LA FRANCE DEVIENT LA NOUVELLE CORÉE DU NORD.

Ça y est. Nous sommes au bout du bout.
Nous sommes les recordman du monde pour les impôts et taxes, mais ce n’est pas suffisant. On va vous ratisser jusqu’à l’os. Et même plus.
Demain vous ne travaillerez plus que pour le fisc.
Entrepreneurs, commerçants, artisans, professions libérales, salariés du privé  les carottes sont cuites. Nous sommes tous des fraudeurs potentiels. Il suffira que Bercy le décrète à plus grande échelle que maintenant.
Attendez-vous à voir débarquer à l’aube les supers flics du fisc. Une sorte de GIGN à la sauce western. Fini l’Etat de droit. C’est vrai qu’ il était déjà bien moribond.
Personne ne sera à l’abri d’un subtil « recoupement » Bercynien  grâce à leur fameux algorithme de compétition ou d’une jolie petite délation rémunérée.
Vous serez fliqué à chaque instant et Bercy saura , en temps réel, l’heure de votre passage aux toilettes et ce que vous y avez fait.

Nos hauts fonctionnaires tricheurs et fraudeurs de Bercy (voir http://www.temoignagefiscal.com/bercy-lempire-du-mal-et-la-citadelle-de-tous-les-abus/  ) nous ont concocté un plan style Corée du Nord avec une « police » fiscale style Stasi, qui aura, bien sûr, tous les droits épaulée  par un Tribunal Administratif à sa botte. Le TA c’est la justice de connivence.
Fuyez, fuyez mes amis, droit devant vous sans vous retourner, si vous le pouvez encore et pendant que c’est encore possible.
Bercy fera fermer les frontières.

Article de l’AFP paru dans le Point web. http://www.lepoint.fr/economie/fraude-fiscale-bercy-precise-son-plan-de-bataille-01-02-2018-2191412_28.php

Fraude fiscale : Bercy précise son plan de bataille

Algorithmes, police fiscale, guichet de régularisation… Le ministère de l’Économie et des Finances prépare son arsenal pour lutter contre la fraude.

SOURCE AFP

Publié le  | Le Point.fr
Le gouvernement entend faire passer une loi et déployer son nouvel arsenal avant l'été 2018.
Le gouvernement entend faire passer une loi et déployer son nouvel arsenal avant l’été 2018.© AFP/ JOEL SAGET

Bolling Emmanuel

A propos Bolling Emmanuel

Emmanuel Bolling a été condamné le 12 janvier 2016 par jugement contradictoire à l'égard d'Anne Béot, inspectrice des impôts de Paris 18eme et partie civile. Emmanuel Bolling a été relaxé du chef de diffamation publique. Il a été reconnu coupable du chef d'injure publique envers fonctionnaire publique pour son article du 15 décembre 2014 sur le site témoignagefiscal.com intitulé "certain de leur impunité, rien n'arrête les agents du fisc". Il a été condamné à verser à Madame Anne Beot 500€. Emmanuel Bolling était un des créateurs et des dirigeants de la Discothèque LA LOCOMOTIVE à Paris. Ouverte fin 1986, décédée asphyxiée par le fisc fin 2009(RIP). Elle subira en huit ans trois contrôles fiscaux. 1992, 1996, 2000. E.Bolling contestera le deuxième (1996). Cette contestation justifiée entraînera immédiatement de la part de Bercy une série sans fin de saisies diverses étranglant son entreprise pour finir par la ruiner. Relaxée de l’accusation de « dissimulation de recettes » par le tribunal correctionnel de Paris en 2002, le fisc n’en continuera pas moins à poursuivre LA LOCOMOTIVE et ses dirigeants de son acharnement, pour les mêmes motifs, comme si de rien n'était... En 2014, après 18 ans de procédure, de procès et d’appels (gagnés ou perdus) dont la liste serait des plus ennuyeuse, E.Bolling et ses associés, ruinés, se battent toujours pour que l’on reconnaisse ce redressement pour ce qu’il est : un abus fiscal caractérisé. Il a initié deux procédures devant le T.A. Dans l'une d'elles il y sera posé une QPC (question prioritaire de constitutionnalité) sur le Non Bis In Idem que n'a pas respecté Bercy, en passant outre au jugement définitif du Tribunal Correctionnel de Paris.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 4,33 sur 5)
Loading...

6 réflexions au sujet de « LA FRANCE DEVIENT LA NOUVELLE CORÉE DU NORD. »

  1. Publier les noms des fraudeurs !?!
    vaste blague !
    Encore une technique reprise des dictatures nazies et soviétiques !

    Et de quels fraudeurs s’agira-t-il ?

    il m’étonnerait fort que ce soient ceux de l’EMPIRE DU MAL c’est à dire les 500 ou 600 hauts fonctionnaires qui se versent des rémunérations hors charges, hors impots sur le revenu et hors statut !

  2. Tant que l’impôt sera établi sur le revenu, les soupçons de fraude fiscale seront légitimes, au moins pour ceux qui n’en sont pas soupçonnables. Les interventions des vérificateurs également. Quoique souvent ou parfois abusives de la part des agents de la vérification ces interventions continueront de plus belle.

    La solution est la suppression progressive des impôts assis sur le revenu, sur la production, sur la consommation, sur la circulation (bref sur le capital circulant ) et une nouvelle collecte fiscale simple ne nécessitant pas de fonctionnaires et fondée progressivement sur l’impôt unique sur le capital fixe.

    Prenons un exemple, celui de trois capitaux dont l’usage n’est pas encore défini, soit trois propriétaires ayant chacun cent mille euros.

    Le premier est un gros paresseux. Il choisit un placement garanti à 3 %. Si l’impôt est de 20 % il paiera 600 euros sur le revenu. Et il sera bien tranquille chaque année avec sa rente.

    Le second attend que le terrain (qu’il a bien choisi pour son emplacement) pour ses 100.000 euros soit exproprié (ce qui était prévisible). Son terrain en attendant ne lui rapporte pas de revenu. Il ne paie pratiquement pas d’impôt. Si l’indemnisation pour l’expropriation (qu’il attendait) lui rapporte 200.000 euros il aura gagné 100.000 euros sans travailler ni payer d’impôt, sauf une plus value, disons de 6.000 euros. Il lui restera un bénéfice de 94.000 euros.

    Le troisième met son capital de 100.000 euros dans un commerce Il travaille très dur pour un bénéfice de 30.000 euros. Il doit au fisc 6.000 euros. Il y perd 20 % de son bénéfice.

    Est-ce juste que le seul qui ait rendu service à la production consommation circulation bref à l’économie soit 10 fois plus taxé que le premier qui n’a rien fait ?

    Est-ce juste que le troisième ait trimé dur pour 4 fois moins que le second qui est resté dans son fauteuil ?

    J’ai du faire une erreur. Pardon !

    1. Le quatrième place son patrimoine dans les oeuvres d’art : il ne paie pas d’impôt sur la fortune, en cas de revente officielle il paie moins de TVA que sur un baril de lessive, son patrimoine dort au fond d’un coffre, il ne fait vivre aucun travailleur salarié, en cas de succession ses oeuvres d’art peuvent passer de la main à la main, il peut dissimuler sa richesse comme il l’entend et même s’enfuir avec à l’étranger en cas de problèmes sérieux que ce soient des dettes personnelles ou une guerre (quoi de plus léger qu’une toile de maître dans une valise). Et cet état de chose n’est pas prêt de changer, si vous avez un minimum d’intelligence, vous savez pourquoi, moi je le sais.

      1. Pas mal amené votre quatrième possesseur !

        Sauf que ce n’est pas de l’impôt sur la fortune dont il s’agit ici mais de l’impôt sur le capital. Rien à voir malgré des ressemblances.

        Capital fixe dont font partie les œuvres d’art selon les promoteurs de cet impôt dont MENIER le chocolatier (lire son livre).

        Un tableau même s’il a l’apparence du capital circulant puisqu’il circule, c’est quand même un capital fixe.

        Un tableau c’est-à-dire un capital fixe, selon ADAM SMITH, un capital dont voici la définition : un capital qui ne change pas d’identité lors des processus de production.

        Un capital circulant au contraire, selon MENIER, est un capital qui, tout en restant sur place, perd son identité dans la production. Passant par exemple de l’état de matières premières en une marchandise.

        Exemple : les cabosses de cacao et leurs fèves deviennent du chocolat à vendre grâce à un industriel qui a converti son capital fixe en capital circulant.

        Verstech ?

  3. Désormais, le nombre de fonctionnaires et « collatéraux » (comme les dégâts) est devenu supérieur à celui des travailleurs travailleuses du secteur libre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *