Bercy, fief du totalitarisme

Hannah Arendt a écrit ceci :

« Ce dont a besoin le pouvoir totalitaire pour guider la conduite de ses sujets, c’est d’une préparation qui rende chacun d’eux apte à jouer aussi bien le rôle de bourreau que celui de victime. Cette préparation, à deux faces, substitut d’un principe d’action, est l’idéologie. »

Plus loin, elle définit ce que sont les idéologies, puis leurs conséquences : « Les idéologies ne s’intéressent jamais au miracle de l’être. Elles sont historiques, concernées par le devenir et le disparaître. »

Enfin, elle développe les trois usages de l’idéologie au service du totalitarisme.

Le premier :

« La prétention de tout expliquer promet d’expliquer tous les évènements historiques, promet l’explication totale du passé, la connaissance totale du présent, et la prévision certaine de l’avenir ».

Le deuxième :

« Elle s’affranchit de toute expérience, dont elle ne peut rien apprendre de nouveau… dès lors, elle s’émancipe de la réalité que nous percevons au moyen de nos cinq sens, et affirme l’existence d’une réalité « plus vraie ». Elle seule nous permettrait de voir cette réalité que notre aveuglement, sans son aide, nous dissimule.

Le troisième :

« Le penser idéologique ordonne les faits en une procédure absolument logique, qui part d’une prémisse tenue pour axiome et en déduit tout le reste ». Inutile donc de faire appel au processus cohérant de l’argumentation ou de la réflexion personnelle pour comprendre les environnements humains, l’idéologie a réponse à tout.

Je suis preneur

Ce schéma me convient parfaitement, son déroulement est pour moi tout à fait limpide. L’idéologie explique tout, refuse tout contraire et applique à chaque évènement ou situation sa propre logique qui s’affine au fil du temps.

Cette logique est d’une telle puissance que, pour finir, l’individu n’a pas d’autre solution, même au niveau de son propre cerveau, de son « être » profond, que d’être fidèle ou dissident.

Face à la folie totalitaire l’homme est amené, soit à trahir son âme en suivant l’idéologie, soit à trahir le groupe en refusant l’idéologie. Dans tous les cas il trahit, il est donc bien à la fois victime et bourreau, quelle que soit sa posture.

L’erreur d’Annah Arendt

Enfin, là, j’exagère un peu. Mes compétences ne me permettent pas de diagnostiquer une erreur, j’espère que l’on voudra bien me pardonner cette tête de chapitre, que je trouve intellectuellement « cossue ».

Dans son livre sur le système totalitaire, elle limite sa réflexion à Staline et Hitler, cela laisse présupposer que le totalitarisme s’empare de la globalité de la société. J’en ai déduit, peut-être à tort, qu’elle adhère à l’idée que le totalitarisme ne peut pas être partiel et ne peut pas affecter une démocratie.

Je pense objectivement le contraire.

La démocratie n’est pas une garantie contre le totalitarisme, puisque c’est en réalité les pleins pouvoirs donnés à la majorité, donc la soumission totale pour la ou les minorités qui vont dépendre de cette majorité au risque totalitaire avéré.

Mais, au-delà de l’aspect purement politique des faiblesses de la démocratie contre le totalitarisme, il peut arriver que, sur un point précis, s’installe une idéologie, une croyance devenant totalitaire, à l’intérieur même de la démocratie, qu’elle ne peut pas contenir.

Il en est ainsi de la fiscalité, de Bercy.

A partir d’une idée simple, pour ne pas dire simpliste, qui est la suivante : « l’impôt est l’outil de la justice sociale », une idéologie fiscale s’est emparée de la France.

Cette idéologie correspond parfaitement aux trois conditions déclinées par Hannah Arendt : Elle explique tout, elle refuse tout autre hypothèse de société, tout autre expérience, elle a élaboré, à partir de cette prémisse, une logique implacable que l’on ne peut qu’accepter ou frauder. Dans le premier cas l’on est détruit, dans le deuxième aussi. Tous les contribuables, tous les français sont à la fois victimes et bourreaux, tous sous la coupe de Bercy.

Voilà donc où nous en sommes.

Esclaves d’une idéologie fiscale totalitaire, nous sommes, chacun de nous, isolés par rapport aux autres, contraints d’accepter cette idéologie et de participer au pillage des autres, ou de nous révolter et d’apparaître alors comme des fraudeurs.

Nous ne pouvons plus communiquer les uns les autres, ignorant la posture de nos interlocuteurs par rapport à l’idéologie, posture susceptible de changer au fil des situations matérielles ou psychologiques de chacun.

Alors, ne venez pas me dire que l’impôt est le lien social. Bas les masques, l’impôt est l’obstacle principal au lien social, il est la mèche de l’explosion sociale qui nous attend.

Jamais plus qu’aujourd’hui la France n’aura été au bord de la rupture d’identité collective. Ne vous trompez pas, réfléchissez par vous-même, détectez l’idéologie totalitaire de Bercy sous la propagande gouvernementale globale. Décortiquez les salades vendues par Bercy pour nous dominer de façon totalitaire, nous dresser absurdement les uns contre les autres, nous isoler.

Essayer de contrer cette fatalité ? Ce n’est pas si con ni si fou que ça.

Venez vous recueillir devant Bercy, prier au Dieu en qui vous croyez, quel qu’il soit, même s’il se nomme simplement l’homme. C’est tous les deuxièmes Jeudi du mois, amenez votre salade.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *