Une inexorable fuite en avant

La situation française ne laisse pas d’inquiéter quant à son issue.

L’Etat fonctionnaire bloque complètement le fonctionnement normal du pays en interdisant à nombre de professionnels de travailler au prétexte de protéger la population d’une épidémie assez peu mortelle sauf chez les plus âgés.

Les conséquences seront à terme gravissimes puisque nous allons au-devant d’un véritable effondrement économique avec une envolée des dettes publiques mais aussi privées car beaucoup de ceux qui ne peuvent plus travailler ne pourront pas rembourser leurs dettes soit du fait de la destruction de leur entreprise soit du fait de la perte de leur emploi.

Une forte dégradation de la situation économique

Il faut donc s’attendre à des vagues de faillites d’artisans et de commerçants ; sans compter de nombreux suicides et il est illusoire de croire (comme Bruno Le Maire) que tout va « repartir comme avant » car ceux qui sont morts ne repartiront pas …

Nous sommes à l’aube d’un véritable désastre économique car la fermeture forcée des commerces mettra en faillite des centaines de milliers de personnes qui perdront le travail de toute une vie, et au chômage leurs employés avec un effet boule de neige sur tous les fournisseurs qui ne seront pas payés et qui feront faillite à leur tour et enfin un impact final sur les banques qui finiront par se retrouver en difficulté parce qu’elle ne pourront pas récupérer les prêts qu’elles ont accordés à la demande du gouvernement !

La seule réponse du pouvoir a été de demander aux grandes surfaces et à Amazon de fermer pour ne pas pénaliser les petits commerçants ce qui relève du non-sens pur et simple et s’apparente claire à de l’eugénisme économique. En fait, c’est surtout parce que, tout bêtement, nos grands gouvernants n’avaient pas pensé qu’Amazon, qui n’a rien demandé, allait être le principal bénéficiaire de la fermeture des commerces !

Le secteur du jouet prévoit une perte de chiffre d’affaires de plus de 700 millions € qui ne sera évidemment jamais rattrapée une fois les fêtes de fin d’année passées !

Le gouvernement ne sait pas si les stations de ski pourront ouvrir cet hiver mais il demande quand même aux professionnels d’embaucher les saisonniers pour les mettre au … chômage partiel dans l’attente d’une autorisation future mais incertaine ! Peut-on penser qu’un entrepreneur individuel, qui ne vit pas de la spoliation fiscale exercée sur les autres, va se lancer dans le recrutement de personnel sans savoir s’il va pouvoir exercer son activité ? On touche ici du doigt la déconnection de nos élites fonctionnarisées par rapport à un monde économique où la moindre erreur se paie souvent cash !

Autrement dit on marche sur la tête et l’incompréhension est totale surtout que les mesures sont prises de manière arbitraire ; certaines activités étant autorisées tandis que d’autres sont interdites sans que l’on puisse dégager un critère objectif. Dans un même supermarché, certains rayons sont ouverts tandis que d’autres situés à moins d’un mètre (dits non indispensables sans qu’on puisse dire ce qui l’est ou pas) sont fermés.

C’est un véritable assassinat économique alors que l’on sait que d’autres pays (Allemagne, suède, Corée, Taiwan) procèdent différemment avec des résultats bien meilleurs que les nôtres !

Un confinement inadapté qui mène au chaos !

Le confinement est une erreur grossière et, juste par hasard, ce sont les pays qui ont le plus confiné qui ont eu le plus de morts mais évidemment, ce n’est pas le confinement qui tue, c’est juste le non recours à d’autres solutions plus efficaces !

En fait, le confinement ne peut mener à rien puisque, dès que les gens ressortent, le virus se remet à circuler mais ça le gouvernement ne semble pas l’avoir compris et il s’entête dans des mesures de plus en plus restrictives !

Le confinement est la mesure du pauvre qui n’a que pour but de limiter l’engorgement des urgences hospitalières. Ça n’est qu’un filtre qui ne règle aucun problème de fond.

Cela n’empêche pas que le président et son premier ministre de tenir des réunions avec un conseil scientifique (dont les membres, inconnus, sont non élus), qui ne rend compte qu’aux deux premiers pour décider de tout ; tout en évinçant un parlement, représentation nationale des français, qui se trouve mis devant le fait accompli et totalement marginalisé.

Au besoin, le pouvoir n’hésite pas à instiller la peur dans la population par le biais d’une (dés)information massive par tous les médias quand ce n’est pas en manipulant carrément les statistiques !

Le rebond de l’épidémie (deuxième vague) était annoncé en avril mais n’a pas du tout été anticipé par le gouvernement qui n’a rien fait pour essayer d’améliorer la situation du secteur hospitalier. Bien pire, on a l’impression d’un chaos grandissant puisque désormais il y a des pénuries pour certains médicaments et notamment les vaccins contre la grippe saisonnière !

L’Etat d’urgence permet en outre de contourner les règles démocratiques et de maintenir un secret défense opaque sur toute l’action d’un gouvernement qui ne communique que sur ce qui l’arrange dans le cadre d’une véritable violation des règles constitutionnelles !

L’utilisation d’un langage martial et l’invocation d’une guerre par le président, guerre inexistante au demeurant puisqu’il n’y a pas d’ennemi, n’est pas de nature à justifier ces excès administratifs et cette dérive autoritaire du pouvoir.

Une révolte qui gronde

La situation est tellement grave pour certains, surtout que les aides promises n’arrivent pas, que commence à souffler le vent de la révolte même si un décret va être pris prochainement pour nous autoriser à … acheter un sapin de noël !

Ceux qui auront tout perdu n’auront plus rien à perdre et un mouvement gilets jaunes poujadiste n’est pas à exclure car qu’auront à perdre tous ces indépendants qui auront perdu le travail d’une vie, leur maison (prise par la banque pour rembourser les crédits impayés).

Il est clair que notre nomenklatura ne prend pas la  mesure du désastre qui s’annonce !

Et il ne faudra pas compter sur une croissance significative en 2021 notamment parce que la France est mal placée d’un point de vue de la législation sociale et fiscale et que l’heure est plutôt à quitter l’enfer fiscal français

La récession va être violente en 2020, d’au moins 10%, et cette vague se poursuivra en 2021 par effet de contagion car le rebond de croissance annoncé par notre sémillant Bruno Le Maire n’aura pas lieu …

Fatalement, la situation générale va se dégrader avec une envolée des dettes publiques (la dette a bondi à 120% au moins). La solvabilité budgétaire n’est plus assurée que grâce à l’émission monétaire de la BCE !

On en est arrivé à la situation à la fois incroyable et malsaine où l’Etat vit à crédit pour la moitié de ses revenus ( !?!) alors que la dépense publique va culminer à 65% du PIB.

Une arme secrète ?

Or, le gouvernement semble imperturbable et persuadé que le blocage du pays et le confinement sont LA solution dans l’attente d’un hypothétique vaccin qui fait bondir les bourses mondiales sur l’annonce de futurs résultats hypothétiques alors qu’il semblerait que, comme la grippe, le virus mute !

L’accumulation des déficits et des dettes ne semble pas plus poser de problème alors que le gouvernement sait qu’il ne pourra plus augmenter les impôts de manière significative du fait de leur niveau déjà trop élevé !

Peut-on en conclure que nos gouvernants savent quelque chose qu’on ne sait pas, y a-t-il une explication rationnelle à cette conduite que l’on peut qualifier de suicidaire ?

J’ai une explication : le machiavélisme monétaire associé au concept du too Big to Fail (trop gros pour faire faillite).

Cette stratégie vise à obtenir, de manière permanente, un financement monétaire par la BCE même si c’est au prix d’une inflation plus ou moins forte car le problème, pour l’Etat fonctionnaire, n’est évidemment pas l’inflation mais de faire face aux échéances et aux dettes !

Cette stratégie française vise donc à prendre la BCE et ses partenaires européens dans ses filets budgétaires en arrivant à un point de non-retour qui obligera la BCE à financer toujours plus les déficits et les dettes de la France qui, de toutes façons, ne pourra jamais les rembourser par l’impôt. Cela apparaît d’ailleurs pour le moins paradoxal puisque bien que la France se situe, déjà en temps normal, tout en haut de l’échelle des prélèvements fiscaux et sociaux, ces derniers n’étaient pas suffisants pour assurer le financement des dépenses courantes de l’Etat !

Une fragilité budgétaire chronique

Car la vérité inavouable est que l’Etat fonctionnaire a masqué une dégradation permanente de la situation budgétaire depuis 30 ans en compensant l’insuffisance de revenus fiscaux par l’endettement jusqu’à atteindre un point de non-retour !

Cette stratégie, évidemment à la fois cynique et très opportuniste, peut s’orienter suivant deux axes qui peuvent être complémentaires :

– une inflation plus ou moins forte qui permettrait de liquider la dette en une dizaine d’années même si c’est au prix de l’euthanasie des épargnants et des retraités.

-la liquidation de la monnaie pour effacer les dettes de manière plus rapide et plus globale.

Il faut dire que nos dirigeants fonctionnaires ont une grande habitude de ces pratiques puisque les gouvernements français, depuis au moins Philippe le bel (roi de 1285 à 1314), ont, de manière constante, fait faillite, manipulé la monnaie, procédé à des confiscations abusives pour redresser une situation totalement obérée !

L’expérience de la banque de Law (1715-1720) sous la régence, avec du papier monnaie gagé sur la compagnie des indes orientales et destiné à retrouver des marges budgétaires après la ruine consécutive au règne désastreux de Louis XIV (la dette de l’Etat représentait dix années de recettes fiscales !), a terminé par une splendide faillite avec pour conséquence une aggravation de la situation qui a conduit à la révolution !

On a renouvelé l’opération avec la banqueroute des 2/3 en 1797 lorsqu’il a fallu « effacer » l’épisode des assignats révolutionnaires. Vous pourrez noter qu’on avait déjà l’art d’utiliser des qualificatifs plus « valorisants » puisqu’on l’a appelé officiellement « consolidation du tiers » ; ce qui est un pur euphémisme puisque les deux autres tiers étaient purement et simplement annulés !

Nous avons eu aussi 17 dévaluations depuis 1914 et, dernière manipulation en date, un remplacement du franc par le nouveau franc en 1960 pour solder une nouvelle fois les dettes.

Rappelez-vous, dans les années 1970 et 1980, lorsque l’inflation « tournait » aux alentours de 15% l’an notamment en raison d’un financement des dépenses de l’Etat par la planche à billets.

Un cynisme qui paie ?

Or, l’actualité récente a montré que le cynisme français a parfaitement fonctionné puisque, même les allemands, pris dans le tourbillon d’un début d’épidémie dont on ne pouvait prévoir l’issue, ont accepté les solutions macronistes de la planche à billet et de la dette généralisée.

Le coté paradoxal de la chose est que, malgré cette émission monétaire massive, l’inflation ne repart pas ; ce qui tend à valider les options, pourtant néfastes, des dirigeants français qui pensent que l’on peut pousser les choses beaucoup plus loin jusqu’au moment où il faudra … liquider l’€ !

C’est bien vu mais il y a un défaut dans ce raisonnement : l’€ est une monnaie commune et rien d’autre et certains pays s’en sortent mieux que les autres. Or, l’absence d’inflation est lié à l’effet de masse de l’€ car, si nous avions gardé le franc en tant que monnaie, jamais l’Etat fonctionnaire n’aurait pu se lancer dans une pareille « politique » d’expansion monétaire sans provoquer à la fois une forte inflation et une terrible spéculation monétaire !

En fait ce sont toujours les mêmes qui s’en sortent et toujours les mêmes qui aggravent une situation déjà catastrophique (France, Italie, Espagne …) et c’est encore vrai pour les conséquences attribuées au Covid alors qu’elles sont essentiellement dues aux décisions de l’administration !

Le problème est que les Etats du nord veilleront à ce que les émissions monétaires de la BCE prennent fin parce que cette stratégie inflationniste et de liquidation de la monnaie finit toujours par déstabiliser les économies. Cela veut donc dire que ce que veut la France n’est pas forcément ce que veulent les autres.

Mais la nomenklatura française n’est pas dans cet état d’esprit puisque son but est de durer quoiqu’il en coute … aux autres et parce qu’elle sait que tant qu’elle tient les rênes du pouvoir elle aura toujours les revenus suffisants pour vivre confortablement ; quelle que soit la monnaie ou la valeur de cette monnaie !

Il suffit juste d’atteindre le point de non-retour qui permettra de se livrer ensuite au chantage permanent pour parvenir à ses fins : « si je saute vous sautez avec moi » car il faudra absolument empêcher une future augmentation des taux d’intérêts à laquelle la France ne pourrait absolument pas faire face !

Cela veut dire qu’il faudra absolument empêcher le retour de la BCE à une politique monétaire normale ; laquelle signifierait une crise de la dette française absolument insurmontable et mettrait au grand jour la réalité d’une dégradation dramatique des finances publiques !

Il suffit de se rappeler qu’avant l’épisode du Covid la France était sous le coup de sanctions pour dépassement permanent des plafonds de dette et de déficit budgétaire rapportés au PIB ; sans aucune suite de la part de Bruxelles notamment parce que les intérêts politiques passent avant la lettre des traités signés qui, dès lors, sont allègrement jetés aux oubliettes !

Ce n’est ni plus ni moins que du chantage mais il n’est pas dit qu’il puisse payer car il faut aussi être conscients que nos partenaires voient clairement dans le jeu français ; ce qui peut expliquer que l’on commence à paniquer quelque peu dans les hautes sphères de l’administration européenne.

Reste donc à savoir si nos partenaires de l’Union Européenne se laisseront faire alors que la Pologne et la Hongrie viennent justement de stopper net le fameux plan de relance massive basé sur l’endettement adopté à l’initiative de Macron … grâce aux pressions complaisantes exercées par les allemands …

Bien cordialement à tous !

Licence de publication : la reproduction de cet article n’est autorisée qu’à la condition de le reprendre en totalité, d’un rappeler l’auteur et le site originel de publication.

 

 

 

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Navigateur, né en 1958, après un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis devenu Conseil Juridique, spécialisé en droit des affaires et fiscalité. L'Etat ayant décidé l'absorption des Conseils juridiques par les avocats, j'ai poursuivi mon activité en tant qu'avocat en droit fiscal et droit des sociétés spécialisé ... en divorces ; jusqu'à ce que je sois excèdé par les difficultés mises à l'exercice de mon activité professionnelle. J'ai démissionné du Barreau en 1998 et partage désormais ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, soucieux du respect des libertés individuelles, je suis un libertarien qui déteste l'Etat et son administration tentaculaire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (10 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

5 réflexions au sujet de « Une inexorable fuite en avant »

  1. L’apothéose se trouve dans la toute nouvelle théorie moderne de la Monnaie (MMT). Bruno Le Maire doit avoir été touché par cette grace de production d’argent qu’on ne remboursera pas, qui ne nécessite pas d’impôts nouveaux et qui relancera l’économie, sauf qu’il n’a toujours pas lu F. Bastiat et surtout qu’il ne connait pas les valeurs travail et investissement. Les USA, enfin la gauche démocrate a été aussi touché par cette grâce MMT.
    Bon re-con-finement à tous, pendant ce temps vous faites des économies qu’à la condition d’être riches pour payer vos futurs impôts, faites quand même attention à la monnaie dans laquelle vous conservez cette épargne-de-riche-impôts

  2. Tout est passionnant…mais tout est fait exprès. Cela me fait de la peine d’expliquer que Macron a une feuille de route à tenir. Ne voyez-vous pas les mines réjouies de Salomon ou Attali dès que la France capote? Ne savez-vous pas que le BREVET du test PCR a été déposé en octobre 2015?

    1. Je suppose que vous faites allusion au “nouvel ordre mondial” et au Great Reset préconisé par l’organisateur du Forum de Davos.

      Mais il ne faut pas y voir autre chose qu’un projet (plus ou moins fumeux) de nouvelle société comme il en a toujours existé …

      “Macron a une feuille de route …” vous pourriez préciser ?

  3. Quand on constate qu’il a fallu une loi pour pouvoir acheter un sapin, le ridicule ne tue plus.
    Rappel de Cette Analyse qui date de 1920 = Elle provient de la Philosophe Russe et Américaine Ayn Rand ( une juive fugitive lors de la révolution Russe qui a débarqué aux USA dans les années 20) et nous montre une vision des choses en tout état de cause :
    Quand vous vous rendez compte que pour produire , vous avez besoin de l’autorisation de quelqu’un qui ne produit rien…..
    Quand vous vous rendez compte que l’argent , c’est pour ceux qui font des affaires non pas avec des biens mais avec des faveurs…..
    Quand vous vous rendez compte que beaucoup sont devenus riches avec des pots-de-vin et une influence plus que pour leur travail , et que la loi ne nous protège pas de ces individus , mais quelle les protège à eux……
    Quand vous vous rendez compte que la corruption est récompensée et que l’honnêteté mène au sacrifice de soi-même……
    Alors vous pouvez dire , sans avoir peur de vous tromper , que la société est condamnée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *