Un peuple de ravis

Dans le midi, où j’habite, le “ravi” est un personnage qui ne fait de mal à personne, qui n’est pas un ténor de la gamberge, un intellectuel du prévisionnel, mais qui a bon cœur, s’émerveille de tout y compris des mauvaises plaisanteries que lui concoctent les garnements du village.

La France est un peuple de ravis.

La réflexion, la prévision, la méfiance n’est pas la spécialité du français, tout au moins en ce qui concerne sa croyance en l’Etat.

Quand il entend dire qu’un virus se répand en Chine, alors qu’il a vécu toutes sortes de grippes asiatiques, il ne s’inquiète pas puisque les hommes de l’Etat lui disent que tout est sous contrôle et que le mieux est qu’il aille plastronner, souriant et confiant, pour son poulain, dans les bureaux de vote. Et, il le fait…

Puis, quand la catastrophe arrive, on lui dit de se confiner. Alors il file, heureux comme un collégien qui fait l’école buissonnière, dans sa maison secondaire.

Les choses tournent mal, on lui dit que c’est de la faute à pas de chance, il se met sur son balcon, il applaudit.

Il entretient grassement une foule de fonctionnaires, dont peut-être lui, qui vivent sans souci. Dont le problème principal, pratiquement l’unique problème, est le harcèlement sexuel sur les lieux de travail, tant le travail laisse du temps pour les babioles.

En ce qui concerne l’état de l’économie

Il est encore plus ravi que pour le reste. Qu’on lui dise que l’on va prendre l’argent aux riches pour le lui donner lui suffit comme compréhension élémentaire de l’économie, au-delà ce n’est pas son affaire.

Il a peur de manquer, certes. Mais surtout parce qu’il a peur que son voisin, plus malin, remplisse son caddie plus vite et en plus grande quantité que lui. Pas du tout parce que son confort aurait déjà ruiné l’économie et que le coronavirus serait le coup de grâce. Alors là, vous n’y pensez pas, loin de lui cette idée.

Le ravi croit dur comme fer tout ce que lui disent les hommes de l’Etat. Il croit que l’on peut fabriquer des billets, les lui donner et que le tour est joué.

Il croit que tout va bien, alors que tout va mal, uniquement parce qu’il croit les charlatans qui prétendent parler au nom de l’Etat et qui lui disent que tout va bien, que tout est sous contrôle.

Il croit que la démocratie consiste à organiser le groupe à son image, il se croit l’étalon civique, il croit que sa pensée est universelle, qui si tout le monde pense et agit comme lui tout ira bien.

Il n’imagine pas la diversité, la complexité de l’âme humaine, la nécessité d’imaginer des structures permettant de faire vivre ensemble tout le monde.

Inutile, puisqu’il suffit que tout le monde pense comme lui, que son parti et ses candidats aux poste d’hommes de l’Etat prennent le pouvoir, avec comme unique mission d’organiser la société autour de ses propres principes et préoccupations.

Alors si vous lui dites que, somme toute, c’est lui qui vote, donc c’est lui qui est responsable du merdier dans lequel il est ou va être,

Il vous démontrera,

Que tout va bien si c’est son parti qui est au pouvoir, qu’il n’est pas étonné que tout aille mal si ce n’est pas son parti qui est au pouvoir.

Et le raisonnement s’arrêtera là.

N’envisagez pas de converser calmement de la nature humaine, de la connaissance de soi, de la difficulté à être soi-même, à être en fonction des autres, du poids ou de l’avantage du groupe, de ses égarements, de la vérité, du mensonge.

Parlez lui d’amour, il n’y connait rien mais il adore. Surtout celui qu’il pense qu’on lui porte, notamment les hommes de l’Etat.

Demain ?

Pas de problème. La crise, le coronavirus qui la dissimule, fadaise.

Dans quel état seront nous au bout d’un mois, voire de deux mois de confinement ? Il pense que nous serons alors à un mois du beau temps et à deux mois des vacances d’été, quel problème pourrait-il y avoir ?

Il partage l’avis du ministre qui s’occupe de promettre de l’argent aux apporteurs de richesses, qu’il pille depuis des lustres, qui n’ont plus rien, qu’il ne peut plus piller pour faire croire qu’il va les aider avec l’argent qu’il leur prend.

Ah mais… il reste Merkel et les allemands, ils nous veulent, ils n’ont qu’à payer, non mais…. L’Europe, une saloperie, mais qui doit payer.

Tout cela dans la bonne humeur

Nous sommes ravis, le ravi ne perd jamais son sourire, quelles que soient les niches que lui font les autres, il ne désespère pas, ne s’offusque pas, garde sa confiance.

Donc, les hommes de l’Etat se moquent de lui, il les adore, il veut continuer à jouer avec eux. Plus ils se moquent, plus il est content.

C’est dans cet état d’esprit, plutôt sympathique, que les français prennent de la vitesse pour percuter de plein fouet le mur de la terrible crise qui est là, qu’ils ne voient même pas.

La surprise va être totale. Les pleurs déchirants.

Inutile de voir les choses arriver, l’accident est pour tous, y compris les lucides. Les hommes de l’Etat ont si bien caché le mur qu’il fallait être très attentif pour l’apercevoir.

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (10 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

4 réflexions au sujet de « Un peuple de ravis »

  1. De la Haute stratégie= En Allemagne, un plan de soutien géant de 1100 milliards d’euros contre le coronavirus, une rallonge du montant prévu à l’origine de 75O milliards d’€. L’Allemagne ainsi accentuera le fossé et sa domination des pays européens. Dans la vie européenne il n’y a pas de cadeau, la France avec ses 300 milliards va continuer à reculer et je le regrette= Cliquez pour lire la suite :
    https://www.lefigaro.fr/conjoncture/en-allemagne-un-plan-de-soutien-geant-de-1100-milliards-d-euros-contre-le-virus-20200325?fbclid=IwAR3mdOH-3uoSRgru8sZWCf73HF-urNG1pFpc20yG2UyQeaqRwg_9Lzb-iJ0

  2. Ils ont juste un tout petit peu l’air de croire plus en L’Etat que dans les individus, aussi que la population serait plus heureuse si elle pensait uniformément comme eux…
    Enfin peut-être que je me trompe, qu’ils sont à la fois tolérants et ouverts aux autres et décidés à accepter les récompenses liées au mérite de chacun, attachés aux libertés individuelles, respectueux du capital, pas jaloux…
    Il faut alors bien veiller à garder vos amis.
    Je serais heureux de les connaître.
    Bien à vous.

  3. Je ne partage pas du tout votre point de vue sur les français. Si certains méritent d’être catalogués de ravis, je pense qu’une grande majorité ne l’est pas. Que ce soient des proches, des copains ou des relations d’associations que je rencontrais, dès le début de la crise en Chine, tous ont exprimé de voir celle – ci se propager en France et dans le monde. Tous se sont étonnés qu’il n’y ait pas de fermetures de frontières, de contrôles aux aéroports, d’annulation du match Lyon – Turin du 26 février et que l’Etat ait décidé de rapatrier les français de Wuhan, … Aujourd’hui, ils ne seront pas surpris d’être mis à contribution pour pallier le coût financier de la crise. Ils sont conscients du manque de réactivité de l’Etat devant le manque de moyens dont dispose le personnel de santé. Ils ne croient pas au succès du confinement et pensent qu’il sera prolonger au – delà des 15 jours annoncés… Et au niveau national, la montée du Rassemblement National et de l’abstention montrent qu’ils sont de plus en plus nombreux à être écoeurés par le macronisme et par les partis politiques traditionnels auxquels ils croient de moins en moins.

    1. Il y a deux histoires, l’une que l’on enseigne et qui ment et que vous voulez croire, l’autre que l’on tait parce qu’elle recèle l’inavouable . Victor Hugo avait raison de dire = »Le meilleur symbole du peuple, c’est le pavé, on lui marche dessus, et un jour, soudain, il vous tombe sur la tête ».
      Je pense qu’Henri a raison il y a beaucoup de ravi en France, car certains ne veulent pas lire et entendre la vérité par ce qu’ils ne veulent pas que leurs illusions se détruisent.
      Comme disait Mr Nelson MANDELA que j’ai rencontré :”Je ne perds jamais. Soit je gagne , soit j’apprends” et j’ai beaucoup appris.
      La Société française est devenue si malhonnête que la vérité offense réellement certains citoyens mais pas les politiques du passé et surtout pas la presse . car Le vrai désordre en France c’est la justice .
      Il faut une nouvelle politique , et l’espoir de justice, la vraie justice.
      Syndrome auto-immune , corporatisme, esprit partisan, connivences , arrangements entre amis, … etc, sont trop souvent de mise .

      Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *