessions auto et l’accélération de normes impossibles à respecter, il n’y a en fait aucun avenir pour ces grands groupes qui vont probablement être réduits à une lente chute aux enfers !

Les fusions vont donc s’accélérer car nous ne sommes plus dans une phase d’expansion industrielle dans ce secteur. Ces fusions seront, ni plus ni moins, que des fusions/destruction c’est à dire qu’un constructeur en rachètera un autre pour … l’éliminer !

C’est donc un phénomène de concentration auquel nous allons assister et l’ultime base de repli des constructeurs sera les marchés émergents moins exigeants en normes environnementales mais au pouvoir d’achat plus faible !

C’est finalement toute la chaine économique en rapport avec l’automobile qui va être progressivement détruite en Europe !

A partir de ce constat, l’Etat fonctionnaire, qui va continuer à dépenser sans compter l’argent qu’il n’a pas, va fatalement en être réduit à tabasser ce qui reste à sa portée pour conserver des recettes budgétaires.

Or, quand l’assiette fiscale (le nombre de gogos qui paient) se réduit, on constate, non pas une diminution des dépenses de l’Etat mais un alourdissement de la fiscalité subie par chacun !

Que nous restera-t-il à nous européens ?

Des voitures électriques hors de prix et des voitures  thermiques d’occasion qui vont bientôt valoir de l’or parce que les acheteurs n’auront pas le choix et parce qu’il y aura toujours une demande pour les véhicules d’occasion surtout lorsque l’option va se réduire à un choix entre une occasion assez récente à 10.000 € et une neuve à 50.000 € ou plus !

J’ai entendu un histrion écolo insignifiant (dont je n’ai pas retenu le nom) proclamer que l’avenir était à la mobilité durable …

Au-delà de l’ineptie de ce slogan politique complètement décorrélé de la réalité, il faut prendre conscience que :

  • Si les voitures thermiques sont interdites,
  • Si les voitures électriques sont trop chères à l’achat et à l’usage (avec le problème prévisible de la batterie à changer tous les dix ans sans remplacement possible)
  • Si l’électricité est surtaxée par le biais du compteur Linky parce que l’Etat fonctionnaire doit substituer à la taxe sur le carburant, qui ne se vend plus, une taxe sur l’électricité,

Il faudra alors se préparer à beaucoup de mauvaises surprises ; et je suis convaincu, pour ma part, que nous nous orientons à terme vers une immobilité durable !

Bien cordialement à tous !

licence de publication : la reproduction de cet article est autorisée à condition de le reprendre en totalité, d’en citer l’auteur et le site originel de publication.

 

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (11 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

6 réflexions au sujet de « Un avenir bien sombre pour l’automobile »

  1. L’avenir est à la rémunération partielle expérimentée avec succès (personne ne s’en est plaint) pendant la pandémie que l’on peut aussi appeler revenu universel qui reviendra en force lors des prochaines élections et le communisme aura fait un grand bon en avant
    Je pense sans être complotiste que nos gouvernants ont des desseins non démocratiques cf le forum de Davos et l’ouvrage Great Reset de Klaus Schwab et Thierry Malleret
    Soyez sur vos gardes

  2. Je mets déjà plus de taxes dans mon réservoir pour faire rouler ma (vieille) voiture, alors mettre plus de taxes dans l’achat de sa remplaçante, non merci!
    Ils veulent sans doute dynamiser (pardon dynamiter)le marché de l’automobile?
    En tous cas, rumeur confirmée hier par mon garagiste!
    Ils oublient sans doute que ce que l’on achète dans une voiture ( bien que l’on n’en soit souvent peu conscient), c’est l’usage, se déplacer de A à B confortablement et à moindre coût. Mais ça, nos dirigeant ne peuvent le savoir!

  3. Le vote écolo, ce n’est ni plus ni moins que les 1 million d’enseignants déçus du socialo Hollande. Toucher à la bagnole est un sujet sensible, pas certain que les technocrates de Bruxelles arrivent à leurs fins, souvenez vous des éco-portiques et les bonnets rouges.

    1. Il y a une chose qu’il faut savoir et que je n’ai pas évoquée :
      Les normes Euro6 et bientôt Euro7 sont bien définies à Bruxelles.
      Toutefois, le seuil de fiscalisation et le montant du malus auto (20.000 puis 30.000 puis 40.000 ou au poids) sont bien fixés par les Etats (et ici la France en l’occurrence).

      En Allemagne, par exemple, le calcul fiscal est différent mais bien entendu il y a aussi une taxe carbone … comme dans les autres pays de l’UE. Les taxes sont plus ou moins lourdes mais je crois nous sommes quand même les champions … encore une fois !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *