Devoir de vacances : L’écologie

Un peu en retard dans ma scolarité sociétale, j’ai suivi des cours de vacances accélérés en écologie.

Tout à trac me vient l’envie de partager avec vous ce que j’ai compris de cette formation passionnante.

Or donc, le monde était de toute beauté et paisible, une sorte de pré-paradis, avant que n’arrivent des énergumènes qui ont tout chamboulé.

Le premier, Newton, a découvert la pesanteur que les hommes se sont mis alors dans l’idée de contrer au lieu de la subir. Il fut suivi d’une bande d’affreux tels qu’Etienne Lenoir qui a découvert le moteur à explosion, ou encore Edison qui a inventé la lampe électrique et bien d’autres fous qui ont massacré le monde, ce pré-paradis naturel si propice à l’homme, qui, comme chacun le sait, est le mammifère le mieux armé du monde.

Tout cela aurait peut-être pu ne pas être une catastrophe si ne s’étaient pas ajoutés à ces fous d’autres encore plus fous, tel que Henry Ford qui se mirent en tête de faire profiter le plus grand nombre des turpitudes des premiers cités.

Au début cela a fait chaud au cœur, mais pas que… puisque, aujourd’hui, ça fou le feu aux thermomètres.

C’est ainsi que d’un monde pré-paradisiaque où le vrai paradis était à porté de main — il suffisait pour cela de prendre son cheval et d’aller zigouiller quelques musulmans en laissant sa tendre épouse à la maison équipée d’une ceinture de chasteté dont on ne ventera jamais assez le confort et l’utilité — nous sommes arrivés en enfer.

Patatras, le monde est devenu cette horreur infernale que nous subissons contre notre volonté.

C’est là que les verts se sont mis… heureusement.

Marche arrière toute, retrouvons le vrai, le bonheur, le pré-paradis.

La méthode, bien que surprenante est assez simple, selon le théorème dit de Hulot : « chaque peine que l’homme s’inflige permet de baisser la température d’un degré ».

Plus de voiture, plus d’électricité, pas de clim, pas de construction, pas de chauffage, pas d’agriculture, juste la cueillette de ce qui pousse naturellement, plus d’usine, plus de pollution, pas de déchet, on retourne aux beautés naturelles de l’antiquité.

Evidemment plus d’hôpitaux, ou ce qu’il en reste, la mort naturelle est beaucoup plus valorisante.

Enfin, cette solution c’est dans le cadre de la collectivité où chacun est prié de partager, principalement au profit de dirigeants, tout ce qu’il croit posséder ou avoir gagné.

Dans le cadre de l’effort personnel, l’outil qui doit accompagner le théorème de Hulot est celui-ci.

Chaque millier de coup fait baisser la température de la planète d’un dixième de degré.

L’utilisation en est facile, même si vous devez agir seul. Il suffit alors de se l’envoyer violemment dans le dos. Evidemment si vous avez une aide vous pouvez aussi viser la poitrine, c’est encore plus efficace.

Dites-vous bien que la situation est tendue. Des chercheurs ont établi, sans thermomètre, sans relevé, uniquement à partir de carottes glacées, d’herbes fossiles, des anneaux de croissance des arbres, de vicères de poulets et d’une formule mathématique de trois mètres de long, que depuis deux mille ans la température a augmenté d’un degré. Une sacrée précision….

Sans les verts c’est meilleur.

Certains iconoclastes prétendent que tout cela serait un peu exagéré, qu’il suffirait que les gros dégueulasses deviennent chacun juste poli et arrêtent tous de jeter tout partout pour que les choses rentrent dans l’ordre et que nous ne soyons pas obligés de souffrir pour baisser la température de la planète.

Comment savoir ?

Bien à vous.  H. Dumas

 

 

 

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (7 votes, moyenne : 4,29 sur 5)
Loading...

8 réflexions au sujet de « Devoir de vacances : L’écologie »

    1. Comment pouvez-vous imaginer que le fisc ne soit pas conscient que la terreur qu’il installe sciemment, en complicité avec les hommes politiques, ait un rapport direct avec les errements intellectuels de ces mêmes politiques, dont les croyances dont ils nous abreuvent font partie (écologie et égalitarisme par exemple)
      En dénonçant ces errements nous combattons évidemment les abus fiscaux.
      Si vous avez une méthode plus productive nous sommes preneurs.
      Pour l’instant dans cette lutte ingrate nous n’avons malheureusement pas de concurrence.
      Les lutteurs contre Bercy sont aux abonnés absents.
      Bien à vous. H. Dumas

      Henri Dumas
      Envoyé de mon IPhone

    2. Euh, pas si sur …
      Nous sommes le caillou dans la chaussure du fisc

      Il ne faut pas oublier que le syndicat des impots est intervenu pour nous faire fermer le site ….

    3. Jjj = « La réponse à la grogne des citoyens doit passer par la valorisation de solutions basées sur l’innovation, les économies de gestions à réaliser et non par le traditionnel ‘nouvelles taxes’ et arrosages de subventions fiscales. Le temps long doit primer sur les solutions de court terme »

  1. Bravo tu as tout compris
    l’outil en exergue s’appelle, pour les amateurs, le chat à 9 queues,
    instrument redoutable avec de fines lames d’acier coupantes incorporées …
    Tout à fait ce qu’il nous faut pour se mortifier d’avoir assassiné la planète …
    Mais je voudrais d’abord voir Hulot s’en servir …

    Amitiés

  2. les francais sont des veaux comme dirait le général .
    donc il faut les nettoyer , l’esprit et le portefeuille.

    je ne sais VERT quelle tendance nous porte actuellement mes gourous politiques mais ce qui est sur c’est que …
    comme la peur des extrêmes n’a pas marchée
    cause canicule les gilets sont mis au placard
    et les homards ne plus aux menus .

    Les municipales approchant , certains manquants de forces vives , il faut bien essayer fautes de CONS-vives de faire tourner la table et vous servir de nouvelles salades!

    moi , je serait vous a défaut de rester sur ma « faim & FIN » , je sauterait le plat de RACIS-tance et irait directement au désert présidentiel providentiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *