La Cour Administrative d’Appel de Bordeaux, fossoyeuse de La Rochelle.

La Rochelle est une jolie ville, millénaire. Loin des grands axes de communication son destin est intimement lié à la mer du fait de la particularité des protections naturelles que sont pour elle les îles de Ré et d’Oléron, la défendant contre l’Océan.

Son architecture est commerciale, les arcades moyenâgeuses servaient à présenter la marchandise, une sorte d’hypermarché du moyen âge.

Objet constant de guerres, La Rochelle a su conquérir souvent son indépendance et, tout aussi souvent, la perdre rapidement. L’ensemble au gré de ses alliances avec l’ennemi anglais ou les puissants français.

Sur un coup de colère dit-on, Napoléon lui a donné le titre de préfecture en lieu et place de Saintes.

Mais la particularité de La Rochelle est sa totale dépendance à des hommes clefs qui, tout au long de son histoire, l’ont marquée profondément, sans lesquels elle ne serait sans doute qu’une bourgade de pêcheurs.

Chaque fois ces hommes lui ont permis de rebondir face à son isolement géographique et à la perte de ses marchés économiques ou de son influence morale.

C’est ainsi que, récemment, étouffée par la disparation de la grande pêche et l’isolement européen de son port de commerce, elle a été sauvée par son dernier homme providentiel : Michel Crépeau. Ce dernier lui a offert la place de leader du tourisme nautique et d’éclaireuse de l’écologie.

Aujourd’hui, La Rochelle est en pleine forme, mais hélas de nouveau très exposée.

Elle est même en grave danger du fait que ses responsables actuels sont insignifiants, incompétents, tout en s’avérant présomptueux et même prétentieux.

Rattachée soudainement à la région Grande Aquitaine, elle a perdu son statut de star du Poitou-Charentes, et se trouve isolée à l’extrême Nord de sa région face à de sérieuses concurrentes, notamment Bordeaux-Arcachon et Bayonne-Biarritz.

Urgemment La Rochelle doit se reprendre en main, gagner sa place de leader économique et moral local pour équilibrer la situation.

Hélas pas d’homme en vue pour cette tâche.

Bien plus, le maire élu actuel, Jean-François Fountaine, est sans imagination, insignifiant, démagogue et homme de réseaux occultes. L’inverse de ce qu’il faudrait à La Rochelle, qui a absolument besoin d’un élu ouvert, passionné, courageux, inventif, visionnaire.

Vient se rajouter à cela une invasion bureaucratique nationale qui impose aux collectivités locales — même lorsqu’elles n’en n’ont pas les moyens en homme — de définir dans un plan global (PLUI) les grandes options d’urbanisme des décennies à venir.

Inutile de dire que pour La Rochelle c’est une catastrophe.

Avec un personnel politique insignifiant, non seulement la tâche est ardue, mais de graves erreurs sont en route.

Tout particulièrement, des arrière-pensées cupides et des positionnements écologiques douteux surdensifient des zones à protéger impérativement et stérilisent des zones au destin constructible évident. Ces inversions vont trahir la ville, la rendre ordinaire, la donner en pâture aux promoteurs nationaux cyniques, exploser son originalité faite de bâtis et de parcs.

Pourquoi en est-on là dans cette ville, comme globalement dans toute la France ?

Il y a deux raisons :

– La dictature démocratique qui rythme notre société,

– La justice administrative qui protège cette dictature.

La dictature démocratique

La population est régulièrement consultée, mais le choix qui lui est donné est très limité, au point qu’une partie importante de cette population ne trouve pas à s’exprimer et ne vote plus.

Dans ces conditions nul élu ne peux se considérer comme ayant obtenu la majorité des inscrits. Donc, il n’est pas d’élu démocratiquement en place, puisque le principe de la démocratie serait pour l’élu de représenter la majorité du corps électoral.

Ce sont donc des élus représentant souvent moins de 20% du corps électoral qui possèdent le pouvoir de décision.

La contestation est perpétuelle dans ces conditions, c’est inévitable.

Pour s’imposer les élus non majoritaires emploient la force, la coercition, ils n’ont pas d’autre solution. Ils ont à ce sujet fait alliance avec l’outil de pression qu’est l’administration, dont tous les rouages visent à contraindre les français au profit de cette caste de faux élus démocratiques, de cette minorité qui se prétend faussement élue majoritairement.

La justice administrative qui protège cette alliance contre nature.

Il faut habiller cette escroquerie démocratique d’un vernis de respectabilité. Ce sont les Tribunaux Administratifs qui s’y collent.

C’est ainsi qu’à La Rochelle, le Tribunal Administratif de Poitiers d’abord, puis la Cour d’Appel de Bordeaux, couvrent sans état d’âme la réalisation d’un boulevard ridicule qui marquera indélébilement le paysage rochelais de sa stupidité, .

Alors que l’arrêté préfectoral autorisant sa réalisation est nul, caduque, que la préfecture a fait à ce sujet de fausses déclarations.

Rien n’arrête les tribunaux administratifs pour couvrir les élus illégitimes, c’est le principal problème de notre pays.

Une fausse démocratie, c’est notre pain de tous les jours.

Bien à vous. H. Dumas

 

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

5 réflexions au sujet de « La Cour Administrative d’Appel de Bordeaux, fossoyeuse de La Rochelle. »

  1. La France est un pandémonium , ce n’est pas un euphémisme et Certains sont si pauvres qu’ils ne possèdent que de l’argent.
    La France a besoin « de contre-pouvoir » que nous n’arrivons pas, nous citoyens dotés de réflexions, et bon sens à créer ; c’est hélas navrant et très grave pour ce Pays. Pour ma part, il y a longtemps que j’avais pris la décision de dénoncer TOUS LES TRAVERS DE LA SOCIÉTÉ POLITIQUE, de DROITE OU DE GAUCHE . »PEUT ON ENCORE SAUVER LA France RAPIDEMENT  » NON ! Il faudra 2 à 3 générations !

  2. principe de diviser pour mieux régner .
    comment macron avec 20% de voix au 1er tour préside a la destinée de tous les francais . Et il est en train de prépare le 2eme effet kiss-cul
    en mettant des opposant politique de gauche ( qui le méritent bien ) sur des marrons ardent
    et distribuer des beignes a droite toute a la façon sarko-y-dose pour se faire un nouvel électorat.

    justice , on met en prison celui qui ne paye pas de pension alimentaire et un ex ministre de la justice qui vend des infos a ses copains n’écope de presque rien .

    Johnny , Cahuzac, Noah et j’en passe peuvent avoir des comptes et détournes des fonds ne pas avoir paye d’impôts et la DGFIP vous plante pour un défaut de compta informatise car système pirate et tout crypte suite a ransomware et rien de récupérable .

    bref tout part en couille

    1. Je crois que la plupart des élus de notre « république », élus au second tour, sont élus souvent avec beaucoup moins de voix au premier tour que Macron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *