La démystification d’un système en place

Développements

Quand on « s’instruit » de la presse « Mainstream », on s’aperçoit que presque tout court dans une direction quelques soit le sujet exposé selon la doxa en place. Le contre argumentaire est rayé de la carte bafouant les règles d’un plan de dissertation apprises au collège, du moins à mon époque certes un peu lointaine : Thèse, antithèse voire synthèse …

Le problème est sérieux pour des journalistes dont la déontologie préconise l’objectivité, le factuel et l’investigation selon ces principes.
Comment voulez-vous que les français qui ne regardent que par cette fenêtre pour se forger une opinion sur des thèmes sociétaux et économiques puissent avoir une vision éclairée des enjeux du vivre ensemble ?

Pire, la grande majeure partie d’entre nous a été formatée par « l’Ednat », pour apprendre ce que l’on nous enseigne, sans considérer l’axe recherché par l’élite dans les mêmes registres, sociétaux et économiques. J’ai eu pour ma part un peu de chances pour échapper au lavage de cerveau en poursuivant des études universitaires pluralistes en matières économiques : De l’école de Chicago au Marxisme en visitant les sources des mouvements d’idées sous-jacentes d’auteurs éclairés.

Nos journalistes font-ils leur métier sous un exercice contraint ? Ceux qui ont pignon sur rue ne sont-ils que les messagers d’un pouvoir qui leur donne leur notoriété ? Sont-ils les otages de pouvoir exercer ?
Si les grands médias « Mainstream » appartiennent pour la plupart à des big boss, quel est l’intérêt et l’éthique de ces derniers pour déterminer les éditoriaux ou tout du moins les contraindre ?

L’affaire Fillon survenue lors de la dernière élection présidentielle est assez symptomatique de tous les maux de cette presse qui ne fait pas correctement son métier.

Certes, monsieur Fillon aurait mis les doigts dans le pot de confiture – usage du conditionnel nécessaire car l’affaire n’est pas encore jugée. Mais nous avons découvert par la suite que ces pratiques de conflit d’intérêt entre l’éthique de représenter le peuple et l’abus des deniers publiques pour favoriser un cercle privé étaient une pratique courante parmi bon nombre de nos représentants. Quid des investigations pour prolonger ce débat ? Quid de ce qui se passe au niveau des régions, des conseils généraux, des communautés de communes, des métropoles ? Nada !

Dans le même registre, lorsque l’on apprend dans les hautes sphères de l’administration, que des primes exceptionnelles sans fondement sont versées à certain d’entre eux, défiscalisées de surcroît. Quid des investigations ? Circulez, il n’y a rien à voir …

Mais que se passe-t-il ?

Nous, les « Expendables » – les sacrifiés et corvéables, qui pour une bonne partie d’entre nous, ne comprenons plus rien à ce qu’on nous demande encore et encore sur le fruit de notre travail, à force de ponctions, de règles, de normes qui nous pèsent de plus en plus. Nous qui subissons des justices biaisées pour nous défendre tels les tribunaux administratifs qui ne sont que des protectorats pour ceux qui font les lois. Je pourrai renchérir aussi avec les Prud’hommes assis sur un Code du travail ubuesque dans sa densité et sa « Low Balance » systématique non pas pour les « Big Fims » mais la myriade de petits entrepreneurs qui tissent l’emploi et la relation sociale à travers tout notre territoire.

Ah, bien sûr les syndicats – les corps intermédiaires pour parler en Novlangue, veillent au grain. Vous souvenez-vous du rapport Perruchot instruit entre autre sur le financement des syndicats ? Enterré pour caler une armoire. Un financement qui prend tout son sens quand on regarde le taux d’encartés à ces forces représentatives de notre bien par rapport aux nombres d’actifs.

En résumé de tout ce qui précède, nous avons :

– Une Presse qui ne joue pas sa déontologie ;
– Un rouleau compresseur unidirectionnel :

Prolongements

Je l’avais déjà compris, mais je suis tombé par hasard sur une vidéo d’un jeune homme interviewé sur Thinkerview qui a posé les mots sur ce qui est à l’œuvre dans notre société.

Ce jeune homme est une sorte de « Divergent » qui a connu les arcanes de l’accession au pouvoir pour en ressortir par éthique. Vous allez me dire : « Oui mais c’est un peu naïf de prendre en compte ce qu’il raconte ! »

Je pense que vous avez tort. Soyez en sûr, je ne le connais pas et je n’épouse pas toutes ses options, comme par exemple ses meilleurs intellectuels « Living at France ». Mais comme lui, je ne suis pas dans la négation, mais le débat, et celui-ci mérite d’être posé.

Ce jeune homme est Juan Branco. Vous trouverez l’interview de 2 heures ici :

Il a préalablement publié un pamphlet en téléchargement libre à l’automne 2018, écrit d’une manière imbuvable :
http://branco.blog.lemonde.fr/files/2019/01/Macron-et-son-Crepuscule.pdf

Mais son nouveau propos est édité ici :
https://www.amazon.fr/s?k=crepuscule+juan+branco&adgrpid=57161974283&hvadid=284874642672&hvdev=c&hvlocphy=9055202&hvnetw=g&hvpos=1t1&hvqmt=e&hvrand=2801640453587718914&hvtargid=kwd-676499581677&tag=googhydr0a8-21&ref=pd_sl_5cbctg5hbj_e

Qu’en retenir ? Ou bien on incrémente tout ce qui ne va pas comme Dominique Philos dans son dernier article, bon au demeurant, ou on ouvre la porte pour se démarquer de cette oligarchie en place et on fait que cela cesse. Et je suis persuadé que le génie français pourra rejaillir ainsi …

Les gilets jaunes ne sont pas venus par hasard. Bon nombre d’entre eux ont compris le sens de leur travail et de ce qui doit leur revenir et comprennent les déserts qui leur sont proposés.

La porte qui leur est ouverte par les propos de Juan Branco est de donner un sens à leur action et en finir avec ce funiculaire proposé par cette oligarchie qui méprise les « Expendables ».

Ils doivent s’en saisir pour ouvrir le vrai débat sur les tenants et les fondements de notre représentativité. Car c’est la clé pour s’introduire tel un virus dans tout ce système qui se maintient génération après génération, par eugénisme et entre-nous, dans un confort forcément suspect, loin du pain et des jeux.

Fin de partie ou renaissance ?

Bien à vous

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Une réflexion au sujet de « La démystification d’un système en place »

  1. La République Française et sa démocratie sont le système qui permet à une petite caste d’incompétents d’avoir du pouvoir , des privilèges , et de l’argent en dépossédant le peuple des richesses qu’il produit le faisant travailler tous les jours et toujours plus pour rembourser une dette que des incompétents ont créée ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *