L’imbécile confusion

Il y a une imbécile confusion à confondre les signes extérieurs de richesse avec les signes extérieurs de consommation.

Ce mélange constant entre le capital et la consommation est non seulement insupportable mais socialement suicidaire, d’autant que la foule y croit, aiguisée par son fond hideux d’envie.

D’abord les signes extérieurs

Peut-on vivre sans signe extérieur ? Comment pourrait s’organiser une société sans signe extérieur ? Les tribus les plus primitives cultivent les signes extérieurs.

Car, en réalité, lorsque l’on rencontre son prochain, que voit-on en premier si ce n’est ses signes extérieurs ? Ce sont eux qui le définissent.

Peut-on imaginer un SDF faisant la manche en costume trois pièces impeccable ou un ministre allant à son ministère habillé en SDF ?

Bien plus, une des qualités essentielles pour survivre dans l’organisation des hommes est justement la sensibilité qui permet de reconnaître les signes extérieurs sincères de l’honnête homme de ceux falsifiés de l’escroc.

Donc, nous mettons tous un soin particulier à veiller au bon emploi de nos signes extérieurs. Certains transgressent volontairement leurs règles, d’autres les appliquent avec précision, tous sont jugés par rapport à cela.

Il s’agit d’un premier jugement évidemment, si l’occasion nous est donnée de rentrer en connaissance plus approfondie avec quelqu’un, alors les signes extérieurs qui le définissent seront moins importants à nos yeux, mais ils seront toujours là, en contrepoint s’il le faut.

Pensons aux magistrats et à leurs Palais de Justice, à leurs estrades et à leurs accoutrements nécessaires à leur autorité. Pensons à nos hommes politiques, à leurs mairies, leurs  conseils généraux ou régionaux luxueux, leurs voitures de fonction, leurs huissiers, sans lesquels ils auraient l’impression d’être nus.

Et que dire de nos militaires, de nos gendarmes, de notre police qui pour rien au monde ne se départiraient de leurs uniformes et autres signes extérieurs d’autorité.

Alors pourquoi les rois de l’économie n’auraient-ils pas besoin des signes extérieurs de richesse qui les mettent à la place sociale qu’ils revendiquent dans leur système ?

Que pour chacun d’eux cela soit ou non justifié, là n’est pas le problème.

Pourquoi chaque homme aurait-il la nécessité de signes extérieurs d’existence et pas les acteurs économiques ? C’est absurde.

De la confusion entre les signes extérieurs

Sauf les mythomanes avérés, rares sont ceux qui se déguisent en gendarme, si l’on exclut le sympathique animateur de rue de Saint Tropez.

Tout simplement la chose est totalement interdite, tant la puissance du signe extérieur permettrait alors tous les excès.

Il n’y a pas, dans l’esprit de la population, de confusion entre la jouissance du pouvoir autorisée par l’uniforme et la fonction respectée du gendarme. Personne ne revendique le droit de se déguiser en gendarme le weekend pour satisfaire un souhait de commandement.

Il ne vient pas à l’idée de nos énarques de taxer les signes extérieurs de la maréchaussée.

Pouvoir et signes extérieurs du pouvoir sont acceptés, ne sont pas revendiqués par ceux qui sont extérieurs au pouvoir. Alors que dans l’absolu ils le pourraient, peut-être certains en rêvent-ils d’ailleurs ?

En réalité, personne ne confond le pouvoir qu’il s’octroie personnellement et les signes extérieurs du pouvoir que la société attribue à ceux à qui elle confie officiellement le pouvoir.

Les signes extérieurs de richesse

Ils sont évidemment un étalage de richesse, c’est une évidence.

Tout un chacun est impressionné par le Quatari qui finance le PSG, c’est un signe extérieur de sa richesse. Tout comme l’achat par tel chinois d’une propriété dans le bordelais. Evidemment yachts et jets font partie de cette panoplie sans laquelle un entrepreneur n’est pas reconnu par ses pairs à l’échelle du monde.

Nul ne peut nier qu’une certaine vulgarité, souvent liée à l’exagération, peut entacher les signes extérieurs.

Il en est ainsi, la plupart du temps, des uniformes du pouvoir des dictateurs, ainsi que de certains signes extérieurs de richesse des nouveaux riches.

Mais cela n’a pas d’incidence sur la nécessité des signes extérieurs qui, dans le cas des signes de richesse, lorsqu’ils sont discrets pour les non initiés sont souvent encore plus coûteux pour les initiés.

Le signe extérieur de richesse doit être coûteux, très coûteux, c’est la raison même de son existence. Est-il pour autant un acte de consommation personnelle ?

La réponse est non.  D’abord parce qu’il est une obligation, ensuite parce qu’il est une charge. Il n’est pas libre. Or la consommation, elle, est libre, c’est même sa définition.

Tout comme l’uniforme est une contrainte rapidement plus lourde que ses avantages — Lady Di en souffrait terriblement — les signes extérieurs de richesse sont plus contraignants que gratifiants.

Quel intérêt de les imposer lourdement ?

Absolument aucun.

Pourquoi ne pas imposer les robes des magistrats, l’uniforme des gendarmes, les palais de la république; etc…

L’imposition des signes extérieurs est absurde, cela revient à imposer les signes de reconnaissance dont les hommes ont besoin entre eux pour se retrouver dans le labyrinthe de l’organisation sociale.

Sauf à vouloir volontairement perdre une catégorie sociale dans ce labyrinthe, la neutraliser pour la voir disparaître, il est absurde de l’amputer de ses signes extérieurs.

C’est bien tout le problème soulevé par l’imposition des signes extérieurs de richesse, il ne s’agit pas de justice sociale, mais d’éradication des riches.

Que cela soit dit. Au moins nous saurions où nous en sommes.

Un pays qui voue ses riches à la disparition doit assumer les conséquences pour lui dans le monde, que chacun connait.

Stop donc à l’imbécile confusion. Soyons clairs sur ce sujet.

Cordialement. H. Dumas

Henri Dumas

A propos Henri Dumas

Que les choses soient claires, je n'ai jamais triché fiscalement. Cela indiffère le fisc, qui considère que ses intérêts immédiats sont supérieurs à ceux de la survie de l'entreprise. C'est ainsi qu'il est capable de redresser et de tuer à partir de données relatives telles que des provisions, des évaluations de stock, des refus de déduction ou de récupération de TVA que le chef d'entreprise a pu gérer en toute bonne foi dans le cadre de ses responsabilités légitimes. De la sorte, alors qu'il est consentant vis à vis de l'impôt, respectueux des règles fiscales, l'entrepreneur peut se trouver, du fait de la cupidité du fisc, exposé lors d'un contrôle fiscal à des redressements qui, suivis des moyens de coercition démesurés du fisc, vont le paralyser, ruiner la confiance de ses partenaires et, finalement, le détruire.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

5 réflexions au sujet de « L’imbécile confusion »

  1. Il y a le feu à la maison et vous vous alarmez seulement d’un feu de broussailles qui menace une pergola. La loi ALUR a pour objectif d’abolir la propriété privée. L’application de l’ISF réservée uniquement à la propriété immobilière vient en rajouter une couche dans le même sens. Une CSG qui va passer à 17,2 % pour grever encore plus les revenus fonciers et pénaliser encore plus les propriétaires fonciers en rajoute encore une couche supplémentaire dans le même sens.
    Mais tout cela semble parfaitement normal pour les détenteurs de biens de luxe tels que yacht, jet, chevaux de course, immobilier de luxe affecté à des sociétés pour bénéficier d’avantages fiscaux dont sont privés les propriétaires ordinaires, etc. Il est indécent et incohérent qu’ils demandent à être exonérés alors qu’ils laissent spolier la propriété privée sans sourciller. S’ils étaient cohérents avec eux-mêmes, si vous étiez cohérent avec vos arguments, votre combat serait clairement pour l’abrogation de la loi ALUR et de l’ISF dans sa totalité. Du coup les signes extérieurs de richesse dont vous défendez la légitimité à juste titre ne seraient pas davantage pénalisés et il n’y aurait pas lieu d’en parler.

    Quant à dire que les aberrations d’une fiscalité contre-productive sont la conséquence du vice de l’envie qui dévorerait la population, c’est oublier de remonter à la cause de la cause. Car le vice de l’envie est excité jusqu’à l’incandescence par les pouvoirs publics qui en vivent. Le principal vice en France n’est pas celui de l’envie, c’est celui de la cupidité d’un Etat qui entretient une armée pléthorique de fonctionnaires sur le dos d’une population dont elle ruine les efforts.
    Si les super-riches ne sont pas solidaires des moyennement riches et pleurent sur leurs déboires fiscaux sans se préoccuper des atteintes à la propriété privée destinées à la faire disparaître, cela veut dire qu’ils sont comme l’Etat, les ennemis d’une population destinée à l’égalité par la paupérisation.
    Ce qui ressort aujourd’hui c’est que super-riches, étatistes et communistes, tous semblent s’entendre comme larrons en foire pour spolier une population qui est devenue moyennement riche avec beaucoup de labeur et qui joue un rôle social et économique considérable que les trois catégories précitées semblent incapables de respecter parce qu’elles n’en ont pas conscience.
    Si le fait que des biens de grand luxe soient dispensés d’ISF est scandaleux, c’est seulement au regard du maintien de la seule propriété immobilière dans l’assiette de cet impôt. Invoquer le vice de l’envie comme facteur explicatif, c’est au mieux une erreur au pire une diversion. La seule position décente et cohérente que peuvent avoir ceux qui veulent défendre la non-imposition à l’ISF des biens de grand luxe, c’est d’argumenter contre l’ISF dans sa totalité (et aussi contre la loi ALUR dans la foulée).

    1. Voilà une énergie qui fait plaisir.
      Évidemment l’ISF est une absurdité. Toute atteinte au capital, qui je le répète est la base de tous les progrès de l’humanité, est une stupidité.
      Capital = accumulation puis transmission.
      Le capital est reconnu en toute activité sauf en économie. Stupide.
      L’ISF sur l’immobilier n’était pas l’objet du billet. Son but directif visant à diriger le capital vers l’industrie est ridicule. Le capital se doit d’aller oü il est le mieux protégé et le plus rentable librement. D’ailleurs c’est ce qu’il fait en fuyant tout simplement.
      Les yachts ne sont qu’un amuse ballot de communication, si imbécile que j’ai eu envie de ce billet.
      Cordialement.

  2. Même les hommes politiques ont des signes extérieurs : les mairies, les hôtels de département, les ronds points giratoires, les ors de la ripoublique . . .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *