Les moralisateurs, les bandits … et quelques (mauvaises) nouvelles fiscales pour 2018.

Nous connaissons bien les discours des moralisateurs : « nous sommes le camp du bien et les autres sont le mal ! »

Cette vision manichéiste du monde, aux relents collectivistes, nous est « servie » à longueur de temps lorsqu’on nous explique que seul l’Etat est protecteur des français et que l’administration est au service du public ; contrairement aux entreprises privées qui sont un lieu d’exploitation avec des patrons ou des entrepreneurs qui sont trop payés.

Par ailleurs, on nous avait promis que les impôts allaient bien diminuer en 2018 et qu’on allait faire de violentes économies.

Or, que lit-on dans la presse ?

Que contrairement à ce que prétend le gouvernement, les prélèvements fiscaux continuent d’augmenter puisque, entre l’augmentation de la CSG, de la taxe sur les cigarettes et l’envolée de la taxe carbone sur les carburants et le fuel domestique, les prélèvements vont s’alourdir de 4.5 mds d’€ pour les ménages !

Que par contre, à Bercy « on ne sent pas la crise » puisque la Cour des Comptes vient de relever que les salaires de certains hauts fonctionnaires de Bercy sont trop élevés (il s’agit essentiellement de primes et de bonifications sans fondement légal ni réglementaire), et, mais c’est mal de le dire, nous nous situons en l’espèce largement au dessus de la moyenne de 4.000 € par mois de revenus des entrepreneurs privés,

Que l’administration est incapable de respecter le droit du travail qu’elle impose pourtant avec rigueur aux entreprises privées puisque Business France (un machin administratif censé promouvoir la France à l’étranger) vient de se faire épingler par l’inspection du travail pour 671 ( !?!) infractions au code du travail (principalement pour des dépassements d’heures de travail). Mais il est vrai que l’ancienne dirigeante de Business France était Muriel Pénicaud qui est devenue depuis … ministre du travail ! Tout va bien, la situation est sous contrôle, l’esclavagiste est devenu garde chiourme en chef !

Est-il seulement concevable qu’une entreprise privée puisse se permettre un tel niveau d’infractions ? Évidemment non ; mais il est vrai que l’administration sait prendre des libertés avec le droit du travail puisqu’elle s’est déjà fait épingler à de multiples reprises pour des recours abusifs aux CDD !

Finalement, les impôts vont diminuer mais pour cela il ne faudra pas fumer, ne pas utiliser sa voiture, ne pas se chauffer (au fuel) et les retraités seront les plus impactés par les hausses d’impôts puisqu’ils ne pourront pas les récupérer sur un autre poste (réduction de cotisations sociales) ! Alors, certes, il y aura une réduction de la taxe d’habitation pour certains mais ce sera en toute fin d’année 2018 … quant au retraité qui ne payait déjà pas de taxe d’habitation … tant pis pour lui !

Par ailleurs, le système du Bonus/Malus pour l’achat d’une voiture neuve va être encore durci ; ce qui signifie que, dans la plupart des cas, il se limitera à un Malus/Malus (seules les voitures 100% électriques ne paieront pas). Mais il est vrai que le gouvernement a prévu de doubler le montant de la taxe carbone en 4 ans (elle passera de 44.60 € en 2018 à 86.20 € la tonne en 2022) ; ce qui permettra surtout de « dégager » 3.7 mds € de recettes supplémentaires pour le budget de l’Etat rien qu’en 2018 (et 7.5 mds € en 2022).

Mais c’est pour sauver la planète !

Et encore, on se demande en haut lieu s’il ne faudrait pas rétablir la vignette auto pour payer l’entretien des routes (alors que l’automobile est la vache à lait du budget de l’Etat).

Mais là c’est pour sauver des vies car, contrairement à ce qui nous est affirmé, la vitesse (si on parler de vitesse à propos de 90km/h) n’est pas le seul facteur accidentogène ; l’état des infrastructures y joue un rôle non négligeable et probablement au moins aussi significatif.

Mais il est bien connu qu’il est plus facile de s’en prendre aux usagers des routes qu’aux défaillances de l’Etat !

Finalement, l’imagination de nos fonctionnaires en matière fiscale est toujours aussi « florissante » !

Elle est par contre nettement moins efficace pour ce qui est des économies ; n’est-ce pas M le premier ministre ? Votre changement d’avion pour gagner 2 heures de trajet n’aura finalement coûté que 350.000 € ; ce qui effectivement, par rapport aux 2.200 mds € de dettes accumulées officiellement jusqu’ici, ne représente rien !

Les dépenses augmentent, le déficit budgétaire aussi (85 mds € pour 2018) et la pression fiscale ne diminuera pas, elle change simplement de nature ; elle devient plus discrète, plus insidieuse. Le gouvernement se livre juste à une partie de bonneteau (ce jeu où vous ne pouvez pas gagner).

Autrement dit, le discours réducteur et moralisateur n’est finalement qu’une façade et notre noblesse d’Etat prend ses aises avec la morale, le droit, la vérité, nos revenus. Nous sommes en pleine manipulation, en plein mensonge et l’Etat n’est pas du tout ce qu’il prétend être et n’agit que par tromperie !

D’ailleurs pourquoi se gêner puisque les français l’acceptent !

En fait, la politique du gouvernement est illisible et, contrairement à ce que Macron et Philippe tentent de faire croire, sans aucune cohérence ; elle est juste électoraliste dans la forme mais toujours spoliatrice quant au fond !

On a eu, avec le précédent président, la courbe du chômage qui refusait de s’inverser ; j’ai bien peur, qu’avec celui-ci, ce soit la même chose en matière d’impôts et de prélèvements obligatoires !

Les impôts diminuent mais … vous n’avez pas fini d’en payer plus !

Etonnant non ? Ils sont vraiment très forts !

Bien cordialement à tous et bonnes fêtes de fin d’année !

Dominique Philos

A propos Dominique Philos

Né en 1958, titulaire d’un DEA de droit commercial de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, je suis un ancien avocat fiscaliste et partage ma vie entre la France et la Grèce. Européen convaincu, persuadé que le libéralisme est la seule option possible en matière économique, intransigeant sur les libertés individuelles, j’ai un ennemi : l’étatisme rampant qui détruit le tissus économique et social.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

4 réflexions au sujet de « Les moralisateurs, les bandits … et quelques (mauvaises) nouvelles fiscales pour 2018. »

  1. Bsr,

    Dixit « D’ailleurs pourquoi se gêner puisque les français l’acceptent ! »

    Quand 14 millions de Français pleurnichent etse déplacent pour le décès d’un rocker et zéro pour contester les augmentations fiscales, je me dis que les Français sont bien des veaux!

    Alors pourquoi se gêner?

    Je reprends le proverbe: « qui ne dit rien consent »!

  2. « Quand le pillage devient un moyen d’existence pour un groupe d’hommes, qui vit au sein de la société , ce groupe finit par créer pour lui-même tout un système juridique qui autorise le pillage et un code moral qui le glorifie . « Frédéric BASTIAT

  3. Cette Phrase date de 1920 =
    Elle provient de la Philosophe Russe et Américaine Ayn Rand ( une juive fugitive lors de la révolution Russe qui a débarqué aux USA dans les années 20) et nous montre une vision des choses en tout état de cause :
    Quand vous vous rendez compte que pour produire , vous avez besoin de l’autorisation de quelqu’un qui ne produit rien…..
    Quand vous vous rendez compte que l’argent , c’est pour ceux qui font des affaires non pas avec des biens mais avec des faveurs…..
    Quand vous vous rendez compte que beaucoup sont devenus riches avec des pots-de-vin et une influence plus que pour leur travail , et que la loi ne nous protège pas de ces individus , mais quelle les protège à eux……
    Quand vous vous rendez compte que la corruption est récompensée et que l’honnêteté mène au sacrifice de soi-même……
    Alors vous pouvez dire , sans avoir peur de vous tromper , que la société est condamnée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *