La SS attaque Claude Reichman (vidéo)

Bonjour,

Le lien pour accéder au manifeste de propagande de la SS

Bien cordialement. H. Dumas et E. Bolling

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

18 réflexions au sujet de « La SS attaque Claude Reichman (vidéo) »

  1. Bonjour,
    J’ai lu et parcouru votre site, les différents post et commentaires de vos lecteurs. Dans l’ensemble, la vision est très réaliste.

    Je suis personne handicapée – PMR pour les puristes – et anime un blog ( handicapfrance.overblog.com ) concernant les difficultés rencontrées par les pré-handicapé(e)s difficultés tant administratives que juridiques ou familiales

    Les éléments dont je parle, sont pour grande majorité, du vécu personnel en tant que salarié accidenté du travail. Ce qui me permet – adroitement ou non – d’informer les PMR des pièges administratifs.
    Je rejoins ici l’un de vos intervenants qui déclare ne pas savoir si vous défendez le particulier ou l’entreprise.
    je ne sais donc pas si je suis susceptible de vous aider ou d’être aidé par vous.
    en revanche ce que je sais, c’est qu’à l’heure actuelle, le TASS de Lyon ne peut, en référé (procédure d’urgence), ne donner des dates que pour le mois de novembre 2016.
    A la rentrée, nous serons en 2017 pour obtenir que les juges puissent entendre les plaignants.
    .
    Je pense que vos interlocuteurs ont besoin de concret :
    la CPAM de Lyon a mis en place un « mardi noir » en 2012 sous l’égide du directeur en place Eric le Boulaire dont la vision de la légalité est aussi transparente que le fonds d’un puit par nuit-sans-lune.
    N’attendez le respect d’aucun secret médical : n’importe qui dans cette caisse ouvre le courrier à destination des médecins, hochant la tête avec « réflexion » ne comprenant pas un mot du (je plaisante ici ) charabia médical. Ce qui est normal puisque n’ayant pas les compétences requises pour.
    La délivrance de reçu de dépôt de pièces a été supprimé par ses soins. Résultat, là encore du vécu, l’obligation de faire des LR pour pouvoir justifier d’un dépôt..
    le coût pour le particulier : environ 200 e par an
    le coût pour l’entreprise : 500 e par salarié à budgétiser.
    Autrement dit, pour la pme-pmi, si un salarié est absent pour maladie ou accident durant une année, le budget en rapport sera de 500e pour 2 salariés il sera de 1000 euros etc…
    C’est une moyenne.

    Ne parlez pas des années 19.. car techniquement, de ce que je rencontre, la CPAM n’applique plus la Loi mais fait ses lois depuis qu’un certain N Sarkozy a voulu donner une autonomie aux responsables administratifs comme les directeurs de CPAM.
    Là encore c’est un fait.
    Le résultat est très clair, chaque directeur de CPAM applique sa loi comme il l’entend… Le directeur de Lyon, lui applique SA loi et non celle du législateur.
    Avez-vous demandé la révocation de MST, ministre actuelle de la Santé ? Son seul but démolir les professionnels de santé et par là même la sécurité sociale. Vous ne l’avez pas fait ? pourtant c’est inscrit dans notre Constitution.
    De mon point de vue, elle détourne l’action du ministère de la santé à des fins personnelles donc politiques.
    Avez-vous demandé une étude complète de la Caisse de Sécurité Sociale de votre lieu d’affiliation par des élus, vos députés par exemple ?
    Je peux vous répondre déjà que le mien fait sourde oreille depuis que je lui ai demandé de se rendre compte de l’indigence dans laquelle la CPAM plongeait les pré-handicapées et leurs familles ?

    Parce que nous l’avons fait sur une base juridique.
    Je vous invite à le faire d’autant que tout est gratuit – y compris les timbres.
    Vous dites avoir des députés dans votre giron… Si tel est le cas – je ne mets pas en doute vos propos – pour quelles motivations n’ai-je d’autres retours d’élus que celles et ceux qui sont, comme moi, PMR ou qui ont un proche PMR ?

    Sur l’ensemble des Parlementaires, seuls 3 ont répondu présents et aucun n’étaient de Lyon.
    Pourquoi cette situation était-elle si simple à comprendre ?
    Sur l’ensemble de la population électrice française les PMR représentent 1.5% des électeurs. Un parlementaire a été à me dire, en plaisantant, « (…) mais ne croyez pas que les 1,5% suscitent de l’intérêt… on s’en bât les .ouilles ; on a besoin d’être réélu(e)s alors on compte sur les autres qui nous assurent la réélection ».

    Je vous donne un 2nd exemple de ce que le « sarkozisme » a apporté – je ne suis pas a-politique mais je crains réellement le retour de cet individu à la fonction supreme. Regardez les textes de lois concernant les dossiers sensibles – famille, cpam, succession etc. Regardez à quelle date ou mois à laquelle les textes et directives ont été passés en catimini. J’ai lu sur votre site que vous vilipendiez l’actuel président et son équipe… C’est aussi vrai. Mais il ne faut pas oublier son prédécesseur qui nous a mis dans cette situation…
    Donc mon 2ème exemple – je m’adresse ici aux personnes qui ont eu du personnel : prof libérales, commerçantes et pme-pmi :
    Eric Leboulaire, directeur de la Cpam de Lyon, a mis en place un système fort intéressant pécuniairement : il ne paye pas les IJB (indemnités journalières de Base). Ce qui lui offre l’opportunité d’avoir un bilan comptable excellent. Le voici maintenant à la tête de la CNAM (caisse nationale des CPAM).
    Durant combien de temps, vos lecteurs (prof lib comm etc) pourraient-ils tenir à ne pas payer les salaires avant qu’une plainte ne soit déposée et entendue – entraînant derechef un contrôle fiscal et un contrôle urssaf ) ? Un mois, 3 mois, 6 mois 9 mois après ce n’est plus envisageable n’est ce pas ?
    En moyenne, si un employé ne percevait pas son salaire et qu’il déposa plainte, avant 3 mois, l’entreprise serait contrôlée…
    En 2011, les IJB n’étant pas payée régulièrement, les dossiers perdus, il a été tenté de déposer plainte auprès du commissariat de domicile de l’assuré. Refus : on ne porte pas plainte contre le directeur d’une administration comme la CPAM
    Procureur saisi …. refus par … silence.
    La plainte a donc été redirigée vers le Procureur général de Paris (une sorte de Super Procureur de tous les procureurs de France)
    3 mois plus tard, la plainte était enregistrée dans le commissariat qui avait refusé
    rions un peu :
    durant 3 années, le Ministère Public l’a vaillamment mis au-dessous de la pile…. et a plaidé des délais forclus – dépassés.
    Octobre 2015 la Cour d’Appel de Lyon déboute le Ministère public de sa volonté de classement du dossier et nomme un Juge d’instruction… Lequel Juge d’Instruction donna royalement à sa nomination dans ce dossier 22 jours pour répondre à ses questions.
    Vous comprenez bien que nous avons ici une volonté politique de couler la CPAM mais aussi tous les « satellites » qui gravitent autour.
    Donc de 2012 à 2015 = 3 années donc1095 jours à ne rien faire….
    Dont 2 années pendant lesquelles Aucune IJB ne sera payée mais en plus la CPAM proposera de tout payer à la condition d’abandonner le statut d’AT.
    Quel est le commerçant qui pourrait accomplir cet exploit sans être inquiété ?
    Vous comprenez bien que votre démarche est vouée à l’échec – autant que la nôtre – tant que nous ne serons pas une masse… Et visiblement nous sommes loin d’en être une…
    Nous sommes des petits rochers dispersés sur la pente et rêvons tous de faire une avalanche… mais ce n’est que du rêve…

    Vous comprenez donc bien que votre problème – tout comme le nôtre – est sans aucun intérêt pour les Parlementaires.
    A combien estimez-vous le pourcentage d’électeurs que représentent les « libérés ».
    Votre combat est plus qu’utile mais il me semble incomplet – tout comme le mien d’ailleurs – nous avons une vision parcellaire : le côté des rsi pour vous, celui des assurés sociaux handicapés du mien.
    Tant que nous resterons ainsi, les pouvoirs en place auront la part belle : d’une région à l’autre, malgré l’internet, les moyens de communications phénoménaux, nous sommes plus « castrés » aujourd’hui qu’au temps où notre télévision n’avait que 6 chaines.
    C’est la leçon prise de mon côté pour les personnes handicapées.
    Votre but et le nôtre semblent bien être le même : mettre à bas le système actuel, dénoncer les pratiques hors la loi de quelques directeurs crapules et…essayer de remettre à flots un système démoli par les 2 équipes gouvernementales qui se sont succédées. Avant les prochaines élections .
    Pensez-vous que nous puissions nous entre-aider ?

    Avec nos meilleures salutations.
    Vous pouvez retrouver lire mon blog ou me retrouver sur Twitter.

    1. Le lien est mis.
      La difficulté tient au fait que l’URSSAF se présente tour à tour de deux façons : comme une compagnie d’assurance mutuelle pour le risque de la maladie ou comme un organisme de solidarité pour l’aide aux défavorisés.
      Lorsqu’elle réclame de l’argent en quantité excessive elle se cache derrière la solidarité.
      Lorsqu’elle refuse de payer décemment ses prestations de solidarité elle se cache derrière sa responsabilité d’assureur ayant à gérer l’argent de ses cotisants.
      La séparation de ces deux activités est essentielle.
      L’assurance au secteur privé qui sait le faire.
      La solidarité à l’Etat qui fait ce qu’il peut.
      Hors de cela pas de salut.
      La lutte concerne donc tout le monde.
      Cordialement. H. Dumas

  2. bonjour
    pour l’ensemble de vos lecteurs,
    il serait bien venu de donner le lien exact de la brochure nommée dans la vidéo. Plus de 10.000 liens sont en rapport avec Recherches Actions + securité sociale. Ce qui est normal puisqu’il s’agit d’une publication d’après réflexions. Je vous invite donc à ajouter ce lien soit en sur-imprimé sur la vidéo soit en en deça de la vidéo sur Youtube.

    Maintenant, concernant le discours :
    les références à la guerre de 14-18 comme celle de 39-45 sont aussi démago qu’incorrectes.
    Démago parce que vous ne l’avez pas faite – moi non plus d’ailleurs -:) et incorrectes parce que ce n’est pas durant ces guerres que les choses ont évoluée.Mais durant les années qui ont précédé donc 33 à 39.
    Je n’ai, personnellement, rien trouvé sur la guerre 14-18 qui appartenait à un autre temps déjà en 36.
    Il conviendrait que vous vous recentriez sur le coeur du sujet.
    On a l’impression de philosophes débattant du « prix du grain de sable » en plein Sahara.
    On ne sait plus si vous défendez la veuve et l’orphelin ou si vous défendez les entreprises ou les 2…
    C’est dommage car votre discours en devient moins clair et parfois confus.
    C’est vraiment dommage…

    1. Bonjour Jess,
      Évitons de mélanger les choses.
      Ce que l’on peut affirmer :
      – Urssaf ou RSI ne sont pas l’Etat, ce sont des organismes paritaires, donc de droit privé.
      – Ils ne différencient pas leurs activités, qu’ils englobent sous l’appellation abstraite de solidarité.
      – Ils ne différencient pas non plus leurs facturations.
      Une assurance maladie n’est pas un acte de solidarité, c’est un acte d’assurance.
      Ce mélange volontaire des deux genres qui vise à ne pas permettre de connaître la part de chaque chose dans une facture est formellement interdit car il prête à escroquerie, ce qui ici est le cas.
      Ce que l’on ne peut pas affirmer:
      – Quelle sera la décision ultime de l’Etat et de son bras armée la justice ? Nul ne peut le deviner.
      C’est tout le charme des luttes contre l’injustice, nul n’est obligé de s’y engager.
      Ceux qui s’y engagent uniquement dans l’espoir d’y trouver un intérêt personnel risquent en effet des désillusions.
      Ceux qui s’engagent pour l’honnêteté de La France, pour son avenir économique, pour leurs enfants, y trouveront leur compte, car alors peu leur importe de perdre une bataille, ils savent qu’ils gagneront la guerre.
      L’URSSAF, déjà en faillite, creuse son trou jour après jour, consciencieusement, par le mensonge et l’idée d’irresponsabilité qu’elle véhicule.
      Cordialement. H. Dumas

      1. bonjour H dumas.
        (décidément ce site est un ravissement pour celle ou celui qui veut échanger)
        Je ne peux pas être en accord avec vos propos :
        vous concluez votre réponse à Jess en déclarant que l’uRSSAF est en faillite ….
        D’où tenez-vous pareilles informations ? C’est une image d’Epinal convoyée par les politiques qui n’a rien à voir avec la réalité.
        La terminologie « faillite » ne peut s’appliquer ni à l’URSSAF ni à la CPAM etc.
        Il s’agit d’une terminologie économique pour une entité privée ou publique relevant de l’économie.
        L’Urssaf comme la CPAM ne sont pas des entités relevant de l’Economie : elles ne produisent ni ne transforment quoique cela soit et elles ne sont pas prestataires de services. Cela viendra avec la privatisation à outrance rencontrée ces dernières années.

        Sachant cela, l’Urssaf est un percepteur de fonds tout comme le fisc ou l’Unedic… Le terme faillite ne s’applique donc pas.

        Maintenant concernant plus précisément la CPAM – comprenez que je survole les urssaf et suive avec attention la CPAM.

        chaque année avant les vacances on annonce aux français que leur sécu est en faillite… curieusement à chaque automne pouvant aller en fonction des politiques menées jusqu’en décembre, on annonce que la secu se porte bien.
        La réalité du mécanisme est plus subtile. C’est le gouvernement en place qui décide s’il permet ou non à la sécu de joindre les 2 bouts.
        Il s’agit d’un jeu politique où chaque année, la sécu dispose d’un budget. De ce budget dont elle doit rendre des comptes, elle utilise tout ou partie pour ses frais de fonctionnement et pour les soins qui seront remboursés en totalité ou en partie, en fonction du patient (AT MP soins).
        Si en Juin, les remboursements ont été durant le 1er semestre trop importants ( cas du H1N1) il en découle que la CPAM ne peut plus payer ni les assurés ni les frais de fonctionnement.
        L’état intervient donc pour remettre des sous dans la caisse.
        En aucun cas il ne s’agit de faillite.

        D’ailleurs lors des séances à l’Assemblée, on parle de revoir le budget de l’Etat par rapport aux dépenses de celui-ci.
        Si l’état se portait bien et était bien géré, les séances de « complément de budget » n’aurait pas lieu.
        Dès lors dire que la Sécu est en faillite comme l’Urssaf n’est ni fondé ni réaliste.
        Car d’une manière ou d’une autre, l’Etat devra honorer les factures et les soins.

        Voilà pourquoi H Dumas il n’est pas possible – même si tous utilisent ce terme – que la CPAM soit en faillite.

        L’Urssaf c’est autre chose puisqu’elle collecte les fonds auprès des entreprises prof lib et indépendants…
        Elle ne sera pas en faillite mais sera dans une situation où les entrées sont inférieures aux sorties prévues et obligatoires….

        Cette précision s’il en était apportée devrait s’ancrer dans les esprits : la CPAM comme l’URSSAF ne sont JAMAIS en déficit.
        Mais quelques politiques peu enclin à utiliser le bon vocabulaire, parleront de faillite –
        parce que l’entreprise en face de chez vous qui fait faillite annonce… du sans-emploi du chomage du dégraissage à côté etc…
        donc la misère.
        Et nos politiques aiment pourvoyer de la misère en utilisant la peur.
        Pour votre information technique,
        l’URssaf a été déclarée en cessation de paiements une fois dans sa vie. Et cela était dû simplement au fait que les tractations patronnat et état n’avaient pas abouties…

        Quand à la CPAM elle regorge d’argent et ce n’est que par jeux d’écritures qu’elle vient dire ne pas être en mesure de régler.
        Elle aussi, pour les besoins politiques, a été une fois réellement en difficultés pour les mêmes raisons à savoir des tractations non signées entre état et patronnat qui ont bloqué les remboursement – de mémoire 3 mois – les soins.
        Pour la CPAM, si une caisse devenait – par jeu de circonstances déficitaires, les autres auraient obligation, sur leur budget, de la renflouer…
        Avec cela il est facile à une Caisse de dire qu’elle est « déficitaire » si le mois précédent, elle a reçu l’ordre de faire passer une ligne de la colonne gauche à la colonne droite, provoquant artificiellement la « faillite » que tous employons – comme moi ici – à mauvais escient.

        De plus, il est clair que si l’URssaf et la CPAM étaient en faillite, il serait bon d’avoir un fusil à la maison parce que nous serions en situation de guerre civile….

        Pour conclure, même en 1968, ni l’une ni l’autre ne l’ont été alors que le pays était paralysé.

        1. Vous avez raison, l’Etat ne peut pas faire faillite.
          L’URSS n’a pas fait faillite, l’URSS a tué ses forces vives puis s’est effondrée. Idem plus près de nous le Venezuela, et bien d’autres encore.
          Donc pour vous l’URSSAF est un percepteur de fonds, pourquoi pas.
          Mais alors qui est l’assureur maladie ? Dans quel but l’URSSAF perçoit-elle des fonds ?
          C’est l’impossibilité de faire faillite, donc l’absence de limite à la gabegie qui tue les Etats entrepreneurs.
          Je suis gêné, c’est trop facile de ridiculiser votre prise de position.
          La limite d’une activité qui perd de l’argent c’est la faillite, elle est salutaire pour la collectivité.
          L’URSSAF, pour masquer sa faillite d’entrepreneur assureur mutualiste, ce qu’elle était à sa conception, se prétend une émanation de l’Etat. Cela est faux, ce n’est qu’une apparence, due à la position de chantage aux soins que l’URSSAF pratique, à laquelle l’Etat se soumet par faiblesse démocratique, peut-être un peu aussi comme vous du fait d’une philosophie collective mal digérée.
          C’est un ravissement de converser avec vous en sachant que vous resterez clean quoiqu’il arrive.
          Bien cordialement. H. Dumas

    2. Monsieur,
      Pour sûr la liberté pour vous ressemble à l’esclavage.
      Dans votre cas je pense que vous ne vous êtes pas encore réveillez.

      « Le dormeur doit se réveiller »

      En France, les citoyens sont des esclaves sociaux.
      L’état providence est devenu synonyme de dictature.

      62% du fruit du travail des salariés leur est volé pour une couverture médiocre et qui fait fuir les médecins français hors de France.
      A 23€ la consultation mon garagiste est mieux payé et moins emmerdé.
      Bac Pro VS BAC + 5 6 7 8 9 10….

      62% du fruit du travail des salariés leur est volé pour combler un trou sans cesse croissant.

      On pourra parler de « singularité » économico-social, un trou noir qui aspire le fruit de mon travail et bientôt celui de mes enfants ?!!!!
      Pour quoi ?! Benhhhh rien, juste financer une dette à fond perdu.

      Quelle gloire y a t’il à combler un trou sans fond ???

      Et mes enfants quel héritage je leur laisse des dettes !
      Non ! Je ne suis pas un salaud de père.
      Si la liberté (sociale) n’arrive pas en France alors il leur faudra quitter ce pays car pour eux pas de retraite, ni de couverture et un système de soin digne de ce nom (voir SUISSE ALLEMAGNE ANGLETERRE…).

      En outre l’ouverture à la concurrence avec l’obligation d’assurance permettrai une baisse des tarifs et une augmentation des prestations. Comme pour EDF comme pour les PTT (France télécom) .

      Je paye avec mon assurance privée (anglaise) 7 fois moins qu’avant et suis remboursé à 100% oui oui à 100% pas de mutuelle pour moi ni même de mutuelle de mutuelle.

      Et avec le ce que j’y gagne je fais vivre confortablement ma famille car « charité bien ordonnée commence par soit même ».
      Et participe à le relance de l’économie.
      (Mais l’état français ne l’entend pas de cette oreille : « tous sous gagnés en France est pour l’état français » nous ôtant notre libre arbitre, notre liberté financière)

      Financer la SS c’est aussi financer des régime spéciaux.
      Financer l’apartheid social français.
      C’est participer (de gré mais plutôt) de FORCE à un système fortement spoliateur et discriminatoire allant à l’encontre de l’article 1 et suivant de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen européen.
      Donc étant anti constitutionnel.

      La SS est devenu ANTICONSTITUTIONNEL et meurtrière.

      Des condamnations de mort sont prononcé dans les TASS.
      Mort financière, mort social, mort tout court c’est cela la solidarité ????

      NON c’est la TERREUR sociale française.

      Alors JESS sort la tête de ton trou (de privilégié de ce système ?) et ouvre les yeux.

      La SS à la base est une bonne idée mais elle a été corrompu et détourné de son but initial pour devenir le MONSTRE d’aujourd’hui.

      1. bonjour Vincent Libéré

        Je comprends votre énervement mais, il faut que vous sachiez que si vous ne donnez pas l’ensemble des éléments, les gens vous prendront pour un fou… innovateur mais un fou tout de même.
        Vous dites être bien remboursé et avancez des chiffres intéressants qui m’auraient séduits il y a quelques années.
        Voici mes questions :
        votre assurance vous couvre t’elle en cas d’accident de travail de maladie ou tout autre évènement pris en charge – en théorie – par les CPAM ?
        en avez-vous fait l’expérience ou au contraire ne vous basez-vous que sur les « on-dits » ou que sur votre contrat.?
        Je vous crois sur parole, mais la vie m’a prouvé s’il en était besoin, que la parole s’envole et que les écrits restent….
        Donc si vous aviez un lien ou une doc… je pense que nombreux seraient ceux qui s’intéresseraient à la situation.
        Bonne journée à vous

    3. Bsr,
      Je remets mon post:
      -depuis au moins 1993 la Sécu se laisse spolier avec bienveillance par le fisc, je suis prêt à fournir la copie des chèques que je détiens prouvant la spoliation des travailleurs!
      @+

    4. Jess
      à l’instant de votre billet, votre information est fausse.

      Il n’y a rien d’illégal à quitter la CPAM pour s’affranchir d’elle.
      L’illégalité c’est de ne pas prendre une couverture.

      Maintenant de mon point de vue, nos Parlementaires devraient s’impliquer un peu plus et s’expliquer sur le fait qu’un « sans-droit » donc en situation illégale sur le territoire français puissent avoir une couverture sociale plus importante que celle d’un français étant né ou ayant la nationalité, qui travaille depuis sa majorité.

      Comme le disent d’autres commentaires, c’est nous qui réglons la note…
      Courtoisement

  3. Bjr,la Sécurité sociale est une belle arnaque puisque l’Urssaf est pourvoyeuse de fonds pour l’administration fiscale.

    Pour reprendre l’exemple de la baguette: c’est comme si vous payez la baguette au prix fort et que le boulanger d’Etat vous donne quelques miettes en vous disant qu’il faut en acheter une autre chez le boulanger privé= Sécurité Sociale + Mutuelle= Comment payer 2 fois le même service!
    @+

    1. Re;)
      Si Claude Reichmann veut les preuves que depuis au moins 1993 la Sécu se laisse spolier avec bienveillance par le fisc, je suis prêt à fournir la copie des chèques….
      @+

  4. Cher Docteur

    Nous menons le même combat nous contre la MSA. Je vous propose notre implication dans la procédure diligentée contre vous et vice et versa nous avons déjà des actions au pénal.
    vous avez mes coordonnées que je vous rappelle
    0658058739

  5. Bonjour France en 1910-1917 la mination des classes moyennes et de toute
    Liberté d expression et de toutes libertes tout court. A quand le grand chambardement pour chasser ces communistes ? A quand le réveil de nos troupes pour libérer la France. A quand l homme providentiel pour libere la France de cette mafia qui nous tue??!!

    1. Marie,
      A quand le moment où les électeurs se décideront à se rendre aux urnes ?
      Ou plutôt à quand les abstentionnistes se verront-ils pénalisés par une amende ? afin qu’enfin l’on voit le vrai visage politique français ?
      Une fois cela fait, vient la question suivante :
      A quand le moment où les électeurs se décideront – en primaire comme en élections nationales – à voter selon leur raison et non parce que le politique concerné était aimé de « papa » ?
      Car en regardant bien le paysage politique : des innovateurs, il n’y en a point. Des conservateurs non plus. On vote pour des gens qui n’ont qu’une vision de sortie de guerre ou des années 70 pour les plus pertinents mais tout de même en retard de 50 ans.
      Je ne suis pas un vieil électeur mais depuis JC qui avez vous vu présider la France ?….
      Courtoisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *