Economie et politique

A l’occasion de mon billet précèdent, un lecteur m’interpelle en m’affirmant que je me trompe, que le problème que je dénonce n’est pas occidental mais exclusivement franco-français. Qu’il ne serait que la conséquence d’une bureaucratie socialo-communiste exacerbée chez nous, telle qu’a pu la montrer du doigt Sakharov dans son ouvrage « Mon pays et le monde ».

Je crois utile d’affiner ma pensée.

Economie et politique

Bien qu’il existe une tendance à l’interdépendance entre ces deux activités, elles sont en réalité très différentes et sans rapport.

L’une, l’économie, est universelle, elle existe indépendamment des hommes. Elle échappe à ceux-ci chaque fois qu’ils la violent ou la forcent. Ainsi, par exemple, les rois qui l’ont régulièrement malmenée ont disparu, alors qu’elle est toujours là.

L’autre, la politique, est strictement humaine. Il s’agit d’une caractéristique spécifique de l’homme, liée à sa condition d’animal grégaire.

L’économie occidentale

Nul ne peut nier ses difficultés globales. Même si la situation politique n’est pas partout la même en occident, les difficultés rencontrées par l’économie sont globalement les mêmes : un endettement excessif, accompagné d’un interventionnisme politique niant la réalité et fabriquant de la fausse monnaie donc une fausse situation économique.

Ailleurs dans le monde

Des organisations sociales plus rigides donnent actuellement de meilleurs résultats économiques (indépendamment des états opportunistes assis sur des gisements de pétrole dont l’avantage ne saurait perdurer dans le temps).

Cette situation m’interroge : la démocratie est-elle compatible ou non avec l’économie ?

Ce n’est pas la première fois qu’une politique totalitaire s’avère momentanément performante économiquement. Ainsi, avant de jeter l’Allemagne dans le chaos, le nazisme l’avait redressée économiquement. Mais l’économie déteste l’esclavage, l’injustice et l’outrance. La suite l’a prouvé, l’Allemagne a dû subir la ruine.

L’économie ne peut être ni la compagne légitime ni la maitresse des dictateurs.

Mon propos n’est donc pas d’appeler à plus de contraintes sociales ou politiques, à plus d’ordre, convaincu que je suis de la nécessité de liberté pour l’épanouissement de l’économie.

Ma question est plus profonde : la démocratie peut-elle être un handicap pour l’économie ? N’est-elle pas porteuse d’une démagogie qui tend inévitablement â la dépense inconsidérée et antiéconomique ?

De nombreux auteurs analysant aujourd’hui la crise des « subprimes » la font reposer uniquement sur la voracité des banquiers en oubliant la volonté politique des prêts aux impécunieux. Cette négation de l’interférence perfide de la politique dans l’économie me choque, elle est la signature de la dérive des démocraties.

La dérive démocratique

C’est le mensonge à grande échelle, lié à la déviance du bénévolat politique.

Ici ou ailleurs la recherche de notoriété ou d’avantages pécuniaires est devenue le  moteur des responsables politiques en lieu et place de l’idée de servir. L’élection est devenue un moyen de réussite sociale. Liant revenus et notoriété elle est sans doute l’objectif numéro un, en terme de réussite sociale, des têtes pensantes occidentales.

Et j’oserai affirmer que, malheureusement, plus l’élu est intelligent, plus il est dangereux, car plus il va alors faire preuve de beaucoup d’habileté pour mentir, caresser les électeurs dans le sens du poil et conserver son poste et ses privilèges.

A ce sujet la France possède le pire, une école élitique qui forme les meilleurs de sa jeunesse à ce sport du mensonge démocratique : l’ENA.

Vient se rajouter à ce constat d’ambitions personnelles le fait qu’elles contrarient la réelle représentativité de la population, ce qui est grave en démocratie. En effet, un ensemble n’est pas représenté démocratiquement si seule son élite accède au pouvoir.

C’est donc bien l’ensemble du monde occidental qui est interpellé par la difficulté à trouver un équilibre entre la politique et l’économie.

Le fait que certains pays du monde occidental sont plus agréables à vivre que d’autres, parce qu’ils n’ont pas encore basculé complètement, contrairement à nous, dans la sortie « socialo-bureaucratique » inévitable de la démagogie démocratique,  ne change rien au fait que les difficultés économiques du monde occidental découlent bien d’une interférence incestueuse de la politique dans l’économie.

Il y a des solutions, ce sont elles que nous devons rechercher, nous en reparlerons. Le débat est ouvert chez nos élites, mais aussi chez nous : les gens ordinaires.

Bien cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Votez pour cet article)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *