Les Éoliennes : une escroquerie verte organisée

Témoignage d’une agricultrice bio

le dimanche 16 décembre 2018

J’ai 35 ans et je suis agricultrice bio en Auvergne. Il y a deux ans, j’ai été contactée par une entreprise privée qui avait pour projet d’installer un parc d’éoliennes dans ma commune.
Je les ai reçus avec joie ! J’avais hâte de participer à un projet écologiste et d’apporter mon grain de sel à la fin du nucléaire.

Première surprise

Je m’attendais à rencontrer un représentant de l’Etat, ou de la préfecture pour ce genre de projet (l’énergie est, il me semble, le bien de tous et nous sommes tous concernés). En fait, il n’en était rien : c’était bien une entreprise privée financée par des fonds de pensions étrangers qui était chargée du projet. – Un peu bizarre, mais, après m’être renseignée, je me suis aperçue que tous les projets étaient tenus par des boîtes privées qui prospectent un peu partout en France pour chercher des terrains où placer des éoliennes. 
Je pensais donc que cette société voulait m’acheter un bout de terrain, un peu comme un promoteur immobilier « du vert ».

Deuxième surprise

La société envisageait effectivement d’implanter une éolienne chez moi, mais elle ne voulait « surtout pas » me déposséder de mes terres. Elle voulait seulement louer le terrain. Et cela, pour une somme absolument mirobolante : pour moi qui ai des revenus de 1.500 euros par mois, on me proposait un loyer de 30.000 euros par an pour deux éoliennes implantées. Pendant 20 ans. 30.000 qui tombent tous les ans et je participe à l’écologie nationale. Un rêve.

● La société a insisté pour que je signe « rapidement », car d’autres agriculteurs pouvaient être aussi intéressés. A 30.000 par an, je n’en doutais pas une seconde.
● Mais… je suis auvergnate, et par nature, méfiante. J’en ai discuté avec… ma grand-mère. Elle a hoché la tête, et elle m’a dit : « ils veulent payer 75 fois le prix de la terre sans la posséder ? ici ? Là où nos terres ne valent pas grand-chose ? … « Il y a un loup quelque part ».
● Alors j’ai cherché le loup. Et je l’ai trouvé en demandant un nouveau rendez-vous avec la société. Je leur ai demandé une copie du contrat du bail. Et j’ai lu toutes les petites lignes.

Troisième surprise

Et voici la question que je leur ai posée : au bout de 20 ans, que se passe-t-il ?

● Pas de réponse. Ou plutôt une réponse très floue : on ne sera plus là, car on revend nos implantations à des entreprises étrangères (chinoises notamment). Mais la loi nous demande de prévoir le démantèlement de l’éolienne. Nous provisionnons 50.000 euros.
● Parce qu’au bout de 20 ans, une éolienne, elle est en fin de course.
● OK. J’ai donc fait venir plusieurs entreprises spécialisées. Pour démanteler une éolienne de 200 mètres de haut, le coût minimum est de 450.000 euros par éolienne. A la charge du propriétaire du terrain.
● Et s’il ne peut pas payer ? Comme il s’agit d’une éolienne industrielle, l’Etat se retourne contre le propriétaire, puis contre la commune.
● Je fais un rapide calcul : le projet d’ensemble comprend 7 éoliennes et ma commune 200 habitants.
● 450 000 x 7 = 3 millions 150 000 de dette.
● J’ai la tête qui tourne… j’ai le vertige face à une telle dette.

Ça, c’était ma première découverte. Depuis, je suis allée de surprise en surprise.

Les (autres) surprises

Tout d’abord, je me suis demandée pourquoi cette société voulait implanter des éoliennes dans un endroit où il y a si peu de vent.

● Réponses : en effet, il n’y a pas assez de vent. Qu’à cela ne tienne, nous allons construire des éoliennes beaucoup plus hautes. 200 mètres de haut. La taille de la tour Montparnasse.
● Fort bien. Pour des éoliennes qui ne tourneront que 25 % du temps, pas très rentable… Alors, comment se fait-il que des fonds de pension s’intéressent tant à l’éolien en France ?
● Tout simple ! En France, une loi exige que l’énergie verte des éoliennes soit achetée en priorité deux fois le prix des autres énergies (l’hydraulique, qui est pourtant totalement vert, n’a pas ce privilège !)
● Donc, c’est intéressant pour les investisseurs (étrangers), sans doute en pleine complicité avec le gouvernement… car… qui paye cette différence ?

Nous payons

Sur votre facture EDF, il y a une petite ligne qui indique que nous « participons au développement de l’énergie verte » … en fait, nous finançons des actionnaires étrangers.

● Ah oui ! Je ne vous ai pas tout dit ! Cette énergie est essentiellement destinée à être exportée. Donc pas du tout destinée à faire fermer les centrales nucléaires.
● Ça, les actionnaires s’en fichent totalement. Moi pas. Je me suis livrée à un petit calcul : le développement de l’éolien en France va coûter 75 milliards d’Euros financés par nous-mêmes pour détruire nos paysages, notre tourisme, la valeur de nos biens immobiliers et nos parcelles cultivables (qui ne le sont plus quand on dépose 1.500 tonnes de béton dans le sol pour y placer la tour Montparnasse).
● Avec cet argent, l’État pourrait redistribuer à chaque Français une part pour isoler dignement son logement. Nous pourrions ainsi fermer 18 réacteurs nucléaires. Mais ça, ça ne rapporterait rien aux actionnaires.

Pour finir, je tiens à préciser que je ne signe pas ce texte. 
Je vais faire des mécontents :
● les agriculteurs, qui souhaitent « rafler les 30.000 euros par an » sans réfléchir.
● les sociétés de l’éolien, qui, plus subtiles, me proposent des « compensations » contre mon silence.
● et les sociétés de béton qui acceptent avec joie de tout bétonner à outrance.

La France est très en retard par rapport aux autre pays Européens et mondiaux en matière de « vert ». Elle se fait taper sur les doigts car elle dit « faites ce que je dis mais pas ce que je fais : « tous en vert, allez-y » !!! sauf que nous trainons les pieds.

Nos pénalités pèsent de plus en plus lourd dans la balance économique, elles sont de plus en plus importantes donc faut accélérer, coûte que coûte, le processus d’implantation du « vert ». Tous les moyens sont bons même les frauduleux.

Merci de faire circuler, et réfléchissez. Je crois que sous couvert de « vert » on nous prend pour des jambons.

PS Les chiffres peuvent varier selon les cas mais le global reste vrai. Nous n’avons aucune obligation sauf celles que nous nous fixons.

Sur le Web  https://entrepreneurs-pour-la-france.org/Libres-propos/article/Les-Eoliennes-une-escroquerie-verte-organisee

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

10 réflexions au sujet de « Les Éoliennes : une escroquerie verte organisée »

  1. coûts et difficultés (pas écologiques du tout) des démantèlements des éoliennes largement sous-estimés ! énorme socle en béton et pour la partie des pales, très couteux et délicat sur un plan sanitaire et environnemental , voir « La prévention des risques des matériaux composites » : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=557

  2. D’abord les bénéfices et avant tout
    J’ais opté pour des panneaux solaires pour le revenu: ils me rachètent m’a production 3 fois plus cher qu’ils me vendent leur production
    Ce qui fait que je peux consommer trois plus pour le même prix
    Ce sont les services annexes de l’ E D F QUI SE SONT OCCUPÉ DE TOUT AVEC UNE GARANTIE DE 20 ANS PUIS DU DÉMONTAGE ET DE L ‘ENLÈVEMENT DES PANNEAX
    EN CONTRE PARTIE JE PAYES UNE TAXE POUR FINANCER CE TOUR DE PASSE PASSE !
    MAIS JE RESTE GAGNANT AU DÉTRIMENT DE CEUX QUI PAYENT CETTE TAXE SANS BÉNÉFICIER DU RENDEMENT FINANCIERS
    CE FUT AVANT TOUT UNE P
    OPERATION FINANCIERE AVAN TOUTE PRÉOCCUPATION ÉCOLOGIQUE

  3. Article excellent.
    Bravo au gouvernement qui tolère ça.
    Il faut un énergie renouvelable mais, … pour changer le système politique dans lequel nous sommes, car si ce système persiste, nous allons pourrir la planète.

  4. La bonne dame oublie juste dans son calcul qu elle touche 30 000 par an par éolienne donc sur 20 ans ​600 000 e. Elle peut donc parfaitement payer les 450 000 du démantèlement, mais elle aura tout dépensé et bien sur c’est … mais oui vous avez gagné L’État, l’État qui fait tout en FR, qui devra démonter les éoliennes … en créant une petite taxe pour cela, que le client d EDF devra payer. Encore heureux si on ne créait pas un Ministère du démontage des éoliennes. Mais comme dans 20 ans on sera dans système totalement communiste ces problèmes ne se poserons plus.

    1. Non, c’est encore plus grave !
      elle aura perdu de l’argent car qui dit revenus dit … impots sur le revenu et après impots il ne lui restera pas 600.000

    2. mais…pour deux éoliennes le démontage est de 450.000 x 2= 900.000 euros!!
      A rapprocher des 600.000 perçus….donc 300.000 euro à la charge du propriétaire du terrain.;…..tiens donc!!

  5. Les gens (paysans) qui sont sollicités par les exploitants d’éoliennes doivent impérativement lire les conditions contractuelles et en cas de doute aller voir un professionnel du droit (ne pas se contenter des explications des commerciaux qui sont toujours idylliques).

    Bravo pour cette dame qui a eu le bon réflexe mais combien se sont faits berner !

    Ces éoliennes sont des monstres énormes (on rentre un camion dans le mat – du moins dans le tube de la base).

    Il est probable que dans 20 ans (fin d’exploitation de l’appareil), l’éolienne restera en place dans l’attente … qu’elle tombe par terre toute seule ou qu’elle soit remplacée par une nouvelle (cette hypothèse n’est apparemment pas envisagée) !

    l’administration va forcément s’en mêler …

    Ca promet un joli pataques !

  6. Bonsoir encore une fois des esçrocs il n y a plus que ca j en vois partout?! Plus de 30 pour cent des parlementaires encore un député marsaul mr condamné pour
    Détournement d argent public? Que des esçroqueries il faut en finir avec cette vermine ?! Brigitte macron 300 000 pour refaire la salle des fêtes de l Élysée mais nous somme tous proprietaire au 1/67 millionième des bâtiments publics et elle pas plus que nous nous a t elle demande notre avis et autorisation pensez dont non seulement elle a violé macron qd il avait 15 ans comme dit dr segatori et
    C est une pedophile qui aurait dû être en prison et lui en milieu de rééducation des adolescents lisez le tableau clinique des troubles de personnalité que cela engendre très belle question d internat pour les étudiants psychiatres. En
    Attendant c est nous qui subissons les méfaits et troubles de comportement de çes deux personnages?!

  7. Bonjour excellent témoignage. C’est le même processus pour les panneaux photovoltaïques sur bâtiments agricoles. Offres alléchantes surtout lorsqu’on a besoin de place ou mettre les locaux aux normes. Il y a une dizaine d’années je m’étais renseigné et étudié l’affaire. Je me suis aperçu très rapidement (je paysan d’origine aveyronnaise) que ni les entreprises proposant ces offres, ni la profession ni les centres de gestion avaient étudié les incidences fiscales ou sociales. Il a fallu que je tire la sonnette d’alarme. En effet, pour le fisc et la MSA au bout de 20 ans, le bâtiment et les panneaux sont des « cadeaux » taxables comme un benefice d’entreprise. J’avais trouvé une solution : il faut attendre 30 ans pour annuler le benefice après plusieurs abattements. C’est le même processus pour les fermes photovoltaïques. cette activité n’est pas compatible avec celle de l’agriculteur et l’occupation du sol. A l’époque, je ne me suis pas fait que des amis.

  8. Total pourrait faire un effort pour promouvoir le géothermique de grande profondeur ! Quelques ingénieurs islandais (ils savent faire) et le tour serait joué !
    Quelques dizaines de puits pour commencer (avec réinjection de l’eau utilisée) permettrait de peaufiner la technologie tant en rendement qu’en filtration des corps solides indésirables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *