Les sept péchés capitaux du socialisme

Préambule

« Capital » vient du mot latin « Caput », la tête. Comme celle qui nous domine en tant qu’être humain et qui fait nos bonnes ou mauvaises actions. « Caput » ressemble au mot « Kaput » des germanophones qui veut dire : « Fichu » …

« La liste des péchés capitaux ne date ni de la Bible, ni même du Nouveau Testament. Elle a été ébauchée bien après, au IVe siècle en Egypte par Evagre le Pontique, un anachorète (moine qui vit en ermite). Il détermina d’abord 8 passions néfastes : gourmandise, impureté, avarice, mélancolie, colère, paresse, vaine gloire et orgueil. Un siècle plus tard, Jean Cassien, autre anachorète, réduisit ce nombre à 7 : paresse, orgueil, luxure, gourmandise, avarice, colère et envie. A la fin VIe siècle, c’est le pape Grégoire Ier le Grand qui fixa définitivement cette liste, encore admise aujourd’hui par l’église catholique. »

Intéressant. Des ermites qui définissent des péchés en mode non sociétal, que reprendra Saint Thomas d’Aquin pour des vices en société.

Tentons ladite liste de ces sept vices pour expliquer le mouroir du socialisme, par ordre alphabétique.

Avarice : Vous payez déjà beaucoup d’impôts et taxes en tout genre mais cela ne suffit pas. Vous n’avez aucune considération pour notre société du vivre ensemble ;

Colère : Vous vous rebellez, mais nous allons vous réduire ;

Envie : Nous avons envie de ce que vous possédez ;

Gourmandise : Ce que vous nous livrez nous sert bien ;

Luxure : Nos dépenses tout azimut se font avec l’argent des autres ;

Orgueil : Nous avons pignon sur rue sans avoir créé la moindre valeur ajoutée ;

Paresse : Pourquoi travailler quand on peut faire de l’intermittent rémunéré.

Il est à présent utile de reprendre ce collier des vices capitaux pour le traduire en contrepoints selon, non une politique, mais un état d’esprit libéral.

Avarice : Le souci d’une bonne gestion pour créer de la richesse, c’est-à-dire comprendre que deux moins un peuvent faire trois ou plus ;

Colère : Que tout ce qui nous réduit pour innover, n’est qu’une fin de partie, en déconnexion avec Dame Nature qui prône l’évolution. Elle qui nous fait marchés, prédateurs et souffrants ;

Envie : Envie de parents qui veulent que leurs progénitures aient une meilleure condition humaine qu’eux, avec éducation et responsabilité pour elles ;

Gourmandise : Une petite madeleine du côté de chez Swan peut être à propos ;

Luxure : Le « Who’s who » est un marché qui fait vivre bien des correspondants et qui aide aussi leurs lecteurs, en souffrance ou acteurs ;

Orgueil : Celui de réussir. Partir de rien ou d’une situation compliquée avec beaucoup. Se dire que : « Yeah », j’y suis ;

Paresse : La parenthèse qui ne dépend de quiconque mais qui laisse le temps de se ressourcer ou de s’éteindre ….

Bien à vous

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 réflexions au sujet de « Les sept péchés capitaux du socialisme »

  1. Le socialisme est un instrument politique de conquête du pouvoir absolu au profit de sa nomenclatura mafieuse qui se gave sans limites.

  2. Les économistes ont raison : le capital est du travail accumulé ; Seulement comme on ne peut pas tout faire, ce sont les uns qui travaillent et les autres qui accumulent . « La citation de De M. Charles de Gaulle est : « Je n’aime pas les communistes parce qu’ils sont communistes, je n’aime pas les socialistes parce qu’ils ne sont pas socialistes, et je n’aime pas les miens parce qu’ils aiment trop l’argent. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *