Ce qu’il fallait démontrer

L’extrait ci-dessous est repris d’un livre que vous reconnaîtrez, j’ai changé quatre mots vous les détecterez.

« Il faudra vous habituer à vivre sans obtenir de résultats et sans espoir. Vous travaillerez un bout de temps, vous paierez l’impôt, vous serez redressés et vous mourrez. Ce sont les seuls résultats que vous verrez jamais. Il n’y a aucune possibilité pour qu’un changement perceptible ait lieu pendant la durée de notre existence. Nous sommes des morts. Notre seule vie réelle est dans l’avenir. Nous prendrons part à cet avenir sous forme de poignées de poussières et d’esquilles d’os. Mais à quelle distance de nous peut être ce futur, il est impossible de le savoir. Ce peut être un millier d’années. Actuellement rien n’est possible, sauf d’étendre petit à petit la surface du jugement sain. Nous ne pouvons agir de concert. Nous pouvons seulement diffuser nos connaissances d’individu à individu, de génération en génération. En face de Bercy, il n’y a pas d’autre voie. »

Si vous avez trouvé, vous gagnez…. ma sympathie, je ne peux donner plus, je reconnais que c’est bien peu.

Une occasion se présente « d’étendre la surface du jugement sain ».

Les hommes de l’Etat — qui prétendent œuvrer pour les plus humbles — sont en train de contraindre les échanges gratuits sur le net, échanges qui pourtant sont majoritairement utilisés justement par les plus humbles.

D’aucuns pensent qu’il s’agirait d’une pression exercée par le corporatisme de certaines professions. Je n’y crois pas. Il y a bien longtemps qu’un individualisme forcené, irrespectueux du groupe quel qu’il soit, interdit tout corporatisme. De ce côté-là au moins nous sommes tranquilles. Cela n’exclut pas les ententes, les connivences et autres malhonnêtetés, engendrées par la cupidité qui tient lieu de religion économique, au mépris de tout honneur et de toute éthique.

Non, la démarche de nos politiques castreurs n’a qu’un motif : l’impôt, qu’un ordonnateur : Bercy.

C’est cela qui est formidable, c’est une sacrée bonne nouvelle.

Je m’explique.

Il y a des années que des hommes de qualité, tel que par exemple Pascal Salin, expliquent que l’impôt — qui est une charge — ne peut être, finalement, payé que par le consommateur du fait que les entreprises, qui ne peuvent pas travailler à perte sauf à faire faillite, sont amenées à l’inclure, quel qu’il soit, dans leur prix de vente.

Dans le même temps, Bercy prétend que l’impôt est payé par les riches, que les plus humbles en sont dispensés et que, de cette façon, ils accèdent à toutes sortes de services gratuitement.

Relayée par la presse et les partis politiques, la pensée « Bercyenne », devenue propagande nationale, s’imposait jusqu’à ce jour à tous les français, et même plus loin puisque le Pape lui-même y adhère.

Quand patatras

Les véritables contribuables — les français les plus humbles, ceux qui se réjouissent de l’emblématique fiscalité soi-disant réservée aux riches — par le plus grand des hasards — la survenance d’internet et des services qu’il peut procurer – échappent à l’impôt et se précipitent avec délectation sur le net. Sans même avoir conscience d’où vient leur plaisir, qui se résume ainsi : ils échappent à l’impôt.

Les payeurs finaux ne payent plus.

Panique au pays des escrocs. Sénateurs et activistes de la ponction fiscale sont en alerte. Bercy leur ordonne de mettre de l’ordre.

Echanger sur le net pour le petit peuple, certes, mais en payant alors l’impôt.

La vérité apparait toute nue, ce sont bien les français les plus humbles qui doivent payer l’impôt. Sauf, qu’aujourd’hui, par manque d’organisation, les entreprises du net ont omis de cacher cette évidence, omis de récolter l’impôt sur le dos des humbles, en faisant ensuite croire que ce sont elles, les riches, qui le paient.

Pas content Bercy. Grosse colère.

Peut-on imaginer profiter de cette colère pour expliquer aux français à quel point ils sont rincés par Bercy ? Eux et pas ces hypothétiques milliardaires que l’on prétend faire payer à leur place. Vaste fumisterie et jeu de glaces.

Peut-on espérer qu’ils vont ouvrir les yeux sur l’escroquerie qui les tue ?

Qu’ils vont enfin comprendre que les hommes de l’Etat ne veulent pas leur bonheur mais leur argent, que moins d’Etat serait synonyme pour eux de plus d’argent personnel, de plus de liberté pour l’utiliser à leur guise. C.Q.F.D.

Le temps est compté pour cette démonstration

La connivence entre les entreprises du net et Bercy est pour tout à l’heure. Celles-ci, comme avant, vont rapidement collecter l’impôt pour l’Etat. Le plaisir commercial du net sera largement moindre, mais qui se révoltera ?

Peut-être ceux qui auront compris, alors expliquons, expliquons, vite.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

3 réflexions au sujet de « Ce qu’il fallait démontrer »

  1. Les Echos ont publié ce mardi 22 septembre 2015 (page 3) sous le titre « Hauts revenus: le rendement de la surtaxe Sarkozy chute » (reporter ce titre dans le fenêtre Google pour lire l’article)
    En résumé, ce grand méchant de riche avait créé avec son compère Fillon une surtaxe pour les titulaires de hauts revenus (ça fait très socialiste n’est-ce pas?) en 2011. Elle consistait donc en une augmentation de l’impôt de 3 % pour les revenus compris entre 250 000 et 500 000 et de 4 % au-delà. Cette surtaxe temporaire, comme toutes les autres, est donc devenue pérenne. Cependant la loi de Laffer « l’impôt tue l’impôt » et ainsi les heureux gagnants sont au nombre de 24 773 à avoir payés cette surtaxe en 2014, soit 16 % de moins que l’année précédente. Hollande est aussi passé par là avec une nouvelle tranche à 45 % et une autre à 75 %. Bercy nous a aussi appris qu’il y a eu entre 2013 et 2014 une hausse de 40 % des titulaires de hauts revenus et/ou patrimoines qui avaient quitté la France. Conclusion Laffer a encore frappé. Mais comme 65 millions de Français sont conditionnés au « ce n’est pas moi qui paye, c’est normal se sont les riches », alors, c’est comme en mathématique, le résultat est là.

  2. Bonsoir je ressents tout ce que vous ecrivez. J ai l impression que le citoyen a
    été de toujours conditionné pour obéir. payer l impôt effectivement se laisser
    confisquer le pouvoir par ceux qu il a élus sans même s apercevoir que c est
    un marche de dupes. Je suis toujours surprise lorsque je discute avec quelqu un
    de constater un certain nombre de phrases qui reviennent sans cesse quel que
    soit le niveau de mon interlocuteur du type « vous croyez? » « Oui, mais c est comme
    ça  » « nous ne changerons rien » etc etc et je dois dire qu avec ma réactivité et
    tout ce que je viens de vivre je me dis qu avec certains c est peine perdue mais
    il suffit que parfois je rencontre un individu différent pour que cela renforce
    mon désir de faire changer les choses….. Si nous étions plus nombreux a imaginer
    un autre système de gouvernance que cette 5 e R et constitution de 58 qui valait
    Pour le général mais plus pour nous aujourd’hui je crois cependant que certains
    attendent un changement mais toujours avec un manque d improvisation et
    D imagination pour envisager une autre forme de gouvernance et c est cela qui
    Me dérange ce manque de fertilité intellectuelle pour proposer autre chose
    Et autrement. Peut être le conseil national de transition qui a eu l audace d envisager un autre type de pouvoir avec democratie participative peut faire
    naître de nouvelles idées ou les citoyens seraient plus concernes par la vie et
    la Renaissance de la France. Alors Bercy et sans oublier les tribunaux de commerce qui continuent de me faire souffrir seraient anéantis. Car je ne peux
    pas supporter que la vie de chacun d entre nous qui devrait nous appartenir soit
    ainsi a la merci d une poignée d élus ou de fonctionnaires prêts a nous enterrer
    vivants car cette partie de notre société a les armes pour nous détruire et nous
    tuer?? Mais effectivement nous le voulons bien inconsciemment conditionnés
    par cette caste alors nous le voulons ou nous ne pouvons faire autrement? J ai
    cru a une certaine époque que certaines théories allaient entraîner une évolution
    et inciter la population a réagir mais comme en France on peut encore se nourrir
    J ai constate que tout est retombé comme un soufflet! Alors qui viendra réveiller
    Et vers qui pourrons nous aller pour pouvoir modifier les choses vu les pressions
    exercées beaucoup de citoyens ne bougent pas je crois qu ils souffrent ou qu ils
    ont peur car je vis moi-même une impression de fragilité dans un régime qui
    n arrête pas de parler de liberté mais qui devient de plus en plus dictatorial donc
    cela fait régner un terrorisme intellectuel. Les citoyens se posent la question,de
    savoir si l on a le droit de dire dans ce pays ???? A tel point que si je rencontre
    une connaissance celle- ci se penche vers moi afin de murmurer ce qu elle voulait
    me dire. ??!!! C est grave ! Ce système coercitif est difficilement supportable.
    Cela me paraît toujours très surprenant de constater que nous avons peur
    moi comme les autres nous attendons le providentiel et c est une chose terrible
    Car nous sommes tellement asservis par les systèmes que l on ne peut même plus
    Se révolter ??!! C est bien la que notre liberté est amputée.

  3. Rappel d’Une réflexion non exempte de critiques que je soumets à votre sagacité : La réalité de la mauvaise gestion de la France , ce ne sont pas les niveaux de salaires et le smic en particulier qui en sont la cause. Des % et des chiffres qui parlent = La masse d’impôts de taxes en France que payent les entreprises est de 300 milliards d’€ . Et en Allemagne seulement 200 milliards d’€ alors qu’ils ont plus d’entreprises et que la population est de 80 millions d’Habitants. Il sera donc impossible de corriger cela à la France d’autant que d’autres taxes et impôts, comme l’écotaxe vont augmenter le niveau des impôts et taxes . En fait ce ne sont pas les salaires qui sont en cause dans les difficultés de la France mais les charges qui pèsent sur les entreprises et les TPE-PME innovantes en particuliers. Par exemple La France à 90 fonctionnaires pour 1000 habitants et l’Allemagne 50 pour 1000 habitants . Mais dans des secteurs importants comme la justice l’Allemagne a 3 fois plus de fonctionnaires. Donc ce que cherche à faire les Elus qui dirigent La France c’est de faire baisser les salaires du privé , pour rendre compétitives les entreprises avec la complicité des Grands groupes. Le chômage est donc en effet une variable d’ajustement de cette politique qui fait baisser les salaires du secteur privé.
    La France serait le paradis des fonctionnaires suivant Charles Gave et Christian Saint Etienne=
    http://www.youtube.com/watch?v=XsE-yYKSOwk&sns=fb

    Bien cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *