Ah Bercy….ce cadre enchanteur….

Jeudi 10 Octobre, c’était le deuxième Jeudi du mois. A 18H, j’étais sur le parvis de Bercy. Il faisait un froid de canard, pour la saison. Nous aurons l’occasion de subir bien pire cet hiver.

A l’intérieur, bien au chaud, les prêtres de la charité, qui, bien ordonnée, commence par eux-mêmes et leurs affidés. Les champions de la redistribution qui prennent aux responsables pour donner aux irresponsables.

Il y avait foule. Une augmentation de 200% de la participation, nous sommes en effet passés de 3 à 9. Mais ce n’est qu’un début.

Sur 60 millions de français, la moitié paie l’impôt, soit 30 millions. Pour un tiers de ceux-là l’addition est salée, parfaitement injuste, ce sont eux les moteurs du pays, eux que l’on massacre.

Ce tiers, 10 millions de français, impossible de le faire venir sur le parvis de Bercy, ça ne rentre pas. Il va donc falloir, sans doute très rapidement, organiser des rotations pour que chacun puisse venir se recueillir sur les lieux de la disparition de son énergie, de ses économies, de sa vie. Raisonnablement, il sera difficile d’être plus de 100.000, à peine 1/100ème des personnes concernées. On verra ….

En attendant, il y avait encore un journaliste sur place, Jean Robin rédacteur d’Enquête et Débat, voici la vidéo qu’il a pu faire, remercions le sincèrement et souhaitons que cette vidéo soit reprise et vue par le plus grand nombre, elle permet de comprendre le sens de notre démarche   link

Au Jeudi 14 Novembre, n’oubliez pas votre marguerite.
Bien cordialement. H. Dumas
Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Votez pour cet article)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *