LE SUPERBE BILLET DE CLAUDE REICHMAN

Un homme qui sait de quoi il parle.

Honneur à son courage, à sa ténacité, à sa lucidité en un mot à son humanisme.

                 Claude REICHMAN

Lettre ouverte à Mesdames et Messieurs
                           les hauts magistrats

Vous avez adopté, le 1er février 2016, une « délibération commune du premier président de la cour de cassation et des premiers présidents des cours d’appel ». Vous demandez une « réforme d’envergure de nature à garantir que l’Autorité judiciaire soit soustraite à toute forme d’influence », de façon à ce que nos concitoyens bénéficient « en toute circonstance de l’accès à un juge indépendant et impartial ».

Vous mettez en cause évidemment « la pénurie persistante des moyens matériels et humains » de l’Autorité judiciaire, et de ce point de vue, vous avez raison. Mais permettez-moi de vous dire que l’indépendance et l’impartialité ne dépendent pas des moyens matériels de la justice. C’est dans votre esprit et dans votre morale que ces vertus, que vous avez le devoir de pratiquer, doivent résider.

Or le spectacle lamentable que donne la justice française est aux antipodes de ses devoirs. Quand on constate que la cour de cassation viole systématiquement la Constitution en se faisant juge constitutionnel en lieu et place du Conseil constitutionnel afin de lui disputer la première place dans l’institution judiciaire, quand on voit les tribunaux des affaires de sécurité sociale bafouer les lois de la République et que les cours d’appel et la cour de cassation leur donnent raison, quand on constate que les magistrats ont de la haine pour les honnêtes citoyens et une infinie tendresse pour les délinquants, on ne peut que se dire qu’il y a quelque chose de pourri au royaume de France.

La vérité, Mesdames et Messieurs les hauts magistrats, est que vous n’avez aucune légitimité pour rendre la justice « au nom du peuple français ». Vous n’êtes que des fonctionnaires de justice. Si vous aviez su vous élever au dessus de votre condition et aviez donné la preuve de votre qualité d’âme, on vous absoudrait de n’être pas indépendants matériellement. Je cherche en vain les occasions où vous vous seriez comportés ainsi. Je cherche en vain les décisions courageuses, celles qui vous font gagner l’estime du peuple et qui constituent le meilleur capital – le seul sans doute – de toute institution judiciaire. Je cherche en vain l’affection que le peuple, partout et toujours, porte aux juges qui l’aiment et le défendent en s’appuyant sur le droit et non sur l’opportunité politique et les intérêts de carrière.

La justice française est détestée du peuple. C’est le plus terrible des verdicts. Et cette condamnation est sans appel, car les magistrats ont pendant trop longtemps abusé de notre patience.

Aujourd’hui, un pouvoir digne de ce nom devrait renvoyer tous les juges et les remplacer par de nouveaux magistrats ayant exercé préalablement des activités civiles dans la société concurrentielle, ce qui garantirait qu’ils connaissent la vie et non pas seulement les arcanes des palais dits de justice. Et rien ne leur confèrerait plus d’indépendance que leur élection par le peuple, au lieu de leur désignation par le pouvoir.

En attendant ces indispensables réformes, faisons nôtre la position de l’ancien premier président de la cour de cassation, M. Guy Canivet, qui demande à l’Etat d’exercer l’action récursoire contre les juges, c’est-à-dire de les faire payer pour leurs fautes. Gageons que ce serait au moins, pour des magistrats imbus de leur irresponsabilité, le commencement de la sagesse.

La République et l’institution parlementaire ont été capables, à la suite du scandale d’Outreau, de soumettre les faits à une commission parlementaire, dont les travaux exemplaires ont mis cruellement en lumière les défaillances individuelles et collectives de l’institution judiciaire. Bien entendu, dans notre régime politique impuissant, aucune réforme n’en a résulté. C’est pourquoi on peut dire aujourd’hui avec certitude que la révolution est désormais inéluctable. Mesdames et Messieurs les hauts magistrats, Mesdames et Messieurs les juges, il ne vous reste plus qu’à trembler.

Claude Reichman

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 4,83 sur 5)
Loading...

14 réflexions au sujet de « LE SUPERBE BILLET DE CLAUDE REICHMAN »

  1. La justice pourrait être une institution noble, ce qu’elle n’est pas malheureusement. Un expert peut violer le contradictoire et faire des faux en écriture publique. Je le prouve, mais tous les recours me donnent tort. Le juge qui doit juger l’expert ment dans sa décision, excuse l’expert ou ne répond pas. L’Etat français saisi fera pareil. Les recours ne servent à rien, sauf à vous ruiner financièrement.

  2. Bonjour,

    Meme les juges d’instruction sont corrompus .Partie civile je n’ai jamais été associé à l’instruction comme le prévoit la loi .Malgré une qualification d’escroquerie article 313-1 du code pénal ,abus frauduleux d’état d’ignorance article 223-15-2; 223 -15-3 du code pénal.

  3. Bravo ,
    Les mots sont percutants et réels tant pour le civil que pour la justice administrative qui mérite encore plus cette insuffisance d’éloges .
    Une justice que l’on comprend est une bonne justice ,
    . Une justice de média qui se fini par des « non lieux » après maintes années se discrédite
    Quand les juges comprendront-ils que leur place est celle que leur a réservé le Peuple comme 3ème pouvoir . Les 2 premier bon an mal an sont reconnus par les urnes mais eux ne passent jamais l’épreuve du choix .
    Aux USA par exemple , il est notoire que le « sheriff » est élu .
    Les juges ne sont pas indépendants car le peuple ne les a pas choisi .
    Le meilleurs exemple est la justice administrative qui est la JUISTICE DE L’ADMINISTRATION , tous le voient et ce n’est pas contesté .

  4. Si les 85% intègres ne font pas le ménage chez leurs pairs, c’est que …
    1°_ la menace interne est coriace et déjà pandémique
    2°_ la faillite est irrévocable, la vitrine va éclater
    3°_ d’autres vont les remplacer
    4°_ ça ne sera pas un changement, mais une rupture

    => Entreprises, Associations, ONG, Ass-Nationale, Avocats, Magistrats, …

  5. Pour aider à la bascule, en s’appuyant sur les directives européennes applicables et quelques bons avocats, il est possible de créer une nouvelle assurance maladie « libre » auprès de laquelle tous les exploités du système pourraient s’assurer, ainsi que leurs collègues ou employés. La survie de l’économie française dépend de cela.

  6. Bsr,

    Cet article est excellent et ne reflète que la stricte Vérité!

    Faut se dire:
    1-que les procureurs sont nommés par le gouverne-ment
    2-que le syndicat de la magistrature est de gauche et qu’un tiers des magistrats sont affiliés à cet officine du parti socialiste.
    3-que tout les justiciables ne sont pas égaux si leur adversaire est une administration (preuve: j’ai été reconnu inncent devant le Tribunal Correctionnel mais condamné à payer l’avocat de mon adversaire une administration. Pas mal non?)
    Conclusion: vu les résultats partiaux devant le T.A. je peux affirmer que la justice en France elle est comme ces politocards: POURRIE!
    @+

  7. On se demande encore comment une caste aussi incompétente, incapable, corrompue, méprisante et sadique a pu prendre le pouvoir en France.
    Jusqu’où faudra-il aller pour libérer le peuple de France de ce joug imbécile ?

  8. C’est pourquoi on peut dire aujourd’hui avec certitude que la révolution est désormais inéluctable.

    Mesdames et Messieurs les hauts magistrats, Mesdames et Messieurs les juges, il ne vous reste plus qu’à trembler.

    Claude Reichman

    C’est aussi ce que disait Me LOMBARD dans son livre QUAND LA JUSTICE SE TROMPE, lui qui annonçait pour les juges un bain de sang venant des justiciables mécontents.

  9. Depuis La Fontaine (et probablement bien avant lui, mais lui l’a dit de belle façon), la justice c’est : « Selon que vous serez puissant ou misérable »… on connait la suite :
    – classique, « Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » ;
    – moderne, « Les jugements de cour vous rendront rose, rouge, blanc, bleu, noir mais toujours, toujours à mon appréciation (celle du juge), rarement selon la loi » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *