Un rêve prémonitoire

La France parait partagée en deux.

Il y a ceux que le confinement aurait comblé et ceux que le confinement aurait détruit. Étrangement je fais partie des deux catégories, ce qui accentue mon trouble.

Le confinement a muselé mes faux créanciers : le fisc et l’URSSAF, je suis comblé. Il a explosé, probablement durablement, mon secteur d’activité : le bâtiment, je suis détruit.

Les créanciers vont revenir au galop, l’économie de l’immobilier ne redémarrera qu’au pas, la distance qui va s’installer entre les deux va être mortelle.

Il est probable que nous sommes nombreux dans mon cas, que donc la situation est loin d’être tranchée, mais au contraire qu’elle est faite d’ambiguïté, de situations et d’émotions contradictoires.

En ce qui me concerne mes nuits pendant le confinement ont été moins sereines que d’habitude. D’abord le manque d’activité qui n’est pas favorable au déclenchement du sommeil, puis le souci de ces incertitudes qui occupe l’esprit de façon lancinante.

Alors que je rêve très peu habituellement, mes nuits actuellement sont très inventives à ce sujet.

C’est ainsi que la nuit dernière j’ai été frappé par le rêve suivant.

Faisant probablement suite à l’exposition sur la place publique des carences de la technostructure, et de son armée les fonctionnaires, la population avait pris en grippe ces derniers, leur statut.

Devenus des boucs-émissaires, la constituante — que le peuple avait mis en place — avait déclaré leurs ressources indues, parce que démesurées par rapport à leurs prestations, notamment dans le cadre décisionnel où ils s’étaient avérés particulièrement incompétents, présomptueux et menteurs.

L’équité, avait déclaré la constituante, est d’abroger le statut de la fonction publique.

Mais aussi, d’assurer le remboursement des sommes indues procurées aux fonctionnaires par leur statut en levant contre eux un impôt spécifique de 80% du montant de leurs possessions, mobilières ou immobilières, considérées comme perçues illégalement, parce que contraires à la répartition naturelle des richesses.

Cela dans le but de recréer un capital pour relancer l’économie du pays, capital que leurs prélèvements abusifs, à travers leur statut lui-même abusif, avaient gravement amputé.

J’avais été nommé inspecteur de la Direction des Redressement du Capital de la France (la DRCF). Allez savoir pourquoi ?

C’est ainsi que le hasard, et un peu d’initiative, m’avaient amené à débarquer chez Martino pour saisir ses biens et son appartement, en vue d’une vente forcée au bénéfice de la reconstitution du capital de la France.

La pauvre, il faisait peine à voir.

Une évaluation rapide de son bien et de sa collection de Dinky Toys, tous neufs et en boites d’origines, laissait supposer un gain notoire pour la reconstitution du capital de la France.

J’étais particulièrement bien placé pour savoir qu’il avait acquis ces biens immoralement, en destructeur protégé du capital de la France dans l’ancienne organisation, dite égalitariste.

A la suite de son interrogatoire, où il s’était effondré en larmes et avait été particulièrement lâche et inconscient de ses responsabilités dans la ruine du pays, j’étais sur le point de lui notifier la saisie et la vente de tout ses biens.

Soudainement, mon plaisir initial, de le mettre dans la position où lui-même m’avait mis en son temps, disparu.

Face à l’immensité de sa douleur, et bien que je fus au service de la juste égalité, le cœur me manquait. N’est pas fossoyeur qui veut.

J’étais sur le point de renoncer et de le laisser aller, quand mon téléphone a sonné.

Je suis sorti pour répondre. A mon retour, mon collaborateur avait exécuté la sentence, Martino était entièrement ruiné. Il n’avait pas l’air de comprendre, d’être en mesure de croire que la décision était irrévocable, qu’il n’avait plus rien, nada.

J’étais en train de réfléchir, s’imposait alors pour moi la nécessité d’annuler ce redressement qui, bien que conforme aux lois de la constituante, me paraissait démesuré dans ces conséquences humaines. Même si Martino avait en son temps était un ardent exécutant de la ruine du capital de la France au profit des fonctionnaires.

C’est alors que je me suis réveillé. Trop tard pour sauver les biens de Martino…

Bien à vous. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « Un rêve prémonitoire »

  1. Henri, c’est moi qui vous ai téléphoné l’autre jour.
    Vous m’avez piqué mon rêve, je ne pouvais vous laisser seul à la tête d’un tel ministère!
    En fait il était taillé pour les 22 millions de travailleurs du secteur privé que nous avons recruté tous les deux pour exécuter cette sentence salvatrice pour notre pays.
    Arrêtons de rêver, faisons le.

  2. L’irresponsabilité des administrations des dizaines de milliards perdus, un exemple = Charles Prats Ancien magistrat : «La fraude sociale, c’est 30 milliards d’euros par an»
    Ancien magistrat de la Délégation nationale à la lutte contre la fraude (DNLF) au ministère du Budget, Charles Prats estime que 2,5 millions d’individus «fantômes» bénéficieraient de 30 milliards de prestations sociales indues. Cliquez pour lire la suite= https://www.lefigaro.fr/vox/economie/charles-prats-la-fraude-sociale-c-est-30-milliards-d-euros-par-an-20200430

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *