Le faux tueur de Chevaline

Chacun a pu lire les aventures du faux-tueur de Chevaline. Voilà un homme exterminé par le culte du secret des forces de police, le viol de sa vie privée et l’amicale des fonctionnaires au dessus de tout soupçon.

Reprenons le film, mais autrement. Les flics soupçonneraient cet homme d’être le tueur de Chevaline, pourquoi pas ? Ils le convoqueraient. Il irait à la convocation et s’expliquerait. Les choses s’arrêtent là. On imagine que s’il est coupable, il prend la fuite, et alors…Où va-t-il ? Nulle part. La police le récupèrera inévitablement et, en fuyant, il signe sa culpabilité. Cela aurait été une démarche normale, dans une société normale, où le droit des individus est respecté.

Au lieu de cela. Les flics entourent de mystère leurs fantasmes. Ils partagent ce mystère avec le procureur, tous se voyant au journal de vingt heures. Ils utilisent alors la force exorbitante qu’ils possèdent pour sauter sur cet homme à l’improviste et dévaster sa vie privée par une perquisition.

Au final, il est innocent. Mais il est collectionneur d’armes, de vieilles pétoires de la guerre de 1940 (75 ans). Depuis, les armes ont fait quelques progrès, il serait tout à fait hasardeux de partir en guerre avec ce type de pétoires. Des milliers de gens les collectionnent en France, malgré les interdits stupides dont ces collections sont entourées, pendant que circulent, presque librement, les armes modernes fabriquées par nos états assassins. A Marseille on tire à la Kalachnikov, pas au P38.

Il va payer cher cette collection interdite, notre homme. La facture va couvrir le ridicule de l’intervention de toute la clique de fonctionnaires qui visait le vingt heures, sans aucun souci du respect dû aux individus.

On notera que tout a été fait dans les règles, que donc ce meurtre social ne culpabilisera personne. Pas de remise en question, pas d’humanité dans le monde géré par les fonctionnaires. La vraie malchance de cet homme est d’avoir été un flic privé, s’il avait été un flic fonctionnaire, rien de tout cela ne serait arrivé. Car, alors, l’amicale des fonctionnaires qui roule contre lui aurait, au contraire, roulé pour lui, ça change tout.

Quel rapport avec Bercy ? Tout.

D’abord la dévastation de la vie privée. Nul ne peut vivre constamment exposé. Les personnages publics le savent bien, tout est fait pour leur permette de garder une vie privée, une part secrète sans laquelle la vie n’est pas possible. L’homme n’est pas un animal de zoo observable 24h sur 24h.

Toute perquisition expose cette part de vie privée à laquelle chacun à droit, souvent plus ou moins morale, ou à la limite de la règlementation tatillonne et envahissante censée régir notre vie. Ainsi, toute perquisition est destructrice de vie.

Il en est de même pour la vie économique. Elle ne peut pas être exposée intégralement. La vie économique a besoin d’espaces privés pour de multiples raisons. Ces espaces indispensables lui sont contestés par Bercy, qui exige une transparence totale et constante au motif de la lutte contre la fraude.

Cette transparence est mortifère. Il faut que tout le monde en prenne conscience. L’économie, comme les hommes, ne peut pas vivre sans espace privé, inviolable.

Cet espace privé n’est pas incompatible avec la fiscalité. Mais il est incompatible avec les joies de la traque, de la chasse, de la prise de guerre, que partagent les contrôleurs du fisc, le syndicat unifié des impôts et les tribunaux administratifs.

Le non-dit est là. Bercy est responsable de la destruction de l’économie par la transparence et la surexposition de sa vie, de son âme, que rien ne justifie.

Personne ne se révolte contre cette tyrannie, alors que les conséquences sont dévastatrices.

Ensuite l’amicale des fonctionnaires. Tout comme à Chevaline, à la suite des violations de la vie privée des entreprises par le fisc, des détails irréguliers ressortent inévitablement.

La réglementation fiscale est telle que nul ne peut l’appliquer sans erreur.

Au sortir du viol que représente pour l’entreprise le contrôle fiscal, le contrôleur trouvera toujours un reproche à faire. La plupart du temps, il y a une explication à ce reproche.

Dans un monde normal, les conséquences devraient en être nulles. Dans un mode de fonctionnaires non.

L’amicale des fonctionnaires se met en route. Il s’agit de faire la démonstration que le viol de l’intimité des entreprises est un acte, non seulement normal, mais indispensable, vital pour notre société.

C’est alors que les peccadilles découvertes se transforment en « paradis fiscaux » en « fraude caractérisée » en « mauvaise foi », etc… Comme un seul homme, la soldate fonctionnaire tire à vue. Il y a mort économique, immédiate.

Ainsi, de la façon la plus certaine qui soit, Bercy tue notre économie par une surexposition à la transparence, qui lui enlève la part de vie privée nécessaire à toute vie.

Bien cordialement. H. Dumas

RAPPEL :  MOBILISONS NOUS.  SIGNEZ LA PETITION.  (colonne à droite)

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *