De la transition écologique à la transition fiscale

En dépit des calculs du pouvoir, le mouvement des gilets jaunes continue et le gouvernement ne sait plus comment faire pour juguler ce qui devient une véritable révolte.

La situation est évidemment complètement déséquilibrée puisque les gilets jaunes ne sont pas organisés, n’ont pas de représentants, n’ont pas de médias à leur disposition autre que les images diffusées par le biais des réseaux sociaux et font face à un Etat qui utilise tous les moyens pour les contenir (police, gendarmerie, gardes mobiles) et les discréditer (médias) …

Le paradoxe est que le mouvement reste extrêmement populaire (82% d’opinions favorables) tandis que le pouvoir, malgré tous ses moyens, reste complètement isolé et est de plus en plus impopulaire.

On sait qu’on ne peut sortir de l’ambiguïté qu’à son détriment et les évènements récents dissipent effectivement l’ambiguïté ayant entouré l’élection d’E. Macron ; élection à l’occasion de laquelle il a fait croire aux électeurs de droite qu’il était de droite et aux électeurs de gauche qu’il était de gauche. Il est peu probable qu’il puisse renouveler en 2022 sa supercherie de 2017.

Sa grande erreur a été de ne pas, dès le départ, baisser les dépenses publiques et de ne pas réduire le périmètre de l’Etat ainsi que les prélèvements obligatoires. Il a préféré s’enfermer dans un discours incohérent visant à faire croire qu’il allait satisfaire tout le monde par le biais d’une politique de réformes effrénées alors qu’il ne s’est agi au mieux que de rabotages tous azimuts et du maintien du statu quo !

Il était pourtant bien placé, en tant qu’ancien ministre des finances, pour connaître précisément la situation de la France …

Le véritable vice de la politique d’E. Macron est donc qu’il a beaucoup promis alors que la réalité se résume exclusivement au fait qu’il ne peut pas baisser les impôts s’il ne diminue pas les dépenses publiques ; lesquelles, malgré des affirmations rassurantes, continuent à augmenter !

Les gouvernants ont pris l’habitude de ces tours de passe-passe budgétaires (la Cour des comptes avait fustigé le dernier budget de l’équipe Hollande qualifié d’insincère) destinés à camoufler une réalité qui pourrait nuire à leurs prébendes ! Le gouvernement vise seulement à ne pas dépasser les 3% de déficit pour être « dans les clous » vis-à-vis de Bruxelles !

E. Macron prétendait engager une politique économique permettant de replacer la France dans la compétitivité économique mondiale. On a donc bien vu comment :

– il n’a absolument pas réformé la SNCF, ce monstre administratif ingérable et inefficace,

– il n’a pas réformé le marché du travail ; toujours aussi rigide !

– il n’a absolument pas réduit le nombre des fonctionnaires dont on sait pourtant qu’ils représentent une charge excessive pour le reste de la population ….il s’y était pourtant engagé à hauteur de 120.000 ! (On en est péniblement à 6.000 sur deux ans).

– il n’a absolument rien fait pour permettre aux entreprises d’exercer librement leur activité ; bien au contraire la fameuse loi PACTE, qui doit « révolutionner » le monde de l’entreprise, n’est qu’un ramassis de dispositions coercitives, incohérentes et anti économiques !

– il n’a rien fait concernant l’éducation nationale alors que le niveau d’instruction des enfants ne cesse de reculer ….

Seulement, brandir le spectre de la fin du monde n’a pas l’air suffisant, désormais, pour obtenir la soumission des français à la spoliation fiscale !

Il faut dire que le moral des français est en chute libre, ce qui peut justifier un certain énervement, et le début de l’année 2019 risque d’être particulièrement difficile avec des nouveautés extrêmement désagréables, à savoir :

– le prélèvement à la source, (ici)

– la forte augmentation du prix du carburant, (ici)

– le durcissement du contrôle technique. (ici)

– et ce, sans compter l’évolution des prix de l’électricité et du gaz (+ 16,4 % sur l’année 2018).

Par ailleurs, on nous explique qu’il faut sortir de l’économie carbonée mais … juste pour les voitures alors qu’on sait que l’essentiel de la pollution provient du chauffage.

La stigmatisation du diesel, et de la voiture en général, apparaît donc tout à fait excessive et il n’y a aucune raison, autre qu’idéologique, pour provoquer l’obsolescence forcée de voitures en parfait état de fonctionnement ; et c’est la même chose lorsqu’il s’agit de stopper des centrales nucléaires en parfait état fournissant un courant stable et bon marché pour les remplacer par des ENR aléatoires dont il faudra payer le prix (investissement) et l’électricité (3 fois plus chère).

Il faut aussi rappeler qu’à l’échelle de la planète, eu égard à une population de 65 millions sur 7 milliards de personnes, l’influence française sur le climat s’élève à moins de 1% ; c’est à dire à … rien ou presque.

Tout cela est tout simplement écologiquement incohérent et ne justifie en aucun cas de jeter par les fenêtres des dizaines de milliards € pour, prétendument, sauver la planète ; tout comme il est ridicule de culpabiliser la population et de lui demander de respecter des règles inutilement contraignantes alors que la France, du fait de ses centrales nucléaires, est l’un des pays les vertueux écologiquement. (ici)

C’est juste la destruction inutile d’un capital accumulé ; autrement dit un gaspillage. Mais il ne faut pas oublier non plus que l’Etat touche sa dîme sur chaque voiture neuve vendue …

Le pot au roses quant à cette « politique écologique » a été dévoilé dans l’émission de la chaîne Public Sénat « on va plus loin » diffusée jeudi 29 novembre à 18 h 30. (ici) Lorsque vous la visionner, vous verrez qu’à 22 ‘ 50 il est dit que « Ces baisses de prélèvements seront partiellement contrebalancées par la poursuite de la montée en puissance de la fiscalité sur le tabac et de la fiscalité écologique. »

Il apparaît donc évident que les buts de la fiscalité énergétique ne sont pas ceux affirmés par le gouvernement et qu’elle a bien pour objectif de récupérer la réduction de la taxe d’habitation promise un peu légèrement aux élections pour appâter l’électeur, la bascule des cotisations sociales/CSG et la transformation du CICE en allègement de charges ; et que les sommes seront affectées au budget général ! Comme le rappelle le rapporteur de la commission des Finances du Sénat : «cette fiscalité dite écologique a essentiellement un objectif de rendement ».

Il faut tout de même savoir que ces taxes, actuellement de 5 milliards par an, vont passer à 7 puis à 8 milliards par an et que, d’ici 2022, c’est 17Md€ de fiscalité en plus que les ménages vont devoir supporter ; ce que l’on peut à juste titre appeler un Everest fiscal !

Evidemment, on ne peut voir aucun bénéfice à propos d’une réforme visant à assassiner fiscalement le français moyen avec des taxes appliquées sur des dépenses contraintes ; même si on promet ensuite un « chèque énergie » pour faire passer la pilule (dont on sait qu’il s’agit seulement de rendre aux Français une fraction infime de ce qu’on vient de leur voler).

E. Macron ne veut pas avoir l’air de reculer ou de se renier ; il s’entête alors que gouverner c’est non seulement prévoir mais aussi comprendre, réfléchir et s’adapter !

Visiblement, il ne comprend pas et, sous l’influence de ses mauvais conseillers, sa seule réponse a été de créer un haut comité pour l’écologie ; autrement dit un nouveau machin inutile, inefficace et coûteux ! Par ailleurs, le coté arrogant, méprisant, manichéen et narcissique du discours d’E Macron n’a échappé à personne : « moi ou le chaos, moi ou l’extrême droite et les populistes, moi ou la fin du monde » !

Pour le reste, j’ai vu un président de la République claquemuré dans son palais protégé par des forces de l’ordre en grand nombre et j’ai entendu les hésitations verbales d’un premier ministre visiblement pas convaincu alors qu’il devait, sur ordre, rencontrer les gilets jaunes auxquels il n’avait manifestement absolument rien à dire !

E. Macron donne le spectacle typique du haut fonctionnaire qui, du haut de sa tour d’ivoire, regarde d’un air à la fois distant et méprisant ce petit peuple, qui n’est rien, et qui est censé lui obéir !

Seulement, la seule vérité est que la situation de la France est de plus en plus fragile et que le pouvoir a de plus en plus de mal à dissimuler la situation ; ce qui le conduit à appliquer une fiscalité de moins en moins indolore !

Le pouvoir est en fait pris au piège de 40 ans de dépenses inconsidérées et de gonflement de l’Etat administratif. On semble désormais être arrivé au bout de ce chemin et on sait, qu’un jour, il faudra crever la baudruche administrative !

Les français ont enfin compris l’hypocrisie du système et que la transition écologique était essentiellement une supercherie et, avant tout, une transition fiscale de leurs revenus et de leur patrimoine de leurs poches vers les poches de l’Etat sous couvert d’arguments écologiques plus ou moins faux à propos d’un futur plus ou moins hypothétique !

Il était temps qu’ils se rendent compte de la tromperie des élites ; même s’il apparaît peu probable que les insurgés fiscaux, qui se sont appelés eux-mêmes gilets jaunes, puissent obtenir quelque gain que ce soit.

E. Macron semble pour l’instant refuser de reculer et certains lui « proposent » de dissoudre l’Assemblée Nationale ; ce qu’il ne fera évidemment pas pour la très simple raison qu’il serait désavoué par les électeurs et que ses députés « en marche » perdraient leurs sièges pour la grande partie d’entre eux !

On touche d’ailleurs là au vice fondamental de la Vème république : Un président inamovible et irresponsable qui peut se maintenir dans sa fonction malgré le désaveu populaire (ici).

Reste à savoir si le pouvoir arrivera à prendre la mesure de l’exaspération des français et, s’il recule, quelles solutions il va trouver ; c’est-à-dire, en fin de compte, sur qui il va tenter de transférer le montant des impôts qu’une partie des français refuse désormais de payer ?

Bien cordialement à tous !

 

 

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Né en 1958, titulaire d’un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis un ancien avocat fiscaliste et partage ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, intransigeant sur les libertés individuelles, j’ai un ennemi : l’étatisme rampant qui détruit le tissus économique et social.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

5 réflexions au sujet de « De la transition écologique à la transition fiscale »

  1. Les Politiques continuent à dépenser sans compter , ils ne veulent pas réduire non seulement les privilèges mais les déficits. Trop de gabegie pas la peine de vous les rappeler..
    Concernant les carburants, Il faut faire comme en SUEDE , ils ont augmenté les taxes sur les carburants mais en même temps les Politiques suédois plus réfléchis ont baissé les impôts du même montant en faisant des économies dans le fonctionnement de l’ETAT SUEDOIS .
    TRIBUNE le Point. Englué dans le conflit des Gilets jaunes, le président doit donner un grand coup de pied dans la fourmilière des dépenses, préconise Thierry Consigny*. Cliquez pour lire la suite =
    https://www.lepoint.fr/debats/macron-peut-il-sauver-macron-et-la-republique-30-11-2018-2275506_2.php

  2. Que voilà un sujet intéressant cette réduction des dépenses de l’Etat….
    On en parle depuis si longtemps sans jamais vraiment la réaliser! …
    .Quand on sait que le Budget ANNUEL de l’Elysée ne représente qu’une seule JOURNEE d’intérêt de notre dette ….on mesure mieux le chemin a parcourir pour ramener notre endettement à un niveau acceptable..
    Nous empruntons chaque mois pour boucher les trous..provoqués par l’excès de dépenses…..un véritable tonneau des Danaïdes!
    L’Etat s’octroie illégalement un droit,qui est refusé aux citoyens.Le fait du Prince.!
    Au train ou nous allons la banque route étatique peut un jour arriver….et alors là bonjour les gros dégâts…..
    Nous serons les nouveaux Grecs sans doute.
    « Laissons un monde propre a ceux qui vont nous suivre et tout de suite.nous ne pouvons pas leur laisse cette charge (et ce risque écologique) »…voilà ce que vient de déclarer un ministre, et pas n’importe lequel , pour justifier le joug fiscal..
    .Oui mais la dette colossale du pays qui devra la régler sinon eux?
    Les taxes futures risquent d’être insuffisantes ,sauf a presser le citron jusqu’à la dernière goutte, et s’endetter un maximum, pour financer cette transition pharaonique…mais de cela personne n’en parle vraiment ..sauf EDF qui s’inquiète sérieusement du coût des fermetures des réacteurs….pour commencer…
    On devine pourquoi.
    La refonte de la fiscalité est une tâche immense mais absolument nécessaire,tout comme l’impôt l’est aussi ,mais justement réparti….n’en déplaise notamment à certains gilets jaunes…et à d’autres également.
    Et pour rendre cette répartition juste et équitable … il faut diminuer le train de vie de l’Etat…..sinon aucune promesse ne pourra être tenue réellement.
    Le budget doit revenir à l’équilibre dans un premier temps puis en excédent en suite pour alléger la fiscalité… ce qui suppose un régime amaigrissant des dépenses .;d’autres pays le font ce régime.. ou l’on fait. avec succès.
    Cela se fera avec du temps c’est évident mais amorcer la pompe devient très urgent….les probabilité de réussite jouent contre nous avec le temps qui passe sans actions véritables.Il est urgent de commencer….
    Le plus délicat c’est de trouver les hommes capables de mener cette tâche à bien…..sans arrière pensées politiques et avec le seul souci du bien commun…..
    Je suis sans doute un idéaliste ou pire un doux rêveur…mais si l’on veut recomposer une république qui soit viable il faudra en passer par là…….et faire en sus quelques modifications importantes de notre constitution….qui dérive de plus en plus au fil du temps… voire la refondre complètement.
    Le pouvoir des uns écrasant les autres sous des lois,des impôts,des restrictions de liberté,des ambitions personnelles ….ne fonctionne qu’un temps … et… ça finit toujours très mal
    L’histoire nous l’apprend.
    Un peu de bons sens .. ne commettons pas les mêmes erreurs.!

  3. Excellente analyse…et les français,ceux qui gardent leur lucidité,se rendent bien compte que les taxes dits écologiques pour » sauver la planète » sont en fait un moyen de renflouer un budget très difficile à boucler sans dérapage ce qui irriterait fortement Bruxelles…
    Depuis très longtemps les différents gouvernements ont pris les citoyens pour des machines à cash…La constante de ces élections successives
    sont les moultes promesses faites pour être élu..et abandonnées en rase campagne ensuite..sans vergogne. On lâche peu mais on demande de plus en plus…s
    Et les citoyens d’espérer,encore et toujours, qu’au prochain scrutin ils vont’être entendus..ils ne l’ont quasiment jamais été ni par la droite ,ni par la gauche….
    Une certaine catégorie aisée a toujours été avantagée sans parler des fonctionnaires, notamment de rang assez élevé…et il y en a un grand nombre….
    Or a la dernière élection de nouvelles promesses se sont fait jour..mais le nombre de votants a fortement diminué(a force d’être douché on finit par s’enrhumer)…
    et finalement le Président n’a été élu qu’avec une minorité…et c’est pour cela qu’aujourd’hui il se retrouve avec autant de monde contre lui…car si vous ajoutez aux abstentionnistes,les voix des partis d’opposition cela fait une forte majorité défavorable a ce Président…..plus les nouveaux mécontents.
    Bien sûr il ne cédera sur rien d’important…et continuera sa tâche destructrice jusqu’au bout….enfin il tentera.
    Mr Colon, très encours pourtant, a senti le vent venir et s’est éclipsé à temps malgré le refus de démission brandi par le Président…il est parti !
    Il n’est pas certain que le premier ministre n’en fasse pas autant car il évoque souvent son irrésistible envie de retrouver la mer(Le Havre….de paix?) lassé par une tâche impopulaire à assumer que le Président lui a refilé avec empressement…
    La réélection des députés de la REM devient de plus plus hypothétique si la contestation continue et s’amplifie avec la participation de lycéens,étudiants,personnel médical,transporteurs,etc,etc…et des syndicats qui vont à contre coeur devoir participer aussi sous peine de perdre le peu de représentativité qu’ils ont dans le pays….
    ET de plus pour les élections européennes…les partis d’opposition risquent de faire le plein au grand dam du seigneur et maître des horloges. européennes….
    La partie engagée est risquée à plus d’un titre.pour lui et ses ambitions/.
    Faire encore des promesses ne résoudra rien bien au contraire….
    Il va lui falloir »trouver des « serviteurs zélés » pour tenter de convaincre le peuple au sens large du terme…que la France peut sauver la planète à elle seule grâce a des investissements pharaoniques financés par ce peuple de réfractaires…..sans pour autant être suivi par les grands pays de ce monde Chine,Russie,Etats-Unis excusez du peu…..
    A vouloir faire croire que la fin du monde est proche et que nous seuls avons les bonnes solutions, les autres pays devenant très méfiants..et demandant du temps pour s’assurer de la chose….et comment trouver les fonds nécessaires pour éviter le pire.
    Notre président lui a trouvé la solutions financière…..taxer et encore taxer jusqu’à l’ivresse…Qui va le dégriser et le faire redescendre de son Olympe?
    Peut-être que le mouvement qui se dessine réussira….ce tour de force…ce nest pas certain du tout encore…Sinon il faudra attendre le prochain quinquennat pour faire du passé table rase ..mais alors véritablement rase.!
    Ce serait politiquement et écologiquement salutaire….

    1. Merci pour votre commentaire qui complète utilement mon article.

      Qui va le dégriser et le faire redescendre de son Olympe?

      Les évènements s’en chargeront.
      Nos élites pensaient avoir la situation, et les français, sous contrôle.
      Les faits se chargent de les ramener à la réalité …

      Je vais faire paraître un article sur la dette du pays
      Cela fait un moment que nous jouons avec le feu et j’ai toujours écrit que nous êtions à la merci d’un évènement fortuit … (une révolte en fait partie).

      Néanmoins, si vous écoutez les gilets jaunes, vous constaterez qu’ils sont toujours dans l’idée du bonneteau fiscal.

      Ils ne sont pas d’accord pour payer de lourds impots mais ils sont tout à fait d’accord pour que leurs impots soient payés (même lourdement) par les autres !

      On ne peut pas savoir de quoi sera fait l’avenir mais certaines idées sont irréalistes.

      La seule solution viable n’est pas d’essayer de faire payer ses impots par les autres mais de réduire le train de vie de l’Etat pour que soient réduits les impots.

      Je ne suis pas sur que ce discours soit audible …

      On risque de payer très chèrement les errements des 40 dernières années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *